Aujourd'hui : Mardi, 23 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 10 mars
Publié le : 10-03-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:



Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : Le journaliste et écrivain autrichien Hugo Bettauer, première victime du nazisme en 1925. La couverture de son livre prophétique « Die Stadt ohne Juden » (La ville sans Juifs).

Ça s’est passé un 10 mars (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

10 mars 1182 -- France : un édit du roi dépouillent les Juifs de tous leurs biens et les contraint à quitter le royaume. Les synagogues sont transformées en églises, les biens des Juifs redistribués à des nobles ou à des corporations. Philippe-Auguste venait d'inventer un modèle d'expulsion-spoliation des Juifs qui allait se répéter à de nombreuses reprises dans l'histoire. Cette première expulsion leur apprend aussi à ne pas investir en valeurs immobilières mais à se contenter de numéraire et de bijoux négociables et transportables.
Wikipédia : Histoire des Juifs en France

10 mars 1896 -- Empire ottoman. Au milieu des massacres hamidiens. Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie : « Maurice, chaque semaine, réclame au vali une escorte pour conduire Karakine à Samsoun. Le vali refusait toujours : cette fois l'ambassade s'en mêle, et voici une troupe de cavaliers devant notre porte, qui attend. Karakine n'est guère rassuré. Une escorte! Si le Consul qu'elle accompagne ou sa femme étaient tués, elle serait fusillée, c'est connu; mais un Arménien! Cela compte si peu! Les zaptiés raconteront une histoire d'accident quelconque, et cela fera le compte. Aussi, Maurice s'en va-t-il chez le vali, et il lui déclare que M. Cambon a obtenu un firman disant que, si Karakine n'arrive pas vivant à Samsoun, le vali sera exilé au Yemen. L'exil au Yemen équivalant à la mort au fond d'une oubliette, le vali, qui prend peur, s'empresse de donner des ordres à la troupe. Karakine arrivera vivant à Samsoun... Comme dit Maurice: «Avec les Turcs, le tout est d'oser ! »
Carlier, Emilie. Au milieu des massacres, Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. Paris, Félix Juven, 1903
Imprescriptible : Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie

10 mars 1915 -- Le journal Hayastan commença à paraître le 10 mars 1915 en Bulgarie – publiant deux numéros par semaine – et s’arrêta en septembre de la même année. Il s’agit d’une source importante, du fait principalement de sa proximité avec l’Empire ottoman. Ce journal comptait des journalistes de terrain dans des régions comme Mouch et Van, parvenant à collecter une grande masse d’informations (Historiographie du génocide arménien et de ses sources - Colloque à l’Université Clark. Doctorant en études sur la Shoah et le génocide à l’Université Clark, et éditeur de The Armenian Weekly, Khatchig Mouradian évoque la couverture du génocide arménien par la presse entre 1915 et 1935).
Armenian Trends - Mes Arménies : Génocide arménien : historiographie et sources

10 mars 1916 -- Empire Ottoman. Télégramme adressé par Abdulahad Nouri à la Direction générale de l'installation des tribus et des déportés de Constantinople le 10 mars 1916 : « A titre de renseignement j'informe qu'exception faite de ceux qui ont été envoyés en Syrie comme artisans, à peine un quart des Arméniens jusqu'à présent envoyés sont arrivés au lieu de leur exil. Les autres, par suite de causes naturelles, sont morts en route. Toutes les mesures nécessaires sont prises pour renvoyer au plus tôt d'Alep tous ceux qui y restent pour différents motifs. »
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : Les documents Naïm-Andonian

10 mars 1917 -- La légion d'Orient, le mandat français et l'expulsion des Arméniens (1916-1929). Les responsables arméniens s’étaient engagés à réunir, dans un délai de deux mois environ, 2 000 enrôlements. Certains des prisonniers recrutés dans les camps d’Egypte avaient jusqu’à huit ans de service. Des commissions furent spécialement envoyées dans les camps anglais (Héliopolis, Suez, etc.) pour recruter parmi les prisonniers de guerre arméniens. La prévision de 2 000 recrues parut exagérée au général Roques, mais les résultats dépassèrent toutes les attentes. Le 10 mars 1917, tous les prisonniers de Summer Poor arrivèrent en un seul groupe de 236 hommes, pour former avec quelques autres prisonniers de guerre faits au Sinaï, la 2e compagnie. L’ensemble de ces éléments constitua le 1er bataillon, soit trois compagnies d’infanterie et une compagnie de mitrailleuses.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921)

10 mars 1919 -- La police ottomane procède à l’arrestation de Said Halim, Hayri bey, ex-seyh ul-Islam, Musa Kâzım, seyh ul-Islam, Rifât bey, ex-ministre des Finances, Halil bey [Mentese], ex-ministre des Affaires étrangères, Ahmed Sükrü bey, ex-ministre de l’Instruction publique, Ahmed Nesimi bey, ex-ministre des Affaires étrangères, Ibrahim bey, ex-ministre de la Justice, Ismail Mustak bey, secrétaire général du Sénat, Habib bey, député de Bolu, Ali Münif, ex-secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Hilmi bey, député d’Angora, Ahmed Emin bey, député d’Istanbul, rédacteur en chef de Vakıt, Celal Nuri bey, rédacteur en chef de Atti, Osman bey, secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Fethi bey [Okyar], ex-ministre des Affaires étrangères, président du Teceddüd, Salah Cimcöz, ex-député, Fuad bey, directeur du Téléphone, Sabancali Ismail Hakkı, éditeur de l’Istiklal, Izzet bey, membre du CUP, Hoca Hasan Fehmi, député de Sinope, Mustafa Resad bey, directeur de la section politique de la Police ottomane.
*** (La Renaissance, n° 85, 11 mars 1919 ; Kévorkian, 2006:882).
Violences de masse : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916)

