Aujourd'hui : Samedi, 6 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La nouvelle stratégie de la Turquie face à la question arménienne dévoilée par Ahmet Davutoglu
Publié le :

TURQUIE

vendredi30 avril 2010, par Stéphane/armenews

L’Agence semi-officielle Anatolie a rapporté les commentaires du Ministre turc des Affaires Etrangères Ahmet Davutoglu à propos des réunions de son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et de lui même avec le Président arménien Serge Sarkissian et le Ministre des Affaires Etrangères Eduard Nalbandian pendant le Sommet sur la Sécurité Nucléaire à Washington les 11 et le 12 avril.

Les commentaires ont été faits le 15 avril pendant une conférence de presse dans l’Ambassade turque à Washington. Le ministre turc a aussi discuté d’autres questions importantes, comme le programme nucléaire de l’Iran et des événements au Kirghisistan, pendant la conférence de presse. Ci-dessous seuls des extraits liés à l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Les aspects intéressants des commentaires sont :

* Le ministre se rendra en Azerbaïdjan immédiatement après sa visite au Brésil pour consulter le Président Azeri Ilham Aliyev sur les résultats des pourparlers avec des officiels arméniens, américains et russes à Washington. Le ministre s’est plaint aussi de l’absence de l’Azerbaïdjan au sommet de Washington comme "un manque" sérieux. Ces deux commentaires suggèrent que des pourparlers importants se sont tenus à Washington.

* Le ministre exprime " une résolution politique" en ce qui concerne les protocoles avec l’Arménie, mais souligne la liaison de la résolution au Karabakh et nie effectivement que les protocoles pourraient être approuvés par l’Assemblée nationale Turque avant le 24 avril. Le commentaire ne suggère aucune percée quant aux pourparlers.

* Le ministre fait des remarques quant aux efforts "d’atteindre " "la diaspora Ottomane" - un terme lancé par un journaliste - par les ambassades turques et des activités "dans chaque état aux Etats-Unis." C’est un sujet qui a abordé plus tôt dans ce groupe, mais ces commentaires fournissent un peu plus de profondeur à ce qui a été annoncé dans la presse.

— -Les extraits d’Anatolie ---

Washington, le 15 avril, 23h25 (AA) GMT - le Ministre des Affaires Etrangères Ahmet Davutoglu a révélé qu’il ira en Iran et Azerbaïdjan la semaine prochaine.

Davutoglu a aussi révélé qu’Erdogan a discuté avec le Président russe Dimitriy Medvedev des événements au Caucase et au Moyen-Orient. ... Davutoglu a dit : "notre Premier ministre s’est réuni avec M. Lula et j’ai rencontré le Ministre brésilien des Affaires Etrangères Celso Amorim. Naturellement, la plus importante de ces réunions était celle entre notre Premier ministre et [le Président arménien Serge] Sarkissian. En plus de ces réunions par notre Premier ministre, j’ai eu des pourparlers séparées avec les ministres des Affaires Etrangères de tous ces pays."

Davutoglu a dit qu’il a discuté trois questions pendant sa réunion avec le Secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton. Il a continué : "Le premier sujet était le processus de normalisation avec l’Arménie et les événements au Caucase. À ce jour des récentes consultations que nous avons eu avec les Etats-Unis - nous voyons les événements avec une perspective partagée. Nous sommes déterminés à continuer le processus de normalisation. Nous avons exprimé notre résolution sur cette question, et à Obama et Sarkissian, aussi bien que (le Ministre arménien des Affaires Etrangères Eduard) Nalbandian et Clinton, avec qui j’ai eu des pourparlers séparées.

C’est la position sincère de la Turquie. La préservation de la validité des protocoles, qui ont été signés après un très long et vraiment laborieux processus et des relations de normalisation avec l’Arménie comme prévu selon ces protocoles sont très importants pour nous. "Cependant, nous attachons une importance égale à la résolution du conflit Arméno- Azerbaidjan. Nous voulons que tous ces processus mènent à l’établissement d’une stabilité durable et à la paix au Caucase.

J’ai le plaisir de dire que les Etats-Unis et Obama voient aussi les questions dans cette perspective. La réunion de Notre Premier ministre avec Medvedev a aussi continué dans la même perspective. "Par conséquent, je pense qu’il y a un élan grandissant vers l’établissement de la paix et de la stabilité au Sud Caucase - il y a une impulsion plus grande pour tourner le Sud Caucase en une zone de prospérité." Davutoglu a dit qu’un des résultats les plus importants du sommet était l’intensification de travail sur cette question.

... Davutoglu a dit qu’il voyagera en Azerbaïdjan lundi après l’achèvement de sa visite au Brésil et son retour en Turquie. Il a continué : "nous aurons une discussion détaillée avec le Président Azeri (Ilham) Aliyev des pourparlers que nous avons eues ici. Nous consulterons sur les pas que nous prendrons à partir de là." ... Le ministre des Affaires Etrangères Davutoglu a dit : "si le Président Azéri Aliyev était aussi ici, je pense que les pourparlers positives que nous avons eues jusqu’à maintenant auraient gagné une impulsion beaucoup plus grande. Une occasion importante a été manquée."

Davutoglu a répondu les questions des journalistes à l’Ambassade Turque à Washington.

Quand rappelé des commentaires du Président arménien Serge Sarkissian sur le Nagorno Karabakh, Davutoglu a dit : "On ne nous a pas demandé de servir comme médiateur entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Par conséquent, il n’y avait pas de raison de conclure que l’on ne désire pas la participation de la Turquie.

