Aujourd'hui : Lundi, 1 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : le plan La Cage - assassinats des non musulmans
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - En Turquie, un dossier secret a été découvert dans le cadre des investigations du procès Ergenekon. Le plan, dénommé Opération La Cage (« Kafes » en turc), projetait des opérations horribles à l’encontre des minorités non musulmanes de Turquie (arménienne, grecque, juive,…) tout en faisant porter la responsabilité des attentats, aux mouvances proches de l’AKP, parti islamiste au pouvoir. L’avocat Erdal Dogan explique que des liens existent sans doute entre les assassinats des prêtres et de Hrant Dink et que ce plan vise à éliminer l’AKP. En outre, l’assassin de Padovese a déclaré que sa cible première était le Pape. Le Collectif VAN vous soumet la traduction de cette interview en anglais parue dans Agos en date du 18 juin 2010.



AGOS weekly newspaper – interview avec lÂ’avocat Erdal Doğan

L'avocat Erdal Dogan a attiré l'attention sur les liens entre le meurtre de l’évêque Padovese et le meurtre d'autres non-musulmans


Funda Tosun
Agos, 18 juin 2010

Il y a-t-il un lien entre les meurtres du prêtre Santoro, de Hrant Dink et le massacre de Zirve, que l’on a qualifiés ‘d’opération’ du plan La Cage, et le meurtre de l’évêque Padovese ?

L'aspect le plus évident des incidents que vous avez indiqués est qu’ils visaient des non-musulmans. Si nous prenons acte du fait que dans ce pays les non-musulmans et les minorités ont toujours été utilisés comme des « proies » à des moments critiques de la politique, il ne serait pas trop exagéré de supposer qu'il existe un lien entre l'assassin de Padovese et les incidents non résolus dénommés « opération » dans les documents de La Cage, qui n'ont pas été entièrement élucidé à ce jour. Étant donné que nous et l'opinion publique pensons cela, il est impératif pour le gouvernement et d'autres institutions judiciaires et administratives - dont le devoir est de résoudre cet incident - de mener une enquête en supposant qu'il existe un lien. Mais l'image à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui est exactement le contraire et les autorités, qui ont le devoir d'enquêter et de résoudre cet assassinat, ont commencé par annoncer immédiatement que c'était un incident « individuel » comme elles l’ont fait dans les trois autres cas. Ces annonces officielles des autorités constituent une infraction en vertu de la loi actuelle.

Les documents saisis chez les suspects d’Ergenekon se référent à chacun de ces incidents comme à une ‘opération’ visant à renverser le gouvernement de l’AKP. Les mêmes documents précisent également que ‘les « opérations » ont échoué et n’ont pas atteint le résultat souhaité’. Alors que le calendrier "C" utilisé pour les opérations est important en ce qu’il révèle les calendriers précédents et le contexte des meurtres, il est dans l'intervalle nécessaire d'approfondir l'enquête, en supposant qu'il peut y avoir des incidents correspondant aux échéances ultérieures et l'un d'eux peut être l'assassinat de Padovese. Nous pouvons même aller plus loin et affirmer que l'assassinat du pape aurait pu être prévu dans les calendriers "D" et "E" comme une « opération très efficace ».

Compte tenu du climat politique actuel et de la loi de Gladio prévalant toutes ces années, il serait naïf de prétendre qu'il s'agissait d’un meurtre individuel commis dans un moment de folie innocente. En outre, une telle déclaration peut également être interprétée comme une première étape concrète pour camoufler la réalité.

Pouvez-vous parler des points noirs/non résolus dans les meurtres des non-musulmans en Turquie ?

En 2006, le prêtre Santoro de l’Eglise Santa Maria a été abattu par un adolescent de 17 ans qui n'avait jamais touché une arme à feu de sa vie et qui avait un haut degré de myopie. La première déclaration après l'assassinat a de nouveau été qu'il s'agissait d'un incident individuel, et cela a été suivi par d'autres déclarations. Ces déclarations vont jusqu'à alléguer que le prêtre massacré avait tenté d’abuser sexuellement de l'adolescent et c'est pourquoi il avait tiré sur lui...

