Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 8 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 8 juin 1993 -- France : assassinat de René Bousquet, ancien secrétaire général de police sous le régime de Vichy, suspecté de crimes contre l'humanité. Il a organisé en particulier la rafle des Juifs l'été 1942 (Rafle du Vélodrome d'Hiver), mettant en œuvre l'initiative avec Laval de faire rafler et déporter également les enfants juifs.

Photo : René Bousquet, souriant, en col de fourrure.


Ça s’est passé un 8 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

8 juin 1288 -- 104 juifs sont massacrés dans la ville de Bonn (Allemagne), accusés de meurtre rituel sur un enfant chrétien d'Oberwesel. La rumeur se répand ensuite dans les environs, ce qui entraîne la propagation des persécutions.
Israelvivra.com

8 juin 1895 -- Empire ottoman : nomination de Saïd pacha qui allait remplacer Ahmed Djevad pacha, grand vizir depuis septembre 1891. De cette manière Abdul-Hamid espérait faire échouer le projet de réformes [concernant la Question arménienne], proposées par les trois puissances, grâce notamment à l'habileté de son ministre favori. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

8 juin 1895 -- Empire ottoman : Mgr Sontag est ordonné prêtre le 8 juin 1895, il fut dès le départ destiné aux missions de Perse. Né au village de Dinsheim le 6 juin 1869 d'une famille de simples cultivateurs, il est entré chez les Lazaristes en 1883. Il fit ses études à l'école lazariste Notre Dame de Prime Combe dans le Gard (non loin de Nîmes) qu'il poursuivit à Paris durant huit ans (1887-1895) au siège de la Maison-Mère. Son premier poste fut Ourmiah, non loin de la frontière turque et russe (Caucase). C'est là qu'il apprit à connaître et aimer les Assyro-Chaldéens.
Imprescriptible.fr : Un Français Alsacien martyr pour les Assyro-Chaldéens : Monseigneur Sontag

8 juin 1913 -- Empire ottoman : le gouvernement russe, qui ne poursuivait aucune visée particulière, crut le moment venu pour une action commune des Puissances et adressa, le 24 mai 1913, aux gouvernements des autres Grandes Puissances une invitation à discuter les bases des réformes pour l'Arménie par l'entremise des ambassadeurs à Constantinople. La proposition russe ayant été agréée, l'ambassadeur russe présenta, le 8 juin 1913, à la Conférence des ambassadeurs un avant-projet de réformes, qui avait reçu l'approbation préalable, sauf quelques modifications de détail, des ambassadeurs de France et d'Angleterre. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L'intervention d'Humanité dans la question arménienne

8 juin 1915 -- Empire ottoman : le deuxième convoi de déportés d'Erzincan part pour le désert syrien.
**** Les 8, 9, 10 juin, d'immenses foules d'Arméniens quittaient la ville d'Erzindjan, accompagnés d'une escorte militaire qui devait assurer un certain ordre au convoi composé d'hommes à pied et de centaines de chars à bœufs. On partait pour Kémakh, le prochain chef-lieu d'arrondissement. Sur les dizaines de milliers de personnes qu'on fit passer par la vallée de l'Euphrate, rien qu'un petit nombre atteignit le lieu de destination. Dans la gorge, les soldats et les Kurdes sanguinaires, accourus des environs, se jetèrent sur les hommes sans défense, les pillèrent et les massacrèrent sauvagement dans une indicible soif de sang. Des montagnes de cadavres et de mourants furent précipitées dans l'abîme béant sous le hurlement rauque des exécuteurs. Le fracas des corps brisés retentit entre les parois rocheuses, mêlé aux cris d'effroi et de douleur des victimes agonisant plus haut. Les hommes et les femmes virent leurs enfants et leurs époux taillés en morceaux, éventrés, saignés à blanc ; ils virent leurs cadavres fracassés, gisant sur les arêtes rocheuses. Heinrich Vierbücher, Arménie 1915, «Un peuple civilisé massacré par les Turcs», Témoignage d'un officier allemand. Edition française, A. Gessarentz, 1987, p. 66-68.
***** Les 8, 9, et 10 juin, de nouveaux groupes quittèrent la ville, en tout de 20 à 25.000 personnes. Beaucoup d'enfants avaient été recueillis par les familles musulmanes ; mais ils durent aussi plus tard partir. Durent partir également les familles des Arméniens au service de l'hôpital, et même une femme atteinte du typhus, malgré les protestations du médecin allemand, Dr Neukirch, Un Arménien, au service de l'hôpital, disait à la sœur de charité allemande « J'ai maintenant 46 ans, et l'on m'a pris cependant comme soldat, malgré que j'aie payé tous les ans ma taxe d'exemption. Je n'ai jamais rien fait contre le gouvernement et un m'enlève toute ma famille, ma mère âgée de 70 ans, ployant sous les chagrins, ma femme et cinq enfants, et je ne sais où ils vont». Il pleurait surtout sur sa petite fille d'un an et demi. « Vous n'avez jamais vu une si jolie enfant, elle avait de si jolis grands yeux ! Si seulement je pouvais comme un serpent m'enlacer à elle... » Et il pleurait comme un enfant. Le lendemain ce même homme revint. Il était tout à fait tranquille : « Je sais maintenant, dit-il ; ils sont tous morts. » Ce n'était que trop vrai !
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)
Imprescriptible.fr : Arménie 1915 (extrait)
Imprescriptible.fr : Vilayet d'Erzéroum

