Aujourd'hui : Jeudi, 19 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 13 avril
Publié le : 13-04-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)









Légende photo : 13 avril 1915 -- Empire ottoman : Komitas donne son dernier concert à Constantinople le 13 avril 1915, avec ses 300 choristes. 11 jours plus tard, débute le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman (Turquie). L’ecclésiastique, ethnomusicologue, compositeur, chanteur, pédagogue, et conférencier arménien fait partie de la rafle visant, le 24 avril 1915, 600 intellectuels arméniens de Constantinople, et qui vise à décapiter la nation arménienne.


Ça s’est passé un 13 avril (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

13 avril 1204 -- Byzance : chute de Constantinople lors de la Quatrième croisade. Les armées de la 4e croisade parties pour enlever Jérusalem aux musulmans attaquent Constantinople et s'en emparent. La capitale orthodoxe de l'Empire byzantin est pillée pendant plusieurs jours. L'État byzantin est supprimé et remplacé par l'Empire d'Orient gouverné par un Occidental.
Wikipedia
notrefamille.com

13 avril 1375 -- Après avoir brillé de mille feux, Sis, l’ancienne capitale des rois de Nouvelle-Arménie située au cœur même de la Cilicie, chef-lieu du sandjak de Kozan, fut prise par les Mamelouks le 13 avril 1375. Enlevée par Toros Ier (1100-1129) aux Byzantins, la ville fut assiégée par l’empereur Jean Comnène en 1137, puis de nouveau définitivement reprise par les Roupéniens et promue au rang de capitale en 1162. Sous leur impulsion, la ville acquit très vite un rôle commercial éminent pour toute la région, attirant en particulier Vénitiens et Gênois, qui y possédaient des entrepôts dès 1201. Abritant déjà l’administration royale, il était tout naturel que Sis accueillît le Catholicossat. En 1294, abandonnant le monastère fortifié de Hromgla, le catholicos finit par s’y installer dans le somptueux palais construit à cet effet. Après avoir brillé de mille feux, la ville fut prise par les Mamelouks le 13 avril 1375. Malgré la fin du Royaume de Nouvelle Arménie, la ville ne disparut pas définitivement et resta arménienne jusqu’au début du XXe siècle. En effet, même si Sis subit par la suite de nombreux assauts égyptiens, turcomans ou ottomans, l’administration de la ville resta aux mains des Arméniens. Les catholicos de la Grande Maison de Cilicie n’en étaient pas moins tributaires des beys afchars des Kozan-Oghlou, qui ne se privaient pas de les rançonner, voire de les assassiner quand le prélat arménien n’était pas assez docile. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Cilicie, Une région en pleine expansion démographique et économique

13 avril 1891 -- Quelques jours avant la fête de la Pâque, la fille du tailleur juif Sarda de Corfou (Grèce), âgée de huit ans, disparaît. On la retrouve morte le 13 avril. Bien qu'elle soit juive, une rumeur prend naissance rapidement : chrétienne, elle avait été adoptée par Sarda pour être tuée de manière rituelle à l'occasion de la Pâque. Excités, les paysans des environs commencent à piller et à attaquer les juifs, qui se retrouvent assiégés dans leur quartier ou dans la forteresse de l'île.
Israel Vivra : LE LIVRE DE LA MEMOIRE JUIVE DE SIMON WIESENTHAL

13 avril 1827 -- Arménie orientale : les forces russes entrent à Etchmiadzine.
American University of Armenia: This day in armenian history

13 avril 1909 -- Empire ottoman : dans la nuit du 12 au 13 avril 1909, une mutinerie, connue sous l'euphémisme d'«incident du 31 mars» [Nota CVAN : les décalages de dates proviennent des différences de calendrier], se déclenche. Les soldats du Ier corps d'armée de Constantinople investissent la capitale et prennent le contrôle de tous les points stratégiques de la ville. Ils campent devant le Parlement et sont bientôt rejoints par d'autres unités, des religieux et des étudiants qui se lancent dans une chasse aux Ittihadistes. Plusieurs députés unionistes sont abattus dans les rues de la capitale, tandis que d'autres se terrent: Nazim se cache chez le militant dachnak Azarig; Talaat est réfugié chez Zohrab. Les mutins investissent aussi le Parlement, exigent la démission de son président, Ahmed Riza, qui est précisément absent, et prennent en otages les députés. Trois Arméniens se trouvent parmi les soixante parlementaires siégeant: Armen Garo, Vahan Papazian et Bédros Haladjian, l'un des seuls Unionistes présents. Dans la confusion ambiante B. Haladjian prend courageusement la parole pour dénoncer les réactionnaires: «Nous avons, dit-il, été élus par tous les peuples de l'Empire. Un représentant du peuple n'a pas le droit et ne peut tolérer qu'on lui dicte sa conduite [sous la menace] des baïonnettes». Les montrant du doigt, il les presse enfin de quitter les lieux et attaque Abdul-Hamid en ces termes: «Regardez par la fenêtre! Elle se trouve là-bas la canaille qui brûle nos poitrines. La Parlement ne peut continuer ses travaux dans de telles conditions». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les relations entre le Comité Union et Progrès et la Fédération Révolutionnaire Arménienne à la veille de la Première Guerre mondiale d'après les sources arméniennes

