Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 17 mars
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende : Mise en place du camp d’extermination de Belzec, destiné à l’extermination des Juifs de Lublin, de sa région, et de la Galicie. 600 000 personnes y perdront la vie.

Ça s’est passé un 17 mars (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

17 mars 1190 -- Des émeutes éclatent contre les juifs d'York (Angleterre). La population est excitée par des croisés, des bourgeois et des gentilshommes. Les juifs se réfugient dans le château de la ville, assiégé durant six jours par la foule armée. La veille, les juifs les plus décidés se suicident. Les survivants ouvrent les portes le 17 mars afin d'accepter le baptême. Ils sont tous, sans exception, massacrés par les émeutiers. 50 juifs ont été tués, la communauté juive d'York n'existe plus.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

17 mars 1863 -- La Sublime Porte approuve la Constitution nationale arménienne, organisme élu réglant la vie de la communauté arménienne dans l'Empire ottoman. Mais il faudra attendre le traité de San Stefano (3 mars 1878) et le Congrès de Berlin (13 juin-13 juill. 1878) pour que la Turquie s'engage à appliquer les réformes dans ses six vilayets (provinces) arméniens.
Net Arménie.com : L'Arménie médiévale et moderne

17 mars 1877 -- Empire ottoman : à la suite de la promulgation en 1876 d'une Constitution, ouverture de la première session du Parlement.
Wikipedia : 17 mars

17 mars 1905 -- Russie : à l'instigation du clergé, des passants juifs sont molestés dans la rue à Saratov, sur la Volga.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

17 au 22 mars 1915 -- Empire ottoman. Zeytoun : 5 000 soldats de la IVe armée arrivent à Zeytoun depuis Alep, sous les ordres du général Hursid. Le 25 mars, ils encerclent la ville.
** (Kévorkian, 2006:726-727 ; Dündar, 2006:242-243). Raymond Kevorkian, L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].
Mass Violence : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916)

17 mars 1915 -- Donald Bloxam, dans Le Grand Jeu du Génocide (2005), pense que la décision finale pour le génocide fut faite non en mars 1915, comme le dit Taner Akçam, mais plus tard. De toutes façons, lui aussi lie le processus à des moments clefs de la campagne des Dardanelles. Comme Akçam, Bloxham pense que les réunions critiques du comité central CUP avec le Dr Behaettin Shakir, à la mi-mars 1915, étaient associées avec les attaques anglo-françaises du 5-17 mars 1915 sur les forts à l’avant des Dardanelles.
Imprescriptible.fr : Gallipoli et le Génocide Arménien

17 mars 1916 -- Empire ottoman. Camp de concentration de Ras ul-Ayn (Syrie) : en cinq jours, lÂ’opération visant à la liquidation systématique des 40 000 internés encore présents dans le camp est organisée par le kaimakam Kerim Refik bey, Adıl bey, le directeur des Déportés, un Stambouliote « éduqué », et les Tchétchènes locaux, dont le chef est le maire de Ras ul-Ayn, Arslan bey.
*** (Kévorkian, 2006:805). Raymond Kevorkian, L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].
Mass Violence : L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916)

17 mars 1916 -- Le gouvernement russe fit connaître par des aide-mémoires adressés aux ambassadeurs de France et d’Angleterre à Pétrograd, que le consentement de la Russie était lié à l’exécution des accords lui attribuant Constantinople et les Détroits. Et, peu après, l’adhésion définitive du gouvernement russe s’effectua par la voie d’un échange de lettres entre M. Sazonow, ministre des affaires étrangères de Russie, et M. Paléologue, ambassadeur de la République française à Pétrograd, le 13/26 avril 1916. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : Les accords secrets interalliés sur la Turquie et leur modification pendant la Conférence de la Paix

17 mars 1918 -- Récit d'une Arménienne déportée d'Erzeroum jusqu'à Mossoul, Bagdad et Bassorah : M. Roux, Chargé du Consulat de France en Mésopotamie, à M. Stéphen Pichon, Ministre des Affaires étrangères ; Dépêches n° 60. Confidentiel, Bassorah, le 17 mars 1918, (Reçu : Cabinet, 14 mai ; Direction politique, 16 mai) : « En 1915, le 18 avril, les mollahs se réunirent en conseil à la mosquée et assurèrent au peuple turc que, si les Arméniens ne sont pas chassés d'Erzeroum, les Russes entreraient dans la ville. Lorsque les Arméniens apprirent ces nouvelles, ils allèrent chez Kiamil pacha, gouverneur de la ville, qui leur répondit : « Je ne puis rien faire, si vous vous retirez, ce sera pareil pour vous ». De là, les Arméniens partirent au consulat d'Allemagne qui ne les a pas écoutés et a engagé les musulmans à accomplir leur dessein. » Archives du ministère des Affaires étrangères, E-Levant 1918-1929, Arménie, tome 1, folios 4-6 v. Beylérian, Arthur. Les Grandes Puissances, l'Empire ottoman et les Arméniens dans les archives françaises (1914-1918), recueil de documents, Paris, Publications de la Sorbonne, 1983.
Imprescriptible.fr : Archives française

