Aujourd'hui : Mardi, 15 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 9 mai
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 9 mai 1945 -- La Seconde Guerre mondiale se termine en Europe par la reddition sans condition des forces armées allemandes à l'Ouest le 7 mai 1945, et à l'Est le 9 mai 1945. La Shoah - mot hébreu signifiant "catastrophe" - désigne spécifiquement l'organisation par l'Etat, par le régime nazi et ses collaborateurs, de la persécution et de l'extermination systématique, et bureaucratique, d'environ six millions de Juifs.


Ça s'est passé un 9 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

9 mai 1892 -- Marié à une Grecque de Constantinople et lié à la société européenne de la ville, Ali bey fut victime des nombreuses critiques et des intrigues ourdies par les musulmans conservateurs de Trébizonde et, finalement, rappelé à Constantinople par la Sublime Porte, à la fin d'avril 1892: AMAE, CPC, Trébizonde, t. VI, E. Bertrand à Ribot, de Trébizonde le 9 mai 1892, n° 1.
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

9 mai 1909 -- France : publication du N°1350 du périodique « Les annales : En Turquie ». Article retraçant la carrière du Sultan Abdul Hamid II.
Archives Imprescriptible

9 mai 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : de Mersine, l'Exmouth va à Souéïdié inspecter le Triumph et ne mouille à Alexandrette qu'à 20h, pour en repartir à 22h à destination de Mersine. A la baie de Bazit le commandant du Jules-Michelet reçoit les remerciements du supérieur de la mission catholique italienne de Baghtché Caz et des notables arméniens des villages environnants, pour tous les services que la France leur a efficacement rendus et les secours matériels et moraux. Le capitaine de Frégate Prère est chargé d'une mission à Adana, où il doit négocier les garanties de sécurité avec le vali, assurer la bonne gestion de la répartition de l'aide, se procurer les locaux nécessaires à l'action humanitaire, et le démarrage de l'ambulance pour y traiter les blessés et les malades, prévenir les épidémies. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L'intervention de la Marine française
durant les massacres de Cilicie d'avril 1909


9 mai 1915 -- Empire ottoman : le désarmement s'accomplit dans les villes sans aucun incident. A Constantinople, le désarmement eut lieu, d'une façon régulière, du 29 avril au 9 mai. Les autorités donnèrent même des reçus. Mais, dans l'intérieur, le désarmement donna lieu, comme le prouvent d'innombrables informations, à des représailles brutales. L'ordre de livrer les armes ne fut pas notifié par les autorités ; on n'attendit pas non plus le résultat de la livraison volontaire ; mais des gendarmes vinrent dans les villages et exigèrent un nombre arbitraire de fusils, 200, 300, ou autant qu'il leur semblait bon. Si on ne les leur fournissait pas sur place, le maire et les anciens du village étaient arrêtés et maltraités sous le prétexte d'avoir caché des armes. On employa souvent la torture. Un moyen particulièrement cher aux gendarmes et aux gardiens des prisons, c'est la bastonnade, qui, employée d'une façon inhumaine, amène souvent la mort de la victime. On arracha aussi les cheveux et les ongles, on appliqua des fers incandescents, et on mit en oeuvre contre les femmes et les enfants toute sorte d'ignominies. Les habitants étaient souvent obligés d'acheter, à des prix élevés, des armes à leurs voisins turcs, aux Kurdes et aux Tcherkesses, en leur cédant même leurs moutons et leurs vaches, pour pouvoir les livrer et satisfaire à la réquisition des gendarmes.
Imprescriptible.fr : Les Vilayets de l'Anatolie orientale

9 mai 1915 -- Empire ottoman: Lord Grey, ministre britannique des Affaires étrangères, envoie un télégramme à Enver Pacha disant qu'il serait responsable personnellement pour la vie de ces 3.000 prisonniers français et anglais.
Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

9 mai 1915 -- Empire ottoman : le quotidien jeune-turc Tanin commence la publication d'une série d'articles intitulés « Le grand complot », évoquant un projet conçu par le chef de l'opposition en exil, Serif pacha, et ses partisans pour abattre le gouvernement ittihadiste et assassiner les ministres jeunes-turcs, avec la complicité des Arméniens. La publication de ces articles associant les Hentchakistes « les Arméniens » à un complot contre « la sécurité de l'État » a engendré une sourde hostilité à l'égard de la population arménienne de la capitale.
** (Andonian, 1925 :38-46; Agouni, 1921 :30).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

9 mai 1915 -- Empire ottoman : les opérations des Russes dans les régions frontières, turco-persanes. Les 2 et 3 mai, l'armée turque commandée par Khalil bey, qui avait occupé la région de Salmas et d'Ourmiah, et dévasté les villages arméniens et syriens de tout le district, fut battue par les Russes à Dilman et dut se retirer à Ourmiah. A Ourmiah, les troupes turques, qui avaient perdu plusieurs milliers de leurs 20.000 hommes, furent renforcées par 10.000 Kurdes, concentrés autour d'Ourmiah, et tentèrent d'envahir de nouveau la plaine de Salmas. Le 15 mai, ils furent chassés par les Russes de la plaine de Salmas, et durent se retirer dans la vallée du Zab supérieur, dans la direction de Mossoul. Cependant des troupes russes avaient envahi la région où l'Euphrate oriental prend sa source, la plaine d'Alaschkert et la région de Van, au nord du lac. Ils avaient occupé Toutak le 9 mai, Padnodz le 11, et Mélaskert le 17.
Imprescriptible.fr : Vilayet de Van.