8 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza de Kiskim-Khodortchour (vilayet dÂ’Erzerum) : le troisième convoi, comprenant les villageois de Garmirk (600 âmes) et de Hidgants, est expédié et se retrouve versé dans la deuxième caravane dÂ’Erzerum, dont il subit le sort. Après être passé à Bayburt, Erzincan, Kemah, Egin, Malatia, Arapkir, Samsad, Suruc, Raffa, Birecik et Urfa, vingt survivants sont recensés à Alep le 22 décembre 1918. Le quatrième convoi, comprenant les villageois de Mokhrgoud (350 âmes), Kotkan, Atik, Grman, Sunik, Gakhmoukhoud, Keghoud, Djidjaroz/Djidjabagh, Guissag, Mitchin Tagh, Khantatsor, prend une direction similaire à la troisième caravane jusqu’à Samsad, puis est décimé sur les rives de lÂ’Euphrate, entre Gantata et Gavanlug, par des troupes régulières et des çete commandés par Samsadlı Haci Seyh Içko.
** (Kévorkian, 2006 :375).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

8 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza de Kıghi (vilayet dÂ’Erzerum) : lÂ’ordre de déportation des 19 859 habitants du kaza est rendu public. Du 3 au 7 juin, les villages arméniens ont été perquisitionnés par des çete de lÂ’O.S. supervisés par le sous-préfet Laze Midhat Mehmed bey, patron local de lÂ’O.S. Ces opérations initiales menées dans les villages du district de Kıghi par lÂ’Organisation spéciale font environ 1 500 victimes. Le 7 juin, le village de Khoups/Çanakci (1 216 âmes) résiste à lÂ’assaut dÂ’un escadron de çete.
*** (Kévorkian, 2006 :372).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

8 juin 1915 -- Empire ottoman/Journal du 8 juin 1915 : sous la torture Khosrov indiqua « un lieu à Baboucht [...] où des armes auraient été cachées. On l’y emmena et on creusa en vain pendant quatre heures. On dit de plus que Khosrov aurait pris du poison [...] ». Mais sa tentative de suicide échoua et Hans Bauernfeind intervint en sa faveur une dernière fois, en adressant en vain une lettre au gouverneur de Malatia, le 9 juin 1915. Il fut assassiné peu après. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

8 juin 1915 -- Empire ottoman : le 8 juin, assurés de savoir les Arméniens désarmés et soucieux de ne pas perdre leur temps en interrogations, les gendarmes achevèrent à la hache les prisonniers suivants : Hagop Havgoutian, Mksét Baghdassarian, Krikor Akayan, Hagop Kazmayan, le pasteur Arakélian, Stépan Bennéyan, Stépan Papazian. Les rares rescapés racontèrent que chaque nuit les prisonniers subirent le même sort pas centaines. Quant au père Sissaguérian, du village de Kundubeg, il fut amené enchaîné, sauvagement assassiné, et son corps jeté dans un puits. Voyant que les exécutions traînaient, Nadim Bey organisa une bande de tchété, composée de hors-la-loi et de Kurdes et dirigée par Mouhamed Bey. Chaque jour, ces hommes traquaient les Arméniens de 15 à 90 ans et les jetaient en prison.
Le Monde - blog

