Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 27 janvier
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).






Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 27 janvier 2006 -- Par la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste » qu’elle a adoptée le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale a décidé que les Nations Unies observeraient tous les ans, le 27 janvier, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. En effet, le samedi 27 janvier 1945, les troupes soviétiques avaient libéré Auschwitz, la plus énorme industrie au service de la solution finale, la Shoah. La première Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste s'est tenue le 27 janvier 2006.

Ça s’est passé un 27 janvier (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

27 janvier 1919 -- Turquie : Télégrammes extraits des dossiers de la commission Mazhar. Copie conforme à l'original, faite le 27 janvier 1919, par le chef de la première division, capitaine Ismaïl Rifaat. F, télégramme du 14 juillet 1915 [v.s.] portant le numéro d'ordre 169 : « Non seulement les enfants des familles arméniennes qui restent ne circulent pas dans leurs propres villages, mais ils n'osent pas même mettre les pieds sur le seuil de leurs portes. Un des faits regrettables qui se manifestent dans ce district est le pillage sans merci qui se poursuit dans les villages arméniens, opéré par les gendarmes suppléants, les cavaliers circassiens, et par toute une foule composée de musulmans ; le Trésor public subit de ce fait des pertes énormes. C'est ce qui ressort du rapport du commandant de la Garde. Il est nécessaire de contrecarrer absolument cet état de choses, car il est inutile de souligner l'impression désastreuse que provoque ce pillage, qui peut grandement s'étendre et atteindre des proportions imprévisibles. Le remplaçant du commandant de division, Chehabeddine. » Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989.
Imprescriptible : Télégrammes extraits des dossiers de la commission Mazhar

27 janvier 1920 -- Au commencement de l’année 1920, les Principales Puissances alliées reconnurent le gouvernement de l’État arménien comme gouvernement de fait. Et le 27 janvier, le Secrétariat général de la Conférence de la Paix avisa le Président de la Délégation de la République arménienne que, dans sa séance du 19 janvier 1920, le Conseil suprême avait pris les deux décisions suivantes:
« 1° Que le gouvernement de l’État arménien sera reconnu comme gouvernement de fait » ;
« 2° Que cette reconnaissance ne préjugera pas la question des frontières éventuelles de cet État ». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant
le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.

Imprescriptible : La reconnaissance de fait de l'Arménie et les pourparlers entre le conseil suprême et le conseil de la Société des nations au sujet du mandat sur l'Arménie

27 janvier 1923 -- L’esprit général du traité de Lausanne : la Question des Capitulations .
Le désaccord sur le futur régime judiciaire des étrangers était complet entre les Alliés et les Turcs, le 6 janvier 1923. Les Alliés déclarèrent ouvertement leur manque de confiance dans le système judiciaire turc. Et cependant, à la séance du 27 janvier de la Commission du régime des étrangers, on put constater une volte-face complète. Les Alliés se décidèrent à une importante modification de leur système. « Tenant compte des objections que cette proposition a rencontrées de la part de la délégation turque, dit le Marquis Garroni, les Alliés se sont évertués à trouver une solution de nature à ménager toutes les susceptibilités du gouvernement turc ». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : L’esprit général du traité de Lausanne : la Question des Capitulations

27 janvier 1942 -- Les fascistes hongrois exécutent un raid sur Stari Bečej, un village situé près de Novi Sad (Yougoslavie), au cours duquel ils massacrent plus de 100 juifs.
- Après l'occupation de Benghazi (Libye) par les Britanniques, ce port est bientôt repris par les Germano-Italiens. La communauté juive est aussitôt attaquée, les magasins sont systématiquement pillés, puis, à la suite d'un ordre de déportation, pratiquement tous les juifs de Benghazi sont envoyés à Giadi, un camp dans le désert à 240 kilomètres au sud de Tripoli, où ils se trouvent soumis au travail forcé dans des conditions inhumaines, en plus d'une épidémie de fièvre typhoïde. 562 juifs périssent.
Skynet : 27 janvier, ce jour-là, n’oubliez pas

27 janvier 1944 -- 300 juifs du ghetto de Grodek Jagiellonski (Ukraine) sont fusillés par les SS.
- Création d'un mouvement de résistance juif clandestin dans le ghetto de Pruzana (Biélorussie). Les nazis apprennent son existence et décident de liquider le ghetto. Le 27 janvier commence la déportation des juifs, dont 2 500 sont envoyés au camp d'extermination d'Auschwitz. Certains d'entre eux résistent vaillamment.
Skynet : 27 janvier, ce jour-là, n’oubliez pas

27 janvier 1945 -- Libération d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge (7000 détenus).
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah : Chronologie du nazisme à la Shoah, les procès

