Aujourd'hui : Mercredi, 23 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : « Cette peine est la NOTRE »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Une nouvelle pétition, signée par des Turcs dont certains reconnaissent sans ambigüité le génocide arménien (tels Taner Akçam et Eren Keskin), est lancée actuellement en Turquie. On retrouve parmi ses initiateurs les quatre intellectuels turcs (Genghiz Aktar, Ahmet Insel, Ali Bayramoglu, Baskin Oran), déjà à l’origine de la première pétition d’excuses de décembre 2008. Intitulée « Cette peine est la NOTRE », elle introduit désormais le concept de « Grande Peine », après celui de la « Grande Catastrophe », destiné à faire oublier la définition juridique accablante de ‘génocide’.


La Grande Peine est celle des Turcs d’aujourd’hui, privés des artisans, artistes, et médecins arméniens qui composaient le tissu économique et social de l’Empire ottoman. Elle vient compléter la « Grande Catastrophe » qui, aux yeux des initiateurs du concept, inclut le retard culturel et économique pris par l’Anatolie du fait de la disparition des Arméniens. Ce qui justifie, selon Gengiz Aktar, le fait de nommer la diaspora arménienne « Diaspora anatolienne ». Après tout, les Arméniens ont l’habitude, depuis des siècles, d’être obligés de cacher leur identité sous des noms turquisés, pourquoi ne s’accommoderaient-ils pas de cette nouvelle qualification ?

Et puis, au fond, n’est-ce pas toujours l’oppresseur qui décide de la façon dont il faut désigner l’opprimé (nigger, negro, dhimmi, gavour, infidèle, Turc des montagnes) ?

Au-delà des bons sentiments qui émanent de cette nouvelle pétition et qui motivent sans aucun doute une grande partie des signataires, il nous semble bon d’indiquer qu’avec un tel vocabulaire, il n’y a plus de différence entre assassins et assassinés, entre voleurs et spoliés.

Et qu’il n’y a pas la moindre allusion dans ce texte aux descendants des victimes. Et accessoirement à ce qu’ils ressentent, eux. Que la peine des Arméniens commence à être partagée par la société turque est une très bonne chose. Mais pour autant, cette « souffrance partagée » ne doit pas faire oublier que, 95 ans après ce génocide arménien de 1915 (que les initiateurs de la pétition se gardent bien de nommer), le temps de la peine est révolu pour les Arméniens : pour eux, est arrivé depuis des lustres le temps de la justice et des réparations.

Justement, ce pas est franchi depuis 2005, par la branche d’Istanbul de l’IHD (Association des Droits de l’Homme de Turquie) qui organise chaque année une commémoration et publie des communiqués de presse dans lesquels elle demande à l’Etat turc de reconnaître le génocide (en tant que tel). Curieusement, ces communiqués ne trouvent aucun écho dans les médias aussi bien turcs, qu’européens (lire plus d’informations sur la commémoration de cette année).

Or les journaux et la télévision turcs se seraient emparés de la nouvelle pétition « Cette peine est la NOTRE » pour la présenter comme « La première commémoration du 24 avril en Turquie ». L’absence du mot génocide contribue-t-elle à la rendre plus acceptable que les commémorations « politiquement incorrectes » de l’IHD ?

En 2008, nous avions émis des réserves justifiées sur la sémantique de la première pétition. Obama ne s’y était pas trompé, puisque le 24 avril 2009, il s’était accaparé cette définition pour parler de la « Grande Catastrophe » en lieu et place du génocide arménien, rompant là l’une de ses promesses de candidat aux présidentielles.

Pour autant, nous avons vu que la pétition « catastrophiste » a en fait généré des retombées positives : les langues se sont déliées en Turquie, et certains se sont affichés avec des prises de position très courageuses, allant bien au-delà de ce que prévoyaient ses quatre initiateurs. Certains Turcs et Kurdes ont demandé haut et fort, la reconnaissance du génocide arménien par l’Etat turc et ont même mis sur la table la question des réparations. Alors, souhaitons le même sort à cette nouvelle pétition. Sinon, nous aurions beaucoup de peine… Elle serait vraiment la NOTRE.

