Aujourd'hui : Mercredi, 17 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Aghet (Génocide)
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Hüseyin Nihal Atsiz, le père du journaliste turc Yagmur Atsiz, était un célèbre nationaliste, l’un des idéologues et des fondateurs du parti MHP [parti ultranationaliste de Turquie]. Il avait laissé cette lettre à son fils : « Mon fils Yagmur, aujourd’hui tu as juste un an et demi. Je viens de terminer mon testament, je le ferme. Je te laisse aussi une photo en guise de souvenir. Ecoute mes conseils, soit un bon Turc. Le communisme est pour nous un métier ennemi. Sache-le bien. Les juifs sont les ennemis secrets de toutes les nations. Les Russes, les Chinois, les Perses, les Grecs sont nos ennemis historiques. Les Bulgares, les Allemands, les Italiens, les Anglais, les Français, les Arabes, les Serbes, les Croates, les Espagnols, les Portugais, les Roumains sont nos nouveaux ennemis. Les Japonais, les Afghans, les Américains sont nos ennemis futurs. Les Arméniens, les Kurdes, les Lazes, les Tcherkesses, les Abkhazes, les Bosniaques, les Albanais, les Pomaques, les Zazas, les Lezgis, les Géorgiens, les Tchétchènes, les Gitans sont nos ennemis de l’intérieur. Pour se battre contre autant d’ennemis il faut se préparer. Que Dieu te vienne en aide. » Malgré cet héritage bien lourd, Yagmur Atsiz ne semble heureusement pas dépourvu d‘humour si l’on en juge l’article qu’il signe ci-dessous et dans lequel il brocarde l’état pitoyable dans lequel se trouve l’intelligentsia turque. Le Collectif VAN vous propose la traduction de son article du 4 avril 2010 paru dans le journal turc Star.

Légende : Incendie de Smyrne

Aghet (Génocide)

Stargazete.com
4 avril 2010

Commençons par le début pour ne pas l’oublier par la suite !
Aujourd’hui est le jour de la fête chrétienne de Pâques et de la fête juive, Pesah. Je souhaite des bonnes fêtes aux croyants des deux religions !

La fête pascale est la fête la plus importante chez les chrétiens. Chez nous, on connait plus la fête de Noël (la naissance de Jésus), plus exactement nous pensons la connaître, car nous la confondons toujours avec la fête du nouvel an. La fête de Noël est la deuxième plus grande fête religieuse chrétienne. La Pâques correspond au jour où Jésus a été crucifié (le vendredi) et le troisième jour (le dimanche) correspond au jour où il a ressuscité du royaume des morts pour monter aux cieux aux côtés de son père (spirituel) Dieu. Les catholiques et les protestants calculent cette date selon le calendrier Grégorien, tandis que les orthodoxes se basent sur le calendrier Julien. C’est pourquoi cette fête peut tomber avec une ou deux semaines d’écart selon l’année. Cette année, c’est le même jour pour tous.

Pesah correspond à la fuite d’Egypte des fils d’Israël en 1500 avant JC. Ils ont reconnu cette date comme la fête de la libération de l’esclavage.

Je ne sais pas pour quelle raison les Juifs étaient tombés en esclavage entre les mains des Egyptiens. Ceux qui veulent le savoir, peuvent le faire en faisant appel à l’Institut Turc d’Histoire. L’institut va probablement expliquer (preuves et documents à l’appui !!!) que les coupables étaient les Arméniens. D’après moi, en l’an 64 après JC, l’incendie qui a duré neuf jours et neuf nuits brûlant la ville de Rome, n’a pas été déclenché par Néron, mais par les Arméniens. Car Néron avait annexé l’Arménie à l’Empire Romain d’Orient, un an auparavant. Quelle nation ingrate...

Un grand empire comme celui de Rome se donne la peine de te placer dans son giron ! Au lieu de t’en réjouir et de montrer ta reconnaissance !

Blague à part, à mon grand étonnement, mes deux derniers articles sur les Arméniens ont attiré une très grande attention. Ce qui me fait plaisir dans cette histoire, c’est que la quasi totalité de mes lecteurs turcs a compris ce que je voulais dire. Les plus « polis » parmi ceux qui n’avaient pas pu comprendre m’ont conseillé d’aller consulter un psychiatre.

