Aujourd'hui : Dimanche, 20 avril 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 février
Publié le : 16-02-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant ici


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 16 février 1943 -- Pologne : Maïdanek (ou Majdanek) fut ouvert en octobre 1941 en tant que camp de prisonnier de guerre sous contrôle SS et fut transformé en camp de concentration le 16 février 1943. Maïdanek était divisé en différents camps: camp de prisonnier de guerre; camp d'extermination; camp d'enfants. A l'origine, deux chambres à gaz utilisant du Ziklon-BI avaient été installées dans des baraques en bois.

Photo: Les chambres à gaz du camp de Maïdanek (ou Majdanek) en Pologne


Ça s’est passé un 16 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

16 février 1349 -- Durant la nuit du 16 février, tous les juifs sont expulsés de Burgdorf sur l'Emme (Suisse), accusés de propager la peste. Le seigneur Eberhard von Kyburg les chasse de ses domaines et confisque tous leurs biens.
Skynet : 16 février, ce jour-là, n'oubliez pas

16 février 1863 -- Création du Comité international de la Croix-Rouge par le Suisse Henry Dunant.
Wikipedia: 16 février

16 février 1912 -- Un armistice fut signé le 3 décembre entre l'Empire ottoman et la Bulgarie. Cette dernière représentait également la Serbie et le Monténégro et des négociations commencèrent à Londres. La Grèce participa à cette conférence mais refusa un cessez-le-feu et continua ses opérations militaires. Les négociations furent interrompues le 5 février, lorsque le coup d'État mené par Ismail Enver renversa le gouvernement de Kiamil Pasha. Dès la fin de l'Armistice, le 16 février, les hostilités reprirent.
Wikipedia: Guerre balkanique

16 février 1916 -- Empire ottoman : la Gazette de Lausanne du 16 février 1916 a donné, d'après le journal arménien Droshak, des renseignements très intéressants. Un notable allemand venant de Constantinople et qui connaît à fond la question d'Orient et spécialement la question arménienne, mais dont le journal est obligé de taire le nom, aurait fait, lors de son passage à Genève, la déclaration suivante : « Tout ce qui se passe en Arménie était depuis longtemps projeté par les Jeunes-Turcs ; ils n'attendaient qu'un moment propice, et l'horrible guerre actuelle fut la meilleure occasion pour eux. L'insurrection arménienne n'est qu'un prétexte. J'ai des preuves que je publierai toutes en leur temps. » La suppression des Arméniens, Méthode allemande - Travail turc, René Pinon
Imprescriptible.fr : Chapitre II, Avant les massacres

16 février 1916 -- Empire ottoman : une demande américaine d'envoyer des secours aux Arméniens a été rejetée par la Turquie.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

16 février 1916 -- USA : le Secrétaire d'Etat américain Robert Lansing demande à l'ambassadeur allemand Bernstorff d’arrêter les massacres des Arméniens.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

16 février 1916 -- Empire ottoman : Talaat envoie une note à Urfa, Aintab et Kilis demandant des documents permettant d’accuser les Arméniens.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

16 février 1916 -- Empire ottoman : l'armée russe occupe Erzeroum. Dans toute la province, seules quelques femmes arméniennes en captivité sont retrouvées vivantes.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

16 février 1916 -- Empire ottoman : « Dès le 16 février 1916, les soldats turcs commencèrent à affluer par groupes à Mardin. Les autorités ordonnèrent de vider les églises, les mosquées et les grandes maisons, ce qui multiplia les noires calamités et propagea les maladies, la famine, la pauvreté et autres atrocités de la guerre… Alors se réalise la parole d’Ezéchiel : “Au dehors l’épée ; la maladie et la famine au dedans. Ceux du dehors moururent de l’épée et ceux de la ville furent dévorés par la famine et l’épidémie” [Ezéchiel, 7]. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : VII. RÉCITS SUR LA PUNITION DE DIEU(référencés P)

