Aujourd'hui : Lundi, 1 septembre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 22 février
Publié le : 22-02-2013

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant ici


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 22 février 1897 -- Paris : Jean Jaurès, homme politique français, philosophe, historien et théoricien socialiste, membre du comité de rédaction de la revue Pro Armenia, fait, entre 1896 et 1897, trois interventions à la tribune de la Chambre des députés, concernant les massacres des Arméniens qui ont lieu en Turquie, entre 1894 et 1896. Ordonnés par le sultan de l'Empire ottoman, Abdul Hamid, dit le "Sultan rouge" ou le « Grand Saigneur », ces massacres ont fait plus de 200 000 victimes. Ils sont annonciateurs du génocide de 1915. Dans son intervention du 22 février 1897, Jaurès critique l'attentisme du ministère des Affaires étrangères qui encourage les violences. Il démontre que la démocratie implique de combattre la tyrannie même hors de ses frontières, en utilisant une phrase restée célèbre: « L'humanité ne peut vivre éternellement avec dans sa cave le cadavre d'un peuple assassiné »

Photo : Jean Jaurès


Ça s’est passé un 22 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


22 février 1349 -- Les persécutions accompagnant l'épidémie de peste noire atteignent Schaffhouse (Suisse). Les membres de la communauté juive, avec leur rabbin, sont brûlés sur le bûcher.
- Après la communauté juive de Schaffhouse, celle de Zurich devient la proie des persécutions qui suivent l'épidémie de peste noire. Bien que le conseil municipal tente de protéger les juifs, il finit par céder à la pression de la foule. Les juifs de Zurich sont brûlés sur le bûcher.
Skynet : 22 février, ce jour-là, n’oubliez pas

22 février 1501 -- Un autodafé a lieu à Tolède (Espagne). Une femme juive convertie de force au catholicisme, qui se dit prophétesse, a été arrêtée par l'Inquisition. Ses disciples sont arrêtés eux aussi et condamnés à mort. 38 hommes qui ont cru en elle, sont brûlés sur le bûcher aussi.
Skynet : 22 février, ce jour-là, n’oubliez pas

22 février 1897 -- Paris : Jean Jaurès, homme politique français, philosophe, historien et théoricien socialiste, membre du comité de rédaction de la revue Pro Armenia, fait, entre 1896 et 1897, trois interventions à la tribune de la Chambre des députés, concernant les massacres des Arméniens qui ont lieu en Turquie, entre 1894 et 1896. Ordonnés par le sultan de l'Empire ottoman, Abdul Hamid, dit le "Sultan rouge" ou le « Grand Saigneur », ces massacres ont fait plus de 200 000 victimes. Ils sont annonciateurs du génocide de 1915. Dans son intervention du 22 février 1897, Jaurès critique l'attentisme du ministère des Affaires étrangères qui encourage les violences. Il démontre que la démocratie implique de combattre la tyrannie même hors de ses frontières, en utilisant une phrase restée célèbre: « L'humanité ne peut vivre éternellement avec dans sa cave le cadavre d'un peuple assassiné ».
ACAM : Il faut sauver les Arméniens
Imprescriptible : Citations d'hommes politiques personnalités historiques

22 février 1915 -- Empire ottoman : le 21 février l'armée turque à Urmia a pris en otage 61 Assyriens impliqués dans la mission française, et dont ils exigeaient une rançon importante. La mission n'avait malheureusement pas les moyens de libérer plus de 20 personnes. Le 22 février, les 41 personnes restantes ont été exécutées et leur tête arrachée de leur corps. Parmi eux, se trouvait l'évêque Mar Denkha.
Wikipédia : Génocide assyrien

22 février 1916 -- Empire ottoman : le ministre de l’Intérieur, Mehmed Talât, ordonne la liquidation des déportés arméniens internés dans les camps de concentration de la ligne de l’Euphrate et leur concentration à Der Zor. Raymond Kevorkian, L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].
Mass Violence : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916)

