Aujourd'hui : Dimanche, 23 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : le complot contre le Patriarche grec orthodoxe, relié à Ergenekon
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Un procès pour complot d’assassinat à Istanbul du chef spirituel des chrétiens orthodoxes a été relié au procès en cours d'Ergenekon, un réseau criminel soupçonné d’avoir voulu renverser le gouvernement turc. La décision de fusion des procès a été annoncée jeudi 5 mai 2011 lors de l’audience dans le cadre du procès pour la tentative d’assassinat du Patriarche grec orthodoxe, Bartholomée Ier. On pense que le complot pour tuer Bartholomée fait partie du plan d'action de l'Opération Cage, un complot subversif conçu par des officiers militaires qui cherchaient à saper le gouvernement en faisant assassiner des non-musulmans et en commettant d’autres actes de terreur. Le plan Cage aurait été mis en place sur ordre d'Ergenekon. Les documents du plan Cage qualifient spécifiquement "d’opération" les meurtres du journaliste arméno-turc Hrant Dink, du prêtre catholique Andrea Santoro et de trois chrétiens à Malatya. » Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais du journal turc Today’s Zaman en date du 5 mai 2011.

Photo : le Patriarche Bartholomée


Le procès pour l’assassinat planifié du Patriarche Bartholomée fusionné avec celui d’Ergenekon

Jeudi 5 Mai 2011/ MUSTAFA TURAN, İSTANBUL

TodayÂ’s Zaman

Un procès pour complot d’assassinat à Istanbul du chef spirituel des chrétiens orthodoxes a été relié au procès en cours d‘Ergenekon, un réseau criminel soupçonné d’avoir voulu renverser le gouvernement turc.

La décision de fusion des procès a été annoncée jeudi lors de lÂ’audience dans le cadre du procès pour la tentative dÂ’assassinat du Patriarche grec orthodoxe, Bartholomée. Le procès se déroule devant la 9e Haute cour criminelle dÂ’Istanbul. Le seul suspect dans lÂ’affaire est İsmet Reçber ; relâché en décembre, il n’était pas présent. Lors de lÂ’audience, le procureur Selim Berna Atay a requis la fusion du procès avec celui dÂ’Ergenekon, qui se déroule devant la 13e Haute cour criminelle dÂ’İstanbul, au motif quÂ’il existe des liens juridiques et probants entre les deux affaires.

La cour a accepté la requête et les deux cas ont été fusionnés. Reçber, un charpentier, encourt jusqu’à 15 ans de prison. L’homme a été arrêté après que les autorités ont reçu une lettre anonyme affirmant que le suspect dans le procès Ergenekon, Gürbüz Çapan, avait planifié l’assassinat et avait choisi Reçber pour le commettre. L'acte d'accusation dans le dossier indique que grâce aux enquêtes de police, physiques et techniques, on a constaté que Reçber s’était rendu de la province orientale de Kars à Istanbul.

On pense que le complot pour tuer Bartholomée fait partie du plan d'action de l'Opération Cage, un complot subversif conçu par des officiers militaires qui cherchaient à saper le gouvernement en faisant assassiner des non-musulmans et en commettant d’autres actes de terreur. Le plan Cage aurait été mis en place sur ordre d'Ergenekon. Les documents du plan Cage qualifient spécifiquement "d’opération" les meurtres du journaliste arméno-turc Hrant Dink, du prêtre catholique Andrea Santoro et de trois chrétiens à Malatya.

Un groupe antidémocratique au sein de la direction des Forces navales, derrière le plan Cage, avait eu l'intention de fomenter le chaos dans la société avec ces tueries, mais s'est plaint que le plan ait échoué lorsque de grandes parties de la société ont protesté contre ces meurtres en manifestant massivement.

Le plan a été publié dans le journal Taraf du 19 novembre 2009. Selon ce plan, des non-musulmans devaient être assassinés et la responsabilité devait être attribuée aux partisans du Parti pour la justice et le développement (AKP). Des pressions externes accrues sur l’AKP auraient été exercées, montrant que la Turquie était devenue un pays intolérant, penchant vers la Charia avec l’AKP.

Lors d’une interview en 2009, Bartholomée a dit que “des forces obscures planifiaient d’utiliser les minorités pour renverser le gouvernement”, comme cela a été révélé dans l’enquête Ergenekon.

Basé à İstanbul, le chef spirituel dÂ’une communauté estimée à 300 millions de chrétiens orthodoxes se référait aux révélations du plan Cage. “Lorsque le plan Cage a été rendu public, nous avons pensé que le raid pouvait faire partie de ce plan”, a-t-il dit. “À l’époque nous pensions quÂ’ils voulaient juste nous faire peur.” Le Patriarche Bartholomée a dit quÂ’il était reconnaissant aux force de sécurité dÂ’avoir mis à jour les “plans obscurs.” “Ce développement est satisfaisant, car la police et les procureurs ont révélé ces noirs desseins et donc les responsables pourront être arrêtés et jugés.”

Le nom de Bartholomée est également sur la liste du plan Cage pour “être assassiné.” Le complot, supposé être préparé par un groupe pro-junte au sein des forces armées, a été révélé par Taraf au début de l’année 2010. Des non-musulmans tels que le Patriarche arménien Mesrob Mutafyan et l’ex-représentant du Vatican George Marovic figuraient également sur la liste noire du plan Cage.
Le plan Cage est un complot de coup d’État présumé, conçu en 2003 lors d’une réunion de militaires. Selon le plan, l'armée devait systématiquement semer le chaos dans la société par des actes de violence, parmi lesquels des attentats à la bombe prévus dans les mosquées Fatih et Beyazit à Istanbul. Le complot visait à saper le gouvernement et à poser les bases pour une prise de contrôle des militaires.

Un des plans, intitulé Tirpan, prévoyait de tuer les universitaires qui se sont opposés au coup prévu. Des Arméniens en vue devaient être assassinés selon le plan l'Orak, des personnalités d’extrême droite selon le plan Yumruk, des personnalités de gauche selon le plan Kürek, des libéraux selon le plan Testere, des personnalités religieuses selon le plan Döküm, des représentants de la société civile selon le plan l'Urgan, et les responsables des minorités devaient être tués selon le plan Sakal.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 mai 2011– 07:15 – www.collectifvan.org





Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org