De telles allégations ont été faites. Le cas du meurtre a été rapidement fermé lors de l'enquête judiciaire et la phase des poursuites, et a il été envoyé dans les sombres oubliettes de l'histoire. Toutefois, ils n'ont pas réussi à démêler la façon dont l'assassin a obtenu le pistolet Glock, qui est difficile à trouver, invisible aux rayons X et qui est utilisé dans les organisations de type Gladio ou qui est connu comme l’arme des assassinats commis par des gangs. En outre, aucune enquête effective ou concluante n’a été menée pour savoir qui sont les personnes et les groupes que cet adolescent prétend avoir rencontrés et avec qui il a discuté sur Internet. Un autre détail très important, c'est qu’un prêtre italien qui avait travaillé auparavant dans la même église avait été terriblement frappé, jusqu’à tomber dans le coma, par Yasin Hayal. Cet incident est également resté comme un cas particulier…

Personne n’a pris en compte de nombreuses questions importantes, tels que les enregistrements de Yasin Hayal et les conversations téléphoniques un jour avant le meurtre du prêtre Santoro, selon la décision de la Haute Cour pénale d’Erzeroum qui a des pouvoirs spéciaux, et personne n’a étudié les liens entre ces questions. Peu de temps après l'assassinat de Hrant Dink, Fatih Genç -le procureur général de l'époque à Trébizonde - a tenté de réexaminer ce cas et il a découvert la relation entre l'adolescent qui affirmait avoir assassiné le prêtre Santoro et Yasin Hayal, le suspect dans le cas de Hrant Dink. Le fils de 6 ans du Procureur Genz, qui a tenté de rouvrir l'affaire, est décédé dans un accident de la circulation extrêmement tragique, le 23 août 2007, quand une camionnette a heurté le garçon en face du bureau des membres de la magistrature. Il est bien connu que les organisations Gladio du monde entier assassinent souvent leurs victimes dans des accidents impliquant un véhicule.

Il a également été dit dans la presse que la personne qui a fourni le fusil à Yasin Hayal, comme il le prétend, est mort dans un accident de la circulation…

Il n’y a pas eu d’enquête sur les nombreux contacts de Hayal. Par exemple, les informations concernant la ligne téléphonique confidentielle qu'il a utilisé durant le bombardement du Mc Donald's ont été révélées par le rapport émis par le Conseil d'inspection du Premier ministre. Juste après avoir jeté la bombe dans le Mc Donald's de Trébizonde, le 24 octobre 2004 à 14h17, Yasin Hayal a téléphoné en Allemagne, et aussi aux Etats-Unis et en Suisse consécutivement, de la même ligne.

À la suite d'une enquête des renseignements, 53 appels internationaux ont été identifiés à partir de la ligne confidentielle, que la sécurité ne voulait pas dévoiler. Les contacts téléphoniques de Hayal varient principalement de l'Allemagne à la Hollande, la Suisse, la Russie, Chypre et même les États-Unis. La ligne est inscrite au registre des naissances de Burdur-Yeşilova au nom d'Esat Yorulmaz, né en 1979. En outre, la ligne utilisée par Hayal n'est pas la seule ligne qui appartient à Yorulmaz.

Les inspecteurs ont trouvé que la ligne appartenait à Esat Yorulmaz, demeurant à Denizli. Ils ont voulu parler à Yorulmaz. Cependant, ils ont découvert que Yorulmaz était mort dans un accident de la circulation environ 7 mois avant l’assassinat de Hrant Dink. De même, Yasin Hayal a affirmé qu'il avait obtenu l’arme utilisée pour assassiner Hrant Dink d'une personne décédée dans un accident 6 mois avant l'assassinat le 19 Janvier 2007.

De même, il y a eu de nombreuses tentatives pour écraser Ayla Eyüpoğlu (dont le frère et la nièce ont été tués par des personnes liées à Gladio) et ses parents dans les rues de Trébizonde, car ils suivaient courageusement le contexte de ces meurtres. Tous ces incidents ont été clos quand le processus judiciaire les a considérés comme de simples accidents.

Il y a-t-il dÂ’autres incidents suspects ?

