Aujourd'hui : Mardi, 15 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 20 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: 20 juin 1915 -- Empire Ottoman/Cilicie : lettre datée du 20 juin 1915 du Dr. L. {Shepard} résident étranger en Turquie. « La déportation a commencé il y a six semaines. Depuis cette date, tous les habitants de Zitoun et des villages environnants ont été déportés, ainsi que la plupart des chrétiens d'Alboustan, de nombreux autres d'Hadjin, Sis, Kars Pasar, Hassan Beyli et Deort Yol. Le nombre de personnes impliquées s'élève approximativement, à ce jour, à 26 500. Parmi eux, environ 5000 ont été envoyés dans la région de Konya, 5 500 sont à Alep et dans les villes et villages environnants, et le reste est à Der Zor (Syrie), Racca et divers endroits de Mésopotamie, et même aussi loin que les environs de Bagdad. Le processus continue encore, et on ne peut pas dire jusqu'où cela va aller; les ordres déjà donnés porteront le nombre dans cette région à 32 000. » Photo Armin Wegner - 1915

Ça s’est passé un 20 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


20 juin 1230 -- Massacre des juifs de Wiener Neustadt (Autriche).
Israelvivra.com

20 juin 1391 -- Au cours du jeûne juif commémorant la chute de Jérusalem, les chrétiens de Tolède attaquent la communauté. De nombreux juifs sont massacrés, beaucoup d'autres se suicident. Les persécutions se propagent dans toute l'Espagne.
Israelvivra.com

20 juin 1544 -- A Tomar (Portugal), où un tribunal de l'Inquisition siège depuis 1540, se déroule un second autodafé, le dernier avant l'abolition de l'Inquisition, contre des « judaïsants », descendants de juifs contraints au baptême, qui pratiquent toujours le judaïsme en secret.
Israelvivra.com

20 juin 1734 -- 20 000 juifs et Polonais sont massacrés en trois jours par les Haidamak (cosaques et paysans ukrainiens), à Uman près de Kiev. 3 000 juifs meurent dans la synagogue touchée par le feu de l'artillerie.
Israelvivra.com

20 juin 1768 -- Des Haidamak commandés par Gontas égorgent des milliers de juifs à Gomel (Ukraine).
Israelvivra.com

20 juin 1883 -- 500 familles juives se trouvent réduites à la misère quand leurs maisons et leurs magasins sont détruits à Iekaterinoslav (Russie) au cours d'un pogrome qui dure deux jours.
Israelvivra.com

20 juin 1890 -- Empire ottoman : pour les diplomates italiens, il apparaît clairement que la politique du gouvernement ottoman vis-à-vis des Arméniens est alors en train d'évoluer vers la répression. La date qu'ils posent comme le début de cette mutation est celle du 20 juin 1890 («émeutes» d'Erzeroum). A ce propos, le consul italien à Trébizonde écrit en effet qu'«Une conséquence très déplorable de tout cela fut le réveil, parmi les musulmans, d'un sentiment de haine contre les chrétiens. Dorénavant, le terme méprisant de ghiavur, utilisé pour désigner les chrétiens, est revenu en vogue, alors que depuis plusieurs années régnait entre eux une tolérance réciproque ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La formation des régiments de cavalerie kurde hamidié

20 juin 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : le petit croiseur anglais Barham se montre à Latakié. Le navire allemand Cormoran laisse Mersine pour une destination inconnue. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L'intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d'avril 1909

20 juin 1915 -- Empire Ottoman/Cilicie : lettre datée du 20 juin 1915 du Dr. L. {Shepard} résident étranger en Turquie. « La déportation a commencé il y a six semaines, par 180 familles de Zeitoun. Depuis cette date, tous les habitants de cet endroit et des villages environnants ont été déportés, ainsi que la plupart des chrétiens d'Alboustan, de nombreux autres d'Hadjin, Sis, Kars Pasar, Hassan Beyli et Deort Yol. Le nombre de personnes impliquées s'élève approximativement, à ce jour, à 26 500. Parmi eux, environ 5000 ont été envoyés dans la région de Konya, 5 500 sont à Alep et dans les villes et villages environnants, et le reste est à Der Zor, Racca et divers endroits de Mésopotamie, et même aussi loin que les environs de Bagdad. Le processus continue encore, et on ne peut pas dire jusqu'où cela va aller; les ordres déjà donnés porteront le nombre dans cette région à 32 000, et il n'y a pas encore eu d'exilés d'Aintab, et très peu de Marache et d'Ourfa. »
Imprescriptible.fr : Rapport sur la déportation des Arméniens de Zeitoun, Le 21 juillet 1915
Imprescriptible.fr : Cilicie (vilayet d'Adana et sandjak de Marach)