9 mai 1916 -- Empire ottoman/Adana : récit daté du 9 mai 1916, de Miss Y. {H. E. Wallis}, une étrangère qui habitait à Adana, relatif à ses observations de septembre 1914 à septembre 1915. « Du jour où la Turquie commença à mobiliser, dans l'automne de 1914, avant qu'elle ne fût entrée en guerre, les Arméniens commencèrent naturellement à douter et à s'effrayer. Il y eut d'abord pour cela les mobilisations irrégulières et injustes des hommes pour l'armée et les régiments de travail, et ensuite les nouvelles relatives au traitement dur et cruel de la population mâle de Deurt-Yol, où tous les hommes de 16 à 70 ans furent tout à coup envoyés en masse en corvée sur les routes du district de Hassan Beyli. Cette mesure avait été motivée sur le bruit qui avait couru que des fruits et des vivres avaient été fournis de Deurt-Yol à l'un des cuirassés des alliés. »
Imprescriptible.fr : Cilicie (vilayet d'Adana et sandjak de Marach), DOCUMENT 58

9 mai 1918 -- Empire ottoman : le jeudi 9 mai, Tewfik arrive à Mardin. Il fait aussitôt venir Boutros. Il l'accuse d'avoir tout révélé à l'évêque et il menace de le tuer. Puis il le chasse. L'enfant parvient à repartir pour Alep en achetant des policiers. Mais à son arrivée, il est arrêté avec ses deux frères cadets qui l'accompagnent. On les conduit au siège de l'état-major de Djemal Pacha, où ils sont interrogés puis libérés. A Mardin, les ennemis de Monseigneur Tappouni tiennent bon. Ils envoient un policier à Alep arrêter Boutros et le ramener à Mardin. La police d'Alep l'arrête, mais, après intervention de Djemal, refuse de le remettre au policier de Mardin, Kaboucho. Djemal convoque le frère Simon et Boutros et leur lit les documents remis par Kaboucho. Il dit à Boutros de rester à Alep et il le laisse partir. Kaboucho rencontre un jour Boutros dans la rue et lui propose une récompense s'il implique dans l'affaire les familles Djinandji et Kano, des Mardiniens rescapés réfugiés à Alep. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Mardin. 1916-1918

9 mai 1919 -- 400 juifs sont égorgés et de nombreuses femmes juives violées au cours d'un pogrome qui dure une semaine à Trostyanets (gouvernement de Podolie), déclenché sur les ordres de Drevinski, de l'Armée nationale ukrainienne.
Israelvivra.com

9 mai 1919 -- Empire ottoman : dans les premiers jours de mai, l'ordre renaît peu à peu; mais le 9 mai, survient une complication; l'émir d'Afghanistan, Amanullah Khan, successeur de l'émir Habibullah, assassiné, selon toute vraisemblance, à l'instigation des agents turco-allemands, réclame l'indépendance complète de son pays et lance des bandes armées au delà de la frontière des Indes; le gouvernement est obligé d'appeler en hâte des troupes qui prennent l'offensive et obligent rapidement l'émir à demander un armistice et à traiter de la paix.
Imprescriptible.fr : René Pinon, « La liquidation de l'Empire ottoman »

9 mai 1933 -- Autodafé à Berlin où les Nazis brûlent sur la place publique 35 000 livres d'auteurs désormais interdits en Allemagne.
Wikipedia

9 mai 1942 -- Les Juifs Néerlandais doivent porter obligatoirement l’Etoile jaune.
ajpn

9 mai 1942 -- Les SS assassinent 2 000 juifs à Szczuczyn (district de Novogrudek, R.S.S. de Biélorussie).
600 juifs déportés de Rozanka (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) à Szczuczyn y sont assassinés par les SS.
800 juifs du ghetto de Lubartów et 1 500 juifs du ghetto de Markuszów (tous deux en Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor.
8 000 juifs sont déportés de Bedzin (province de Silésie) au camp d'extermination d'Auschwitz. Beaucoup d'entre eux, originaires de la région d'Auschwitz, s'étaient réfugiés à Bedzin.
En deux jours, 1 100 juifs de Voronovo (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés par les SS.
Un transport de 1 000 juifs quitte le camp de concentration de Theresienstadt (Terezin, Tchécoslovaquie) pour le ghetto d'Ossovo (R.S.S. d'Ukraine).
1 500 juifs d'Orlovo (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés dans la forêt de Borainik.
Israelvivra.com

