Aujourd'hui : Samedi, 20 décembre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 24 février
Publié le : 24-02-2014

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant ici


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 24 février 1942 -- La situation des juifs roumains sous le régime fasciste du "Pétain roumain" Ion Antonescu était la même que dans toute l'Europe sous contrôle nazi. Une association sioniste de Bucarest affrète alors un bateau, le Struma pour 769 réfugiés juifs qui envisagent de demander à Istanbul des visas pour la Palestine. La Turquie leur interdit de débarquer. Les passagers du navire, hommes, femmes, enfants, ont été laissés en quarantaine pendant 10 semaines au large d'Istanbul, affolés, plongés dans la misère et la faim. Les autorités turques firent remorquer le « Struma » au large de la Mer Noire, le 22 février 1942, non sans avoir fait saboter auparavant les machines de manière irréversible. Les centaines de passagers juifs du Struma furent ainsi envoyés à la mort dans la mer Noire : leur navire y a été torpillé par erreur par le sous-marin soviétique SC 213 le 24 février 1942. Le capitaine du Struma était un Arménien de Bulgarie, Grigor Timofei Garabetenko, qui périra avec l'ensemble des passagers et de l'équipage. Cette tragédie est moins connue que la fameuse épopée de l’Exodus de l’été 1947.






Ça s’est passé un 24 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

24 février 1147 -- Au début de la deuxième croisade, la plupart des communautés juives d’Allemagne, qui n’ont pas oublié les massacres accompagnant la première croisade, demandent la protection de l’empereur germanique Konrad III et des évêques. Ils se réfugient dans la forteresse de leur évêque ou de leur ville. Les juifs de Wüzburg ont fait totalement confiance à la protection de l’évêque. Quand les troupes des croisés atteignent la ville, le 24 février, des émeutes antijuives éclatent, au cours desquelles 20 juifs sont assassinés et de nombreux autres blessés.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1349 -- Les persécutions consécutives à l’épidémie de peste noire atteignent la ville de Dresde sur l’Elbe (Allemagne). Tous les juifs de la ville sont rassemblés et brûlés sur un bûcher.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1484 -- Second jour de l’autodafé de Ciudad Real (Espagne). Ce jour-là, 15 hommes et femmes sont encore brûlés vifs, accusés d’avoir vécu dans la foi juive, tandis que les effigies et les ossements de 20 autres judaïsants sont brûlés sur des bûchers spéciaux.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1916 -- Le 24 février 1916, le journal de Paris « Le Temps» publia le télégramme suivant de Rome : « D'après des informations arrivées au Vatican, les Turcs ont mis à feu et à sang la région de Mamouret-ul-Aziz tuant tous les chrétiens, y compris l'évêque arménien catholique Mgr. Ivraklon, qui fut soumis à de longues et épouvantables tortures ».
Livre Bleu du Gouvernement britanique concernant le traitement des Arméniens dans l’Empire ottoman
Imprescriptible : VILAYET DE MAMOURET-UL-AZIZ

24 février 1919 -- France : le 24 février 1919, se réunit à Paris une Conférence panarménienne qui siégea jusqu'au 22 avril. Cette Conférence comprenait les représentants non seulement des Arméniens de Russie et de Turquie, mais de ceux du monde entier. Elle arrêta définitivement le programme des revendications arméniennes et élut une nouvelle Délégation nationale, sous la présidence de Boghos Nubar, composée de six membres. D'après les directives de la Conférence, la Délégation nationale et la Délégation de la République arménienne devaient former ensemble la Délégation de l'Arménie intégrale qui aurait à s'occuper de toutes les questions ayant un caractère général.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : La proclamation de l'Etat arménien intégral

24 février 1919 -- Mandat français en Cilicie : le 24 février, le colonel Brémond adressa au général Allenby un relevé des principaux actes de banditisme imputés aux légionnaires arméniens pour la période allant du 21 janvier au 15 février 1919. Mais comme le fit remarquer le colonel Brémond, il convient de faire la part de l’exagération, voire de la calomnie, car ces imputations étaient extraites d’un rapport du vali d’Adana et des rapports quotidiens de la police. Il n’en demeure pas moins que la participation de soldats arméniens à des faits de banditisme était avérée. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie(1916-1921)