27 janvier 1946 -- Le 27 janvier 1973, Kourken Yanikian, 77 ans, écrivain arméno-américain et survivant du génocide arménien de 1915, assassinait dans une chambre de l'Hôtel Biltmore à Santa Barbara en Californie, deux agents consulaires turcs (le Consul général de Los Angeles, Mehmet Baydar, 47 ans, et le vice-consul, Bahadır Demir, 30 ans) qu'il avait attirés au motif de leur remettre un billet de banque et un tableau de l'époque de l'Empire ottoman. Son avocat de la défense avait tenté de faire venir à la barre des survivants du génocide arménien pour qu'ils témoignent du traumatisme de leur expérience, dans le cadre de la stratégie de défense de Yanikian concernant la «diminution de sa capacité mentale», mais ses requêtes ont été rejetées par le tribunal. Yanikian est connu pour avoir déclaré: «Je ne suis pas Kourken Yanikian, mais je suis l'histoire méconnue qui resurgit pour les 1.500.000 Arméniens dont les os ont profané mon existence invisible». Le 2 juillet 1973, Kourken Yanikian était condamné à la prison à vie. Il a été libéré sur parole 11 ans plus tard en janvier 1984 par celui qui était alors gouverneur de Californie, George Deukmejian. Après la mort de Yanikian, le procureur David D. Minier a écrit: "Avec le recul, je regrette de ne pas avoir laissé prouver le génocide, non pas parce que Yanikian aurait dû sortir libre, mais parce que les chapitres les plus sombres de l'histoire - ses génocides - devraient être exposés, de sorte que leurs horreurs soient moins susceptibles de se répéter." Il est admis que l'acte de Yanikian a déclenché la série d'assassinats et d'attaques ciblées contre des diplomates turcs par le CJGA [Commando des Justiciers du Génocide Arménien] et l'ASALA [Armée Secrète pour la Libération de l'Arménie] dans les années 1970 et 1980.
Wikipedia

27 janvier 1973 -- Kourken Yanikian, 77 ans, écrivain arméno-américain et survivant du génocide arménien de 1915, assassinait dans une chambre de l'Hôtel Biltmore à Santa Barbara en Californie, deux agents consulaires turcs (le Consul général de Los Angeles, Mehmet Baydar, 47 ans, et le vice-consul, Bahadır Demir, 30 ans) qu'il avait attirés au motif de leur remettre un billet de banque et un tableau de l'époque de l'Empire ottoman. Son avocat de la défense avait tenté de faire venir à la barre des survivants du génocide arménien pour qu'ils témoignent du traumatisme de leur expérience, dans le cadre de la stratégie de défense de Yanikian concernant la «diminution de sa capacité mentale», mais ses requêtes ont été rejetées par le tribunal. Yanikian est connu pour avoir déclaré: «Je ne suis pas Kourken Yanikian, mais je suis l'histoire méconnue qui resurgit pour les 1.500.000 Arméniens dont les os ont profané mon existence invisible». Le 2 juillet 1973, Kourken Yanikian était condamné à la prison à vie. Il a été libéré sur parole 11 ans plus tard en janvier 1984 par celui qui était alors gouverneur de Californie, George Deukmejian. Après la mort de Yanikian, le procureur David D. Minier a écrit: "Avec le recul, je regrette de ne pas avoir laissé prouver le génocide, non pas parce que Yanikian aurait dû sortir libre, mais parce que les chapitres les plus sombres de l'histoire - ses génocides - devraient être exposés, de sorte que leurs horreurs soient moins susceptibles de se répéter." Il est admis que l'acte de Yanikian a déclenché la série d'assassinats et d'attaques ciblées contre des diplomates turcs par le CJGA [Commando des Justiciers du Génocide Arménien] et l'ASALA [Armée Secrète pour la Libération de l'Arménie] dans les années 1970 et 1980.
Wikipedia

27 janvier 2006 -- Par la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste » qu’elle a adoptée le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale a décidé que les Nations Unies observeraient tous les ans, le 27 janvier, la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. En effet, le samedi 27 janvier 1945, les troupes soviétiques avaient libéré Auschwitz, la plus énorme industrie au service de la solution finale, la Shoah. La première Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste s'est tenue le 27 janvier 2006.

27 janvier 2007 -- Suisse : A Davos en Suisse, à l'issue de sa rencontre avec Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération helvétique, le ministre turc des affaires étrangères Abdullah Gül a, en marge du Forum économique mondial, de nouveau nié l'existence du génocide arménien : «Il n'y a pas eu de génocide» arménien entre 1915 et 1917, a-t-il répété.
Collectif VAN : Ankara nie le génocide arménien

27 janvier 2007 -- Turquie : environ 400 personnes se sont réunies, à l’appel de l'association turque ACORT (L'Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie) pour une marche silencieuse en mémoire du journaliste arménien assassiné, et sont allées de la place de la République à la place de la Bastille, sous la banderole "Nous sommes tous des Hrant Dink", "Nous sommes tous des Arméniens". Le Président d'Accort a soigneusement évité l'utilisation du mot "génocide", lui préférant - suivant la terminologie officielle turque habituelle -, celui d'"évènements". Certains, parmi les signataires de cet appel, étaient même des négationnistes patentés du génocide arménien. Une manifestation avec peut-être des bons sentiments mais également de forts relents de récupération.
Collectif VAN : Manifestation en mémoire de Hrant Dink à Paris

27 janvier 2010 -- Le Premier Ministre du Pays de Galles reconnaît le génocide arménien lors de la journée commémorative de l'Holocauste.
Wikipédia : Reconnaissance politique du génocide arménien

ONU : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org