20 juin 1915 -- Empire ottoman/Vilayet de Kharpout : le professeur M. Ténékedjian, qui travaillait au collège depuis 35 ans, fut arrêté le 1er mai et jeté ou prison où on lui arracha les cheveux et la barbe, pour le forcer, par ces tortures, à faire des aveux. Après l'avoir laissé sans aucune nourriture pendant plusieurs jours, on le suspendit par les mains, et on le laissa pendu ainsi un jour et une nuit. Le 20 juin, il fut envoyé à Diarbékir avec un convoi et tué en route.
Imprescriptible.fr : Vilayet de Kharpout. (Mamuret-ul Aziz)

6 au 20 juin 1915 -- Empire ottoman/Harpout, Huseynig et Mezre (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : les autorités procèdent à la fouille systématique de toutes les maisons et à l'arrestation de plusieurs centaines d'hommes, selon des listes préétablies.
*** (Jacobsen, 2001 :68-70; Riggs, 1997 :75).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

15 au 20 juin 1915 -- Empire ottoman/Ordu (vilayet de Trébizonde) : durant six jours, 500 soldats de l'armée régulière ont pris le contrôle des quartiers arméniens d'Ordu et procédé à l'arrestation des hommes qui ont été internés dans la prison de la caserne, puis mis en route par groupes de quatre-vingts à cent personnes, attachés quatre par quatre, et égorgés dans des vallées boisées des environs. 12 000 personnes d'Ordu et des villages arméniens du kaza sont déportées vers Mesudiye, puis Susehir, à trente kilomètres à l'ouest de Sabinkarahisar. C'est à proximité de Susehir, dans le nahie d'Elbedir, que nombre de ces déportés sont massacrés et de nombreuses jeunes filles et femmes enlevées. Les vieillards, les malades et les infirmes, qui avaient été momentanément maintenus à l'hôpital, ont été officiellement envoyés, par bateau, à Samsun. Ils ont, en fait, été noyés en haute mer.
** (Kévorkian, 2006 :603-604).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 juin 1915 -- Empire ottoman : les survivants des derniers convois, environ 2 500 personnes, dont 350 hommes déguisés en femmes, sont expédiés vers le sud, par le fameux pont de Palou. Après trois jours de route ceux-ci parviennent à 5 km d'Argana Maden, où les derniers hommes sont soigneusement identifiés et assassinés à l'arme blanche, des jeunes femmes vendues à la population locale. Les derniers déportés arrivent à Dyarbekir après une marche de cinquante jours. Ils y sont parqués dans un champ hors les murs, où ils reçoivent la visite du vali, le Dr Mehmed Resjd, et de notables locaux qui prélèvent quelques jeunes filles. Parvenus à Mardin, ces rescapés dénu¬dés en chemin sont vêtus et nourris par des chrétiens syriaques et logés dans des maisons incendiées, dont les caves sont pleines de cadavres carbonisés. Après enco¬re vingt jours de marche, ils atteignent Ras ul-Ayn, où le dernier homme est assas¬siné par les Çerkez.
Skynet : LE QUATRIÈME CONVOI D'ERZERUM

20 juin 1915 -- Empire ottoman : les hommes du premier convoi d'Erzerum ont été assassinés et nombre de femmes enlevées près du village de Chogh, par des irréguliers kurdes dirigés par deux chefs de l'O.S., Ziya beg, originaire de Basköy, et Adıl bey (de son vrai nom Adıl Güzelzâde Cherif).
*** (Kévorkian, 2006 :360-361).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 juin 1915 -- Empire ottoman : 12 000 femmes et enfants sont exécutés entre Dyarbekir et Mardin, sous la supervision directe du commissaire Memduh bey, chef opérationnel de l'O.S. dans le vilayet de Dyarbekir.
*** (Simon, s.d. :56 et 85).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza de Koçhisar (vilayet de Sıvas) : 2 000 hommes, dont tous les curés du kaza, sont internés dans la prison de Koçhisar, et exécutés avant les déportations. Chaque nuit, ces mâles sont sortis de la ville par groupes de cent et exécutés dans les gorges de Seyfe ou au niveau du pont de Bogaz, sous la direction des chefs çete de l'O.S. Kütükoglu Hüseyin et Zaralı Mahir. Le premier convoi, comprenant des villageois, part vers le 20 juin. Il est suivi par une caravane formée des habitants de Koçhisar, dont cinq cents mâles. Après une première attaque de çerkez de Kustepe, ce convoi parvient au village d'Oulach, et y est fusionné avec une autre caravane comprenant mille femmes et deux cents hommes du reste du kaza. Deux jours plus tard, le groupe arrive à Hasançelebi, où 200 adolescents sont séparés du convoi et exécutés. Le jour suivant, à Hekimhan, ce sont les vieillards qui sont extraits du convoi et massacrés. Quelques dizaines de femmes de Koçhisar parviennent à l'automne 1915 à Hama, en Syrie.
*** (Kévorkian, 2006 :548-549).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