16 février 1916 -- Revue Armenia, n° 29, 16 février 1916 : « Malgré la promesse d'accorder un statut d'autonomie politique sous tutelle turque à l'Arménie, formulée par Nadji bey, porte-parole du CUP et le Dr Behaeddin Chakir, spécialement dépêchés à Erzeroum à la fin du Congrès, Rostom, Agnouni et Vramian refusent le projet du gouvernement, car celui-ci vise aussi à organiser une insurrection arménienne au Caucase. Cette fermeté des Arméniens irrite le Dr Behaeddin Chakir, qui s'écrie: «C'est une conspiration ! Dans un moment [aussi] critique, vous soutenez les Russes et refusez de défendre le gouvernement. Vous oubliez que vous jouissez de son hospitalité» © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les relations entre le Comité Union et Progrès et la Fédération Révolutionnaire Arménienne à la veille de la Premiere Guerre mondiale d'après les sources arméniennes

16 février 1917 -- Deux semaines avant d’être nommé ministre des Affaires étrangères, [Richard von] Kühlmann, dans un compte rendu du 16 février 1917 rappelant l’histoire du conflit arméno-turc, rapportait « l’anéantissement des Arméniens, mis en œuvre à grand échelle par une politique d’extermination » aux « tentatives de réformes en faveur des Arméniens, et particulièrement celles qui furent lancées pendant la guerre des Balkans de 1912 ».
Autopsie du génocide arménien, Par Vahakn N. Dadrian

16 février 1919 -- M. Poincaré, Président de la République, a adressé une lettre au Patriarche des Arméniens catholiques de Cilicie, l’assurant de la protection de la France. Lettre : « Le gouvernement de la République ne considère pas comme étant aujourd’hui accomplie la tâche qui lui incombe vis-à-vis des populations arméniennes. Il sait le concours que l’Arménie et, plus particulièrement, le noble pays de Cilicie, attendent de lui pour jouir en toute sécurité des bienfaits de la paix et de la liberté, et je puis assurer Votre Béatitude que la France répondra à la confiance qu’elle lui a témoignée à cet égard » (L’Asie française, n° 199, p. 65). Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L’accord franco-turc d’Angora du 20 octobre 1921 et l’exode des Arméniens de la Cilicie

16 février 1919 -- Cilicie : 16 et 17 février à Alexandrette, où cantonnaient les 10e et 13e compagnies du 4e bataillon arménien. Ces unités, composées d’éléments recrutés à Damas, n’avaient qu’un mois de discipline militaire. Leurs gradés, nommés à la hâte, étaient encore dépourvus d’instruction militaire. Soldats comme gradés étaient portés à épouser les querelles de leurs compatriotes face au spectacle de misère offert par les rapatriés, venus d’Alep et se dirigeant vers la Cilicie. Le dimanche 16 février, une dispute éclata dans la salle d’un café-concert entre les unités antagonistes. Après un échange de coups de revolvers, les combattants rejoignirent leurs casernes, les tirailleurs pour s’y mettre à l’abri et les légionnaires pour appeler leurs camarades à la rescousse. Un coup de feu tiré sur une patrouille arménienne venue rétablir l’ordre, d’une maison appartenant à un musulman qui avait pris part aux déportations et qui accueillait chez lui des tirailleurs, déclencha le véritable signal du soulèvement. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie(1916-1921)

16 février 1919 -- Des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura se livrent à Felchtin (Ukraine) à un pogrom qui dure deux jours. 485 juifs sont massacrés et 142 autres blessés, dont la plupart meurent rapidement. Tous les biens des juifs sont pillés.
- Des rebelles conduits par l'ataman Sokolovski, allié de Simon Petlioura et de son Armée nationale ukrainienne, se livrent à un pogrom à Radomysl (iev). De nombreux juifs sont massacrés, beaucoup d'autres grièvement blessés et mutilés.
Skynet : 16 février, ce jour-là, n'oubliez pas

16 février 1920 -- Des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, atteignent Bobrik. 7 juifs son tués par les soldats et de nombreux autres blessés.
Skynet : 16 février, ce jour-là, n'oubliez pas

16 février 1933 -- Devant la menace allemande, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie constituent la "Petite Entente" et créent un conseil permanent.
Yahoo! L'éphéméride du mercredi 16 février 2011

