Aujourd'hui : Dimanche, 9 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Baskin Oran ira à Strasbourg
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Prof. Baskın Oran, chroniqueur chez Agos, journal arménien de Turquie dont le rédacteur en chef, Hrant Dink, a été assassiné le 19 janvier 2007, avait porté plainte contre Mustafa Balbay, lÂ’un des inculpés du procès Ergenekon, car ce dernier lÂ’avait insulté lors dÂ’une émission télévisée en disant que Baskin Oran « était acheté » [par les Arméniens]. Mustafa Balbay avait été condamné à payer un dédommagement moral par le 16ème Tribunal dÂ’Instance dÂ’Ankara. La 4ème Chambre de la Cour de Cassation vient dÂ’annuler à lÂ’unanimité cette condamnation. La Cour de Cassation a justifié cette décision par le fait que le Prof. Oran écrivait dans AgosÂ… En Turquie, il est donc légitime de calomnier Agos, ou lÂ’un des rédacteurs dÂ’Agos : Baskin Oran est déterminé à porter lÂ’affaire à Strasbourg.


Légende photo: Baskın Oran, chroniqueur chez Agos, journal arménien de Turquie

Tu écris dans Agos, alors la calomnie est libre !

N°724
13 Février 2010

Le Prof. Baskın Oran, chroniqueur chez Agos, avait porté plainte contre Mustafa Balbay, un des inculpés du procès Ergenekon, car il avait insulté B.Oran lors dÂ’une émission télévisée en disant qu’« il était acheté ». Mustafa Balbay avait été condamné à payer un dédommagement moral par le 16ème Tribunal dÂ’Instance dÂ’Ankara.

La 4ème Chambre de la Cour de Cassation a annulé à l’unanimité cette condamnation. La Cour de Cassation a justifié cette décision par le fait que le Prof. Oran écrivait dans Agos [Nota CVAN : journal arménien de Turquie, dont le rédacteur en chef, Hrant Dink, a été assassiné le 19 janvier 2007]. La décision stipule que l’expression “il est acheté” est le résultat d’une réaction légitime et doit être considérée dans le cadre de la liberté d’expression journalistique.


Le déroulement du procès

En octobre et décembre 2006, le Prof. Baskın Oran, était invité à Oxford par le Collège St. Anthony pour effectuer des recherches et donner des conférences sur la Turquie.
LorsquÂ’Oran était en Angleterre, le 26.11.2006, deux journalistes, Mustafa Balbay et Emin Çölaşan*, ont réalisé une émission intitulée “Ankara Rüzgârı” sur la chaîne de télévision ART.

Emin Çölaşan avait insinué que les pays étrangers «… sous le prétexte de liberté dÂ’expression, donnent des soutiens moraux et financiers et financent des actions qui visent à diviser le paysÂ…[la Turquie] » et Mustafa Balbay avait continué en ces termes : « CÂ’est une situation très graveÂ… les intellectuels turcs, les journalistes turcs, les écrivains turcs sont achetés (vendus) moralement et financièrement, cÂ’est une stratégie très sérieuseÂ… Je connais certains dÂ’entre eux.

Je les connaissais mon frère, ils étaient des personnes différentes [Nota CVAN : respectables], je me demande comment on en est arrivé là. En ce moment même, lÂ’un dÂ’entre eux poursuit des recherches en Angleterre, je peux même citer son nom sÂ’il le faut, je nÂ’aime pas les polémiques mais je vais donner son nom, le Prof. Dr. Baskın Oran. En ce moment, il se trouve en Angleterre pour poursuivre des études particulières. A son retour, jÂ’aimerais lui demander commentÂ… »

Suite à ces propos, Oran a porté plainte et le 6 Mai 2008, le 16ème Tribunal d’instance d’Ankara a condamné Mustafa Balbay à payer 3500 TL de dédommagement moral, selon l’article 49.

La 4ème chambre de la Cour de Cassation a interprété les paroles de Balbay comme une réaction aux articles d’Oran autour de la question arménienne, édités dans l’hebdomadaire Agos et a cassé la condamnation morale le 5 Novembre 2009. La Cour de Cassation a justifié sa décision en ces termes :

“ Dans le contenu du dossier, on peut voir que le plaignant écrit dans le journal Agos au sujet de la question arménienne et qu’il poursuit des études académiques à l'étranger. Lorsqu’on étudie l’émission en question dans sa globalité, on conclut que seule une partie du discours fait l’objet de la plainte. Alors que l’ensemble des paroles prononcées est exprimé dans le cadre de l’actualité du jour et en réaction aux articles diffusés dans le journal Agos.

Comme le plaignant a la liberté d’exprimer ses pensées librement en tant qu’enseignant, il doit également faire face aux critiques à ses idées, même si elles sont très dures. Lorsqu’on prend en compte l’ensemble des explications de l’inculpé, on constate que les paroles prononcées à l’encontre du plaignant restent dans le cadre de la protection juridique et il n’y a pas d’attaque aux droits de la personne.”

BASKIN ORAN : “Il ne peut exister de plus grande calomnie”

Baskın Oran a fait une déclaration à Agos : “En Turquie, il nÂ’existe pas dÂ’insulte plus grande, plus grave que lÂ’on puisse faire à quelquÂ’un. Il nÂ’existe pas de façon plus ouverte de désigner quelquÂ’un comme cible. Cette situation est exactement la même que quand on avait montré Hrant Dink comme cible à cause du concept d’‘empoisonner le sang turcÂ’ qui lÂ’avait porté vers son assassinat.

Parce que j’écris dans Agos, on me colle l’étiquette ’’vendu’’ et on me montre comme cible. Dans cette décision, ils disent en vérité que toute personne écrivant dans Agos mérite ce genre d’insultes. Nous n’allons pas abandonner cette affaire. Avant tout, nous allons porter plainte auprès de l’Office de Justice de la Cour de Cassation, si on n’obtient pas de résultat, nous irons à Strasbourg”.

*Nota CVAN : Emin Colasan est lÂ’un des journalistes de Hurriyet qui avait critiqué Hrant Dink et lÂ’avait montré comme cible. Il a été éloigné du Journal Hurriyet suite aux conflits quÂ’il a eus avec le Premier ministre. Mais il est très bien protégé par les hautes sphères à Ankara, car il vient dÂ’une famille issue de lÂ’Union et Progrès et du CHP. Un de ses grands-pères, Refik Şevket İnce, était le président des tribunaux spécifiques ‘Istiklal mahkemeleriÂ’ qui avaient fait exécuter plus de 5000 personnes. Il a été par la suite le ministre de la Justice dÂ’Ataturk. Son autre grand-père était un officier dÂ’Union et Progrès.

Traduction du turc : S.C. pour le Collectif VAN – 26 février 2010 - 07:23 - www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org