Aujourd'hui : Jeudi, 19 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 6 mai
Publié le : 06-05-2015

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)







Légende photo : 6 mai 1916 -- Empire ottoman : 21 intellectuels syriens et libanais ont été pendus sur les principales places à Damas et à Beyrouth, les deux places respectives ont été nommées Place Des Martyrs. Tout comme les Arméniens, les Libanais aussi ont été déportés par les Ottomans en 1915, et ils appellent cela "Seferberlik". Tous les ans, la journée du 6 mai est célébrée en Syrie (et au Liban), comme la "Journée des Martyrs", pour commémorer cette pendaison par le gouverneur turc ottoman Djemal Pacha, surnommé depuis "Al-Jazzar" (le Boucher).

Ça s’est passé un 6 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

6 mai 1543 -- Portugal : un premier autodafé a lieu à Tomar. La fortune des « judaïsants » exécutés, qui descendaient de juifs aisés est confisquée par la Couronne.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1691 -- Une synagogue clandestine est découverte à Palma de Majorque et les « judaïsants » sont condamnés en conséquence. 25 personnes sont exécutées lors du principal autodafé, 22 étant garrottées avant d'être brûlées, d'autres sont brûlé vifs.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1872 -- Empire ottoman : naissance d’Ahmed Djemal Pacha (Ahmet Cemal Paşa en turc). Entre 1908 et 1918, Djemal était l'un des plus importants administrateurs du gouvernement ottoman. Aux côtés de Talaat Pacha et d’Enver Pacha, il fait partie du triumvirat Jeune-Turc, responsable du génocide des Arméniens de l’Empire ottoman en 1915. Avec sa double charge de ministre de la Marine et de commandant de la IVe armée, Ahmed Djémal était en principe seul maître à bord en Syrie, au Liban et en Palestine. On a cependant déjà remarqué que Djémal pacha n’eut bien souvent d’autre choix que de se soumettre à la branche dure du Comité Union et Progrès. On peut se demander, s’il était ou non partisan de l’extermination complète des Arméniens. Il faut d’abord rappeler que Djémal mena une politique musclée à l’égard des populations arabes de son secteur — qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes — et qu’il n’est un secret pour personne que la liquidation des Arabes était, dans l’esprit des Jeunes-Turcs et surtout dans celui de Djémal pacha, une autre des « priorités nationales ». Il est acquis que Djémal n’était pas opposé à la politique de turquisation de l’Empire ottoman mise en œuvre par son parti et par conséquent probablement pas à la liquidation des populations arméniennes. Son opposition, autant qu’on puisse en juger, relevait plutôt d’une certaine rationalité militaire : il donnait tout simplement priorité à son action militaire et voulait pouvoir profiter de la force de travail des rescapés arméniens avant de les liquider. Il est assassiné le 21 juillet 1922 à Tbilissi par un Arménien, Stepan Dzaghigian.
Wikipédia : Djemal Pacha
Ahmed Djémal pacha et le sort des déportés arméniens de Syrie-Palestine - Raymond H. Kévorkian

6 mai 1892 -- 20 juifs sont tués et de nombreux autres blessés en deux jours de pogrome à Lodz (Pologne). Beaucoup de maisons sont pillées puis incendiées par la foule.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : le Jules-Michelet termine la remise à terre à Bazit des Arméniens rapatriés lesquels retournent chez eux, le mutessarif se portant garant de leur sécurité. Les bâtiments français distribuent quelques caisses de biscuits et de farine à Bazit, Adana et Alexandrette. Le rapport constate, en ce qui concerne les habitations et les quartiers chrétiens d’Adana, de Marach, de Hadjın, d’Antioche et de Kessab, que presque tout est détruit. Les Anglais et les Allemands dirigent le ravitaillement et commencent à organiser leurs ambulances à Adana. Il s’avère nécessaire que la France y organise à son tour un centre de soins et de ravitaillement.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