A noter : Le groupe de signataires de « Cette peine est la NOTRE » lance une initiative publique ce 24 avril 2010, sur la plus grande place d'Istanbul, Taksim et appelle, à 19h, à un rassemblement qui sera, nous l’espérons, tout comme les commémorations de l’IHD, un pas de plus, visible, pour éveiller l'opinion, là bas, sur place en Turquie.

P.S : Pour la pétition d’excuses de décembre 2008, certaines signatures n’avaient pas été envoyées par les intéressés, d’autres étaient totalement fantaisistes ou doubles ou triples. Il faut espérer que pour la pétition « Cette peine est la NOTRE », les organisateurs ont pris toutes les garanties.


Collectif VAN


Texte de la pétition :

Français


Cette peine est la NOTRE. Ce deuil est à nous TOUS.

En 1915, quand notre population était encore 13 millions, 1,5 – 2 millions dÂ’Arméniens habitaient ces terres. À Thrace, à Egée, à Adana, à Malatya, à Van, à KarsÂ… à Samatya, à Şişli, aux Iles de Prince, à GalataÂ…

Notre épicier du quartier, notre couturier, notre orfèvre, notre menuisier, notre cordonnier, le cultivateur du champ voisin, notre meunier, notre camarade de classe, notre enseignant, notre officier, notre ordonnance, notre député, notre historien, notre compositeur... Ils étaient tous nos amis. Nos voisins, nos compagnons dÂ’infortune. À Thrace, à Egée, à Adana, à Malatya, à Van, à KarsÂ… à Samatya, à Şişli, aux Iles de Prince, à GalataÂ…

Le 24 Avril 1915, ils ont commencé à “être renvoyés”. On les a perdus. Ils n’y sont plus. La plupart d’entre eux ne sont plus parmi nous. Ils n’ont même pas de tombes. Quant à “La Grande Peine” que la “Grande Catastrophe” / Médz Yeghern nous impose sur la conscience, elle EXISTE avec toute sa lourdeur. Elle ne cesse de grandir depuis 95 ans.

Nous invitons tous les gens de la Turquie qui ressentent cette “Grande Peine” dans leurs cœurs à rendre hommage à la mémoire des victimes de 1915. Silencieusement et vêtus de noir. Accompagnés de fleurs et de chandelles qu’on allumera pour leurs âmes.

Car, cette peine est la NOTRE. Ce deuil est à nous TOUS.

http://buacihepimizin.org//index.php?sayfa=3

English

This is OUR pain. This is a mourning for ALL OF US.

In 1915, when we had a population of only 13 million people, there were 1,5 to 2 million Armenians living on this land. In Thrace, in the Aegean, in Adana, in Malatya, in Van, in KarsÂ…In Samatya, in Şişli, in the Islands, in GalataÂ…

They were the grocer in our neighbourhood, our tailor, our goldsmith, our carpenter, our shoemaker, our farmhand, our millwright, our classmate, our teacher, our officer, our private, our deputy, our historian, our composerÂ…Our friend. Our next-door neighbours and our companion in bad times. In Thrace, in the Aegean, in Adana, in Malatya, in Van, in KarsÂ…In Samatya, in Şişli, İn the Islands, in GalataÂ…

On April 24th, 1915 they were “rounded up”. We lost them. They are not here anymore. A great majority of them do not exist anymore. Nor do their graveyards. There EXISTS the overwhelming “Great Pain” that was laid upon the qualms of our conscience by the “Great Catastrophe”. It’s getting deeper and deeper for the last 95 years. We call upon all peoples of Turkey who share this heartfelt pain to commemorate and pay tribute to the victims of 1915. In black, in silence. With candles and flowers...

For this is OUR pain. This is a mourning for ALL OF US

April 24th, 2010

19.00

Taksim Square, Tram Stop


Avril 24 , 2010

19.00

Place Taksim

http://buacihepimizin.org//index.php?sayfa=2

Turc

Bu acı BİZİM acımız. Bu yas HEPİMİZİN.