22 février 1918 -- Récit fait à Alep, par les Sœurs Assomptionnistes de Samsoun, le 22 février 1918 : « Notre communauté se composait, au moment de l’émigration, de dix religieuses, dont une d’origine française. La maison de Hassa (village situé aux environs de Samsoun), comprenant quatre religieuses, dont deux canadiennes et deux françaises, dépendait de celle de Samsoun, et tous ses membres étaient partis pour la France le jour de la déclaration de la guerre. Cette maison possédait une école et un petit internat. Celle de Samsoun, beaucoup plus considérable, entretenait un pensionnat de jeunes filles, le premier de la région, qui donnait l’instruction et l’éducation à plus de 500 élèves de toutes confessions. Fondé en 1825, grâce au secours de la France, cet établissement prospéra si bien que l’édifice fut bientôt insuffisant pour recueillir le nombre, sans cesse croissant, des élèves. Cette prospérité suivait, du reste, celle de la ville, qui progressait rapidement grâce sa situation, Samsoun étant le débouché des vilayets du centre de l’Arménie. Aussi nos supérieurs avaient-ils projeté plusieurs autres constructions, quand tout fut ruiné par l’exode général. »
J. Naayem, Les Assyro-chaldéens et les Arméniens massacrés par les Turcs.
Documents inédits recueillis par un témoin oculaire, Paris, Bloud § Gay, 1920

Imprescriptible : Les massacres de Samsoun

22 février 1919 -- Turquie : les ordres adressés au commandant de la IIIe armée (front du Causase), Kiamil pacha, et retransmis par circulaire aux vali des provinces sous sa juridiction, c'est-à-dire Erzeroum, Trébizonde, Bitlis, Van, Kharpout, Diarbékir et Sivas, furent réclamés aux vali de ces mêmes provinces par la commission d'enquête. Les vali de Sivas et de Diarbékir envoyèrent les originaux alors que ceux des cinq autres provinces conservèrent les originaux pensant pouvoir les utiliser pour leur défense comme preuve qu'ils n'avaient fait que se conformer aux ordres reçus. Suleïman Faïk pacha, commandant la division « Mamouret-ul Aziz », avoua qu'il conservait plusieurs télégrammes de Mahmud Kiamil pacha lui ordonnant d'exterminer les Arméniens, Krieger cite des télégrammes saisis lors des perquisitions à Constantinople et rapporte plusieurs exemples de cette correspondance échangée entre les provinces et la Cour martiale de Constantinople :
– Demande adressée le 22 février 1919 au vali d'Angora d'un registre contenant la liste nominale de plus de quinze cents Arméniens massacrés à Boghazlian et dans les environs, documents se trouvant à la division militaire de cette ville.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : La commission Mazhar

22 février 1924 -- Turquie : le Patriarche d’Antioche pour les Syriaques catholiques, Mgr Rahmani, lance un appel au Haut-Commissaire de Syrie et du Liban, le général Weygand, en l’informant de la situation précaire de sa communauté en Turquie, laquelle est soumise aux mauvais traitements du régime. Selon les nouvelles parvenues au Patriarcat, à Beyrouth, les vexations des autorités turques ont commencé depuis trois semaines et ont pris comme cibles principales les villes d’Urfa, de Mardine et ses environs : « [...] à Ourfa les chrétiens sont officiellement avisés de leur prochaine expulsion. Ils ne doivent rien prendre avec eux. Tous leurs biens meubles et immeubles deviennent propriété du fisc. Quelques familles sont déjà arrivées en Syrie, nous attendons les autres.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

22 février 1933 -- Allemagne: la SA, la SS et le Stahlhelm deviennent « police auxiliaire ». Aussitôt commence un déferlement de violences contre les communistes.
Wikipédia : 1933

22 février 1941 -- A la suite de l'agitation persistante et de la résistance opposée par les juifs d'Amsterdam aux nazis, ces derniers bouclent hermétiquement le quartier juif. 400 hommes sont arrêtés dans les rues. Ils sont déportés aux camps de concentration de Buchenwald et de Mauthausen où ils périssent pratiquement tous, à l'exception de deux ou trois survivants.
- A Varsovie, la vente de nourriture aux Juifs en dehors des limites du ghetto est interdite et punie de travaux forcés.
- Déportation de 289 otages juifs de Hollande vers le camp de Buchenwald. Un seul survivra à la fin de la guerre.
Skynet : 22 février, ce jour-là, n’oubliez pas