Un autre accident suspect qui a eu lieu à cette époque, est l'accident de train dans lequel le représentant du Vatican à Istanbul Monseigneur Georges Marovitch a échappé à la mort, mais a été grièvement blessés. Alors que Marovitch attendait à la gare de Rome le 24 juillet 2007 afin de visiter la maison où le Pape Jean XXIII est né, il a été en quelque sorte poussé par derrière et il est tombé entre le train en marche et le quai et il a été gravement blessé. Ses côtes ont été brisées, ses organes internes atteints et il ne peut toujours pas marcher.

Le 16 décembre 2007, le prêtre italien Adriano Franchini a été poignardé par une personne nommée Ramazan Bay à l’Eglise Saint-Antoine, dans le district de Bayrakli à Izmir. L'auteur de l'attaque a déclaré qu'il avait été affecté par la série télé turque Kurtlar Vadisi / La Vallée des Loups, dont l’un des épisodes montraient les activités des missionnaires chrétiens.
Chacun de nous sait qu'il y a beaucoup de zones d’ombres dans l’assassinat de Hrant Dink. Dans le massacre de Zirve, le processus se poursuit sans enquête sur cette même zone d’ombre.

Pour le dernier meurtre, on a affirmé que le meurtrier de Padovese était un fou. Puis il a été dit qu'il avait des problèmes psychologiques graves et qu’il suivait un traitement. Une autre affirmation était que le meurtrier et l'évêque avait une relation homosexuelle. Mais le meurtrier a travaillé dans cette église pendant quatre ans et il n’a montré aucun signe de trouble mental au cours de cette période, selon le personnel de l'église et l’avocat privé de Mgr Padovese, Ercan Eris.

Dans de tels cas de meurtres, le trouble mental est utilisé pour légitimer le crime, pour alléger l'infraction et c’est aussi le prototype d'un auteur de crime très souvent utilisé par les organisations de type Gladio. Rappelez-vous qu’Alparslan Aslan, l'auteur de l'attentat contre le Conseil d'Etat, a mis en scène toutes sortes de drames à l'hôpital et dans les tribunaux pour prouver qu'il avait un trouble mental.

Un article paru dans la presse européenne évoque une rumeur très intéressante selon laquelle la véritable cible était le pape et que Padovese a perdu la vie en essayant d'arrêter le massacre.

Il s'agit effectivement d'une allégation très intéressante qui ne devrait pas être ignorée. Cet article est fondé sur les déclarations fournies par un responsable du Vatican qui prétend qu'un responsable de l'État turc les a appelés et leur a dit que l'auteur avait été mandaté par eux, mais cependant qu’il était récemment totalement hors de contrôle. En outre, cette personne avait l'intention de voyager avec Padovese pour comploter un assassinat au cours de la visite du Pape à Chypre. D’un autre côté, dans sa déclaration initiale, le criminel avait dit : « Je voulais tuer le pape, mais à la place j’ai tué l'évêque. » Ce qui indique la véritable cible.

S'il y a un plan contre le Pape, le fait que Padovese le sache, lui a peut-être causé un risque important. Si Padovese avait annulé son voyage pour cette raison et si le criminel ne pouvait pas atteindre son objectif pour cela, n'est-il pas possible que l'assassin ait sauvagement assassiné Padovese, qui connaissait toutes ces choses, en le poignardant 25 fois ?
Si l’on envisage cette allégation, tuer le Pape aurait été un mouvement « opérationnel » qui aurait causé une perte d’équilibre rapide au gouvernement AKP et à la Turquie en un laps de temps très court. Si nous envisageons cette affaire sous cet angle, si le Pape avait été assassiné et que le meurtrier avait crié Takbir*, toutes les réactions à travers le monde et au sein même de la Turquie auraient directement entraîné la chute du gouvernement de l’AKP. Cela peut sembler extrêmement affirmatif, mais le résultat aurait été celui-ci.

Si l'on considère cette allégation comme un fait, pourquoi le gouvernement ne désactive/pacifie pas un individu que l’on sait être hors de contrôle et dont on connaît l’objectif qui est de tuer le Pape ?

La source de l'information est très importante. Est-ce que la police nationale ou l'Organisation du renseignement MIT l’a fournie ? Ces questions sont importantes. Sans connaître la réponse à ces questions, il est difficile de dire quelque chose.

