Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 10 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



10 juin 1944 -- Seconde Guerre mondiale: la division SS "Das Reich" massacre 642 habitants (dont 246 femmes et 207 enfants) à Oradour-sur-Glane en Haute-Vienne. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes du régime nazi. Ces événements marquèrent profondément les consciences. Depuis 1999, le souvenir des victimes est commémoré par le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, situé non loin des ruines du village à peu près conservées en l'état.

Ça s’est passé un 10 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

10 juin 1320 -- Les juifs de Castelsarrasin (France), au nombre de 150 environ, sont tués en deux jours. Les auteurs du massacre sont des « pastoureaux » qui se rendent à la croisade contre les musulmans d'Espagne.
Israelvivra.com

10 juin 1337 -- Les bandes d'Armleder, paysans de Franconie et d'Alsace, ainsi nommés pour les courroies de cuir qui protègent leurs bras, attaquent pour la quatrième fois la ville de Tauberbischofsheim (Allemagne) dont ils parviennent à détruire la communauté juive.
Israelvivra.com

10 juin 1648 -- Une bande de cosaques de Bogdan Chmielnicki, commandés par Ganya, assiège la ville fortifiée de Nemirov (Pologne) et massacre environ 6 000 juifs réfugiés dans la forteresse.
Israelvivra.com

10 juin 1890 -- Empire ottoman/Extrait du télégramme du consul russe à Erzeroum: dès 1890, on peut s'attendre à tout, comme en témoignent ces deux télégrammes du consul russe à Erzeroum : « La situation de la population chrétienne, et la nôtre, est extrêmement dangereuse. A chaque instant, sous le moindre prétexte, il faut s'attendre à l'explosion du fanatisme musulman » (10 juin). ... « Il est encore difficile de dire si ces étincelles de fanatisme vont se transformer en un mouvement général... Il y a plus de 200 blessés, et pour l'instant on n'a connaissance que de 14 tués » (12 juin).
Imprescriptible.fr : 1895 ou la répétition générale

10 au 13 juin 1915 -- Empire ottoman : les Arméniens déportés des villes et des villages d'Erzeroum durant ces quatre jours ont été massacrés à Kemakh.
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

10 et 11 juin 1915 -- Empire ottoman/Mardin : une centaine de çete et gendarmes Ă©gorgent 400 notables de Mardin et de Tell Armen Ă  Ahraske, sur la route de Dyarbekir, et Ă  Adırsek, dans les grottes de Seyhan. Mgr Ignace Maloyan est exĂ©cutĂ© le dernier par le commissaire Memduh, près de KaraköprĂĽ.
*** (Ternon, 2002 :123, n° 20, 124-125, n° 22 à 27, 126-127).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

10 juin 1915 -- Empire ottoman : le mutessarif prépare Bauernfeind à la déportation prochaine des Arméniens vers Ourfa en lui débitant une nouvelle histoire de conspiration arménienne. Mais c’est le mutessarif qui inspire de la compassion au missionnaire: « Il semble être très malade. [...] Depuis qu’il est ici, cet homme a l’air épuisé et accablé » (Journal, 10 juillet 1915). © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

10 juin 1915 -- Empire ottoman/ Mardin : le 10 juin, à une heure du matin, un crieur public passe dans les quartiers chrétiens annoncer que ceux qui sortiront cette nuit-là seront fusillés. Peu après, un long convoi conduit par Memdouh – qui chevauche en tête, l’épée à la main – et escorté d’une centaine de gendarmes, de policiers et de miliciens, descend la grande rue de Mardin. Il comprend 417 hommes, tous chrétiens – arméniens, syriens, chaldéens et protestants. Le convoi passe d’abord par le quartier musulman où les femmes et les enfants les invectivent, les insultent et leur jettent des pierres ou des immondices. Lorsqu’il arrive dans le quartier chrétien, tout est silencieux. Les familles restent cachées derrière leurs fenêtres ou sur les terrasses. Heureusement, la nuit est claire et ces témoins aperçoivent le défilé des prisonniers. Femmes et enfants envoient silencieusement leurs adieux à leurs époux et à leurs pères. Cette procession est perçue par ces chrétiens comme une marche au calvaire. Lorsque le convoi parvient à la porte nord-ouest de la ville, les prêtres de la cathédrale syrienne catholique Saint-Ephrem et les missionnaires protestants qui sont dans un bâtiment voisin, observent le convoi et récitent des prières d’adieu.

