Aujourd'hui : Lundi, 23 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 6 avril
Publié le : 06-04-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 6 avril 1944 -- France - Les enfants juifs cachés dans la maison d’Izieu (où ont été cachés des centaines d’enfants de mai 1943 à avril 1944) sont arrêtés : le 6 avril 1944, les troupes de la Gestapo, sous le commandement de Klaus Barbie, investissent la colonie et arrêtent les 44 enfants résidents et 7 adultes présents les encadrant. Ils sont embarqués dans des camions vers le fort Montluc à Lyon avant d'être expédiés au camp de Drancy puis vers les camps de la mort. Quarante-deux enfants sont gazés à leur arrivée à Auschwitz, le plus jeune étant âgé de 4 ans. Deux adolescents et Miron Zlatin sont déportés par le convoi 73 à destination de Tallinn où ils disparaissent. Absente au moment de la rafle, Sabine Zlatin, désormais surnommée « la Dame d'Izieu » a consacré le reste de son existence à son combat pour la mémoire des enfants.


Ça s’est passé un 6 avril (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

6 avril 1679 -- Autodafé à Palma de Majorque : l'Inquisition espagnole accuse 50 personnes de pratiquer le judaïsme en secret. On les qualifie de « nouveaux chrétiens ». Ils descendent de juifs contraints au baptême. Tous sont condamnés à l'emprisonnement à vie.
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1903 -- Un pogrom éclate à Kichinev (Moldavie), provoqué et organisé par les autorités locales et le gouvernement russe. En deux jours, 49 juifs sont assassinés et plus de 500 blessés. 2 000 familles se retrouvent sans abri.
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1909 -- Empire ottoman : au début de 1909, les Turcs se sentant menacés, les incidents se multiplient à l’approche des moissons. Le 6 avril, un jeune Arménien abat deux Turcs pour se défendre. Les funérailles sont l’occasion pour ameuter la population. Le vali distribue des armes aux Turcs.
Petite encyclopédie du génocide arménien : Les massacres de Cilicie en 1909

6 avril 1915 -- Empire ottoman : une délégation arménienne fut envoyée de Marach à Zéïtoun. En faisaient partie le Révérend A. Chiradjian, le Père Sahak, un moine catholique et Herr Blank qui persuadèrent les Arméniens d'informer le gouvernement des endroits où les insurgés se cachaient et de suivre les instructions du gouvernement pour assurer leur sécurité et la sécurité des autres Arméniens de Cilicie. Les Arméniens acceptèrent à l'unanimité cette proposition et dirent au gouvernement que les insurgés se trouvaient dans le monastère.
Imprescriptible : Le livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l’Empire ottoman

6 avril 1915 -- Un rapport d'Adalia (rapport n° 67, en date du 6 avril 1915) fournit des renseignements précieux sur ce genre de persécution. Depuis l'époque où la Turquie s'est rangée aux côtés des Puissances Centrales, 600 notables ont été expulsés de Koniah, 31 de Sprati, 19 de Phenichi et dirigés sur Bazir de Koniah à soixante heures de leurs foyers. De pareilles expulsions sont constatées partout notamment à Samsoun mais on ne parvient pas à connaître le nombre exact des déportés.
Les persécution antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne. D'après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires.
PARIS, LIBRAIRIE BERNARD GRASSET, 1918

Imprescriprible : Crimes = Viols

Du 1er au 6 avril 1917 -- Le consul Rössler adressait au chancelier allemand Bethmann-Hollweg, les notes prises par un ingénieur allemand Bünte : « Du 1er au 6 avril [1917], j'ai remonté le Khabour, en partant de Buseir sur l'Euphrate, accompagné du capitaine Loschebrand et du sergent Langenegger, et j'ai trouvé sur la rive gauche des quantités de crânes et de squelettes humains décolorés ; certains crânes étaient troués de balles. Par endroits, nous avons rencontré des bûchers, également avec des ossements et des crânes humains. C'est en face de Kichla Chéddadé que nous en avons vu les amas les plus importants. La population a parlé de 12000 Arméniens qui, rien qu'à cet endroit, auraient été massacrés, fusillés ou noyés. Arrivés là, nous avons quitté le fleuve et nous n'avons plus trouvé aucune trace sur la route du Sindjar.»
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : Les fonctionnaires