DÂ’accord !

Le psychiatre peut probablement mÂ’illuminer sur le sujet suivant :

DÂ’après “Brockhaus Conversationslexikon” édité en 1884 par les Allemands, la population dÂ’İzmir à l’époque (et probablement aussi en 1922) était de 200 000 personnes.

80 000 Grecs.

50 000 Turcs.

40 000 Frenk (citoyens ottomans d’origine italienne, française etc.).

15 000 Juifs.

15 000 Arméniens.

Le professeur K. Kreiser et le Professeur Christoph Neumann précisent qu’entre le 10 septembre et le 3 octobre, le nombre de Grecs qui ont pu sauver leur vie en fuyant Izmir et les environs vers la Grèce s’élevait à 221.160 personnes. En moyenne, 6 911 personnes par jour.

L’incendie a commencé le 13 septembre au soir.
Il paraît que des Arméniens déguisés en soldats turcs ont incendié le quartier grec.

Selon ces dates, “l’héroïque“ armée turque qui avait libéré la ville, c'est-à-dire qui avait récupéré la ville en combattant, n’avait-elle pas, 96 heures après encore tout sous son contrôle ?

Alors que les soldats turcs n’avaient même pas d’uniformes pour eux-mêmes, et qu’ils n’avaient même pas de balles pour approvisionner leur cavalerie, comment ces malins d’Arméniens ont-ils pu trouver ces uniformes uniquement dans le but de rejeter la faute sur les Turcs ?
Supposons qu’ils étaient très forts et qu’ils ont réussi cette mission, est-ce que ces types étaient crédules au point de brûler aussi le quartier arménien ?

D’ailleurs, pourquoi le quartier juif n’a-t-il pas été touché ?
Puisque Fâlih Rıfkı dit aussi “ce sont les Turcs qui ont incendié”, est-ce que lui aussi était un agent arménien ? [Nota CVAN : Pour savoir qui était Falih Rifki vous pouvez consulter:

Atay, Falih Rifki]


Imaginez que les Américains réalisent un téléfilm de 130 minutes, et que dans une scène de 65/70 secondes, deux soldats bavardent et l’un d’entre eux raconte que sa famille est d’origine grecque rescapée d’Izmir. Et nos médias nationaux glorieux se jettent sur cette ‘nouvelle’ comme s’ils avaient trouvé quelque chose de précieux et font exploser cette bombe en première page pour en faire les manchettes ! L’Institut Turc d’Histoire entre en jeu !

Dans quel état pitoyable se trouve l’intelligentsia turque ! C’est une qualité terrible que de pouvoir perdre jusqu’au sens du ridicule ! Est-ce qu’ils ont acquis ce complexe d’infériorité une fois devenu “des Turcs Blancs” ou sinon le complexe d’infériorité est-il la condition préalable pour devenir “des Turcs Blancs” ?

[Nota CVAN : Les Turcs Blancs :’Beyaz Turkler’ est une expression très récente. D’après Itüsözlük.net, elle a été utilisée pour la première fois par la sociologue Nilufer Göle qui voulait définir un groupe de personnes formé par les militaires, les bureaucrates et les intellectuels qui se concédèrent comme les dirigeants ‘progressistes’ de ce pays. Plus tard cette notion a été déformée mais l’auteur de cet article l’utilise dans ce sens là.]

Le 9 avril la première chaîne allemande, ARD, va diffuser un documentaire intitulé “Aghet”. Il parait que Aghet signifie “Génocide” en arménien.

Félicitations, que la joie soit dans votre cœur et la lumière dans vos yeux !

Durant la semaine qui vient, vous rabâcherez cette annonce…

©Traduction du turc : S.C. pour le Collectif VAN – 16 avril 2010 - 08:23 - www.collectifvan.org

Lire aussi:

Turquie : Heureux celui qui dit ‘je suis arménien’ !




Retour à la rubrique


Source/Lien : Star



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org