Aujourd'hui : Lundi, 1 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Aljazeera : débat TV sur le génocide arménien
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Pour les anglophones, voici un débat télévisé mené avec maestria par Riz Khan sur Aljazeera en anglais et diffusé le jeudi 16 Décembre 2010 : « L'identité turque à un carrefour. La Turquie peut-elle construire une identité nationale moderne sans faire face à son passé tourmenté ? » Avec Ece Temelkuran, auteure de "Deep Mountain: Across the Turkish-Armenian Divide", et Mustafa Akyol, journaliste et écrivain. Aucun des deux ne nie les horreurs du passé, mais tout n'est pas si simple... En somme, des discours à décrypter. Signalons aussi quelques commentaires d’internautes négationnistes qui s’affichent à l’écran alors que l'émission est illustrée par des photos de massacres d’époque.

Riz Khan, le présentateur de l'émission, connaît très bien son sujet [il évoque même la création du mot génocide par Raphael Lemkin qui s’est basé sur l’anéantissement des Arméniens en 1915] et la formulation incisive de ses questions laisse supposer qu’il n’est pas dupe de la dimension de « langue de bois » présente dans les réponses de ses invités, même si par courtoisie, il les laisse s’exprimer à leur gré.

Précision : les deux journalistes turcs invités sont supposés incarner, sur ce sujet sensible, deux positionnements opposés. Ece Temelkuran, l'auteure de "Deep Mountain: Across the Turkish-Armenian Divide" représente les démocrates turcs softs, fervents partisans du dialogue arméno-turc. Et Mustafa Akyol est journaliste à Hurriyet, le plus grand quotidien de Turquie, de tendance kémalo-nationaliste.

Cela ne l'empêche pas d'avoir, dans cette interview, une position assez proche de celle de Ece Temelkuran. Néanmoins cette dernière ne sert pas au public les deux refrains usés que M. Akyol entonne, lui, sans hésiter.

Refrain numéro 1 : selon lui, les Arméniens doivent de leur côté se montrer sensibles aux souffrances des Turcs en 1915. Mustafa Akyol demanderait-il aux Juifs et aux Tsiganes de s’incliner devant la souffrance des familles de SS, et mettrait-il sur le même plan le soulèvement du ghetto de Varsovie et les attaques de la Wehrmacht ? Dommage que Riz Khan ne lui ait pas posé la question….

Refrain numéro 2 : « pendant des siècles Turcs, Kurdes et chrétiens étaient amis, sous l’Empire ottoman, donc une Turquie multi-culturelle est à nouveau possible ». Quid des kidnappings d'enfants et de jeunes filles qui ont été le quotidien des familles arméniennes d’Anatolie durant des siècles ? Des droits réduits des non-musulmans ? De l’esclavage ? Des massacres épisodiques pour rappeler qui était le maître ?

Les deux journalistes turcs se rejoignent en tout cas pour expliquer que politiser cette histoire [de génocide] n’a qu’un effet négatif, que les exigences de réparations [par exemple le procès intenté il y a quelques jours par des descendants américains de victimes détenteurs des titres de propriété des biens spoliés par la Turquie], tout comme les demandes de reconnaissance officielle ou les résolutions des parlements étrangers n’aboutissent qu’à braquer la population turque. Tous les deux déplorent que la diaspora « ruine les efforts en vue d’un dialogue » et soulignent la nécessité d’un « nouveau discours ». M. Akyol conseille à la diaspora de viser « le cœur et l’esprit » des Turcs.

A propos d’esprit, Riz Khan évoque un article critique paru dans The Armenian Weekly, qui accuse le livre Deep Mountain, entre autres, d’infantiliser les Arméniens. Ece Temelkuran lui répond qu’elle a écrit cet ouvrage (où elle interviewe seulement des intellectuels et artistes) en « visant les gens ordinaires, les Arméniens ordinaires et les Turcs ordinaires, non les intellectuels qui connaissent déjà le sujet. »

En somme, il serait donc approprié d’avoir un certain discours sur le génocide arménien pour les intellectuels, et un autre pour les cerveaux « ordinaires » - comme s’il fallait être Einstein pour saisir de quoi il s’agit.

Le plus intéressant est que pas une seule fois, pas une, le mot « justice » n’est prononcé par ces intellectuels turcs au cours d’un entretien fort long, portant sur le crime de masse fondateur de leur pays. Du reste, ceux qui ont lu le livre ont constaté que ce terme est également absent du discours d’Ece Temelkuran dans Deep Mountain.

De reconnaissance officielle, il n’est pas question non plus, ni pour elle, ni pour Mustafa Akyol. Après tout, les Arméniens attendent depuis 95 ans la reconnaissance par l'Etat turc des événements de 1915. On leur demande juste un ultime effort pour que ce génocide passe définitivement dans les oubliettes de l'histoire. Après, nous pourrons tous nous "réconcilier" autour d'un verre de raki pour oublier "les souffrances communes".

© Collectif VAN – 20 décembre 2010 – 07:20 - www.collectifvan.org

Riz Khan

L'identité turque à un carrefour.

La Turquie peut-elle construire une identité nationale moderne sans faire face à son passé tourmenté ?




http://www.youtube.com/v/r8sVe9SKKDo

L’assassinat de plus d'un million d'Arméniens pendant et après la Première Guerre mondiale et les allégations de violations des droits de l'homme contre les Kurdes sont depuis longtemps des questions politiques sensibles en Turquie.

Mais alors que la Turquie tente de prouver sa légitimité démocratique pour sa demande d'adhésion à l'UE, certains disent qu’elle doit en faire davantage pour obtenir un débat public plus ouvert sur son passé violent.

Nous accueillons, lors de l'émission du jeudi de Riz Khan, Ece Temelkuran, l'auteur de Deep Mountain: Across the Turkish-Armenian Divide, et Mustafa Akyol, un journaliste et écrivain.

Une émission de Riz Khan, jeudi 16 Décembre 2010.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Aljazeera



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org