6 mai 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : Télégramme du Commandant l’Escadre légère de la Méditerranée, au ministre de la Marine
Monsieur le Ministre,
Je vous confirme mon télégramme n° 23 du 6 mai que je vous ai adressé d’Alexandrette ainsi que celui que je vous envoie aujourd’hui en même temps qu’à Monsieur l’Ambassadeur de France à Constantinople.
Télégramme du 6 Mai.
Réponse à télégramme 1170.
[...] En ce qui concerne habitations, quartiers chrétiens Adana, Marache, Hadjin, Antioche, Kessab, Kaladuran presque tout détruit.
Jusqu'ici et en dehors Adana bâtiments étrangers ont pas fait dons importants aux chrétiens en argent ou nature. Quant aux mesures prises par Anglais et Allemands pour soulager misère réfugiés Adana voici les renseignements donnés par le commandant Victor-Hugo : Anglais se sont chargés nourriture et soins des 15 000 réfugiés, consul anglais ayant fourni personnellement sept cents livres sterling et son gouvernement 1 000 dit-on. Il préside comité secours auquel Banque Ottomane fournit fonds. Le second du cuirassé anglais dirige ravitaillement avec médecin et 10 infirmiers. Commandant croiseur allemand Hambourg a dépensé 4 000 francs en vivres et médicaments. Gouvernement turc parait donner peu de chose actuellement. Il serait nécessaire que France ouvrit crédit important et immédiat retard pouvant produire mauvaise impression. En absence de consul à Adana je vous propose y envoyer second Victor-Hugo avec un médecin et quatre hommes faisant fonctions infirmiers pour concourir à ravitaillement et représenter France dans comité secours. »
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Documents militaires français sur les massacres de Cilicie, en avril 1909, et le sauvetage des Arméniens de Kessab par la Marine française dans la baie de Bazit

6 mai 1915 -- Empire ottoman : un décret gouvernemental renouvelle l’ordre de réquisition des armes sur tout le territoire ottoman. Cette mesure s’applique plus spécialement aux populations arméniennes et donne lieu à des perquisitions systématiques, des pillages et des arrestations.
** (Kévorkian, 2006 :324).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

6 mai 1916 -- France : le journal parisien « Le Matin » du 6 mai 1916, reproduit une dépêche spéciale datée de Zurich du 5 mai. Talaat Bey, le Ministre Jeune-Turc de l'intérieur, y déclare dans une interview d'un correspondant du Berliner Tageblatt13 : « les tristes événements qui se sont produits en Arménie, avoue-t-il, m'ont empêché de dormir bien des nuits. On nous a reproché de n'avoir fait aucune distinction entre les Arméniens innocents et les coupables ; mais c'était tout à fait impossible, étant donné que ceux qui étaient innocents aujourd'hui auraient pu devenir coupables demain » Tout autre témoignage devient inutile.
Imprescriptible : Les déportations en 1915 : antécédents

6 mai 1916 -- Empire ottoman : 21 intellectuels syriens et libanais ont été pendus sur les principales places à Damas et à Beyrouth, les deux places respectives ont été nommées Place Des Martyrs. Tout comme les Arméniens, les Libanais aussi ont été déportés par les Ottomans en 1915, et ils appellent cela "Seferberlik". Tous les ans, la journée du 6 mai est célébrée en Syrie (et au Liban), comme la "Journée des Martyrs", pour commémorer cette pendaison par le gouverneur turc ottoman Djemal Pacha, surnommé depuis "Al-Jazzar" (le Boucher). Ces martyrs avaient eu le tort de réclamer la liberté confisquée par l’Empire ottoman.
ADIC : Résistances et révoltes arabes contre la domination ottomane
MediArabe : Syrie : 6 mai 1916 - 6 mai 2011, ou la réincarnation de Jamal Pacha Al-Jazzar ?

6 mai 1919 -- Empire ottoman. Déclaration d'Atif à troisième séance du procès des Unionistes, le 6 mai 191926 : Trébizonde avait été le centre de la première Organisation spéciale qui dépendait du ministère de la Guerre. Trois officiers allemands y étaient rattachés: Stange, le vicomte Erwin von Scheubner-Richter qui occupait également la fonction de vice-consul intérimaire d'Erzeroum et un officier représentant le ministère des Affaires étrangères auprès du haut commandement allemand, le capitaine de réserve Nadolny. Ce dernier était chargé de superviser et de financer les opérations de l'O.S. Stange avait la responsabilité des opérations de guérilla qui devaient être conduites en Transcaucasie, Scheubner-Richter celle des opérations conduites en Iran. Officiellement, Chakir et ses bandes devaient être sous le commandement de Stange lorsqu'ils effectuaient des razzias sur les zones frontalières, ce que confirme la déclaration d'Atif à la troisième séance du procès des Unionistes, le 6 mai 191926. Dans son rapport, Stange s'indigna contre les manoeuvres du gouvernement turc visant à dissimuler les massacres collectifs des Arméniens : ces massacres avaient été exécutés « avec une brutalité animale » par les brigands qu'il appelait un rebut. Les déportés, affirme-t-il, étaient une bonne prise ; ils étaient pillés et tués en présence et même avec l'aide des militaires et des gendarmes. Il désigna comme principaux responsables de l'exécution de ce « plan conçu de longue date pour réduire profondément, sinon pour exterminer la population de arménienne », Behaeddine Chakir et le commandant de la IIIe armée, Mahmud Kiamil pacha, qui s'était vanté qu'après la guerre il n'y aurait plus de question arménienne.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : L'Organisation Spéciale

