Aujourd'hui : Vendredi, 31 octobre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 7 juin
Publié le : 07-06-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 7 juin 1909 -- Empire ottoman/Adana : le Journal de Genève (n° du 5 et du 7 juin 1909) publie deux récits détaillés des horreurs qui ont été perpétrées par les Turcs contre les Arméniens d’Adana. « On déshabillait, les femmes, on leur coupait les pointes des seins qu'on obligeait les enfants à mâcher. Des fois, ils leur promettaient la vie sauve pourvu qu'elles baisassent le canon du fusil, et alors ils leur déchargeaient l'arme dans la bouche ; d'autres fois encore, ils les violaient seulement, puis les chassaient nues à travers les rues à coups de crosse. » Un avant-goût du génocide qui sera perpétré en 1915…Photo : couverture du Petit Journal du dimanche 2 mai 1909.

Ça s’est passé un 7 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

7 juin 1724 -- Au début du XVIIIe siècle, à la suite du déclin de la Perse séfévide et des premières incursions russes dans le Caucase, les Ottomans décident de réagir et marchent sur l'Arménie perse ; Erevan tombe ainsi le 7 juin 1724, mais le Karabagh et le Zanguezour résistent sous la direction de David Bek.
Wikipedia

7 juin 1884 -- 6 adultes et 1 enfant juifs sont tués lors d'un pogrome où le pillage accompagne le massacre à Nijni-Novgorod (Russie).
Israelvivra.com

7 juin 1891 -- Une accusation de meurtre rituel contre les juifs de Konitz (Allemagne) s'accompagne d'une agitation antijuive. Quand le vrai coupable du crime, un boucher chrétien, est enfin arrêté, la foule enragée saccage la synagogue. L'empereur d'Allemagne doit envoyer deux régiments d'infanterie rétablir l'ordre.
Israelvivra.com

7 juin 1909 -- Empire ottoman/Adana : M. Antonio Scarfoglio, envoyé spécial du Matin à Adana, a publié dans le Journal de Genève (n° du 5 et du 7 juin 1909 deux récits détaillés des horreurs qui ont été perpétrées par les Turcs contre les Arméniens d’Adana. Voici un extrait du récit en question. " ... On passait aux femmes après les hommes, après les maris. On les déshabillait, on leur coupait les pointes des seins qu'on obligeait les enfants à mâcher. Des fois, ils leur promettaient la vie sauve pourvu qu'elles baisassent le canon du fusil, et alors ils leur déchargeaient l'arme dans la bouche ; d'autres fois encore, ils les violaient seulement, puis les chassaient nues à travers les rues à coups de crosse. Un avant-goût du génocide qui sera perpétré en 1915…
Adossidès A., Arméniens et Jeunes Turcs, P.V. Stock Editeur, Paris, 1910
Imprescriptible.fr : Arméniens et Jeunes Turcs ; Les massacres de Cilicie ; A. Adossidès

7 juin 1909 -- Empire ottoman : rapport sur les massacres arméniens d’Adana du député d’Andrinople, Hagop Babiguian, en date du 7 juin 1325 (1909). Ce rapport, rédigé au retour de sa mission d’enquête parlementaire, est resté secret durant quatre ans et ne fut publié qu’en 1912, par la revue arménienne Guiliguia, puis par le Times de Londres. Ses conclusions sont en contradiction avec celles de son collègue turc Youssouf Kémal qui ne furent jamais officiellement présentées devant le parlement ottoman en l’absence de Hagop Babiguian, décédé la veille de la séance parlementaire qui devait examiner les rapports des deux délégués. ([Patriarcat arménien de Constantinople], La situation des Arménien en Turquie exposée par des documents, 1908-1912, III, [Constantinople 1913], pp. 5-27). © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Documents sur les massacres d'Adana (éd. par R.H.Kévorkian)