10 mars 1919 -- Empire ottoman : des événements récents, dont la coïncidence est frappante et révèle un plan d'ensemble et un mot d'ordre, sont venus prouver que la propagande jeune-turque avait porté ses fruits et que dans tout l'Islam asiatique, une agitation dangereuse survivait à la guerre. En Egypte, une fermentation subite dégénérait rapidement en émeutes sérieuses. Dans les villes, des bandes de pillards parcourent les rues; les Arméniens et les Grecs sont particulièrement visés.
René Pinon, « La liquidation de l'Empire ottoman »
Revue des deux Mondes, vol. 53 (septembre 1919)

Imprescriptible : La liquidation de L'Empire Ottoman (1919)

10 mars 1919 -- Empire ottoman : à Alep à la fin de février, à Adana le 10 mars, des incidents graves se produisent; des Arméniens sont tués; le commandement français et anglais est obligé d'intervenir pour rétablir le calme. Aux frontières de la Perse, parmi les tribus kurdes, le comité jeune-turc organise des bandes armées pour empêcher le retour dans leur patrie des Arméniens réfugiés en Perse; c'est Haïdar bey, ancien vali de Van, ami et complice de Djevdet bey, l'un des plus acharnés bourreaux des Arméniens, qui dirige le mouvement.
René Pinon, « La liquidation de l'Empire ottoman »
Revue des deux Mondes, vol. 53 (septembre 1919)

Imprescriptible : La liquidation de L'Empire Ottoman (1919)

10 mars 1925 -- A la suite d'une campagne d'une rare violence contre le journaliste et écrivain autrichien Hugo Bettauer dans les journaux d'extrême-droite, le technicien dentaire Otto Rothstock lui tire six balles de revolver dans la poitrine et le bras. Hugo Bettauer décèdera le 26 mars. Figure éminente et controversée en son temps, nombre de ses livres furent des bestsellers et plusieurs ont été adaptés à l'écran, dont Die Stadt ohne Juden (La ville sans Juifs), une satire contre l'antisémitisme. Il est vite établi qu'avant son attaque, son meurtrier Otto Rothstock avait été membre du Parti nazi (NSDAP), dont il avait démissionné peu de temps auparavant et qu'il est défendu, suite à l'assassinat par des avocats et amis en relation étroite avec le parti nazi. Le mobile principal du crime était la suppression d'un critique virulent et influent de l'antisémitisme. La cour décide d'envoyer Rothstock dans une clinique psychiatrique, dont il ressort 18 mois plus tard en homme libre. Dans le livre d’Hugo Bettauer paru en 1922 « La ville sans Juifs », un politicien fictif du Christlichsoziale Partei (Parti social-chrétien) ordonne l'expulsion de tous les Juifs de Vienne : comme le mentionnera plus tard l'analyste Alexander P. Moulton, « dans des scènes effroyablement prophétiques, l'Autriche emprunte trente wagons à bestiaux aux pays voisins pour transporter vers l'est les Juifs et leurs affaires ». Les citoyens de Vienne célèbrent tout d'abord l'expulsion des Juifs mais leur sentiment change quand les théâtres font faillite et que les grands magasins, les hôtels et les stations de vacances souffrent financièrement.
Wikipedia : Hugo Bettauer

10 mars 1943 -- La Bulgarie refuse de donner 48 000 de ses Juifs aux Allemands.
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

10 mars 1943 -- 1 105 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination de Sobibor (Pologne).
Israel vivra : 10 mars

10 mars 1944 -- Un transport de 84 juifs quitte Vienne (Autriche) pour le camp de concentration de Theresienstadt.
Israel vivra : 10 mars

10 mars 2000 -- Lionel Jospin dans un courrier adressé au Président du CDCA, écrit que le vote de l'Assemblée Nationale du 29 mai 1998 " n'était pas un acte d'accusation, mais un acte de paix ", contrairement au point de vue de l'Élysée et du Quai d'Orsay.
Rapport fait au nom de la commission des affaires étrangères sur la proposition de loi, adoptée par le Sénat, relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915

10 mars 2010 -- Une voix turque de plus se lève pour expliquer et dénoncer le tabou du génocide arménien. L’analyse du journaliste turc Erol Özkoray est un élément majeur qui contribue à la recherche de la vérité et de la justice. Erol Özkoray démontre la continuité entre la politique génocidaire de l’Empire ottoman et celle du mouvement kémaliste. Sa conclusion montre, hélas, que la République de Turquie n’est pas encore à la veille d’un changement salutaire qui lui permettrait de surmonter les problèmes hérités du passé.
Collectif VAN : Turquie : Pourquoi le génocide arménien est-il un sujet tabou ?


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org