****A l’aube du jeudi 10 juin, le convoi est hors de Mardin et marche sur la route de Diarbékir. A deux heures de Mardin, au lieu dit Akhrachké, Memdouh fait détacher du convoi quatre notables : Naoum Djinandji, Iskandar Adam et son fils Auguste – tous trois Arméniens –, et un syrien catholique, Iskandar Hammal. Il leur propose de les délivrer contre huit cents livres turques. Ils en proposent huit mille. Il les entraîne dans une carrière voisine où ils sont poignardés. A six heures du matin, le convoi parvient dans un village kurde, Aderchek, près de Cheikhan. Memdouh bey lit aux prisonniers leur condamnation à mort. Il propose de libérer ceux qui se convertiront à l’islam et il donne une heure à ceux qui refusent pour se préparer à mourir. Il termine son discours par cette phrase : « L’empire vous avait accordé hier mille privilèges, il vous accorde aujourd’hui trois balles ».
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Juin 1915. Le massacre des hommes de Mardin

10 juin 1915 -- Empire ottoman : un rapport de Panderma en date du 10 juin 1915 (Légation de Grèce à Constantinople n 4406 ; Arch. n° 8670) donne une idée complète de la situation tragique des populations expatriées ; « Les villages musulmans abondent de femmes et de jeunes filles grecques que les Turcs obligent à exécuter des danses tellement immorales que je me vois dans l'impossibilité de les décrire. » Les persécutions anti helléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne. D'après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires. PARIS, LIBRAIRIE BERNARD GRASSET, 1918
Imprescriptible.fr : Les Persécutions antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne

10 juin 1915 -- Empire ottoman : publication d’une directive instituant des commissions locales chargées de la « protection » des « biens abandonnés » des déportés.
*** (Askeri Tarih Belgeleri Dergisi: n° 81 (décembre 1982), doc. 1832 ; Dündar, 2006 :264).
**** Promulgation de la loi autorisant de vendre les biens des déportés sous le prétexte de conserver les capitaux "en lieu sûr", afin de les "restituer" après la guerre. Le 26 septembre une autre loi relative aux biens des déportés sera promulguée. Gwinner, directeur de la Deutsche Bank, résuma ainsi la loi « 1. Tous les biens des Arméniens sont confisqués, 2. Le gouvernement empochera les crédits des déportés et paiera (ou non) leurs dettes ». Mais il n'y a pas un seul document à ce sujet dans les Archives ottomanes. Donc, l'argument prétendant que ceux qui avaient maltraité les Arméniens auraient été poursuivis et condamnés à mort n'est pas juste, de même que l'argument prétendant que des compensations pour les possessions saisies des Arméniens leur auraient été versées. Ce sont simplement des mensonges, créés intentionnellement par une machine à mensonges dans le but d'induire les gens en erreur.
Imprescriptible.fr : Chronologie
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian
Imprescriptible.fr : 1915 et les fables turques, Taner Akcam

10 juin 1915 -- Empire ottoman/GĂĽrun (vilayet de Sıvas) : 74 notables de GĂĽrĂĽn sont massacrĂ©s dans la vallĂ©e dÂ’Oulach/Ulas, près du village de Kardaslar, sous le commandement de Cendarma Ali çavus, par douze çete en uniforme de gendarmes.
** (KĂ©vorkian, 2006 :553).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

10 juin 1915 -- Empire ottoman/Hacın (vilayet dÂ’Adana) : la dĂ©portation de 5 000 ArmĂ©niens commence sous la supervision du colonel HĂĽseyin Avni. Le premier convoi comprend 150 familles expĂ©diĂ©es Ă  pied vers Osmaniye et Alep, par la route de montagne de Kiraz. Les 5 000 ArmĂ©niens du kaza voisin de Feke sont dĂ©portĂ©s un peu plus tard.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :744).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

10 juin 1915 -- Empire ottoman : une deuxième fois le fils de Hanna Adam a été arrêté et aussitôt déporté. II meurt le 11 juin. Sa première arrestation était le 25 mai, il a été envoyé au couvent des sœurs franciscaines et soumis à des tortures. Déshabillé, on lui versait de l’eau glacée ; il recevait des coups de bâton jusqu’à fatiguer ses bourreaux qui le pressaient d’apostasier. Il a été ramené agonisant chez ses parents. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Fiches biographiques