7 juin 1915 -- Empire ottoman/ Erzindjan. Voici ce qui arrive aux Arméniens qui habitent Erzindjan : « Les Arméniens d'Erzindjan eurent quelques jours pour vendre leurs biens et, avant de partir, ils durent remettre les clés de leurs maisons aux autorités. Le premier convoi partit le 7 juin. Il se composait principalement de gens riches qui pouvaient louer des voitures et ils ont probablement pu atteindre Kharpout, la première étape de leur voyage. » © Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaireCalmann-Lévy (2006), Flammarion (1975) Marabout (édition de poche, 1978)
Imprescriptible.fr : Erzindjan

7 juin 1915 -- Empire ottoman. Egin/Agn (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : 400 conscrits recrutés parmi les 16-18 ans et 46-60 ans sont ligotés 5 par 5 et jetés à l’eau en trois points de l’Euphrate.
** (Agouni, 1921 :175).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

7 juin 1915 -- Empire ottoman : le lundi 7 juin, les soldats – des Circassiens selon Rhétoré – se répandent dans le marché et forcent les maisons arméniennes. Ils arrêtent les hommes et les garçons de 12 à 70 ans, au total 470 personnes, dont le père Menaché, qui est molesté, barbe et moustache arrachées.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Le génocide dans les villes et villages du Merkez-Sandjak de Diarbékir
(Armalto, 1970 :350-359; Rhétoré, ms. :39-42; Simon, s.d. :82-83; Ternon, 2002 :98-100; Kévorkian, 2006 :447).

7 juin 1915 -- Empire ottoman : du 3 au 7 juin, les villages arméniens ont été perquisitionnés par des çete de l’O.S. supervisés par le sous-préfet Laze Midhat Mehmed bey, patron local de l’O.S. Ces opérations initiales menées dans les villages du district de Kıghi par l’Organisation spéciale font environ 1 500 victimes. Le 7 juin, le village de Khoups/Çanakci (1 216 âmes) résiste à l’assaut d’un escadron de çete.
*** (Kévorkian, 2006 :372).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

7 juin 1915 -- Empire ottoman : Nasri Hammal est un vieillard, un notable de la communauté syrienne catholique. Ses trois fils, Iskandar, Philippos et Abd el-Massih, ont été arrêtés. Quelques jours après, le 7 juin, un Kurde dachi, Saleh, un policier, Makhi, d’autres musulmans, Gino el-Kazaz, son neveu et Abdel-Salam el-Raouda, viennent à sa maison en compagnie de Philippos. Ils entrent et demandent à Nasri de leur remettre son fusil. Pour prouver qu’il aurait bien un fusil, ils lui montrent un étui. Nasri leur répond : « Je ne sais si nous possédons ou non un fusil. Si ce que vous dites est vrai, amenez Philippos pour qu’il vous donne ce que vous demandez ». Ils menacent le vieillard, puis l’un d’eux revient avec Philippos à qui il demande de sortir le fusil de sa cachette. Philippos demande de quel fusil il s’agit. Ils le jettent alors à terre et le frappent, ainsi que son père. Comme ils s’acharnent sur eux, les deux hommes s’évanouissent. Leurs bourreaux les ligotent et les emmènent à la mosquée el-Darran, au sud de la ville. Là, ils leur bandent les yeux, prennent leurs fusils et tirent en l’air. Puis ils ramènent Philippos en prison et Nasri chez lui. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : RÉCITS DE MADRIN (référencés M)

7 juin 1915 -- Empire ottoman: les Arméniens de Constantinople s’adressent aux ambassades allemande et autrichienne pour empêcher les déportations et les atteintes associées, mais ne reçoivent pas de réponses satisfaisantes.
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