6 avril 1920 -- L'administration française en Cilicie a été coupable aussi en ce que, en "garantissant" la sécurité des habitants, en particulier, celle des Arméniens, elle n'a pris aucune mesure pour prévenir l'activité ennemie d'un grand nombre d'agents Jeunes-Turcs, membres de ce parti-là même qui avait organisé le génocide des Arméniens occidentaux. L'administration française a été responsable de ce que, en publiant le 6 avril un décret concernant la remise de leurs biens, maisons et terres aux survivants Arméniens, elle n'a pas assuré l'accomplissement des clauses de ce décret, créant de la sorte une tension entre les populations arménienne et turque, cette dernière, travaillée par les agents Jeunes-Turcs se refusait à rendre à leurs propriétaires les biens injustement accaparés.
ADIC : Les relations franco-turques et la Cilicie en 1919-1921

6 avril 1920 -- Lors d’une réunion du NSDAP (le parti nazi), le 6 avril 1920, Hitler déclare: « Nous n’avons aucune intention d’être des antisémites sentimentaux désireux de susciter des pogroms mais nos cœurs sont remplis d’une détermination inexorable d’attaquer le mal à sa base et de l’extirper de sa racine à ses branches. Pour atteindre notre but, tous les moyens seront justifiés, même si nous devons nous allier avec le diable. »
PHDN : L’antisémitisme mortifère d’Hitler

6 avril 1938 -- En Allemagne, interdiction de toute activité commerciale juive dans le gardiennage, conseil en crédit, courtage en bourse, transactions immobilières..
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1941 -- Constitution définitive du Ghetto de Radom dans deux quartiers séparés.
- Création du Ghetto de Czestochowa.
- Début de la construction du camp de concentration de Struthof Natzweiler en Alsace.
- Ouverture du camp de Gross-Rosen, dans l'est de l'Allemagne
- Les troupes allemandes envahissent la Yougoslavie et la Grèce. 145 000 juifs de plus se retrouvent sous le joug nazi.
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1941 -- Un millier de déportés venant de Lublin arrive à Auschwitz.
Cliotexte : Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945)

6 avril 1942 -- 400 juifs du ghetto d'Otvock (Pologne) sont déportés au camp de travail forcé de Karczev, où ils périssent tous.
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1943 -- 2 020 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination de Sobibor (Pologne).
Skynet : 6 avril, ce jour-là, n’oubliez pas