10 juin 1915 -- Empire ottoman : le consul allemand de Mossoul, Holstein, adresse le télégramme suivant à son ambassadeur : « 614 Arméniens (hommes, femmes et enfants [sic]) expulsés de Diarbékir et acheminés sur Mossoul ont tous été abattus pendant le voyage en radeau. Les kélek sont arrivés vides hier. Depuis quelques jours, le fleuve charrie des cadavres et des membres humains. D’autres convois de « colons » arméniens sont actuellement en route, et c’est probablement le même sort qui les attend. J’ai fait part à l’administration locale de la profonde horreur que m’inspirent tous ces crimes. Le vali [de Mossoul] a exprimé ses regrets en faisant remarquer que seul le vali de Diarbékir en était responsable ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr: Planification du génocide

10 juin 1915 -- Empire ottoman : dans la nuit du 10 au 11 juin, les soldats rassemblent les prisonniers, les attachent, quatre par quatre, puis les conduisent à l’aube à Hafdemari, un village voisin, où ils sont tués. Leurs vêtements sont ramassés, ramenés en ville et partagés comme butin. Ayoub Ibn Hamza agha se vante d’avoir tué de sa main le père Menaché.
Imprescriptible.fr: Le génocide dans les villes et villages du Merkez-Sandjak de Diarbékir

10 juin 1919 -- 73 juifs sont égorgés et 16 blessés quand des unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, aidées par des paysans de la région, se livrent à un pogrome dans la ville de Kitai-Gorod (Podolie).
Israelvivra.com

10 juin 1919 -- Empire ottoman : Talaat, Enver, Djemal, et le Dr. Nazim accusés de crimes de guerre par la cour martiale turque, sont condamnés à mort par contumace.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1919

10 juin 1924 -- Empire ottoman : lettre de Lucas à Poincaré, 10 juin 1924, Adana. L’organisation communautaire alawite à Adana était encore plus vigoureuse. Les Alawites de cette ville étaient en grande partie groupés autour d’un notable, Ibrahim Sadek, qui était capable de mobiliser 20 000 hommes armés de 10 000 fusils avec leurs munitions. La région qui s’étendait entre Adana et Karatach était à son tour capable d’absorber 10 000 hommes et 6 000 fusils. Enfin, dans un entretien avec le gérant du consul de France à Adana, les notables arabes lui ont ouvertement déclaré « qu’ils s’empareraient de la Cilicie plutôt que de soumettre à la déportation, mais que si le sort des armes leur était défavorable, ils demanderaient asile au gouvernement syrien ».
Imprescriptible.fr : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

10 juin 1942 -- 1 600 juifs d'Uchanie (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor, où ils sont tués par les SS dès leur arrivée.
1 200 juifs sont massacrés par les SS au cours d'une Aktion à Lahovice (R.S.S. de Biélorussie) mais un petit nombre parvient à fuir dans les bois.
1 200 juifs sont massacrés au cours d'une Aktion de deux jours à Lida (R.S.S. de Lituanie).
Par mesure de représailles à la suite de l'assassinat de Heydrich, protecteur du Reich pour la Bohême-Moravie, 1 000 hommes, femmes et enfants juifs sont déportés de Prague aux camps d'extermination de Maïdanek et de Sobibor.
Israelvivra.com

10 juin 1942 -- Massacre de 173 hommes du hameau de Lidice (Protectorat de Bohême-Moravie, actuelle République tchèque) perpétré par les nazis en représailles par rapport à l'assassinat de Reinhard Heydrich.
Wikipedia

10 juin 1943 -- Liquidation du ghetto d'Ostrowiec (province de Kielce, Pologne) : les 2 000 juifs qui s'y trouvent encore sont transférés au camp de travail forcé de cette ville.
Israelvivra.com

10 juin 1944 -- 50 800 juifs de Szekesfehervar (Hongrie) et des environs sont regroupés dans onze camps près de la ville en attendant leur déportation.
Israelvivra.com

10 juin 1944 -- France : le massacre d’Oradour-sur-Glane désigne la destruction, le 10 juin 1944, de ce village de la Haute-Vienne, situé à environ vingt kilomètres au nord-ouest de Limoges, et le massacre de sa population (642 victimes), par un détachement du 1er bataillon du 4e régiment de Panzergrenadier Der Führer appartenant à la Panzerdivision Das Reich de la Waffen-SS. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes, assez semblable à ceux de Marzabotto, ou le Distomo, perpétré lui aussi le 10 juin 1944, qui transposent sur le front de l'Ouest des pratiques courantes sur le front de l'Est. Ces événements marquèrent profondément les consciences ; leurs conséquences judiciaires suscitèrent une vive polémique, notamment à la suite de l'amnistie accordée aux Alsaciens « Malgré-nous » qui avaient participé au massacre. Depuis 1999, le souvenir des victimes est commémoré par le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, situé non loin des ruines du village à peu près conservées en l'état.
Wikipedia
Oradour souviens-toi