7 juin 1915 -- Empire ottoman/Fragments de témoignages. Youssef Boulos raconte : le matin du lundi 7 juin, je suis passé devant l’église Saint-Joseph. Les soldats m’ont attaqué et m’ont frappé de leurs armes. Je leur ai montré le document que je portais [un sauf-conduit] et ils m’ont relâché. Je suis rentré chez moi en rampant comme une tortue. La nuit tombée, je suis allé avec d’autres amis à la maison des Américains où je suis resté jusqu’à la mi-septembre [chez le révérend Andrus]. Les soldats ont appris que j’étais là, ils m’ont arrêté et m’ont conduit avec 227 autres chrétiens dans les villages des environs de Diarbékir pour faire la moisson. En fait, arrivés à Diarbékir, ils nous ont emmenés à la prison, nous ont déshabillés, nous laissant à peine vêtus. Puis ils nous ont fait descendre dans les caves de la prison et nous ont montré des paniers, pleins de dents, d’oreilles, de doigts, de nez etc. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : RÉCITS DE MADRIN (référencés M)

7 juin 1915 -- Empire ottoman: assassinat du Vartabed Vaghinag, prélat arménien de Shabin-Karahisar.
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

7 juin 1915 -- Empire ottoman : des trois enfants adoptifs de Christoffel, Heinz, frère du collaborateur Krikor, sauvé des mains d’un paysan kurde, Otto repris par son demi-frère David avant de rejoindre l’Allemagne, seule Liesel parviendra à partir avec lui. Krikor, homme à tout faire de la mission, âgé de 18 ans en 1915, arrêté le 4 juin, puis libéré grâce à Brauernfeind, sera finalement emprisonné dans un han et assassiné. Le Dr Mikael effendi Tchanian, homme d’affaires protestant et son fils Mirhan, emprisonnés le 7 juin dans une pièce avec 150 autres personnes, ne pourront être sauvés par Brauernfeind. Dertad Tarmrazian, arrêté en juin 1915, sera considéré comme perdu par Brauernfeind, alors que Leslie A. Davis, consul américain, le mentionnera en 1916, en train d’aider des survivants de Harpout.
Le Monde - Blog

7 juin 1916 -- Empire ottoman/Syrie: tous les Arméniens restants dans la région d'Alep sont déportés au désert de Der-el-Zor (Deir el-Zor).
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)

7 juin 1919 -- 4 juifs sont tués et de nombreuses femmes juives violées quand des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura se livrent durant deux jours à un pogrome à Lantzkuron (province de Podolie).
Israelvivra.com

7 juin 1942 -- 600 juifs de Szczakova (district de Hrzanow, Pologne) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Les juifs qui se trouvent encore dans le village d'Ilya, au nord de Minsk (R.S.S. de Biélorussie), sont tués par les SS.
Deux jours après la liquidation du ghetto de Braslav (R.S.S. de Biélorussie), les juifs des environs se trouvent regroupés par les nazis dans un camp spécial. Le maire de Braslav proclame que tous les juifs qui se présenteront spontanément recouvreront leur liberté. Ceux qui répondent à cet appel sont fusillés par les SS.
Israelvivra.com

7 juin 1942 -- L'ordonnance du port de l’étoile jaune entrera en vigueur le dimanche 7 juin 1942. En l'espace de deux semaines, trois étoiles par personne seront distribuées dans les commissariats par la police française, à environ 83.000 exemplaires sur Paris et sa banlieue, en échange d'un point textile sur les cartes de rationnement. L'ordonnance entrera en vigueur le dimanche 7 juin 1942.
Wikipedia

7 juin 1942 -- Parmi les personnes arrêtées par la police française, on compte sept « aryens ou non-juifs » portant l’étoile jaune. D’autres arborent des insignes fantaisistes, comme le montre ce bref procès-verbal : « Vers 11 h 15 face au n° 25 de la rue de Clignancourt, Muratet Henri, né le 24.10.1903 à Janneterre, marié, 3 enfants, architecte, 14 boulevard Barbès, arborait un faux insigne portant la mention “ Auvergnat “. »
ajpn