Cependant, indépendamment de cela s’il y a un processus de normalisation, la Turquie est l’un des pays les plus importants du Sud Caucase. Par conséquent, nous avons toujours eu un intérêt sur cette question. Nous continuerons à avoir un intérêt à l’avenir. Indépendamment de ce qui est dit que, nous sommes déterminés sur cette question."

En réponse à une question sur si "l’Arménie a donné la moindre assurance qu’elle se retirera de quelques zones du Nagorno Karabakh," Davutoglu a dit que toutes les questions ont été discutées avec les différentes parties et lors de diverses occasions mais que l’on n’a donné aucune telle assurance.

L’absence de l’Azerbaïdjan

En répondant à une question sur l’absence de l’Azerbaïdjan au sommet, Davutoglu a dit : "L’absence de l’Azerbaïdjan a été ici un grand manque Au cours des deux dernières semaines, nous avons évoqué cette question avec les Etats-Unis à chaque niveau et nous avons dit que la participation de l’Azerbaïdjan est essentielle. Nous avons fait tout ce que nous pouvions, mais en fin de compte c’est la décision des Etats-Unis comme hôte du sommet.

Néanmoins, ils ont expliqué ce qu’ils considèrent la raison objective de cette décision. "Naturellement, la présence de la Turquie, l’Arménie et des co-présidents du Groupe de Minsk était une occasion très importante. Si le Président Azeri Aliyev était aussi ici, je pense que les pourparlers positives que nous avons eues jusqu’à maintenant auraient gagné une impulsion beaucoup plus grande. Une occasion importante a été manquée. Je dis cela avec sincérité et sincèrement."

Davutoglu a rappelé qu’avant qu’il ne vienne aux Etats-Unis, le sous-secrétaire du Ministère des Affaires Etrangères Feridun Sinirlioglu est allé à Bakou comme représentant spécial du Premier ministre Erdogan et a mis à jour directement ses positions à Aliyev. Davutoglu a dit : "cependant, naturellement, où il y a un Turc il y a un Azéri et là où est un Azéri il y a un Turc."

Davutoglu a dit que, après l’achèvement de ses pourparlers au Brésil, il "ira en Azerbaïdjan sans passer le moindre temps même avec sa famille." Il a continué : "autrement dit, nous ne gaspillerons pas même un simple jour. Dans ce sens, nos contacts avec l’Azerbaïdjan sont très intensifs. L’Azerbaïdjan n’a pas de problèmes en termes de sa représentation."

En répondant à une question sur les protocoles, Davutoglu a dit qu’il est important que le climat soit prêt en Turquie, en Arménie et dans la région en termes de psychologie politique.

Sur la rumeur que les protocoles pourraient être approuvés par la Grande Assemblée nationale Turque avant le 24 avril, Davutoglu a dit : "prêtez attention à ce que nous disons, pas aux rumeurs."

Questionné sur l’ouverture de la Turquie à tous les groupes aux Etats-Unis est "une ouverture visant la diaspora Ottomane" Davutoglu a répondu qu’il a rencontré et rencontrera avec des ambassadeurs [Turcs] non seulement aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, Amérique latine et d’autres régions.

Le ministre a continué : "que nous soulignons dans toutes ces réunions - aussi pendant notre réunion hier - est la chose suivante : Augmentez vos communications avec tous les groupes et les communautés qui ont quelque forme de proximité culturelle avec la Turquie, pour soutenir la Turquie, ou qui ont des contacts avec la Turquie. La promotion de la Turquie ne peut pas arriver seulement par des activités politiques ; elle exige aussi des activités culturelles et économiques. Par conséquent, nos ambassadeurs sont toujours actifs sur ces questions et intensifieront leurs activités dans l’avenir. C’est ce que nous voulons dire. Cependant, cela ne doit pas être vu comme seulement la diaspora Ottomane.

Ce matin, j’étais avec quelques universitaires du Pakistan. Le Pakistan est un des amis les plus proches de la Turquie. Nous devons les appeler comme cela aussi. Nous devons construire des canaux par lesquels nous pouvons en appeler à chacun et décrire notre pays, notre histoire et notre expérience. Nous augmenterons nos moyens et capacité dans ce secteur et nous entreprendrons des activités dans chaque état des Etats-Unis pour en appeler à chaque groupe."

Ahmet Davutoglu a dit que les Turcs et les arméniens “ à Paris et Boston ” doivent s’asseoir ensemble et essayer de réconcilier leurs mémoires des événements tragiques qui ont eu lieu en 1915.

“ Nous avons fait quelques gestes à la diaspora américaine ” a-t-il dit dans des remarques qui ont semblé faire référence au secteur de Boston comme la maison d’une grande communauté arménienne. “ Nous leur avons dit ’ Nos archives sont ouvertes. Nous sommes prêts à discuter de tout . ”

“ Vous pouvez créer une success story de l’histoire ” a-t-il dit. “ Vous pouvez créer des haines aussi. ”

“ Comme la Turquie, nous sommes prêts à partager la douleur de nos voisins arméniens ” a-t-il dit.

“ 1915 est l’année du prétendu génocide pour eux ” a-t-il dit. “ Pour nous, nous disons ’ la douleur. ’ Nous sommes prêts à discuter. La même année, nous avions Gallipoli. ”

Il a dit qu’un de ses grands-pères est mort dans le combat de Gallipoli, soulignant l’émotion que beaucoup de Turcs sentent de cette campagne.







Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org