Aujourd'hui : Dimanche, 22 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 10 février
Publié le : 10-02-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)

Légende photo : 10 février 1944 -- 1 500 hommes et femmes, internés au camp de regroupement de Drancy, sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 1 229 d'entre eux sont gazés aussitôt après leur arrivée. 42 hommes et 24 femmes seulement survivront jusqu'à la libération du camp en 1945.

Photo : Le camp de Drancy, en région parisienne


Ça s’est passé un 10 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

10 février 1896 -- Empire ottoman : l'intervention européenne permet enfin un armistice au début de janvier, puis la cessation définitive des hostilités à des conditions négociées avec le Sultan et acceptées le 10 février 1896 : « reddition des armes de guerre », « amnistie générale », « abandon » par le gouvernement « des arriérés d'impôts », « promesse de dégrèvement pour l'impôt foncier » ; enfin, deux mesures très significatives : « expulsion du territoire de l'Empire de cinq membres des Comités révolutionnaires venus de l'étranger » et « application des réformes contenues dans l'Acte général ». © Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaire - Calmann-Lévy (2006), Flammarion (1975)
Imprescriptible : Un génocide exemplaire

10 février 1911 -- Empire ottoman : le Comité central décida, après avoir pris connaissance d’un rapport de synthèse de Zéki bey, de faire démissionner au moment opportun les ministres Talaat — démissionnaire le 10 février 1911 — et Djavid, les seuls membres du CUP au sein du cabinet. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : L’implication du Comité Union et Progès dans les massacres de Cilicie

10 février 1915 -- Empire ottoman : le codirecteur de la Banque ottomane, un Arménien, fut assassiné en pleine rue, vers six heures du soir. Malgré les prétendus efforts du gouvernement, les coupables ne furent jamais retrouvés. Il ne fait aucun doute aujourd'hui que le motif de l'assassinat était purement politique. Durant cette même période, l'évêque arménien d'Erzindjan fut également assassiné. © Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaire - Calmann-Lévy (2006), Flammarion (1975)
Imprescriptible : Un génocide exemplaire

10 février 1916 -- Empire ottoman : Télégramme adressé par Abdulahad Nouri à la Direction générale de l'installation des tribus et des déportés de Constantinople le 10 février 1916 et portant le numéro 63. « Au moment où les froids continuent avec rigueur, en envoyant à l'endroit désigné les orphelins disponibles, on assurera leur repos éternel. Nous demandons en conséquence l'ordonnance du crédit demandé. »
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : Les documents Naïm-Andonian

10 février 1916 -- Le Commissaire aux déportations d’Alep demande des fonds au ministre de l’Intérieur [de l’Empire ottoman] pour couvrir les dépenses liées à l’extermination des orphelins.
Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

10 février 1916 -- Erzberger, un représentant allemand du Reichstag, rend visite à Enver et Talaat, pour protester contre les massacres et les excès de la déportation.
Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

10 février 1918 -- Empire ottoman : mort d’Abdül Hamid II à Constantinople. Entre 1894 et 1896, dans toute l'Anatolie et jusqu'à Constantinople, ce seront plus de 200 000 Arméniens qui seront tués sous son règne, quelques 100 000 étant islamisés de force et plus de 100 000 femmes enlevées pour être envoyées dans des harems. Ces massacres, qui précèdent de deux décennies le génocide arménien, ont valu au sultan le surnom de Kızıl Sultan, le « Sultan Rouge » ou le « Grand Saigneur ». Par une triste ironie de l’Histoire, Abdül Hamid II était le fils d'une Arménienne du Harem nommée Verjine. De tous temps, les jeunes filles arméniennes de l’Empire ottoman, ont été enlevées, séquestrées dans les harems et islamisées de force.
Wikipédia : Abdülhamid II

10 février 1919 -- Empire ottoman : lors de la troisième session de la Cour martiale de Yozgat, le 10 février 1919, le Président du Tribunal lit le témoignage du gouverneur de la province, Kémal, noté lors des auditions de la Commission d'Enquête Mazhar. Dans ce témoignage, Kémal dit qu'il a reçu des télégrammes destinés à être brûlés après qu'il les ait lus. Pour certains documents, envoyés dans les provinces, des ordres simultanés avaient été donnés, pour qu'ils soient brûlés ou détruits. Or, un télégramme chiffré était resté par hasard dans les Archives ottomanes, datant du 22 juillet 1915, envoyé par la Direction Générale de la Police et signé par Talaat Pacha. Le télégramme explique comment traiter les convertis dans les caravanes de déportés, et ordonne ensuite au destinataire « d'informer spécialement les intéressés du contenu de ce télégramme, et ensuite de sortir le télégramme du bureau de poste et de le détruire » (Procès de la Cour Martiale, chiffré 54,100).
Par Taner Akcam.
Journal Radikal du 26 décembre 2004.

Imprescriptible : Le nettoyage des archives ottomanes

10 février 1919 -- Empire ottoman : à l’audience du 10 février, le juge Moustafa Remzi admettra la responsabilité des secrétaires-délégués dans chaque province, chargés de superviser l’exécution des populations arméniennes. Le lendemain, Eugénie Varvarian, âgée de 18 ans et native de Yozgat, rappellera avec précision le pillage, à Tchiftlik, de son convoi et le massacre de Keller, accusant nommément Feyaz et Kemal, citant d’autres criminels libres de leurs mouvements au moment du procès. Les interrogatoires vont montrer l’implication de la hiérarchie militaire et révéler que les Arméniens convertis ne devaient pas excéder 5% de la population locale, quitte à liquider les autres.
Petite encyclopédie du génocide arménien : Le procès des massacreurs de Yozgat