8 juin 1918 -- Empire ottoman : le récit du père Armalé et les témoignages de survivants chaldéens recueillis par l’abbé Naayem permettent de reconstituer les étapes de la suppression des chrétiens de Séert qui a lieu selon le schéma habituel. Dès le 5 juin, les maisons sont pillées par les soldats et les notables sont arrêtés – parmi eux, ceux des familles Mansour, Aboche, Kérendi, Nasri, Sado, Hikari –, ainsi que les prêtres – seul, Monseigneur Addaï parvient à s’échapper pour être ensuite tué. Ils sont rassemblés dans la caserne et dépouillés de leurs vêtements par les tchété. Le régiment de tchété est constitué de déserteurs sortis de leur cachette pour être enrôlés dans cette milice et de brigands. Des notables musulmans de Séert les commandent. Ces miliciens ont pour toute arme une épée. Pendant quatre jours ces détenus sont torturés. Le mardi 8 juin, la maison des dominicains est assaillie par les soldats, envahie et pillée. La supérieure, sœur Suzanne, est rouée de coups. Plusieurs jeunes filles sont enlevées. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Des informations sur les massacres de Séert parviennent à Mardin

8 juin 1919 -- Au cours d'un pogrome qui dure six jours, des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura pillent les habitations et les magasins juifs à Dunayevtzy (province de Podolie). Sept juifs sont tués et deux autres grièvement blessés.
Israelvivra.com

8 juin 1922 -- La politique orientale des Soviets et ses relations avec le Kémalisme : le lien entre les Républiques autonomes et le Pouvoir central est assuré par le Commissariat des Nationalités de la République de Russie dont les transformations successives depuis 1918 à 1922 reflètent fidèlement le retour des Soviets à la centralisation administrative. Ce Commissariat a depuis 1920 des représentants près les Comités exécutifs centraux des Régions et Républiques autonomes « dans le but de généraliser l’expérience acquise sur la politique nationale de toutes les Républiques autonomes et pour surveiller l’exécution des décrets rendus par le Pouvoir fédéral central de la République soviétique de Russie » (décret du 16 décembre 1920). Ces représentants du Pouvoir central sont devenus, en vertu du décret du 8 juin 1922, en même temps, les « Conseillers de la République soviétique de Russie auprès des Républiques sœurs » (Le Bolchévisme et l’Islam, t. I, p. 15 et 41). Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : La politique orientale des Soviets et ses relations avec le Kémalisme

8 juin 1942 -- 1 200 juifs de Graboviec (province de Lublin) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor.
Israelvivra.com

8 juin 1942 -- La première déportation a lieu entre le 30 mai et le 8 juin 1942, sous la responsabilité du SS-Hauptsturmführer Wilhelm Kunde et de l’Obersturmfürer Otto von Mallotke. Les critères de sélection sont laissés à l’entière appréciation des SS. Le 31 mai la délivrance des cartes d'identification est arrêtée. Toutes les personnes sans carte doivent se rassembler sur la place Zgoda. Rosenzweig organise le rassemblement, mais refuse de participer lui-même à cette « Aktion ». Les policiers juifs, menés par Symche Spira, arrêtent sans ménagement des personnes dans leurs maisons et les traînent sur la place Zgoda. Durant les deux premiers jours de cette « Aktion » environ 4.000 juifs sont envoyés dans les chambres à gaz de Belzec. Les colonnes des déportés sont amenées à la gare de Plaszow d'où les convois surchargés partent à Belzec. Officiellement, les gens partent travailler en Ukraine.
Encyclopédie

8 juin 1943 -- Les SS fusillent 100 juifs à Rava¬Ruska (province de Galicie, R.S.S. d'Ukraine).
880 juifs sont déportés de Salonique (Grèce) au camp d'extermination d'Auschwitz.
Deux transports avec, respectivement, 2 397 et 3 017 déportés juifs, quittent le camp de regroupement de Westerbork à destination du camp d'extermination de Sobibor.
5 000 juifs sont assassinés par les SS lors de la liquidation du ghetto de Zbarazh (R.S.S. d'Ukraine). 60 juifs seulement survivent à la guerre.
Israelvivra.com