6 mai 1941 -- 57 juifs du village de Vlacenica (Yougoslavie) sont arrêtés et massacrés près du village.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1942 -- 994 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) à Minsk (Biélorussie).
- 2 500 juifs du ghetto de Deblin (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor, où ils périssent tous.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1943 -- France : Louis Darquier de Pellepoix remplace Xavier Vallat au Commissariat Général aux questions Juives. Les autorités allemandes reprochaient à Xavier Vallat son antisémitisme « trop français » et son imparfaite insoumission aux directives allemandes concernant la déportation des Juifs. Le zèle de Louis Darquier de Pellepoix représente pour eux une bonne solution.
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

6 mai 1945 -- La marche de la mort des jeunes femmes juives d'un camp de Gross-Rosen s’acheva près de la ville Tchèque de Volary. Ces femmes avaient été contrainte de marcher 800 km par un froid glacial pendant environ 3 mois. Quand elles furent libérées la plupart durent être hospitalisées, et beaucoup y moururent.
Skynet : 6 mai, ce jour-là, n’oubliez pas

6 mai 1978 -- France : publication du N°1609 du périodique « Journal des combattants ». Au sommaire : « M. Alain Poher a inauguré le monument à la mémoire des A.C. arméniens » de l'Armée française. "Trop peu de Français savent l'importance de la participation des Arméniens à la première guerre mondiale. Elle fut pourtant considérable puisque 50 000 Arméniens sont tombés au Champ d'honneur sous les drapeaux alliés".
Archives Imprescriptible

3 et 6 mai 1994 -- Génocide des Tutsi au Rwanda. Citées dans la plainte déposée en février 2005, deux notes établies les 3 et 6 mai 1994, en plein génocide, par le général Christian Quesnot, alors chef de l'état-major particulier de François Mitterrand, apportent des éléments : «Tous (les) efforts (du gouvernement français) resteront vains si le FPR remporte une victoire militaire sur le terrain et veut imposer la loi minoritaire du clan tutsi», écrit le général avant de préciser : «Le président (ougandais) Museveni et ses alliés auront ainsi constitué un «tutsiland» avec l'aide anglo-saxonne et la complicité objective de nos faux intellectuels, remarquables relais d'un lobby tutsi auquel est également sensible une partie de notre appareil d'État. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?» Ces faits sont-ils constitutifs d'une «complicité de génocide» ? La justice française devra trancher.
Le Figaro : Le rôle de la France au Rwanda en question

6 mai 2006 -- France : L’association « Liberté pour l’Histoire », composée de 19 historiens de renom, a publié le 6 mai 2006 un communiqué relatif à la proposition de loi sur la sanction de la négation du génocide des Arméniens, notant que « Pareille disposition aggraverait les atteintes à la liberté d’expression. Elle prendrait une nouvelle fois les enseignants en otages. C’est affligeant. »
« Les historiens français ou la liberté de condamner » ACHKHAR du 20 mai 2006
Imprescriptible : Les historiens français ou la liberté de condamner

6 mai 2010 -- Turquie : « la diplomatie de « l’ambigüité constructive ». Le journal turc Milliyet publie une interview d’Ahmet Davutoglu. Les propos du ministre des Affaires étrangères de Turquie éclairent de façon magistrale la diplomatie de « l’ambigüité constructive » qu’il a mise en place depuis sa nomination. La diplomatie néo-ottomane met en place une tactique d’ « ouverture créative » envers certains maillons (faibles ?) de la diaspora arménienne, en les invitant en Turquie avec tous les honneurs dus à des VIP… Le but est de continuer à « bien gérer le 24 avril » (c.a.d, faire obstacle aux reconnaissances internationales du génocide arménien).
Collectif VAN : Turquie - la diplomatie de « l’ambigüité constructive »


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org