Aujourd'hui : Mardi, 12 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 mars
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: 16 mars 1988 -- Irak : le génocide kurde (surtout connu sous le nom d'Anfal) ordonné par le régime irakien de Saddam Hussein a lieu de février à septembre 1988, conduisant à l'élimination de plus de 180 000 civils kurdes. L'épisode le plus célèbre de ce génocide est le bombardement aux gaz chimiques de la ville kurde d'Halabja le 16 mars 1988. Ce « jour maudit » du 16 mars 1988 a fait, en quelques heures, 5 000 morts civils, des milliers de blessés et d'invalides. Le 23 décembre 2005, le gazage des Kurdes est pour la première fois qualifié officiellement de génocide par le tribunal de la Cour de La Haye.

Photo: Le bombardement aux gaz chimiques de la ville kurde d'Halabja en Irak, le 16 mars 1988, a fait 5 000 morts civils et des milliers de blessés et d'invalides.

Le bandeau #FreeOsmanKavala
, situé sous chaque visuel de notre site, est un appel du Collectif VAN à libérer Osman Kavala, injustement incarcéré en Turquie depuis le 1er novembre 2017.


Ça s’est passé un 16 mars (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

16 mars 1474 -- Début des persécutions contre ceux qu'on appelle en Espagne des conversos, les descendants des juifs baptisés de force lors des persécutions de 1391. Ils sont accusés de pratiquer le judaïsme en secret (« judaïser »).

-Le 16 mars, des bandes armées se répandent dans les rues de Ségovie. Les bandits pénètrent de force dans les maisons des conversos, qu'ils saccagent, massacrant ceux qui s'y trouvent. Le châtelain de Ségovie intervient enfin en leur faveur, sauvant ainsi de la mort ce qui reste de la communauté.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

16 mars 1828 -- Commencement de l’émigration des Arméniens de Perse vers l'Arménie orientale. Quelque 40 000 Arméniens, dirigée par le général Lazarev, sont rentrés chez eux.
American University of Armenia: This day in armenian history

16 mars 1915 -- Cilicie : le Catholicos arménien de Sis écrit au Patriarcat, en date du 16 mars : « Le Gouvernement a pris des mesures contre les fuyards de Zeïtoun, Comme ces mesures sont en connexion avec une action militaire d'une importance extraordinaire, qui n'est nullement proportionnée au motif insignifiant, nous craignons qu'il ne s'agisse d'un coup contre la population loyale de Zeïtoun. Nous sommes sûrs qu'un grand malheur nous attend. Le Conseil de guerre formé d'officiers est parti, depuis deux jours, de Marach pour Zeïtoun. Nous ignorons les détails particuliers, mais nous voyons clairement que le kaïmakam, d'accord avec le commandant de Zeïtoun, et prenant occasion de quelques désertions, prépare des représailles inouïes contre les habitants. Ceux-ci se sont adressés à moi et disent que les villages turcs des alentours mettent à profit la situation, et, à force de provocations et de mensonges auprès du commandant, cherchent à influencer le kaïmakam et les militaires… »
Imprescriptible.fr : La Cilicie

16 mars 1919 -- Iran : les forces russes sÂ’avancent entre Urmia et Tabriz.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (January-March)

16 mars 1919 -- Des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura stationnent trois jours dans le village de Belokhitz (province de Volhynie), où elles se livrent à un pogrom. Elles massacrent 16 juifs et en blessent 2 autres.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

16 mars 1920 -- Des bandes de rebelles commandées par l'ataman Tiutiunnik, allié de l'Armé nationale ukrainienne de Simon Petlioura pénètrent dans la ville de Dachev (province de Kiev). Au cours du pogrom qui suit, 22 juifs sont massacrés et 31 blessés.

- La petite ville de Golta (province de Podolie est occupée par des unités de rebelles conduites par Tiutiunnik. 10 juifs sont tués lors du pogrom qui suit leur arrivée.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

16 mars 1920 -- L'armée britannique occupe Constantinople et arrête 30 députés ottomans et les déporte à Malte, où d'autres les suivront.
Imprescriptible.fr : Enquête sur la négation d'un génocide
Wikipedia : Parlement ottoman

16 mars 1921 -- La France et l’Italie signaient, à l’issue de la Conférence de Londres, des accords séparés avec la Turquie d’Angora, la Grande-Bretagne concluait, le 16 mars 1921, un accord avec l’amie de cette dernière : la Russie des Soviets. Cet accord était, il est vrai, une convention de commerce (trade agreement), mais il avait aussi une grande portée politique, car il était expressément subordonné à la condition de la cessation de toute action ou propagande hostile d’une des parties contre l’autre. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr: Les accords séparés de Londres et le traité turco-russe de Moscou

