Aujourd'hui : Lundi, 1 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : la posture des Assurances allemandes
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Des sociétés allemandes ont déposé une demande de nouvelle audience à la 9e Cour d’appel, après qu’une commission de trois juges de cette cour a statué que les descendants des victimes du génocide arménien pouvaient réclamer les paiements aux compagnies d’assurance-vie qui opéraient dans l’Empire ottoman. Au lieu de dépenser des fortunes en avocats, les sociétés d’assurance allemandes devraient régler l’affaire rapidement et payer les dommages dus aux héritiers des souscripteurs arméniens décédés. Ces sociétés allemandes ont évité de se soumettre à leurs obligations financières pendant quasiment un siècle, et elles ont scandaleusement utilisé la propagande négationniste turque pour se couvrir. Leur avocat a même cité des textes révisionnistes postés sur le site Internet de l’ambassade turque. Si ces compagnies avaient déposé une motion similaire, niant le génocide juif et citant des textes néonazis, elles auraient mis la clé sous la porte dans les 24 heures ! » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’article du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier, le 27 janvier 2011.

Les sociétés d’assurance allemandes devraient cesser d’escroquer leurs clients arméniens


De Harut Sassounian
Édité par The California Courier
Éditorial de Sassounian du 27 janvier 2011

Des sociétés allemandes ont déposé une demande de nouvelle audience à la 9e Cour d’appel, après qu’une commission de trois juges de cette cour a statué que les descendants des victimes du génocide arménien pouvaient réclamer les paiements aux compagnies d’assurance-vie qui opéraient dans l’Empire ottoman.

Au lieu de dépenser des fortunes en avocats, les sociétés d’assurance allemandes devraient régler l’affaire rapidement et payer les dommages dus aux héritiers des souscripteurs arméniens décédés. Les nombreux Arméniens qui vivaient dans l’Empire ottoman faisaient confiance à ces compagnies européennes et payaient rubis sur l’ongle leur prime d’assurance, afin qu’un jour, après leur décès, leurs familles reçoivent les capitaux de ces assurances.

Ce procès n’a rien à voir avec la reconnaissance du génocide ou le droit des États américains vis-à-vis du gouvernement fédéral. Ces compagnies allemandes ont violé leurs accords contractuels et n’ont pas honoré les promesses faites aux détenteurs arméniens de police d’assurance. Leurs héritiers ont le droit d’obtenir les paiements qui leurs sont dus, que leurs ancêtres aient été tués par des pervers génocidaires ou des ivrognes au volant ! Le seul point pertinent ici est qu’après le décès des assurés, les héritiers auraient dû être rapidement payés, selon les termes et conditions des contrats d’assurance-vie.

Au lieu de quoi, ces sociétés allemandes ont évité de se soumettre à leurs obligations financières pendant quasiment un siècle, et elles ont scandaleusement utilisé la propagande négationniste turque pour se couvrir. Leur avocat a même cité des textes révisionnistes postés sur le site Internet de l’ambassade turque. Si ces compagnies avaient déposé une motion similaire, niant le génocide juif et citant des textes néonazis, elles auraient mis la clé sous la porte dans les 24 heures !

Les avocats avancent l’argument que la reconnaissance du génocide arménien par le gouvernement américain « nuirait grandement aux intérêts de la politique étrangère de la nation. » Que les compagnies d’assurance allemandes utilisent des arguments aussi hors de propos pour continuer à s’enrichir est grotesque. Protéger les intérêts de la nation relève de la responsabilité du gouvernement américain et non de celles des compagnies allemandes.

Dans leur appel, les avocats des compagnies allemandes commencent intelligemment leur laïus sur le passé des États-Unis en matière de reconnaissance du génocide arménien, en ne citant que les trois derniers présidents américains, car sous leurs mandats, la Chambre des Représentants n’a pas adopté de nouvelle résolution sur le génocide arménien.

Heureusement, l’histoire américaine ne commence pas en 2000. Comme par hasard, les avocats ne tiennent pas compte du fait que le gouvernement américain a reconnu le génocide arménien en 1951, dans un document qui fut soumis à la Cour internationale de justice (Cour mondiale). Depuis lors, par deux fois, la Chambre des Représentants – en 1975 et en 1984 – a adopté deux résolutions commémorant le génocide arménien, et en 1981, le président Reagan a émis une Proclamation présidentielle mentionnant le génocide arménien. En outre, 42 États américains et une multitude de villes américaines ont reconnu le génocide arménien au cours de ces 50 dernières années. Le gouvernement fédéral n’a jamais émis d’objection ni exprimé son désaccord à l’égard de ces actions. Si reconnaître le génocide arménien n’est pas dans l’intérêt des États-Unis, ainsi que le soutiennent ces avocats, alors le président Reagan, le Département américain de la Justice, les centaines de membres de la Chambre qui ont voté en faveur de la résolution sur le génocide, des milliers de législateurs des 42 états et de nombreux maires et gouverneurs doivent être anti-américains !

De fait, ces affirmations historiques sont bien plus pertinentes dans cette affaire que les annonces immorales et politiquement motivées des trois derniers présidents des États-Unis. Lorsqu’en 2000, la Californie a adopté une loi rallongeant la limite des réclamations sur les assurances souscrites par les victimes du génocide arménien, elle l’a fait sur la base des antécédents des USA en matière de reconnaissance du génocide jusqu’à cette date. Depuis lors, aucune nouvelle résolution n’a été adoptée et aucun vote n’est venu contredire ce passé historique. Pas un responsable américain n’a jamais nié la réalité du génocide arménien. En réalité, ces antécédents se sont trouvés considérablement renforcés par le fait que lors des mandats des trois derniers présidents, les comités successifs de la Chambre, et au moins en quatre occasions – en 2000, 2003, 2007 et 2010 – ont adopté des résolutions reconnaissant le génocide arménien.

L’aspect le plus ridicule de l’appel des compagnies allemandes, est cette tentative de justifier leur comportement irresponsable en citant votre auteur comme une “autorité” ainsi que l’un de mes articles dans lequel je critiquais le président Obama qui s’était référé au génocide arménien en utilisant le terme “Medz Yeghern.” Ken Hachikian, président du Comité National Arménien d’Amérique, est également listé comme une “autorité.” Lui aussi s’était plaint de l’utilisation de ce terme. Le choix des mots du président Obama n’a aucune pertinence dans le fait que ces compagnies ont escroqué leurs clients arméniens et leurs héritiers en ne payant pas les sommes dues.

Plutôt que de faire appel, il est grand temps que les sociétés d’assurance allemandes cessent de jouer avec les réclamations légitimes découlant du décès de leurs clients et versent rapidement les capitaux dus à leurs descendants.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 27 janvier 2011 – 07:46 –www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org