13 avril 1909 -- Empire ottoman : au début de leur règne les Jeunes-Turcs firent un sincère effort pour opposer au despotisme de la théocratie turque l'idéal d'un Etat ottoman tolérant et libéral. Mais cet effort fut éphémère. Dès que le Comité « Union et Progrès » put se convaincre que son programme libéral se heurtait à la résistance irréductible du clergé musulman et à l'ignorance et au fanatisme des masses turques, son ardeur réformatrice tomba. Et après l'expérience du coup d'Etat réactionnaire du 13 avril 1909 qui faillit les rejeter dans le néant, les chefs jeunes-turcs, décidés à conserver le pouvoir à tout prix, abandonnèrent peu à peu les grands principes des premiers jours. Ils firent leur paix avec l'Islam militant et mirent la nouvelle Constitution radicale sous la protection de la loi sacrée musulmane. Un de leurs porte-parole, Hussein Djahid Bey, rappela qu'auprès tout les Turcs étaient la nation dominante (milleti-hakimé). L'ottomanisme fit place à un nationalisme aigu, hostile non seulement aux Chrétiens, mais à tous les éléments non turcs. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L'intervention d'humanité pendant le régime jeune-turc

13 avril 1909 -- Empire ottoman : Adana - 13 avril, jour de marché, nombre de paysans des villages environnants affluent à Adana, comme chaque mardi, mais semblent avoir reçu l’ordre de rester sur place, car ils ne rentrent pas chez eux le soir venu. Au cours de la journée, une rumeur s’est répandue parmi eux : quatre musulmans, deux hommes et deux femmes, auraient été assassinés par les Arméniens — on apprendra après enquête que l’information était inexacte —, ce qui ne manque pas d’inquiéter les communautés chrétiennes dont les représentants se rendent le jour même auprès du préfet pour lui signifier combien la situation est sérieuse. Celui-ci se contente de répondre qu’il a « donné tous les ordres nécessaires ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La situation politique en Cilicie à la veille des massacres d’avril 1909

13 avril 1909 -- Empire ottoman : Cilicie - La première dépêche télégraphique concernant l’intervention reçue du ministère de la Marine par l’amiral de la Patrie, à Villefranche, où des manœuvres navales étaient en préparation, daterait du 13 avril 1909, jour même de l’insurrection de Constantinople, la veille du début des massacres de Cilicie [« Tenez deux grands croiseurs prêts à partir demain au besoin sur un nouvel ordre pour une mission spéciale. […] Ces dispositions doivent être tenues absolument secrètes (BB4 1725)]. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

13 avril 1909 -- Lettre d’une Américaine adressée à sa mère pendant les massacres d'Arménie [Adana, Cilicie, dans l’Empire ottoman] en 1909: « 13 avril. Je n'ai pu terminer ma lettre pour le courrier de mardi. La réunion annuelle de la Mission américaine aura lieu demain à Adana. Le Dr Christie et Miner y vont naturellement et ils ont persuadé Herbert d'y aller avec eux. Une occasion pour lui de rencontrer les missionnaires de l'intérieur du pays et d'avoir une idée des problèmes et des questions de missions. Une importante question sera agitée : que faire des orphelinats établis après les massacres de 1894-1896 ? Les orphelins avaient maintenant grandi. LES TURCS ONT PASSE PAR LA!... Journal d'une américaine pendant les massacres d'Arménie en 1909, Par Helen Davenport Gibbons
Imprescriptible.fr : Hamlet et les nuages annonciateurs de la tempête