9 mai 1943 -- 660 juifs sont fusillés à Skalat (province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine).
Israelvivra.com

9 mai 1944 -- Tous les juifs de Heves (Hongrie), au nombre de 10 000, sont déportés à Bagölyuk près d'Egercsehi.
Israelvivra.com

9 mai 1944 -- Heinrich Himmler écrit dans une lettre destinée à la SS-WVHA [bureau chef de l'administration économique] que 10,000 soldats devaient être détachés afin de garder les travailleurs affectés au programme de construction Jäger, parce qu'autrement "le personnel nécessaire pour surveiller 200,000 juifs serait insuffisant". Deux jours plus tard, le 11 mai 1944, Himmler explique avec plus de détails: "Le Führer a ordonné que le Reichs-Führer-SS déplace 10,000 Wafen-SS et leurs officiers vers les camps afin de surveiller 200,000 juifs qui seront employés à de larges construction de l'Organistaion Todt et d'autres programmes militaires importants". En mentionnant le chiffre de 200,000 juifs, Himmler avait certainement en tête la déportation des juifs hongrois qui s'amorçait puisqu'aucune déportation massive d'autres pays n'avait lieu à ce moment.
Morula.net

9 mai 1945 -- Pendant les derniers mois de la guerre, les gardiens SS contraignirent les prisonniers des camps à des marches de la mort, tentant d'empêcher les Alliés de libérer un trop grand nombre de prisonniers. Lorsque les forces alliées avancèrent en Europe en lançant des offensives successives contre l'Allemagne, ils commencèrent à trouver et à libérer les prisonniers des camps de concentration, dont bon nombre étaient des survivants des marches de la mort. La Seconde Guerre mondiale se termina en Europe par la reddition sans condition des forces armées allemandes à l'Ouest le 7 mai 1945, et à l'Est le 9 mai 1945.
La Shoah - mot hébreu signifiant "catastrophe" - désigne spécifiquement l'organisation par l'Etat, par le régime nazi et ses collaborateurs, de la persécution et de l'extermination systématique, et bureaucratique, d'environ six millions de Juifs. "Holocauste", terme d'une acceptation plus large, est aussi utilisé. D'origine grecque, Holocauste signifie "sacrifice par le feu". Les nazis, qui arrivèrent au pouvoir en janvier 1933, avaient développé une idéologie raciale qui voyait dans les Allemands les représentants d'une "race supérieure" et dans les Juifs, des êtres "inférieurs", "indignes de vivre". Pendant la Shoah, les nazis s'en prirent aussi à d'autres groupes parce qu'ils les considéraient comme étant "racialement inférieurs" : les Tsiganes, les handicapés et certains peuples slaves (Polonais, Russes, etc...). D'autres groupes de personnes, tels que les communistes, les socialistes, les Témoins de Jéhovah et les homosexuels, étaient persécutés pour des motifs politiques ou de comportement social. En 1933, la population juive d'Europe dépassait les neuf millions de personnes. La plupart des Juifs européens vivaient dans des pays que le Troisième Reich occupa ou contrôla pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1945, près de deux Juifs européens sur trois avaient été exterminés dans le cadre de la "Solution finale", la politique nazie d'extermination des Juifs d'Europe.
De la persécution des Juifs à la Shoah
United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France


9 mai 1992 -- Après plus de soixante-dix ans d'occupation azérie, la ville stratégique de Chouchi redevenait arménienne le 9 mai 1992 au matin. Les Arméniens, environ 1 200 hommes sous le commandement d'Arkadi Ter-Tatevossian surnommé « Commando », passèrent à l'ultime assaut contre ce bastion azéri fortement équipé en hommes et en matériel. Cette victoire obtenue au prix de 250 morts côté azéri, 57 côté arménien et de très nombreux invalides de part et d'autre, marqua un tournant capital dans ce conflit.
Imprescriptible.fr

9 mai 2005 -- Turquie : un texte daté du 9 mai 2005 est paru dans Gazetem. Ecrivain turc à succès et éditorialiste, Ahmet Altan lutte pour la démocratie en Turquie. Cet article s'intitule en turc « Soykırım... », c'est-à-dire « Génocide » : « Je voudrais poser une question très simple et ordinaire. Auriez-vous souhaité être Arménien en 1915 ? Non, pas vous. Puisque maintenant vous savez que vous auriez été tué. Cessez, s'il vous plaît, d'argumenter au sujet du nombre d'assassinés, de démentir ou de tenter de remplacer la douleur avec des statistiques. Personne ne nie que des Arméniens ont été assassinés, pas vrai ? Peut-être 300.000 ou 500.000, ou 1.5 million. Je ne sais pas quel nombre est la vérité ou si quelqu'un le sait exactement. »
Imprescriptible.fr : Ahmet Altan, Soykırım... , Génocide...


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org



Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org