17 mars 1920 – Le Times des 17, 18, 19 février et des 3, 8, 15, 17 mars 1920 revient sur les tristes événements en Cilicie et surtout les massacres de Marach et le guet-apens d’Ourfa, Paillarès, Le Kémalisme devant les Alliés, p. 108- 116.
Imprescriptible.fr : Situation politique vis-à-vis de la Turquie des trois principales Puissances alliées depuis l'armistice et jusqu'au traité de Sèvres

17 mars 1942 -- Un nouveau transport de 1 000 hommes et femmes du camp de concentration de Theresienstadt arrive au camp de transit d'Izbica (Pologne). 300 jeunes juifs sont sélectionnés pour être envoyés au camp de travail de Janowice. Les 700 juifs restants sont soit fusillés, soit déportés au camp d'extermination de Belzec. De ce transport, seules 3 personnes survivent encore en 1945, lors de la libération.
-Les SS liquident le ghetto d'Ilya, au nord de Minsk (R.S.S de Biélorussie). 900 juifs sont massacrés. Joseph Rodblatt, président du Conseil juif, dirige la résistance armée. Il réussit à se réfugier dans la forêt avec un groupe de jeunes gens.
-Après la mise en service du camp d'extermination de Belzec (Pologne), deux transports, l'un provenant de Lublin et l'autre de Mielec, y arrivent avec plus de 6 000 déportés juifs. Le camp fonctionnera jusqu'en juin 1943. Les cadavres des fosses communes sont brûlés à partir de l'automne 1942. Au printemps 1943, les baraques sont détruites et l'ensemble du camp rasé.
-La Gestapo pend 17 juifs à Leczyca (Pologne).
-Début de la déportation des juifs de Lublin (Pologne) au camp d'extermination de Belzec. 15 000 juifs environ sont frappés par cette mesure. 1 500 juifs sont déportés quotidiennement.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

17 mars 1942 -- Nombre de Juifs en Aveyron : 441 Français et 477 étrangers dont 247 Polonais.
ajpn.org : Repères chronologiques 1905 à 1945

17 mars 1943 -- Les nazis assassinent 1 500 juifs du ghetto de Lwow (Galicie, R.S.S. d'Ukraine), dans une carrière de sable.
-Un nouveau transport avec 2 800 juifs de Salonique (Grèce) est formé pour être envoyé au camp d'extermination d'Auschwitz. Mais ces juifs sont finalement déportés à Birkenau, où ils sont assassinés.
-964 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) à destination du camp d'extermination de Sobibor.
Israël Vivra : Le livre de la mémoire juive de Simon Wiesenthal

17 mars 1943 -- En février 1943, Manouchian est versé dans les FTP-MOI, groupe des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée de Paris : il s'agit de groupes armés constitués en avril 1942 sous la direction de Boris Holban, Juif originaire de Bessarabie. Le premier détachement où il est affecté comporte essentiellement des Juifs roumains et hongrois et quelques Arméniens. Le 17 mars, il participe à sa première action armée, à Levallois-Perret, mais son indiscipline lui vaut un blâme et une mise à l'écart.
Wikipedia : Missak Manouchian

17 mars 1988 -- Guerre Iran-Irak : l'Irak bombarde à l'arme chimique la ville kurde d'Halaba en Irak.
Wikipedia : 17 mars

17 mars 1998 -- France : c’est à l’initiative du PS, et singulièrement de Philippe Mahoux, que le Sénat a adopté le 17 mars 1998 une résolution relative au génocide des Arméniens de Turquie. Le Sénat y « invite le gouvernement turc à reconnaître la réalité du génocide perpétré en 1915 par le dernier gouvernement de l’empire ottoman ». Cette résolution avait pour objectif d’œuvrer à la réconciliation entre les peuples arménien et turc, et de favoriser le développement de la démocratie et de la paix dans la région.
Suffrage universel.be