13 avril 1915 -- Empire ottoman : Komitas donne son dernier concert à Constantinople le 13 avril 1915, avec ses 300 choristes. C’est un immense succès. 11 jours plus tard, débute le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman (Turquie). L’ecclésiastique, ethnomusicologue, compositeur, chanteur, pédagogue, et conférencier arménien fait partie de la rafle visant, le 24 avril 1915, 600 intellectuels arméniens de Constantinople, et qui vise à décapiter la nation arménienne. Le Révérend Père Komitas est déporté au camp de Tchanguiri. Il doit son retour miraculeux à l’intervention de diplomates occidentaux, dont l’Ambassadeur des Etats-Unis. Mais Komitas a perdu la raison devant les atrocités et les tortures dont il a été le témoin. Le pillage et la destruction de ses travaux, notamment sur le système de la notation musicale du XIème siècle, contribuent à le faire sombrer dans la folie. Komitas ou Gomidas (en arménien Կոմիտաս), né Soghomon Gevorki Soghomonian Սողոմոն Գևորքի Սողոմոնյան) en 1869 à Kütahya en Turquie, est décédé le 22 octobre 1935 à Villejuif. Une statue est érigée en son hommage à Paris. Cette statue de bronze, haute de six mètres, œuvre du sculpteur David Yerevantsi, a été inaugurée à la date anniversaire du génocide, le 24 avril 2003, Place du Canada (Pont des Invalides, rive droite), dans le 8ème arrondissement. Elle fait office de Mémorial du génocide arménien à Paris. Komitas reste le père et le maître de la musique populaire et nationale arménienne, source d’inspiration pour les musiciens contemporains. Et un symbole fort de la perte culturelle irrémédiable, causée par le meurtre d’une nation.
Armenweb.org
Wikipedia
Chœur Rachmaninov

13 avril 1919 -- Empire Ottoman : dans les villes les ouvriers cessent le travail, des bandes de pillards parcourent les rues; les Arméniens et les Grecs sont particulièrement visés. Du 8 au 13 avril, des émeutes sanglantes se déchaînent; le 13, trente-huit Arméniens sont tués et une centaine blessés; les troupes, hâtivement renforcées, font feu et les victimes sont nombreuses. Dans les campagnes, des bandes s'organisent; quelques Anglais isolés sont assassinés; des tribus de Bédouins prennent part au mouvement. Les fellahs eux-mêmes, sans armes, munis de leurs seuls bâtons, coupent les voies ferrées et les routes. L'agitation dura plus de deux mois.
Imprescriptible.fr : La liquidation de L'Empire Ottoman(1919)

3 avril 1933 -- 1Selon Raul Hilberg, les Juifs allemands savent qu'ils vont vivre des temps difficiles, sans imaginer que leur position pourrait devenir invivable ; ils espèrent que la publication des décrets va mettre fin à l'incertitude et aux violences et définir leur statut et pensent que l'on peut « vivre sous n'importe quelle loi ». La revue sioniste Jüdische Rundschau estime encore, le 13 avril 1933, qu'« une alliance historique séculaire [entre la communauté germanique et la communauté juive] n'est pas si simple à rompre ».
Wikipedia

13 avril 1941 -- Très rapidement, à partir de 1941, les Allemands, secondés par la police française et en accord avec le régime de Vichy, procèdent à des arrestations massives de Juifs : ces arrestations concernent principalement des Juifs d’origine étrangère. Une première rafle organisée par la Préfecture de Police de Paris a lieu le 13 avril 1941 et concerne quelques dizaines de Juifs étrangers. Elle est suivie durant l’année par trois rafles beaucoup plus importantes.
Encyclopédie BS

13 avril 1941 -- Au cours d'une Aktion, des nazis d'origine allemande ou des Oustachi (*) pillent les biens juifs dans la ville d'Osijek (Hongrie). Ils exigent une contribution de 20 millions de dinars. Les juifs sont ensuite chassés de la ville, dont la synagogue est incendiée et le cimetière juif profané.
(*) [Oustachi : membres de l'Oustacha, société nationaliste croate, qui pactisa avec Hitler et se livra à des actes de terrorisme (N.d.T.).]
Des juifs vivaient à Osijek depuis le XVIIe siècle. Au début de l'occupation allemande, ils sont au nombre de 2584.
Israel Vivra : LE LIVRE DE LA MEMOIRE JUIVE DE SIMON WIESENTHAL

13 avril 1942 -- 250 juifs de Chrzanơw (district de Cracovie) sont déportés vers le camp de regroupement de Turobin.
Après la déportation des juifs des petites communautés environnantes à Wlodzimierz (province de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine), 22000 juifs se trouvent internés dans ce ghetto. La première étape vers l'extermination consiste à les partager en deux groupes, celui des valides et celui des non-valides. A partir du 13 avril, les non-valides sont emmenés quotidiennement hors de la ville, où ils sont tués.
Israel Vivra : LE LIVRE DE LA MEMOIRE JUIVE DE SIMON WIESENTHAL