8 juin 1954 -- Mort de Archag Tchobanian, né le 15 juillet 1892 dans le quartier Bechigtach de Constantinople (Turquie), décédé le 8 juin 1954 à Paris (France), à la suite d'un accident de voiture. Le poète Archag Tchobanian a joué dans le mouvement arménophile en France un rôle déterminant. En 1895, il quitte Constantinople et se fixe à Paris. Bien vite, il gagne à la Cause arménienne de nombreuses sympathies en faisant connaître le martyre de ses compatriotes, mais aussi en montrant quel peuple est le sien. Véritable ambassadeur des lettres arméniennes, il révèle à l'opinion française les trésors de la culture arménienne. Anatole France, Georges Clémenceau, Jean-Jaurès et beaucoup d'autres lui apportent un soutien actif. C'est grâce à Tchobanian que de nombreux écrivains, artistes et hommes politiques sont devenus des arménophiles militants.
ACAM

8 juin 1993 -- France : assassinat de René Bousquet, ancien secrétaire général de police sous le régime de Vichy, suspecté de crimes contre l'humanité. En avril 1942, au moment précis où les SS prennent, en zone occupée, la responsabilité du maintien de l'ordre, Bousquet a été nommé au secrétariat général à la police avec dans la limite de ses attributions délégation générale et permanente à l’effet de signer au nom du Ministre Secrétaire d’Etat à l’intérieur, à l’exclusion des décrets, tous actes, arrêtés ou décisions relatifs aux dites attributions. Il occupe, à ce titre, un rôle principal dans la collaboration policière de Vichy avec l'occupant allemand. Il organise en particulier la rafle des Juifs l'été 1942 (Rafle du Vélodrome d'Hiver), mettant en œuvre l'initiative avec Laval de faire rafler et déporter également les enfants juifs. Fin juillet il reçoit une lettre du général SS Karl Oberg le félicitant de la conduite exemplaire de la police française. En 1989, l'association des Fils et filles de déportés juifs de France de Serge Klarsfeld, la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes et la Ligue des droits de l'homme, déposèrent plainte contre René Bousquet pour crimes contre l'humanité. Il fut inculpé en 1991, mais l'instruction n'était pas achevée lorsqu'il fut assassiné de cinq balles par Christian Didier le 8 juin 1993. Ainsi, René Bousquet, cet ami intime de François Mitterrand, n'a jamais été jugé pour crimes contre l'humanité et bénéficie de ce fait de la présomption d'innocence : « A qui profite le crime ? C’est à Bousquet et à ses amis que Christian Didier a rendu service. »
La citoyenneté
Wikipedia

8 juin 1994 -- ONU : résolution 925 sur la situation au Rwanda (génocide des Tutsi), du 8 juin 1994, par laquelle le Conseil de sécurité a défini le mandat et le niveau des effectifs de la Mission des Nations Unies pour l'assistance au Rwanda (MINUAR II).
ONU
ONU

8 juin 2004 -- France/Assemblée Nationale: Loi sanctionnant la négation du génocide arménien déposée par M. Didier Migaud le 8 juin. Numéro de la loi - 1643.
Assemblée Nationale

8 juin 2007 -- Turquie : deux déclarations électroniques de l’Armée turque, postées le 27 avril et le 8 juin, ont le potentiel d’alimenter la tension et le conflit entre différents segments de la société turque. La première note déclare que “celui qui n’exprime pas sa joie d’être un Turc est un ennemi”. Dans la seconde note, les gens qui critiquent l’Etat nation et qui “utilisent les valeurs estimées de l’humanité, la paix, la liberté et la démocratie, pour couvrir des organisations terroristes,” sont ciblés. De plus, on appelle “la nation turque” à montrer “son réflexe de réaction”.
Collectif VAN

8 juin 2010 -- Azerbaïdjan : les autorités de l’Azerbaïdjan ont menacé d’inscrire sur leur liste noire sept députés français membres d’une délégation arrivée le 8 juin à Stepanakert, la capitale du Haut-Karabagh, où ils effectuent une visite de trois jours qui comprendra des rencontres avec les autorités du territoire et des représentants d’organisations non-gouvernementales locales. La délégation, conduite par François Rochebloine, est composée d’Arlette Grosskost, Pascale Crozon, Richard Mallié, René Rouquet, Michel Diefenbacher et Jean-Pierre Delannoy.
Collectif VAN


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org









Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org