7 juin 1944 -- 5 000 juifs de Györ (Hongrie) sont enfermés dans un camp à la suite d'une Aktion qui dure deux jours et qui provoque les protestations de l'évêque de la ville.
Les juifs internés dans la briqueterie de Kosice (Tchécoslovaquie) sont déportés par les SS, en même temps que des non juifs qui ont tenté de les aider.
Les derniers juifs d'Ukraine subcarpatique — Ruthénie, au nord-est de la Hongrie — et de la Transylvanie septentrionale sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Née à Budapest, Hannah Szenès est arrêtée à la frontière hongroise. Elle avait été envoyée de Palestine à travers la Yougoslavie par la Haganah (*) avec un groupe de parachutistes qui devait aider les juifs hongrois à résister. Agée de vingt-trois ans, elle sera exécutée par les fascistes hongrois qui la torturent en vain pour la faire parler.
(*) [Haganah : Organisation d'autodéfense des juifs de Palestine. Fondée au début du mandat britannique, la Haganah se charge alors de repousser les attaques arabes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle constitue le noyau de la Brigade juive de l'armée britannique. A la fin de la guerre, elle se consacre à la lutte pour l'indépendance, avant de donner naissance à l'armée de défense d'Israël (Tsahal) (N.D.T.).]
Israelvivra.com

7 juin 1944 -- Les évènements de Laclotte désignent un crime de guerre survenu le 7 juin 1944 à Castelculier, dans le département français du Lot-et-Garonne. Ils sont orchestrés par la Gestapo d'Agen avec la collaboration de Français. Une opération contre la résistance intérieure française du Corps Franc Pommiès est menée par la 2e division SS Das Reich des Waffen-SS sous la conduite de la Gestapo. L'assaut de Laclotte se termine par la fusillade de civils. L'opération contre la résistance se poursuit le même jour à Saint-Pierre-de-Clairac. Stationnée à Valence d'Agen avant les faits, la « 2e panzerdivision SS Das Reich » sera responsable quelques jours plus tard des massacres de Tulle et d'Oradour-sur-Glane.
Wikipedia

7 juin 2005 -- Belgique : la négation du génocide arménien reste impunie. Le mardi 7 juin 2005, les sénateurs, journalistes, acteurs associatifs et lobbyistes occupent tous les sièges disponibles dans la salle. Tactiquement, aujourd’hui, c’est la victoire du camp opposé à la pénalisation de la négation du génocide arménien. Les sénateurs ont adopté l’amendement déposé par Philippe Mahoux (PS) et consorts (Willems, Pehlivan, Talhaoui, Germeaux, Bouarfa, Lalois) proposant de supprimer les articles 7 et 8 de la loi « vu les difficultés juridiques de droit interne et de droit international ». Philippe Mahoux a ouvertement critiqué les « dérives politiciennes ainsi que la possibilité d’utilisation de ce texte pour des motifs non conformes à l’esprit de la loi. » De son côté, François Roelants du Vivier (MR-FDF) ne tergiverse pas et préfère « appeler un chat, un chat ! Le problème est bien le génocide arménien. Mon groupe et moi-même, nous ne sommes pas attachés à une formulation particulière. Nous avons en réalité 3 conditions : 1. la sécurité de nos concitoyens est mise à mal et une association travaillant sur le terrain relève que certains de nos compatriotes sont agressés par ceux qui nient les 3 génocides en question : génocides juif, arménien et tutsi. 2. dans une société démocratique, il convient de sanctionner toutes les formes de négationnismes. 3. il faut éviter la concurrence entre les victimes ». Le sénateur tente ensuite l’émotion par la lecture d’un texte de Pierre Mertens publié récemment dans le quotidien Le Soir mais l'ambiance générale est plus hostile que romantique.
Compte-rendu de Mehmet Koksal pour www.suffrage-universel.be et www.minorites.org

7 juin 2008 -- Génocide des Tutsi : pour la première fois depuis 2000, un Rwandais accusé de génocide et réfugié en France va être transféré au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), d'ici le 7 juin, après le rejet vendredi de son pourvoi par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).
Collectif Van


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org