Entre le 20 et le 29 juin 1915 -- Empire ottoman-kaza de Koçgiri/Zara : environ 7 000 Arméniens du kaza sont déportés vers Divrig/Divrifii, puis Harput, Maden, Severek, Urfa, Veransehir et Rakka.
** (Kévorkian, 2006 :549).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 au 30 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza de Derik (vilayet de Dyarbekir) : le président de la cour martiale de Dyarbekir, Tevfik bey procède à l'élimination des hommes, par petits groupes, puis fait déporter les femmes et les enfants qui sont massacrés près de la ville par des çete de l'O.S. Le 27 juin, les chefs religieux des différentes confessions sont pendus en place publique.
** (Armalto, 1970 : 345; Rhétoré, ms. :43; Ternon, 2002 :100-101).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 juin 1915 -- Empire ottoman/Chabin-Karahissar. Communiqué des autorités turques pour justifier un massacre imminent des Arméniens : « Le 12 juin, 500 Arméniens armés, auxquels s'étaient joints des déserteurs de même race, attaquaient la ville de Chabin-Karahissar et les quartiers musulmans, où ils saccagèrent toutes les maisons. Ils se barricadèrent ensuite dans la citadelle de la ville et répondirent aux conseils paternels et conciliants des autorités locales par des coups de fusil et des bombes ; là 150 personnes civiles militaires furent tuées. Une dernière proposition du Gouvernement, qui avait pour but d'obtenir leur soumission sans répandre de sang, resta sans résultat. Dans ces circonstances, les autorités se virent obligées de pointer les canons contre la citadelle et, par ces mesures violentes, on réussit à réduire ces rebelles, le 20 juin. De pareils mouvements révolutionnaires, qui éclatent çà et là, nous forcent à soustraire de nos armées des différents fronts, des forces pour les réprimer. Pour nous épargner cet embarras et empêcher le retour d'incidents dont en même temps que les coupables, la population paisible souffre aussi des dommages regrettables, le Gouvernement Impérial a dû prendre, contre les révolutionnaires arméniens, certaines mesures préventives et restrictives ».
Imprescriptible.fr : L'explication turque.

20 juin 1915 -- Empire ottoman/Malatia : Quand, le 20 juin 1915, le nouveau mutessarif arriva enfin à Malatia «i l n'y restait plus guère d'Arméniens libres [...] » ( Journal, 23 août 1915). Ce premier acte du drame arménien avait déjà été achevé à Malatia. Au nouveau venu était confié l'assassinat des prisonniers et des soldats des bataillons de travail, puis la déportation de la population arménienne de la ville. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d'après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

20 juin 1916 -- Empire ottoman/Nvart Mahokian, l'épouse d'un grand commerçant de Trébizonde, raconte ce qui suit : (...) le 20 juin 1916, un massacre épouvantable eut lieu, les 10 000 ouvriers arméniens qui travaillaient sur la ligne de chemin de fer de la chaîne de montagnes Amanos, furent mis à mort. Ces ouvriers devaient prendre la route de l'exil. Ils se trouvaient entre Baghché et Marach. Par ordre du commandant de la gendarmerie d'Adana Avni-bey (qui se trouve actuellement à Smyrne avec les mêmes fonctions) 2 000 personnes furent assassinées en quelques heures. Et chaque assassin avait 10 piastres par tête! Ceux des Arméniens qui avaient pu se réfugier dans les forêts avoisinantes furent exterminés par les gendarmes qui avaient fonction de poursuivre les déserteurs. Avni-bey est retourné de Marach à Adana avec 15 000 livres turques, résultat de ce pillage.
Imprescriptible.fr : Témoignages inédits sur les atrocités turques