10 juin 1948 -- Empire ottoman/Fin de mandat de Mustafa AbdĂĽlhalık [Renda](1881-1948) : il a Ă©tĂ© ministre d'Etat du 19 septembre 1946 au 10 juin 1948. Il est le beau-frère de Talât Pacha. Durant le gĂ©nocide des ArmĂ©niens, il a Ă©tĂ© prĂ©fet de Bitlis (Ă  partir de mars 1914) et plus tard directement responsable du massacre des ArmĂ©niens de Bitlis (25 juin 1915) et du massacre des ArmĂ©niens de Mouch (11-14 juillet 1915), prĂ©fet d'Alep, dirige la liquidation des restes de la population armĂ©nienne, ceux qui avaient survĂ©cu Ă  la dĂ©portation depuis l'intĂ©rieur du pays jusqu'aux dĂ©serts de Syrie-MĂ©sopotamie, conseiller de Talât Paşa au ministère de l'IntĂ©rieur.
Imprescriptible.fr : Mustafa AbdĂĽlhalık [Renda](1881-1948)

10 Juin 1994 -- Génocide des Tutsi : au point de presse du Département d’Etat, on demande à la porte-parole, Christine Shelley : "Combien d’actes de génocide sont nécessaires pour faire un génocide ?" "C’est une question que je ne suis pas à mesure de répondre ». "Bien, est-ce vrai que vous avez un guide en vertu duquel vous ne pouvez pas utiliser le mot ‘génocide’ de façon claire mais de le contourner par ‘actes de génocide ?’ "J’ai un guide que j’essaye d’utiliser le mieux que je peux. Il y a des formulations que nous utilisons et nous essayons d’être consistants dans leur usage. Je n’ai pas de prescription absolue et catégorique contre telle ou telle chose, mais j’ai des définitions. J’ai une phraséologie qui a été soigneusement examinée et nous en sommes arrivés le mieux que nous pouvons à la capacité de l’utiliser dépendamment d’une situation spécifique et des actions à poser »
Ibuka-France

10 Juin 1994 -- Rwanda/Génocide des Tutsi : les orphelins de la mission du père Blanchard que Bernard Kouchner voulait emmener en France en mai ont été massacrés le 10 juin.
France Rwanda GĂ©nocide

10 juin 2005 -- France : le Centre du patrimoine arménien à Valence (Drôme), ouvert depuis le 10 juin, est consacré au génocide arménien. Réalisé avec le concours d'historiens, d'ethnologues et d'anthropologues, spécialistes de cette question, ce musée est unique en France et en Europe. L'initiative a été lancée par l'ancien maire de la ville, Patrick Labaume (UMP), et reprise par son successeur Léna Balsan, pour répondre à l'attente de la communauté arménienne, l'une des plus importantes de France qui représente 10 % de la population valentinoise. La municipalité compte elle-même cinq adjoints d'origine arménienne, dont Annie Koulaksezian-Romy, responsable du dossier. Au cours de sa conception, le projet s'est enrichi pour devenir un véritable lieu d'histoire vivante explorant le thème des génocides, du XXe siècle à partir du drame arménien, qui fit 1,5 million de morts sur une population de 2,2 millions d'Arméniens ottomans. Un documentaire de Jean-Michel Vennemani, Mémoires blessées, y est diffusé en boucle et relate le génocide à travers le récit de cinq réfugiés dont M. Der Masoubian, 103 ans, né en 1901 sous l'Empire ottoman, l'un des derniers rescapés des massacres, encore vivant. Le vieil homme raconte le viol et le massacre au couteau de sa propre mère, une belle femme aux cheveux de jais. Le film est illustré par des documents d'époque récupérés dans les familles de Valence ou provenant de la bibliothèque Nubar à Paris.
ACAM

10 juin 2008 -- France: selon l’exposé des motifs du projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la Cour pénale internationale, déposé au Sénat le 15 mai 2007 et adopté par celui-ci, en première lecture, le 10 juin 2008, le choix a été fait d’allonger les délais de prescription des crimes de guerre, afin « de ne pas « banaliser » en droit français la règle de l’imprescriptibilité de l’action publique à des infractions autres que les crimes contre l’humanité ». Ainsi, le projet de loi propose d’allonger de dix à trente ans le délai de prescription de l’action publique pour les crimes de guerre (et de trois à vingt ans pour les délits) et de vingt à trente ans le délai de prescription de la peine prononcée en cas de condamnation pour l’un de ces crimes à compter de la date à laquelle la décision est devenue définitive (de cinq à vingt ans en matière délictuelle).
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org