Aujourd'hui : Lundi, 19 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La mission d'évaluation du Groupe de Minsk a commencé
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous livre cette newsletter bimensuelle sur l'actualité politique, économique et culturelle du Haut-Karabagh mise à notre disposition par la Représentation de la République du Haut-Karabagh en France.








La mission d'évaluation dans "les territoires adjacents au Haut-Karabagh" a commencé lundi 4 octobre et durera jusqu'au 14 octobre inclus.

Ainsi que l'ont fait savoir Igor Popov, Bernard Fassier et Robert Bradtke dans leur communiqué officiel du 25 septembre publié sur le site officiel de l'OSCE, « suite à leur prise de contacts préliminaires avec les fonctionnaires de l'ONU à Genève et à New York, les co-présidents ont formellement invité les experts du Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) à participer à ladite mission».

Alors que l'enquête en question vient seulement de commencer et il faudra sans doute des semaines avant que les experts en rendent les résultats publics, certains représentants de l'opposition arménienne s'y montre déjà extrêmement critique.

Ainsi, Marta Ayvazian du Congrès national arménien fait remarquer que contrairement à la mission d'enquête de 2005, celle de 2010 porte non seulement sur le repeuplement des territoires concernés, mais sur la situation humanitaire générale, l'état des monuments culturels et les infrastructures. De plus, la présence aux côtés des experts du Groupe de Minsk de ceux du Haut Commissariat pour les Réfugiés de l'ONU donne l'impression, selon Mme Ayvazian, que le problème des réfugiés azerbaïdjanais est définitivement réglé et qu'il s'agit maintenant de créer les conditions nécessaires à leur retour certain.

Par ailleurs, les organisations des réfugiés arméniens expulsés de l'Azerbaïdjan au début du conflit sont indignées de constater que leur sort ne semble guère préoccuper les médiateurs et experts de l'ONU, davantage intéressés par celui des réfugiés azéris, ayant quitté les territoires adjacents au HK.

Nombreux sont ceux en Arménie qui estiment qu'Erevan aurait dû exiger des co-présidents d'enquêter non seulement sur les territoires « azéris » sous contrôle arménien mais également sur les territoires du Haut-Karabagh sous contrôle azerbaïdjanais où les pires exactions ont été commises à l'encontre de la population et de l'héritage culturel arméniens.

C'est précisément ce qu'aurait obtenu Stepanakert des co-présidents du Groupe de Minsk en contrepartie de son accord à la mission des enquêteurs sur des territoires qui sont considérés par Stepanakert, rappelons-le, comme partie intégrante du Haut-Karabagh. Le porte-parole de la présidence du HK David Babayan déclarait ainsi à la radio « Azatoutioun » (« Liberté ») que « le HK a donné son accord à l'enquête sur ses territoires contre la promesse des médiateurs d'effectuer une mission similaire sur les territoires de Guetachène, de Chahoumian, de Martakert et de Martouni qui sont actuellement occupés par l'Azerbaïdjan ». Information confirmée par les co-présidents du Groupe de Minsk lors de leur rencontre à Erevan avec le président arménien Serge Sarkissian le 6 octobre. Igor Popov, Bernard Fassier et Robert Bradke ont affirmé en effet qu'ils visiteront, dès la première occasion propice, le cimetière arménien de Djoulfa, au Nakhitchevan, saccagé par les Azerbaïdjanais, où des centaines de milliers de khatchkars (stèles gravées de croix) ont été détruits.

Enfin, Erevan officiel rappelle par la voix de son ministre des Affaires étrangères que l'on compte en Arménie plus de 450 milles réfugiés dont la résolution des problèmes est une priorité du gouvernement arménien et que contrairement aux autorités azerbaïdjanaises, celles d'Arménie ne cherche pas à manipuler leur sort à des fins propagandistes.

Pour information, une enquête récente menée par le centre de recherches analytiques « Sigma » révèle que seuls 10 % des 648 000 réfugiés et personnes déplacées enregistrés en Azerbaïdjan souhaitent retourner dans leurs lieux d'habitation d'origine.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Représentation du Haut-Karabagh en France



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org