16 mars 1921 -- L'Angleterre et la Turquie échangent des prisonniers de guerre, y compris quelques Turcs responsables du génocide arménien. Les Turcs détenus à Malte sont libérés.
American University of Armenia: This day in armenian history

16 mars 1921 -- Le partage de l’Arménie entre la Turquie et les Soviets est confirmé par le Traité de Moscou du 16 mars 1921, qui met la province du Nakhitchevan, d’abord cédée à la Turquie, sous le protectorat de l’Azerbaïdjan soviétisé. Le Nakhitchevan devient une région autonome rattachée à l’Azerbaïdjan. La signature du traité soviéto-turc annule les traités de Brest-Litovsk et d’Alexandropol : la Russie nouvelle cède à la Turquie les sandjak de Kars et d’Ardahan ainsi qu’une partie de celui de Batoum (la ville elle-même demeurant à la république soviétique de Géorgie). « Il n'y a, en vérité, qu'un peu plus de quatre-vingts ans seulement que l'Ararat est turc: plus précisément, depuis le traité de Moscou, conclu entre léninistes et kémalistes. Encore, la signature de cet accord, le 16 mars 1921, donne-t-elle lieu à une passe d'armes fameuse. L'un des représentants turcs se plaint en effet auprès de Tchitcherine, commissaire du peuple aux Affaires étrangères, de ce que le blason de la République soviétique d'Arménie, fédérée de force, ose encore arborer la silhouette de l'Ararat. Réponse de Tchitcherine: « Vous avez bien un croissant de lune sur votre drapeau. Et pourtant, la lune ne vous appartient pas ! » Le volcan du Très Haut - Christian Makarian, L'Express du 01/08/2002.
Le Traité de Moscou peut être considéré comme illicite, si l’on considère qu’il a été signé, côté turc, par l’insurrection kémaliste qui n’avait pas encore pris le pouvoir en Turquie. La République de Turquie ne sera en effet fondée que le 29 octobre 1923 avec Mustafa Kemal pour premier président.
Imprescriptible.fr: La politique orientale des Soviets et ses relations avec le Kémalisme
Clio.fr
Acam
Wikipedia : Turquie

16 mars 1921 -- Traité entre la Turquie et l'Ukraine basé sur le voisinage de la Mer noire
ADIC : L'arrêt par les Alliés du processus juridique de pénalisation des criminels jeunes-turcs en cours dans l'Empire ottoman libéral

16 mars 1935 – Allemagne. Restauration du service militaire : Hitler annonce le rétablissement du service militaire obligatoire et décide de porter les effectifs de la Wehrmacht de 100 000 à 500 000 hommes, par la création de 36 divisions supplémentaires. Il s’agit de la première violation flagrante du traité de Versailles.
Free.fr : Mon Ami Frédéric
Wikipedia : Adolf Hitler

16 mars 1942 -- Mise en place du camp d’extermination de Belzec, destiné à l’extermination des Juifs de Lublin, de sa région, et de la Galicie. 600 000 personnes y perdront la vie.
ajpn.org : Repères chronologiques 1905 à 1945

16 mars 1942 -- Allemagne : comment ne pas penser qu’une partie importante de la société allemande pouvait avoir des informations sur ce qui se passait ? Le professeur Victor Klemperer, pourtant enfermé dans son appartement, coupé de toute information et de tout contact avec la société allemande, mentionne Auschwitz, dans son journal, le 16 mars 1942, ajoutant qu’il se passe là bas des choses atroces.
Mémorial de la Shoah : Que savait le peuple allemand de la persécution des Juifs et de leur extermination ?

16 mars 1943 -- Ukraine. A Lvov, en répression au meurtre d’un officier SS par un Juif, 11 policiers Juifs sont abattus depuis un balcon, 1 000 autres sont exécutés.
ajpn.org : Repères chronologiques 1905 à 1945

16 mars 1945 -- La « Communauté pour la paix et le renouveau », Gemeinschaft für Frieden und Aufbau, est une association d'aide aux persécutés fondée par Werner Scharff. En octobre 1944, la Gestapo démantèle le réseau et arrête Werner Scharff. Il est exécuté le 16 mars 1945 dans le camp de Sachsenhausen, quelques semaines avant la libération du camp. Presque tous les autres membres du groupe ont pu survivre.
Wikipedia : Juifs d'Allemagne sous le Troisième Reich

16 mars 1978 -- Turquie : massacres de 102 personnes en 1978 à Kahramanmaraş et de 7 étudiants le 16 mars 1978 à Beyazıt (İstanbul)
20minutes blogs : KURDE-MOYEN-ORIENT, Turquie à la recherche de corps de Kurdes disparus