20 juin 1918 -- Empire ottoman/Fin de mandat de Tahsin [Uzer] qui était Préfet de Şam (Damas) du 10 août 1916 au 20 juin 1918. Né dans la ville de Salonique dont il fut le kaymakam (gouverneur) du district central en 1908. Ce fut un membre actif du Comité Union et Progrès. Pendant la première guerre mondiale: préfet de Van du 27 mars 1913 au 30 septembre 1914, préfet d'Erzeroum du 30 septembre 1914 au 10 août 1916, il participe à la réunion de février 1915 à Erzeroum autour du Dr. Bahattin Şakir de préparation du génocide des Arméniens. Préfet de Şam (Damas) du 10 août 1916 au 20 juin 1918, préfet de Smyrne du 30 octobre 1918 - 22 novembre 1918, député de Smyrne du dernier parlement ottoman, il déposa aux procès de Trébizonde et de Kharput. A la deuxième séance de ce dernier procès, il identifia Dr. Bahattin Şakir comme le chef opérationnel de l'Organisation spéciale et précisa qu'il utilisait des « codes spéciaux » pour communiquer avec les ministres de la Guerre et de l'Intérieur. Arrêté par les Britanniques et exilé à Malte en 1920 pour sa participation aux massacres des Arméniens. Pendant la période kémaliste: député de Smyrne et d'Erzeroum (1927 et 1935) dans les parlements 1,2,3,4 et 5.
Imprescriptible.fr : Tahsin [Uzer], 1879-1939

20 juin 1919 -- 14 juifs sont massacrés et 10 autres grièvement blessés quand des unités commandées par Sokolovski se livrent à un pogrome à Tchernigov (Volhynie).
5 juifs sont tués et de nombreux autres blessés au cours d'un pogrome dans la ville de Volodarka (district de Kiev), déclenché par des unités commandées par Jelezniak, alliées à l'Armée nationale ukrainienne.
Israelvivra.com

20 juin 1920 -- France: publication du N°21500 du périodique « Le Temps ». Au sommaire : « Le droit souverain ; Dans le Proche Orient, Les événement de Turquie ».
Archives Imprescriptible

20 juin 1921 -- Empire ottoman: le Haut-Commissaire français, le général Gouraud, expliquait la politique française dans un discours, prononcé le 20 juin 1921 à Damas. « J'ai vu dans ces États d'étendue modérée, où chacun peut plus facilement saisir du regard les intérêts publics et leur gestion, le meilleur champ d'apprentissage du gouvernement de la Nation par elle-même. Mais je n'ai jamais cessé de considérer qu'un lien devait être donné à ces États et que leur ensemble devait constituer cette Syrie indépendante que la France a toujours eu la volonté de créer. Je précise maintenant le double problème que vous et nous avons à résoudre. Il faut compléter et rendre plus libérale l'organisation des États d'une part et, de l'autre, constituer le lien fédéral. L'organisation des États ne sera pas nécessairement partout la même ; elle peut se développer d'une manière légèrement différente à Damas, à Alep et à Lattakié, selon les progrès plus ou moins rapides du pays. Je ne nomme pas ici, parmi les États de la Confédération, le Liban que ses traditions particulières doivent faire évoluer à part dans une association moins étroite, et seulement économique, avec la Confédération syrienne, jusqu'au jour où il déciderait lui-même d'y entrer » (V. l'Asie française, n° 193, p. 235. V. aussi l'article intitulé : Le récent voyage du général Gouraud en Syrie et ses conséquences, dans l'Asie française, n° 194, p. 287).
Imprescriptible.fr : Les accords séparés de Londres et le traité turco-russe de Moscou

20 juin 1934 -- Les premiers camps : les premiers camps « Wilde Lager » ou camps sauvages sont immédiatement créés par les SA. Le 8 mars, Frick, ministre de l'Intérieur, annonce la création de camps de concentration. Oranienburg ouvre le 20 mars, Dachau le 21 ; suivent Sonnenburg (3 avril), Sachsenburg (mai), Lichtenburg (13 juin), Papenburg (20 juin) et Brandeburg (1 octobre), et cela rien qu'en Prusse. A la fin mars existent déjà une cinquantaine de camps, car dans tous les Länder, les ministres nazis organisent des Gestapos locales et des camps de concentration, confiés le plus souvent aux SA, sauf en Bavière et en Hesse où la police tombe de suite entre les mains d'Himmler qui aussitôt fait appel à Heydrich et aux SS : le développement de Dachau y est si rapide et sa réputation si effroyable qu'il fait bientôt figure de modèle aux yeux des nazis et de l'opinion publique terrorisée.
Encyclopédie

