Aujourd'hui : Mercredi, 26 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie – Arrestation de l’écrivain Dogan Akhanli
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L’écrivain turc Dogan Akhanli a été arrêté à son arrivée à l’aéroport d’Istanbul le 10 août 2010. C’est la première fois qu’il se rendait en Turquie depuis sa fuite en 1991. D. Akhanli est citoyen allemand depuis 2001. Il est également l’auteur du roman sur le génocide arménien de 1915, « Les juges de l’apocalypse ». Ce roman paru en turc en 1999 (Editions Belge de Ragip Zarakolu), n'a fait l'objet d'aucun écho dans la presse turque (mis à part Agos). Sa traduction en allemand est parue en 2007 sous le titre : "Die Richter des Jüngsten Gerichts". Le Collectif VAN vous livre la traduction de l’article concernant l’arrestation de l’écrivain, paru sur The Armenian Weekly le 21 août 2010.



Légende photo: Akhanli lors d’une conférence. À sa gauche, l’éditeur et militant Ragip Zarakolu.

L’écrivain et militant Akhanli arrêté à l’aéroport d’Istanbul

De : Weekly Staff

ISTANBUL, Turquie - Le 10 août, le célèbre écrivain turc Dogan Akhanli a été arrêté à l’aéroport d’Istanbul et placé en détention dans la prison Metris depuis lors. Il était venu en Turquie pour rendre visite à son père souffrant. Akhanli est devenu citoyen allemand en 2001. C’était sa première visite en Turquie depuis sa fuite en 1991.

Les procureurs turcs ont accusé Akhanli d’avoir participé au vol à main armée d’une agence de change en octobre 1989. Une personne est morte lors de cette attaque. Akhanli rejette les accusations et déclare n’avoir aucun rapport avec ce vol. Ses avocats, Haydar Erol à Istanbul et Ilias Uyar à Cologne rejettent également les preuves présentées par l’accusation turque, les déclarant complètement infondées.

Deux témoins et leurs témoignages ont soulevé des questions. Il a été prouvé que le premier témoin à avoir impliqué Akhanli en 1992 avait été torturé ; les déclarations que le témoin a présentées ne peuvent pas, par conséquence, être utilisées par la Cour. La police a ensuite présenté des photos d’Akhanli à un deuxième témoin, le fils de la personne décédée lors du vol, et elle a fait pression sur lui pour qu’il identifie Akhanli. Le témoin s’est mis d’accord avec la police et a suggéré qu’Akhanli était l’un des trois participants au vol à main armée et il a confirmé qu’il pouvait l’identifier en personne. (Dans un tribunal digne de ce nom, l’on doit présenter les photos de plusieurs suspects potentiels afin d’identifier une personne.)

Les amis et collègues d‘Akhanli ont émis une déclaration indiquant que dans un jugement en bonne et due forme l’accusé devrait être relâché pour manque de preuves. Cependant, le procureur assigné à cette affaire a décidé au bout de 20 minutes à peine que le cas devait être poursuivi. Une première plainte officielle déposée le 20 août a été rejetée et suivie du transfert d’Akhanli d’Istanbul à Tekirdag (sur la côte de la Mer de Marmara). Ce transfert rend les visites de ses avocats et des responsables consulaires allemands difficiles ou impossibles.

La déclaration indique également que : “Akhanli savait que des accusations avaient été formulées contre lui. Avant son départ, il s’était organisé avec les avocats pour sa défense, au cas où il serait arrêté et il avait prévenu ses amis. En tant qu’amis, collègues et citoyens engagés, nous acceptons que les autorités turques aient le droit d’enquêter sur le vol à main armée. Mais nous attendons aussi que le système judiciaire examine les preuves avec une grande attention et nous attendons la remise en liberté immédiate de l’accusé.”

Dogan Akhanli est passé dans la clandestinité après le coup d’état de 1980. De 1985 à 1987, il a été détenu dans une caserne militaire d’Istanbul et il a été torturé. En 1991, il a réussi à s’échapper et est parti en Allemagne où il a obtenu le statut de réfugié politique. La Turquie l’a déchu de ses droits civiques suite à sa fuite. Depuis le milieu des années 1990, l’écrivain vit à Cologne. Ses livres traitent de sujets allant du devoir de mémoire des génocides du 20e siècle, au dialogue interculturel et à la réconciliation. Akhanli a reçu de nombreux prix et récompenses. Il s’est aussi occupé de rechercher des informations liées à l’assassinat de Hrant Dink.


©Traduction de l’anglais C. Gardon pour le Collectif VAN – 27 août 2010 - 07:15 – www.collectifvan.org



Sur Akhanli voir aussi

Un démocrate turc d'Allemagne écrit le roman du génocide arménien

Lien en allemand sur le site Koeln.de :

http://www.koeln.de/koeln/koelner_schriftsteller_dogan_akhanli_in_der_tuerkei_verhaftet_353421.html






Retour à la rubrique


Source/Lien : Armenian Weekly



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org