24 février 1920 -- Hitler présente la doctrine nazie
Au cours d'une réunion publique organisée à la Hofbräuhaus de Munich, Adolf Hitler présente pour la première fois l'idéologie nazie devant une assistance de 2 000 personnes. Il propose, grâce à la création d'un parti nazi, de créer un "État raciste national-socialiste". Hitler publiera son livre-programme "Mein Kampf" (Mon combat), cinq ans plus tard, en 1925.
L’Internaute : Jour Par Jour ... Le 24 février

24 février 1921 -- Turquie : d’après un document qui fut lu à la séance du 24 février par le représentant d’Angora, Békir Sami Bey, la Turquie réclama en Europe les frontières de 1913, donc la restitution de toute la Thrace orientale. Aux termes du même document, elle demanda que la frontière méridionale de l’Asie Mineure fût déterminée par la ligne qui sépare celle-ci des contrées habitées par une majorité arabe, ligne qui devrait être délimitée d’un commun accord entre la Turquie et les parties intéressées : la Cilicie et les localités habitées par les Turcs, situées au Nord de cette ligne, ainsi que Smyrne et tous les territoires occupés par les Grecs, seraient par conséquent évacués ; quant à la frontière orientale de la Turquie d’Asie, elle devait, d’après Békir Sami Bey, suivre la ligne frontière turco-persane, puis celle fixée par le traité entre les gouvernements d’Angora et Erivan.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : La conférence de Londres (21 février - 12 mars 1921)

24 février 1942 -- Allemagne : à l’occasion du 22e anniversaire de la fondation du parti nazi, Hitler fait lire une déclaration à l’Hofbräuhaus de Munich : « Ma prophétie s’accomplira, ce n’est pas l’humanité aryenne qui sera anéantie par cette guerre, mais bien le Juif qui sera exterminé. Quoi que ce combat apporte, quelle que soit sa durée, c’est cela qui en sera le résultat final. »
PHDN : L’antisémitisme mortifère d’Hitler

24 février 1942 -- La situation des juifs roumains sous le régime fasciste du "Pétain roumain" Ion Antonescu était la même que dans toute l'Europe sous contrôle nazi. Une association sioniste de Bucarest affrète alors un bateau, le Struma pour 769 réfugiés juifs qui envisagent de demander à Istanbul des visas pour la Palestine. La Turquie leur interdit de débarquer. 9 seulement seront autorisés à descendre à Istanbul. Les autres passagers du navire, hommes, femmes, enfants, ont été laissés en quarantaine pendant 10 semaines au large d'Istanbul : affolés, plongés dans la misère et la faim, ils pendirent des 2 côtés du bateau 2 grands draps où était écrit (en grandes lettres et en français) “Immigrants juifs”. Ils hissèrent aussi un drapeau blanc : “Sauvez-nous” (ce détail poignant évoque le siège des Arméniens du Mussa Dagh). Les soldats turcs arrachèrent ces draps. Les autorités turques firent remorquer le « Struma » au large de la Mer Noire, le 22 février 1942, non sans avoir fait saboter auparavant les machines de manière irréversible. Les centaines de passagers juifs du Struma furent ainsi envoyés à la mort dans la mer Noire : leur navire y a été torpillé par erreur par le sous-marin soviétique SC 213 le 24 février 1942. Tous les passagers et membres d’équipage périrent, sauf un : David Stoliar, 19 ans. Après avoir reçu des soins dans un hôpital turc, il fut emprisonné et interrogé par les autorités turques durant plusieurs semaines. Elles lui reprochèrent « lui-même et les individus qui l'accompagnaient sur le bateau Struma, d’être entrés en Turquie sans visas et illégalement ». La Turquie, qui essaye de parfaire son image de « protectrice » des Juifs, ne s’est jamais exprimée sur cette tragédie et aucune nation ne l’a condamnée. Le capitaine du Struma était un Arménien de Bulgarie, Grigor Timofei Garabetenko, qui périra avec l'ensemble des passagers et de l'équipage. Cette tragédie est moins connue que la fameuse épopée de l’Exodus de l’été 1947.
Liste des victimes sur : http://www.jewishgen.org/databases/holocaust/0140_Struma_list.html
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas
Collectif VAN : Les Juifs de Turquie et le génocide arménien
Wikipedia : Tragédie du Struma
La tragédie du Struma – 1941
Israël 7 : 24 février 1942 : la tragédie du « Struma »
The Struma