22 février 1941 -- France : le régime disciplinaire des camps de travail-GTE est défini par un décret du 22 février 1941 qui prévoit les sanctions à appliquer en cas d’indiscipline ou d’abandon de poste :
1. Envoi dans un groupe disciplinaire.
2. Envoi dans un camp d’internement.
Rappel : la loi du 27 septembre 1940, “Loi sur la situation des étrangers en surnombre dans l’économie nationale”, avait créé les “Groupes de travailleurs étrangers” ou GTE. Courant 1941, l’administration avait créé des GTE entièrement composés de Juifs, qu’elle a baptisés : “Groupes palestiniens”, parfois appelés “groupes juifs homogènes”.
Ajpn : Groupement Palestinien de Travailleurs Étrangers

22 février 1942 -- Allemagne : Hitler confiait à un cercle de proches :
« Le Juif sera identifié! Nous devons livrer la même bataille que Pasteur et Koch. D’innombrables maladies trouvent leur origine dans un seul bacille: le Juif! Le Japon les aurait aussi attrapés s’il était resté plus longtemps ouvert aux Juifs. Nous irons bien quand nous aurons éliminé les Juifs. »
PHDN : L’antisémitisme mortifère d’Hitler

22 février 1943 -- Conséquence d'un accident au cours duquel un juif a blessé un ukrainien, la communauté de Stanislavov (Ukraine) est anéantie par les SS et la police ukrainienne. 10 000 personnes sont massacrées dans le cimetière juif. Un mouvement de résistance juif, dirigé par Oska Friedländer et Auda Luft, lutte contre les nazis.
- 3 500 juifs de Jendrzejow (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.
- La Bulgarie accepte la déportation de 11 000 Juifs. Ils sont parqués dans 20 trains, qui s’arrêtent chaque jour pour enlever les corps de ceux qui sont morts dans la journée.
Skynet : 22 février, ce jour-là, n’oubliez pas

22 février 1943 -- Les Italiens refusent les ordres allemands de déporter les Juifs de France placés sous leur zone de contrôle. Ribbentrop se plaindra à Mussolini : les militaires italiens « ne comprennent pas bien la question juive ».
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

22 février 1943 -- Décapitation de la «Rose blanche»: le 22 février 1943, trois étudiants allemands d'une vingtaine d'années, Hans et Sophie Scholl et Christoph Probst, premiers membres de La Rose blanche jugés par le Volksgerichtshof, sont guillotinés le jour même de leur condamnation à mort dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime est d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, «La Rose blanche» (Die Weiße Rose en allemand).
Herodote.net
Wikipedia

22 février 1944 -- Un transport de 86 juifs de Narva (Estonie) arrive au camp d'extermination d'Auschwitz. Les déportés sont tués sans délai.
- Un transport de 462 juifs de Fossoli (Italie) arrive au camp d'extermination d'Auschwitz. Les déportés sont tués en quelques heures.
Skynet : 22 février, ce jour-là, n’oubliez pas

22 février 1944 -- Situé à environ 20 kilomètres au nord de Modène, le camp de Fossoli di Carpi est à l'origine un camp d'internement créé en mai 1942 pour des prisonniers anglais. Transformé par les Italiens en camp de transit en décembre 1943. Des convois en partent le 22 février. Dans le convoi du 22 février un déporté va survivre à l'horreur et fournir un témoignage capital sur les camps.
BS Encyclopédie : La déportation en Italie

22 février 1962 -- Turquie : tentative de coup d'État du colonel Talat Aydemir. Le putsch a été avorté sans faire de victimes par la résistance énergique du premier ministre İnönü. Aydemir s'est rendu à condition de ne pas être jugé.
Wikipédia : Turquie

22 février 2005 -- France : le CDCA fait appel de la décision du TGI dans le procès l’opposant au Consul de Turquie et à Wanadoo-France Télécom.
CDCA

22 février 2008 -- France : le PS et les Verts n’estiment pas nécessaire de savoir si les candidats présents sur leurs listes électorales sont d’accord sur les valeurs éthiques et morales défendues par leur parti. Le sénateur PS et maire de Strasbourg, Roland Ries, souligne qu’il est opposé à la loi pénalisant la négation du génocide arménien et espère que cette loi ne sera pas présentée au sénat. Dans sa liste, il a deux Turcs qui affirment qu’on ne leur pas demandé s’ils reconnaissaient le génocide arménien.
Collectif VAN : Roland Ries (PS) contre la pénalisation du négationnisme

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org