16 février 1940 -- Constitution du ghetto de Lodz.
Skynet : 16 février, ce jour-là, n'oubliez pas

16 février 1940 -- En février 1940, 1800 Juifs des villes allemandes de Stettin et Schneidemühl furent déportés vers Lublin, en Pologne, où rien n’était prévu pour les accueillir. Le chef, récemment nommé, de la police et de la SS du disctrict de Lublin, Odilo Globocnik déclara à ce sujet le 16 février 1940 : « [les] Juifs évacués devaient se nourrir par leur propres moyens et être entretenus par leurs compatriotes, car ces Juifs avaient assez [de vivres]. Si cela ne marchait pas, qu’on les laisse crever de faim. » Dieter Pohl, Von der "Judenpolitik" zum Judenmord : Der Distrikt Lublin des Generalgouvernements, 1939-1944, Francfort, 1993, p. 52, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination, Editions du Seuil, 2008, p. 71-72.
PHDN : L’extermination au jour le jour dans les documents contemporains

16 février 1943 -- Pologne : Maïdanek (ou Majdanek) fut ouvert en octobre 1941 en tant que camp de prisonnier de guerre sous contrôle SS et fut transformé en camp de concentration le 16 février 1943. Maïdanek était divisé en différents camps: camp de prisonnier de guerre; camp d'extermination; camp d'enfants. A l'origine, deux chambres à gaz utilisant du Ziklon-BI avaient été installées dans des baraques en bois. Ces chambres à gaz furent remplacées par après par d'autres, ces dernières étant construites en briques. Les opérations d'extermination commencèrent en avril 1942 et se terminèrent en juillet 1944. On estime que plus de 360.000 personnes sont mortes à Maïdanek, ce chiffre comprenant une majorité de juifs ainsi que des polonais et des prisonniers de guerre russes.
Jewishgen.org : Majdanek (Pologne)

16 février 1943 -- « Comme première mesure de représailles, il est prévu d’arrêter 2000 Juifs et de les déporter vers l’Est. » ACHENBACH ; Le 16 février 1943, le Chef de Service des Affaires Juives de la Gestapo, le SS-Obersturmführer Heinz Röthke écrit dans une note :”A titre de représailles pour l’attentat du 13 février 1943 contre deux officiers aviateurs allemands, 1500 hommes aptes au travail doivent être déportés de France, et pour cela doivent être fournis des milliers de Juifs”.
Ifrance: LA CONSTITUTION DES 2 CONVOIS N° 50 ET 51EN DATE DES 4 ET 6 MARS 1943

16 février 1943 -- 1 108 internés du cap de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) sont déportés à destination du camp d'extermination d'Auschwitz.
- 600 femmes, enfants et vieillard juifs du ghetto de Borislav (Ukraine) sont conduits à l'abattoir municipal pour y être massacrés.
Skynet : 16 février, ce jour-là, n'oubliez pas

16 février 1961 -- Chypre décide de demander son admission aux Nations unies.
Wikipedia : 16 février

16 février 1976 -- Liban : le premier secrétaire de l'ambassade de Turquie, Oktay Cerit, est assassiné par l’ASALA le 16 février 1976 à Hamra.
Armée secrète arménienne de libération de l'Arménie

16 février 2000 -- Le président allemand Johannes Rau, s'exprimant devant le Parlement israélien, demande pardon pour l'extermination de six millions de juifs durant la Seconde Guerre mondiale.
Wikipedia : 16 février

Le 16 février 2010 -- France : le Festival « Travelling Istanbul », qui avait débuté le 9 février 2010, s’achève le 16 février. Inscrit dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, il « a ainsi profité d’un soutien financier et logistique bienvenu » selon l’éditorial de l’Association Clair Obscur, organisatrice de ce festival de cinéma de Rennes Métropole. Problème : les programmes officiels - qui contenaient à l’origine en page 3, une présentation chronologique de l’Histoire de la Turquie, signalant le génocide des Arméniens pour les années 1915-1917 -, ont tous été censurés et masqués par une photo !
Cachez ce génocide que je ne saurais voir


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org



Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org