Aujourd'hui : Jeudi, 19 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
"La colère de ceux qui s'opposent à cette loi en Turquie est malsaine. Surtout celle des intellectuels... (Taner Akçam).
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Commentaire Collectif VAN :
Un article très intéressant de Taner Akçam, l'un des rares intellectuels turcs à ne pas se prononcer contre la loi votée le 12 octobre dernier en France. Voici un résumé en français.

La loi sanctionnant le génocide arménien fait beaucoup de bruit en Turquie mais quel est le vrai problème

Qu'est-ce qu'on rejette ? C'est le mot génocide, c'est le fait de qualifier "faute" le déni du génocide... En dehors de ça, faites dites ce que vous voulez on fermera les yeux...Une question plus sérieuse pour laquelle peu de gens donnent une réponse : est-ce bien de batailler avec des lois pénales contre les exterminations massives de l'histoire? Oui, ceci est dans la tradition française...(Taner Akçam fait ici une description de la loi Gayssot) ...Ce n'est pas la peine de parler de l'Algérie, ceux qui bataillent pour le génocide bataillent aussi pour l'Algérie...

La France n'est pas la seule à adopter une loi telel que la loi Gayssot...(Taner Akçam en énumère d'autres, émanant de pays de l'UE). La Turquie est confrontée à ce problème dans le cadre de son adhésion à l'UE ..(Taner Akçam parle de la démocratie et de son importance pour faire partie de l'Europe).Il n'est pas sérieux de rejeter la question de cette loi. Il y a trois alternatives :
a) Rejeter les lois pénales, Holocauste y compris, au nom de la liberté d'expression
b) Accepter et sanctionner les négations des génocides confirmés par un tribunal (Holocauste, Rwanda, Yugoslavie)
c) Ne pas sortir une loi spéciale, traiter le sujet dans le cadre du "racisme" : donner son avis face à un événement serait une chose et avoir des sentiments et propos haineux une autre.

Mes pensées sont très proches du 3e cas. C'est-à-dire une 3e voie entre "la liberté totale" des Etats Unis et des applications actuelles européennes. On peut considérer que l'approche américaine est la plus juste. Mais nous devons aussi prendre en considération les répressions racistes contre les Turcs et les musulmans en Europe. Elles sont de même nature que celles des neo-nazis qui nient l'holocauste. Comment faire face à ces courants racistes au nom de la liberté d'_expression ? De tous points de vue, la question c'est la démocratisation de l'Europe. Toute approche qui ne prend pas en considération l'évolution démocratique de l'Europe tombe en dérision. Qui dit "ne considère pas mon génocide comme un délit, le reste je m'en fous" dit la même chose que quelqu'un qui dit le contraire. Pour cette raison, ceux qui disent à la France "le génocide des Arméniens n'a pas eu lieu" doivent détenir des arguments très forts en ce qui concerne la loi Gayssot et la négation de l'holocauste. La problématique de l'Europe est basée sur la confrontation avec sa propre histoire en même temps que la question de racisme.

"La France fait tout pour décourager la Turquie" a écrit A.Turan Alkan dans Zaman. (Il commente le fait d'insister sur cette loi pour faire fuir la Turquie). Et c'est réussi...80 à 90% des Turcs disent "d'aller au diable" à l'UE et à la France. Ceux qui soutiennent "la liberté d'_expression" contre cette loi ont certes raison sur le point du totalitarisme...mais à la fin ces arguments apparaissent superficiels quand on approfondit la question. La colère de ceux qui s'opposent à cette loi en Turquie est malsaine. Surtout celle des intellectuels... Si cette loi passe en France je suppose qu'elle restera dans les limites des actions politiques, ça ne sera pas du même genre que notre loi 301.. Je pense que le Droit français est différent du nôtre. Et moi je ne suis pas prêt à partager la culture de Kemâl Kerinçsiz.

Si on pouvait nous aussi confronter notre passé autant que la France fait face à l'Algérie...Pouvez-vous imaginer que l'Assemblée Nationale turque ouvre une conférence avec des gens comme moi ? En 1999 le Sénat Français a fait une rencontre Arméno-Turque, un des organisateurs était un ancien détenu de la question algérienne. Dans son discours il avait fait le parallèle entre les deux problèmes des deux peuples..Par là je veux dire que c'est même une honte que de comparer nos attitudes avec les leurs devant ce genre de problème. Au lieu de dire "Occupe-toi de toi d'abord" il vaut mieux dire "Arrangeons améliorons notre chez nous".

Dink, Mahçupyan et Zarakolu pensent que l'attitude de la France rend difficile le travail des réformes en Turquie. Sans doute, d'un côté ont-ils raison. Mais moi je suis de l'avis de ne pas prendre à la légère l'argument "Retourne-toi et regarde derrière-toi". Nos intellectuels se laissent porter par le climat ambiant. Ils ne vont pas au-delà de l'attitude qui consiste à lancer des attaques verbales contre la France. Peut-être en Turquie fait-il encore chaud mais à Minneapolis il a neigé dernièrement. La différence vient de là.

Traduction résumée : Collectif VAN



Retour à la rubrique




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org