1915Â’te, nüfusumuz henüz 13 milyonken, bu topraklarda 1,5 – 2 milyon Ermeni yaşıyordu. TrakyaÂ’da, EgeÂ’de, AdanaÂ’da, MalatyaÂ’da, VanÂ’da, KarsÂ’taÂ… SamatyaÂ’da, ŞişliÂ’de, AdalarÂ’da, GalataÂ’daÂ…

Mahalle bakkalımız, terzimiz, kuyumcumuz, marangozumuz, kunduracımız, yan tarladaki rençberimiz, değirmencimiz, sınıf arkadaşımız, öğretmenimiz, subayımız, emir erimiz, milletvekilimiz, tarihçimiz, bestekârımızÂ… Arkadaşlarımızdılar. Kapı komşularımız, dert ortaklarımızdılar. TrakyaÂ’da, EgeÂ’de, AdanaÂ’da, MalatyaÂ’da, VanÂ’da, KarsÂ’taÂ… SamatyaÂ’da, ŞişliÂ’de, AdalarÂ’da, GalataÂ’daÂ…

24 Nisan 1915Â’te “gönderilmeye” başlandılar. Onları kaybettik. Artık yoklar. Çok büyük çoğunluğu aramızda yok. Mezarları bile yok. “Büyük Felaket”in vicdanlarımıza yüklediği “Büyük Acı” ise olanca ağırlığıyla VAR. 95 yıldır büyüyor.
Bu “Büyük Acı”yı yüreğinde hisseden bütün Türkiyelileri 1915 kurbanlarının anısı önünde saygıyla eğilmeye çağırıyoruz. Siyahlar içinde, sessizce. Ruhlarına yakacağımız mumlarla, çiçeklerleÂ…

Çünkü bu acı BİZİM acımız. Bu yas HEPİMİZİN.
24 Nisan 2010
19.00

Taksim Meydanı, Tramvay Durağı

Çağrıcılar

Ahmet İnsel, Ali Bayramoğlu, Aslı Erdoğan, Avi Haligua, Ayhan Bilgen, Ayla Yıldırım, Aysın Yeşilay İnan, Ayşe Batumlu, Ayşegül Devecioğlu, Baskın Oran, Cafer Solgun, Cengiz Aktar, Cengiz Alğan, Deniz Zarakolu, Dilek Gökçin, Doğan Tarkan, Eren Keskin, Erol Köroğlu, Fahri Aral, Ferhat Kentel, Fethi İnan, Fethiye Çetin, Garo Paylan, Gülten Kaya, Hakan Tahmaz, Halil Berktay, Hayko Bağdat, Hilal Kaplan, Hürriyet Şener, Işın Eliçin, İpek Çalışlar, İsmail Erdoğan, Jale Mildanoğlu, Kadir Cangızbay, Kerem Öktem, Kutluğ Ataman, Lale Mansur, Leman Yurtsever, Levent Şensever, Mahir Günşıray, Mehmet Demir, Mithat Sancar, Neşe Düzel, Nil Mutluer, Oral Çalışlar, Orhan Miroğlu, Osman Köker, Öztürk Türkdoğan, Perihan Mağden, Rasim Ozan Kütahyalı, Roni Margulies, Selim Deringil, Semra Somersan, Sezai Temelli, Sezgin Tanrıkulu, Sırrı Süreyya Önder, Şanar Yurdatapan, Şenol Karakaş, Tamar Nalcı, Taner Akçam, Tanıl Bora, Tatyos Bebek, Turgay Oğur, Ufuk Uras, Ãœmit Kardaş, Ãœmit Kıvanç, Ãœmit Şahin, Ãœnal Ãœnsal, Vivet Kanetti, Yalçın Ergündoğan, Yaman Yıldız, Yasemin Çongar, Yıldız Önen, Zeynep Atamer, Zeynep Gambetti, Zeynep Tanbay.

http://buacihepimizin.org//index.php




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org