16 mars 1988 -- Irak : le génocide kurde (surtout connu sous le nom d'Anfal) ordonné par le régime irakien de Saddam Hussein a lieu de février à septembre 1988, conduisant à l'élimination de plus de 180 000 civils kurdes. L'épisode le plus célèbre de ce génocide est le bombardement aux gaz chimiques de la ville kurde d'Halabja le 16 mars 1988. Ce « jour maudit » du 16 mars 1988 a fait, en quelques heures, 5 000 morts civils, des milliers de blessés et d'invalides. 200 000 soldats irakiens sont affectés à cette campagne de génocide qui a recours à des offensives terrestres, des bombardements aériens, des destructions systématiques de zones d'habitation civile, des déportations massives, la mise en place de camps de concentration, des exécutions sommaires et bien sûr l'utilisation massive d'armes chimiques, ce qui a valu à Ali Hassan Al-Majid le surnom d'Ali le chimique. Le 23 décembre 2005, le gazage des Kurdes est pour la première fois qualifié officiellement de génocide par le tribunal de la Cour de La Haye.
Wikipedia: Génocide kurde
Institut kurde
Killing of Iraq Kurds 'genocide'

16 mars 1995 -- Les présidents de la Russie et de l'Arménie signent un accord sur les bases militaires russes en Arménie.
American University of Armenia: This day in armenian history

16 mars 1997 -- Comme l’a rappelé le président de la République allemande, Johannes Rau, les Sinti et les Roma, par cette action de résistance, ont reconquis cette dignité dont ils avaient été privés par les lois et décrets nazis. Romani Rose, président du Conseil central allemand des Sinti et Roma, demande que la construction d’un monument placé entre le Reichstag et la porte de Brandebourg, ne tarde pas.
Sur ce monument doit figurer une citation de l’ancien président de la République allemande, Roman Herzog, datant d’un discours du 16 mars 1997 : « Le génocide des Sinti et Roma, a été exécuté sur la base même du motif de la folie raciale avec la même intention et la même volonté de l’extermination planifiée et définitive que celui des juifs. Ils ont été assassinés dans l’ensemble de l’aire d’influence du national socialisme, systématiquement, par famille, du bébé au vieillard. »
Mémoire-Net : Un monument pour les Tsiganes à Berlin

16 mars 1998 -- Un document rendu public par la Commission des relations avec le judaïsme du Vatican « regrette profondément les erreurs et les échecs » des catholiques pendant l'Holocauste, mais défend l'action du pape de l'époque, Pie XII ; le grand rabbin d'Israël exige que le Vatican présente des excuses sur le silence observé par l'Église catholique sur le génocide juif.
Wikipedia : 16 mars

16 mars 2006 -- Turquie : second jour d’une conférence organisée par l’Université d’Istanbul sur « les nouvelles approches dans les relations turco-arméniennes » : la décision a été prise d’instituer une commission commune rassemblant les historiens défenseurs des thèses arméniennes et turques. Le président de l’institut pour l’histoire turque, Yusuf Halaçoglu devait proposer à M. Ara Sarafian, président du Comité Komitas basé à Londres, de constituer une commission composée d’historiens turcs et arméniens et chargée d’étudier les pertes turques et arméniennes de cette époque comme de déterminer le destin des Arméniens de l’Empire ottoman en 1915 et au-delà. Détaillant les références aux massacres d’Arméniens puisées dans les archives de la communauté juive de Palestine au temps de la domination ottomane, le chercheur israélien Yaïr Auron a évoqué sans ambages un "génocide" et appelé les Turcs à s’interroger sur leur histoire. "Toutes les sociétés civiles doivent faire face à leur passé, notamment les pages sombres de ce passé", a-t-il affirmé devant une assistance fournie. A noter l’absence de la quasi-totalité des intervenants d’une conférence d’intellectuels turcs, critiques de la position officielle, organisée en septembre, qui avait contribué à une relative décrispation sur ce sujet longtemps resté tabou en Turquie, évoquant leur crainte d’être "utilisés par l’establishment nationaliste".
Rencontre entre historiens turcs et arméniens

16 mars 2010 -- Suite aux reconnaissances consécutives du génocide arménien par le Parlement de Catalogne (Espagne), par une Commission du Congrès des USA et par le Parlement suédois, la presse turque bruisse des menaces de représailles, avec entre autres, l’expulsion des 100 000 Arméniens d’Arménie, souvent clandestins, venus chercher du travail en Turquie. Qu’il s’agisse du CHP (parti « laïc » créé par Mustapha Kemal), du MHP (les ultra-nationalistes) ou du Premier ministre Erdogan du gouvernement AKP (islamiste), tous se rejoignent sur cette mesure visant à l’expulsion des Arméniens. Est-ce vraiment étonnant ?
Turquie : « Expulsons les Arméniens »


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org