24 février 1942 -- Pologne : plus de 30 000 Juifs sont déportés du ghetto de Lodz à Chelmno.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1943 -- Des intellectuels et des notables juifs de Tunis sont arrêtés par des soldats allemands de l’armée d’occupation Parmi eux, Victor Cohen-Hadria, responsable aux finances de la communauté juive, le Dr B. Levy, le journaliste S. Moatti, O. Silvera, fonctionnaire au ministère des Finances, et 20 personnalités juives de France. Ils seront déportés par avion vers des camps de concentration en Europe. Victor Cohen-Hadria sera assassiné dans le camp d’extermination d’Auschwitz.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1944 -- Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 41 juifs à destination du camp d’extermination d’Auschwitz.
Skynet : 24 février, ce jour-là, n’oubliez pas

24 février 1957 -- Paris : dans la crypte située sous le parvis se trouve une étoile de David en marbre noir. C'est le tombeau symbolique des six millions de Juifs morts sans sépulture. Dans ce lieu sont mêlées les cendres des martyrs recueillies dans les camps de la mort ainsi que dans les ruines du ghetto de Varsovie. Ces cendres ont été ensevelies le 24 février 1957 dans de la terre d'Israël, conformément à la tradition, par le grand Rabbin Jacob Kaplan.
Wikipédia : Mémorial de la Shoah

24 février 1982 -- France : publication du N°24 du périodique « Histoire ». Au sommaire : « Un survivant raconte le massacre des Arméniens ».
Archives Imprescriptible

24 février 2007 -- Un article paru le 24 février 2007 dans le journal turc Today's Zaman indique que les diplomaties turques et azéries passent à l'attaque pour contrer la reconnaissance internationale du génocide arménien de 1915 et de ses 1 500 000 victimes. Elles vont activer leurs réseaux en Europe par le biais des populations turques et azéries issues de l'immigration. Et pour asseoir leurs "revendications", elles sortent de leur chapeau, un génocide : le Parlement azéri, lors de sa session plénière du 26 février 2007, va déclarer le massacre de Hocali (Khodjali) en 1992 comme un “génocide”.
Collectif VAN : Génocide arménien : La Turquie et l’Azerbaïdjan entament une action pour contrer sa reconnaissance

24 février 2007 -- Le Collectif VAN propose la traduction d'un éditorial en anglais paru dans The Washington Times du 22 février 2007. L'auteur, Soner Cagaptay, est connu pour être proche du Gouvernement turc. Son analyse doit être considérée comme la position semi-officielle du gouvernement Erdogan. Une fois de plus, la Turquie fourbit ses armes habituelles à base de chantage économique et stratégique, pour faire obstacle à la reconnaissance du génocide arménien dans le monde.
Paradoxe grinçant : c’est grâce aux subsides de l’Union européenne et aux aides américaines que la Turquie parvient à mettre en place à l’échelle mondiale, un système de négationnisme s’appuyant (entre autres) sur le réseau d’universitaires des chaires de Turcologie. Celle de Princeton aux USA où enseigne le signataire de cet article, est connue pour cela…
Collectif VAN : USA/Génocide arménien : le chantage turc

24 février 2008 -- France : Le dimanche 24 février 2008 était organisée au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine une cérémonie commémorative à la mémoire de Missak Manouchian et de ses camarades de combat tombés sous les balles allemandes le 21 février 1944.
Imprescriptible : Commémoration du souvenir du Groupe Manouchian

24 février 2010 -- The Armenian Weekly du 24 février 2010 annonce que le compositeur turc Yagoub Mutlu a accusé la chanson qui représentera l’Arménie à l’Eurovision, « Apricot Stone » [noyau d’abricot], d'avoir un message politique clair. Mutlu a affirmé que les sept premières lignes de la chanson de Eva Rivas traitent du génocide arménien ; il considère que le terme "patrie" fait référence à des territoires turcs, et que le reste de la chanson est un message clair visant la Turquie.
Collectif VAN - Eurovision : génocide et compote d’abricots

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org