17 mars 1999 -- France : Hubert Védrine, Ministre des Affaires Étrangères intervient le 17 mars 1999 devant la Commission des Affaires Étrangères et de la Défense du Sénat. Qualifiant le génocide de 1915 de "massacres abominables", "d'atrocités", "d'une barbarie programmée" qui marquent "de manière indéniable l'Histoire", le ministre a justifié son refus d'inscrire la proposition de loi à l'ordre du jour du Sénat par des raisons "d'opportunité". Le gouvernement redoute que "son adoption serve avant tout ceux que tentent le repli sur soi, le nationalisme autoritaire et la répudiation des valeurs de progrès et d'ouverture ". La France veut voir la Turquie, " ce grand pays évoluer dans le sens de la modernité, de la stabilité, d'un respect accru des droits de l'homme, d'un renforcement de la démocratie et de la reconnaissance des droits des minorités ", a ajouté Hubert Védrine. Le ministre a également mis en avant le fait qu'un tel vote ne servirait pas les objectifs de Paris de voir éliminer "les antagonismes" existants de " la Méditerranée à la Caspienne ". M. Védrine a notamment mentionné "la situation particulièrement tendue dans le Caucase" où "l'esprit de surenchère pourrait trouver de nouveaux arguments dans le vote du Parlement français". Déclarant que ni le gouvernement, ni le Président de la République ne pensaient qu'il "appartient à la loi de proclamer la vérité sur cette tragédie historique", le Ministre des affaires Étrangères a rappelé que le Sénat avait la "faculté" d'inscrire la proposition de loi "à son ordre du jour complémentaire".
Le Génocide des Arméniens et sa reconnaissance par la France

17 mars 2003 -- M. Mounir Bouchenaki, devenu Sous-Directeur général pour la culture de l’UNESCO, informé de la reprise de la destruction du site de Djoulfa en novembre 2002, envoie une deuxième réponse à l’Organisation Terre et Culture, en date du 17 mars 2003. Il est écrit une nouvelle fois que le Secrétariat suit attentivement la situation et reste en contact avec les autorités compétentes d’Azerbaïdjan. Or, aucune mission ne se rend sur place. Aucune dénonciation officielle ne vient mettre un terme aux destructions entreprises. La nécropole de l’ancienne Djoulfa est entièrement détruite par des militaires azerbaïdjanais, armés de pelles, masses et bulldozers. Il ne reste rien des 3.000 tombes, stèles et croix de pierre de cette nécropole. Cette nécropole unique a été totalement anéantie. Aucune déclaration émanant de l’Unesco n’a été entendue sur le sujet, alors même que cette organisation a fait adopter par ses membres lors de sa 32e session en octobre 2003 une Déclaration concernant « la destruction intentionnelle du patrimoine culturel ». Cette déclaration définit la notion de « crime contre le patrimoine mondial ».
COMMUNIQUÉ de L’organisation Terre et Culture - LA DESTRUCTION DU CIMETIERE DE L’ANCIENNE DJOULFA ET L’UNESCO : SEPT ANS D’ATERMOIEMENTS.

17 mars 2006 -- Berlin : la manifestation est autorisée, pas le négationnisme turc. Le tribunal administratif suprême du land de Berlin-Brandenburg (Oberverwaltungsgericht (OVG) Berlin-Brandenburg) a rendu vendredi 17 mars 2006 un jugement digne de Salomon. Sommé de trancher sur le recours de la police berlinoise face à la décision mardi du tribunal administratif autorisant les organisations ultras nationalistes turques à manifester samedi 18 mars 2006 à la gloire de Talaat Pacha, le jugement rendu (Az. : OVG 1 s 26.06) indique que l’interdiction de la police était levée tout en avertissant que « toute expression négationniste oralement ou par voie d’affiche » était interdite car « dire que le génocide commis en 1915 contre les Arméniens est un mensonge constitue une infraction punissable relevant des dispositions de l’article 189 du code pénal » et est en conséquence susceptible d’être poursuivi. Rappelons que l’article 189 sanctionne en effet « l’insulte aux morts ».
En conséquence, la manifestation est autorisée mais le négationnisme du génocide des Arméniens est interdit. L’ordonnance de la cour appelle en outre la police à observer sur ce point la plus grande vigilance.
Explicitement les ultras nationalistes turcs vont pouvoir manifester, sans toutefois pouvoir remettre en cause le génocide des Arméniens par voie de banderoles, tracts ou discours.
Berlin : La manifestation est autorisée, pas le négationnisme turc


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org