6 avril 1944 -- France - Les enfants juifs cachés dans la maison d’Izieu (où ont été cachés des centaines d’enfants de mai 1943 à avril 1944) sont arrêtés : le 6 avril 1944, les troupes de la Gestapo, sous le commandement de Klaus Barbie, investissent la colonie et arrêtent les 44 enfants résidents et 7 adultes présents les encadrant. Ils sont embarqués dans des camions vers le fort Montluc à Lyon avant d'être expédiés au camp de Drancy puis vers les camps de la mort. Quarante-deux enfants sont gazés à leur arrivée à Auschwitz, le plus jeune étant âgé de 4 ans. Deux adolescents et Miron Zlatin sont déportés par le convoi 73 à destination de Tallinn où ils disparaissent. Absente au moment de la rafle, Sabine Zlatin, désormais surnommée « la Dame d'Izieu » a consacré le reste de son existence à son combat pour la mémoire des enfants.
Récit : « Nous sommes au premier jour des vacances de Pâques. Il est environ 8 h 30. Les 44 enfants déjeunent au rez-de-chaussée dans le réfectoire. L'institutrice Gabrielle Perrier est rentrée chez ses parents la veille. Avant de monter à l'infirmerie, Léon Reifman croise une dernière fois le regard de ses parents, de sa sœur et de son neveu. Mis à part le brouhaha des enfants, tout est calme en ce jeudi 6 avril 1944. Soudain deux camions et une voiture s'arrêtent devant la maison. La rafle est exécutée avec une rapidité effrayante. Trois hommes en civil, dont deux officiers de la Gestapo de Lyon, et une quinzaine de soldats de la Wehrmacht, rentrent brutalement dans la maison. Ils regroupent avec violence tous les occupants sur le palier. Prévenu par sa sœur, seul Léon Reifman échappe à l'arrestation en sautant par une fenêtre du premier étage. Les voisins Eusèbe Perticoz et Julien Favet sont les témoins impuissants de la rafle. Les enfants et les adultes sont jetés dans les camions comme de vulgaires marchandises. Les cris et les pleurs se font entendre. Le convoi quitte le hameau de Lélinaz. Comme un acte de résistance, les enfants chantent en chœur : "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine." A la faveur d'un arrêt, à Brégnier-Cordon, les Allemands font descendre du camion, à la demande d'une habitante, le seul enfant non juif de la colonie, René Wucher (huit ans). Dans cette opération, seule l'arrestation des juifs intéresse les nazis. Puis, le convoi prend la route de Lyon. Pour les enfants et leurs éducateurs, c'est le début de l'engrenage qui mène à l'extermination. Sabine Zlatin apprend la terrible nouvelle à Montpellier par le biais d'un simple télégramme que lui transmet Marie-Antoinette Cojean, secrétaire en chef à la sous-préfecture de Belley. Le message est le suivant : "Famille malade, Maladie contagieuse." »
Wikipedia - Enfants d'Izieu
AIDH : DE LA RAFLE A L’ASSASSINAT

6 avril 1992 -- la Communauté économique européenne (CEE) reconnaissait l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine.
Le jour-même, des Serbes ouvraient le feu sur des manifestants pacifiques à Sarajevo, marquant le début d'une guerre qui fit près de 100.000 morts et deux millions de déplacés de 1992 à 1995.
Challenges : Vingt ans après la guerre, la Bosnie toujours divisée

6 avril 1994 -- Rwanda : le Président Habyarimana promet, depuis Arusha, l’application des accords (il s’engage comme jamais auparavant) et prend l’avion pour rentrer. Son avion est abattu le soir même lors de sa descente sur Kigali. Le génocide de la population tutsi (et des Hutu modérés) commence en moins d’une heure, avant même que l’information ne soit donnée à la radio, les barrages sont aussitôt installés aux grands carrefours de Kigali. Les rues de la capitale sont bientôt jonchées de cadavres. Des listes ont été distribuées aux tueurs. De ce début d’avril à juillet 1994 le Rwanda va connaître cent jours de massacres qui feront plus d’un million de morts. Ce chiffre illustre la rapidité avec laquelle les tueries ont été menées, mais ceci n’est pas très étonnant puisque ces massacres ont été réalisés par la population elle même préparée de longue date par différents moyens selon l’âge ou la situation socio-professionnelle. Ainsi la préparation des enfants différait de celle des adultes. Vis-à-vis des enfants le travail de la propagande étatique consistait à faire naître en eux le sentiment de devoir préserver l’intégrité du pays et par conséquent à faire appel au patriotisme.
Les chemins du génocide : Le processus de diabolisation et de déshumanisation des Tutsi

6 avril 2009 -- Le président américain Obama, concernant le génocide arménien, déclare le lundi 6 avril à Ankara, à un journaliste : "Mon opinion est publique, et je n'en ai pas changé. Je veux aujourd'hui mettre l'accent non sur mes opinions personnelles, mais sur les opinions des peuples turc et arménien. S'ils peuvent avancer... le monde entier doit les encourager." Il a aussi estimé que le dialogue entre les deux pays "pourrait très vite porter ses fruits".
Le Monde : Génocide arménien : "En Turquie, Obama a fait preuve d'habileté"


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org