20 juin 1940 -- Au cours d'une conférence avec le chef de la Kriegsmarine, le Grand-Amiral Erich Raeder, et ce en présence du chef de l'OKW (le Feldmaréchal Wilhelm Keitel), Hitler déclare vouloir "utiliser Madagascar pour héberger les Juifs sous responsabilité française". La référence généralement citée par les historiens est la suivante : Lagevorträge des Oberbefehlshabers der Kriegsmarine vor Hitler 1939-1945, édité par G. Wagner, Lehmanns Verlag, Munich, 1972, p. 107. Je n'ai pas cet ouvrage sous les yeux.
delpla.org

20 juin 1942 -- Toutes les écoles juives sont fermées.
Compagnienomades

20 juin 1942 -- Les SS assassinent 600 juifs de Snow (district de Novogrudok, U.R.S.S.).
Un ghetto est créé à l'intention des 2 500 juifs survivants de Nadvorna (district de Stanislavov, R.S.S. d'Ukraine). Il est gardé par la Schutzpolizei allemande, dont les membres y pénètrent de temps en temps pour tuer des internés.
996 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt.
Israelvivra.com

20 juin 1942 -- Les juifs restant à Tarnow sont enfermés dans une section spéciale du ghetto clôturée par une palissade en bois de 2m de haut complétée avec du barbelé. On leur interdit de quitter le ghetto sans permission. D'autres juifs sont enfermés dans l'autre partie du ghetto. Les 24 et 25 juillet ces Juifs sont expulsés hors de leurs maisons. Ils doivent ôter leurs chaussures et sont conduits pieds nus sous les coups de crosses de fusils et de fouets sur la place du marché. Des enfants sont séparés de leurs parents et tués par balle dans un hangar voisin. Quelques Juifs sont sélectionnés pour le travail forcé et les autres envoyés à Belzec. Cette deuxième « Aktion » est menée sous les ordres directs de F.W. Krüger. Elle vise principalement les vieux, les malade, les « inaptes au travail », les femmes et les enfants. Elle est également connue sous le nom de « Kinderaktion » en raison du grand nombre d'enfants qui y sont tués.
Encyclopédie

20 juin 1943 -- 4 000 internés sont fusillés par les SS quand les Allemands liquident le ghetto de Tarnopol (R.S.S. d'Ukraine). Quelques juifs seulement parviennent à fuir.
5 500 juifs sont arrêtés à Amsterdam au cours d'une Aktion déclenchée sur une grande échelle, puis déportés au camp de regroupement de Westerbork.
Israelvivra.com

20 juin 1944 -- Les SS fusillent Yaakov Edelstein, membre du Conseil juif du camp de concentration de Theresienstadt, et sa famille au camp d'extermination d'Auschwitz II Birkenau.
Israelvivra.com

16 au 20 juin 1994 -- Génocide des Tutsi/Rwanda : le Rapporteur spécial a séjourné au Rwanda, où il a rencontré le Commandant et plusieurs autres officiers de la MINUAR, le chef de l'état-major des forces armées rwandaises, le Préfet de la ville de Kigali et deux membres de l'état-major de la Gendarmerie, ainsi que des représentants du FPR. Pendant son séjour au Rwanda, le Rapporteur spécial a visité plusieurs endroits hébergeant des personnes déplacées par le conflit, notamment le stade Amahoro, l'hôpital Roi Fayçal et l'aéroport de Kigali. Le Rapporteur spécial a également visité l'hôpital du CICR à Kigali. Ces différentes visites lui ont permis de tenter de reconstituer les faits.
Aidh

20 juin 2008 -- Turquie : l'éditeur turc Ragip Zarakolu vient d'être reconnu coupable "d'insulte aux institutions de la république turque" au titre de l'Article 301 du code pénal turc et condamné à cinq mois de prison pour avoir publié en Turquie un livre sur le génocide arménien. L'Article 301 du code pénal turc avait soi-disant été reformé récemment "sous la pression de l'UE". Conformément à ces réformes, la décision d'intenter un procès à l'encontre de Ragip Zarakolu aurait dû être soumise à la décision du ministère de la Justice turque. Il n'en a rien été. Ces arrangements cosmétiques révèlent donc comme prévu leur vrai visage.
Collectifvan.org. UE/Turquie : la liberté d'expression en question

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org







Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org