10 février 1926 -- Empire ottoman : l’armée turque intervint dans le village d’Azekh. Sur les ordres du commandant de l’armée, les villageois [chrétiens syriaques ] durent rendre leurs armes, au total 1361 fusils. Après avoir quitté le village en emportant les armes réquisitionnées, l’armée y retourna et arrêta 257 personnes parmi les habitants d’Azekh. Environ 700 personnes parvinrent à s’enfuir et à échapper aux arrestations. Les autres furent envoyés à Midyat où ils restèrent emprisonnés.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

10 février 1936 -- L'absence de tout contrôle juridictionnel sur les agissements de la Gestapo est officiellement confirmée le 10 février 1936, par une loi qui indique notamment que « les ordres et les affaires de la police secrète ne sont pas sujets à l'examen des tribunaux administratifs », loi qui ne fait que confirmer un avis de la Cour administrative de Prusse de 1935, selon lequel une mise en détention de protection ne peut être contestée devant un tribunal.
Wikipédia : Gestapo

10 février 1942 -- Loi interdisant aux juifs de changer de nom.
Les Forts en Moselle : Chronologie de la guerre

10 février 1942 -- A Leczna (Pologne), 4 juifs sont pendus, un autre est fusillé par la Gestapo. Ils avaient quitté leur camp pour aller au ravitaillement.
Skynet : 10 février, ce jour-là, n’oubliez pas

10 février 1943 -- Deuxième grande rafle visant les familles juives étrangères à Paris.
Les 11 400 enfants juifs déportés de France - Plaquette Klarsfeld/Mairie de Paris

10 février 1943 -- 2 000 juifs sont fusillés dans le ghetto de Stryj (Ukraine).
Skynet : 10 février, ce jour-là, n’oubliez pas

10 février 1944 -- 1 500 hommes et femmes, internés au camp de regroupement de Drancy, sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 1 229 d'entre eux sont gazés aussitôt après leur arrivée. 42 hommes et 24 femmes seulement survivront jusqu'à la libération du camp en 1945.
Skynet : 10 février, ce jour-là, n’oubliez pas

10 février 1945 -- Révolte au camp de Mauthausen.
Les Forts en Moselle : Chronologie de la guerre

10 février 1960 -- Allemagne : la mort de Berger Friedrich. Berger organise l'officine dite « Gestapo de la rue de la Pompe » à Paris, et se rend coupable de nombreux crimes. Il s'enfuit à la Libération, est arrêté à Milan le 7 mai 1948 mais réussit à s’évader. Condamné à mort par contumace pour crimes contre l'humanité, il se cache en Allemagne et ne sera pas retrouvé avant sa mort de maladie, le 10 février 1960 à Munich.
BS Encyclopédie : Côté allemand

10 février 2003 -- Turquie : M. Erdogan a, le 10 février, déclaré que la Turquie considérera comme une “ insulte ” une éventuelle proposition américaine de commander les troupes turques dans le Kurdistan d’Irak en cas d'une éventuelle intervention militaire contre l'Irak. “ Une telle chose sera une insulte pour le peuple (turc). Nous considérerons une proposition en ce sens comme une insulte ”, a-t-il indiqué. M. Erdogan a souligné que l'armée turque était dotée de l'expérience et des forces nécessaires pour mener des missions dans cette région et a mis l'accent sur la présence militaire turque dans le Kurdistan d'Irak depuis années.
Fondation-Institut kurde de Paris : Ankara veut profiter de la guerre en Irak pour étouffer l’autonomie du Kurdistan irakien

10 février 2004 -- France : les députés français adoptent le projet de loi sur la laïcité, qui interdit le port de signes religieux "ostensibles" dans les écoles, collèges et lycées publics.
Yahoo ! : L'éphéméride du jeudi 10 février 2011

10 février 2008 -- Allemagne : discours du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan prononcé lors de la 44ème Conférence sur la sécurité de Munich, les 9 et 10 février. Après la négation de génocide de 1915, la Turquie par la voix de son Premier ministre accuse les Arméniens d’être l’auteur d’un génocide envers les Azéris. Traduction d’un article en anglais du quotidien arménien Azg publiée sur le site de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie du 14 février 2008.
Collectif VAN : Arménie – Turquie : Erdogan complète sa réponse à Oskanian

10 février 2010 -- France. Le consul général de Turquie rencontre les lycéens à Combourg. Prestation « éducative » du Consul Général de Turquie, Ugur Ariner : ce dernier, reçu à l’occasion du Festival Travelling Istanbul, au Lycée Chateaubriand de Combourg, a déclaré aux lycéens que « Génocide implique une intention. Il s'agit d'un massacre, pas d'un génocide.», « Une commission d'historiens a été créée en 2009 pour décider.» Et : « La Turquie accepte les Kurdes comme des frères. » (!) Ses trois dernières affirmations sont bien sûr fausses. Le temps d’une rencontre, le soin « d'instruire » les élèves a été confié au représentant d'une puissance étrangère notoirement négationniste et régulièrement accusée de violations des droits de l'homme. Pourquoi ? Nous sommes au moins en droit d'espérer que les jeunes ont été mis en garde par leur équipe pédagogique : en effet, notre pays a promulgué, le 29 janvier 2001, une loi déclarative par laquelle « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ». Et il serait bon que ce lieu d'éducation et de connaissance qu'est "l'école de la République", respecte la loi, et ne serve pas de tremplin à la diffusion de messages révisionnistes, surtout par une personnalité officielle, inévitablement nantie, aux yeux des élèves, de la légitimité que lui supposent son titre et l'invitation que lui a faite l'administration. Que pensent nos instances éducatives d’une telle ‘conférence’ ?
Cachez ce génocide que je ne saurais voir


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org