13 avril 1943 -- 3 000 juifs du ghetto de Bobrka (province de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.
1204 juifs internés au camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination de Sobibor.
Les nazis assassinent 2000 juifs dans le ghetto de Buczacz (Galicie orientale, province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine).
Israel Vivra : LE LIVRE DE LA MEMOIRE JUIVE DE SIMON WIESENTHAL

13 avril 1943 -- Allemagne : au printemps 1943, les militaires allemands mettaient au jour plus de 4 500 corps d’officiers polonais empilés dans plusieurs fosses. Radio-Berlin rendit la découverte publique le 13 avril 1943 en accusant les Soviétiques du forfait. Deux jours après, ceux-ci nièrent leur responsabilité sur les ondes en répliquant que les nazis avaient commis ces atrocités lors de leur avance au cours de l’année 1941. Les autorités du Reich exploitèrent intensément l'événement dans le cadre de leur propagande antisémite jusqu'à l'été 1943. « Le mot d'ordre "Katyń" recouvrit la pire campagne antisémite qu'ait connu le régime depuis son avènement » analyse l'historien allemand Peter Longerich. Pour les nazis, ce massacre était un « massacre juif ». En retour « l'anéantissement des Juifs pour ne pas être anéantis par eux [...] constitua le cœur de la propagande sur Katyń ».
Wikipedia : Massacre de Katyń

13 avril 1944 -- 1500 hommes et femmes sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz. 265 juifs sont envoyés aux chambres à gaz dès leur arrivée. 105 hommes et 70 femmes seulement survivent jusqu'à la libération du camp par l'armée soviétique, en 1945.
Israel Vivra : LE LIVRE DE LA MEMOIRE JUIVE DE SIMON WIESENTHAL

13 avril 1945 -- Allemagne : les forces britanniques et américaines libèrent les camps de concentration de Bergen-Belsen et Buchenwald. Les SS quittent Bergen-Belsen. Des unités de la 3e armée américaine s’emparent de Jena. Au sud, la 7e armée américaine s’empare de Bamberg.
Seconde Guerre.com : Chronologie d'avril 1945
Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945)

13 avril 1949 -- La seconde série de procès, 11 au total, fut instruite entre le 9 décembre 1946 et le 13 avril 1949, devant le Tribunal Militaire de Nuremberg, établi par la Bureau du Gouvernement des Etats-Unis pour l’Allemagne. Les juges étaient américains mais le tribunal se considéra comme international. Cent quatre-vingt-cinq personnes environ furent inculpées, parmi lesquelles des médecins qui se livrèrent à des expériences médicales dans les camps de concentration, sur la personne de détenus et de prisonniers de guerre ; des juges qui commirent des meurtres et autres crimes sous les apparences d'une procédure judiciaire ; des industriels qui prirent part au pillage des pays occupés et au programme de travail forcé ; des officiers supérieurs SS ayant dirigé des camps de concentration, fait appliquer les lois raciales des nazis et mis en œuvre l'extermination des juifs et d'autres groupes dans les territoires de l'Europe de l'Est ; enfin, des hauts fonctionnaires civils et militaires qui prirent part à la politique du IIIème Reich. Un certain nombre de médecins et de dirigeants SS furent condamnés à la mort par pendaison. Cent vingt personnes furent condamnées à des peines de prison et trente-cinq accusés furent acquittés.
Mémorial de la Shoah

13 avril 1999 -- Grande-Bretagne : la ministre d’État britannique pour l’Europe, Joyce Quin, a été tellement outrée par l’attitude extrémiste de son gouvernement dans "la négation du génocide" et son allégation qu’il n’y avait pas de preuves de l’intention turque de commettre un génocide, que dans une circulaire en date du 13 avril 1999 adressée au Foreign Office, elle a fait remarquer que la question de l’intention n’avait jamais été examinée par les responsables gouvernementaux.
Grande-Bretagne : le Foreign Office a trompé le Parlement

13 avril 2005 -- France : parution dans Le Monde du 13 avril 2005, d’un article de Marie Jégo « Des intellectuels turcs s'émeuvent d'une "montée du nationalisme" » : une information libre et objective sur le sujet est impossible en Turquie. Ainsi, lorsque l’écrivain Orhan Pamuk a déclaré, en 2005, à un quotidien suisse, qu'« un million d'Arméniens et trente mille Kurdes ont été tués en Turquie », un sous-préfet de Sütçüler (région d'Isparta, au sud-ouest) a ordonné la destruction de tous ses livres.
Wikipedia : Génocide arménien


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org



Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org