En termes de mesures, quÂ’est-ce que cela change si cette information est fournie au gouvernement AKP par l'Organisation Nationale de la Police ou par le MIT - lÂ’Agence nationale du Renseignement ?

Nous ne savons pas si cette information est directement entre les mains du gouvernement. Si ces informations existent, et si elles ne peuvent pas atteindre le gouvernement, nous pouvons en conclure que le gouvernement de l'AKP ne maîtrise toujours pas les Renseignements.

Comment évaluez-vous les déclarations faites par le Vatican ?

Des dizaines de meurtres et d'attaques ont été - et sont toujours - perpétrées d'une manière très systématique selon une exigence du Plan La Cage, ces cinq ou six dernières années, en particulier contre les institutions, les écoles et lieux de culte de la communauté arménienne et de la communauté protestante de Turquie. Or, chacun sait que tout ce qui a été fait jusqu'à présent, ce sont des actions de chaos pour assurer la puissance de l'organisation Ergenekon.

Dans tous ces meurtres et attaques commis, des acteurs différents interviennent, essayant de minimiser l'incident comme si c'était un cas isolé de meurtre. Un tel effort qui constitue un délit en soi, est très inquiétant. Bien sûr, comme le Pape l’a dit, le meurtre ne peut pas être attribué à tous les Turcs. Cependant, si la famille du prêtre tué et les autorités à Vatican pardonnent au criminel - comme dans les cas et les incidents précédents - et s'ils ne font pas mener d'enquête [dans l'incident] il y aura beaucoup d'autres meurtres de cette sorte ; parce que les procureurs qui doivent examiner ces incidents n'exploreront pas dûment pour savoir qui sont les instigateurs qui agissent en coulisses. Le Vatican doit faire sa part pour que l'enquête nécessaire dans cette affaire soit bien effectuée. De plus, le Vatican ne devrait pas autoriser qu’on l’induise en erreur. S’il est clair que ce meurtre restera dans l‘ombre comme les précédents, et que l'État turc ne fera pas ou ne sera pas capable de faire la lumière sur ce meurtre, ce que le Vatican doit faire est de porter ce meurtre à l'ordre du jour des Nations Unies, en exigeant une enquête ou un comité d'investigation. C'est une responsabilité impérieuse et c’est un devoir du Vatican vis-à-vis de ses paroissiens, dont les vies sont dans le péril.

Si le Vatican n'insiste pas sur la clarification de ces affaires, quÂ’est-ce que cela signifie politiquement ?

Puisque ce ne sont pas des délits d'individus, et si nous considérons que ce sont des crimes contre l'ordre public tant de la Turquie que du Monde, et qu'il y a une organisation fortement structurée derrière cela, personne n'a le pouvoir de pardonner quiconque. Vous pouvez pardonner ces actes dans votre conscience ou en raison de vos croyances religieuses et cela peut être une vertu à respecter. Nous pouvons penser que le Vatican a agi politiquement en vertu "de la tolérance religieuse et du dialogue" ou bien il peut y avoir d’autres calculs dont nous ne sommes pas conscients. Cependant, si nous pensons aux victimes et à l'échelle de la structure organisée des criminels, il est clair que la question ne peut pas être laissée à la tolérance individuelle ou à des croyances ou qu’elle soit utilisée comme un joker dans un règlement de compte politique.

Alors, quelle est responsabilité du gouvernement ?

Comme nous l’avons clairement vu dans le Plan La Cage, tous ces meurtres ont pour but de créer un chaos politique et renverser le gouvernement actuel. On a observé que le pouvoir judiciaire et les fonctionnaires aux ordres du gouvernement sont insuffisants et réticents à faire la lumière sur ces tueries- et en plus, ils résistent parfois à le faire. La position raciste et distinctive envers les non-musulmans empêche de résoudre entièrement ces meurtres. L’une des victimes de ces incidents est le gouvernement. Néanmoins, si le gouvernement échoue à faire ce qu'il doit faire pour enquêter sincèrement sur ces meurtres, il sera responsable de ces meurtres au premier degré.


* Mot arabe pour dire "Allah est grand"


©Traduction de l’anglais C. Gardon pour le Collectif VAN – 15 juillet 2010 – 07:10 - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org