Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 23 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légend: 23 juin 1942 -- Le capitaine Hosenfeld, un officier allemand cantonné à Varsovie, évoque, dans son journal intime, le sort des juifs et les premières rumeurs d'extermination : « Varsovie, le 23 juin 1942. Il y a une entreprise d’extermination des Juifs qui est en cours. Tel a été l’objectif de l’administration civile allemande depuis l’occupation des régions orientales, et ce avec l’aide active de la police et de la Gestapo, mais il semble qu’il doive s’appliquer maintenant, de façon radicale, à une plus vaste échelle encore. De sources différentes et toutes dignes de foi, nous apprenons que le ghetto de Lublin a été vidé, que les Juifs ont été tués en masse ou chassés dans les forêts, et que certains d’entre eux ont été emprisonnés dans un camp proche. Des témoins venus de Lietsmannstadt et de Kutno racontent que les Juifs, hommes, femmes et enfants, sont asphyxiés dans des unités de gazage mobiles, que les cadavres sont dépouillés de leurs habits avant d’être jetés à la fosse commune et que ces vêtements sont ensuite recyclés dans des usines textiles. »

Photo: Juifs du ghetto de Varsovie en train d'être déporté


Ça s’est passé un 23 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

23 juin 1270 -- 7 juifs de Wissembourg (Allemagne) sont arrêtés sans raison, torturés et exécutés.
Israelvivra.com

23 juin 1298 -- Les persécutions de Rindfleisch, du nom d'un chevalier allemand de la ville de Roettingen (Franconie), détruisent 146 communautés en Allemagne centrale et méridionale.
A Windsheim (Franconie), 55 juifs périssent sur le bûcher.
900 juifs de l'importante communauté de Würzburg sont massacrés, dont une centaine de réfugiés originaires d'autres localités. Dans la petite ville de Neustadt an der Aisch, 71 juifs sont brûlés vifs.
Israelvivra.com

23 juin 1475 -- Un enfant chrétien, Simon de Trente (Italie), ayant été trouvé mort, Samuel, un juif riche, et plusieurs de ses coreligionnaires sont accusés du meurtre et soumis à la torture. L'enfant est considéré comme un martyr, tandis que les juifs sont emprisonnés et torturés en mars et en avril. Le 23 juin, Samuel est brûlé sur le bûcher, les autres sont brûlés ou rompus sur la roue. Simon de Trente a été vénéré comme martyr jusqu'à l'intervention du Vatican en 1965.
Israelvivra.com

23 juin 1909 -- Empire ottoman/Cilicie : « Ayas, dont les Arméniens firent au Moyen âge l’un des plus importants ports de commerce du Levant — Marco Polo y débarqua pour entamer son périple en Asie — vit son antique population arménienne définitivement disparaître au cours des événements d’avril 1909. Le quartier arménien fut assiégé. Deux cents personnes trouvèrent refuge dans l’église où elles périrent brûlées. Seuls quelques Arméniens échappèrent à la mort en se réfugiant dans des maisons turques et en acceptant de se convertir à l’islam : on y dénombra 168 victimes »,- rapporte Azadamard, n° 1, daté du 23 juin 1909, p. 3. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les massacres de Cilicie dÂ’avril 1909

23 et 24 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza d’Arapkir : deux groupes de 250 hommes d’Arapkir sont noyés dans l’Euphrate par des çete de l’O.S.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :495).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

23 juin 1915 -- Empire ottoman/Sıvas : une deuxième vague dÂ’interpellations est lancĂ©e Ă  Sıvas : un millier dÂ’hommes sont internĂ©s dans la prison centrale et les caves des medrese.
*** (Kapigian, 1924 :85).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

23 juin 1915 -- Empire ottoman/Binga (vilayet de Sıvas) : environ 1 000 ArmĂ©niens de Binga sont dĂ©portĂ©s en un convoi vers Arapkir, puis vers le dĂ©sert syrien.
** (KĂ©vorkian, 2006 :552).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

23 juin 1915 -- Empire ottoman : le ministère de l'Intérieur informe aux gouverneurs provinciaux que la Commission des biens abandonnés prendra en chargé la réinstallation des immigrés musulmans turcs.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

23 juin 1915 -- Empire ottoman: premier massacre à grande échelle des hommes arméniens était celui de la ville de Kharpout.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

23 juin 1915 -- Empire ottoman : entre temps, on a emprisonné Badrian, Nichan et également d’autres personnes. Ainsi, il ne reste en effet presque plus d’Arméniens en liberté [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND

23 juin 1915 -- Empire ottoman : le nouveau venu, un Kurde de quarante-cinq ans, arriva avec sa femme et ses cinq enfants de Constantinople. Immédiatement après leur toute première et brève rencontre, Bauernfeind remarque: « Le nouveau mutessarif [...] m’a bien plu. Il ne compte pas parmi les bavards modernes, mais a l’apparence d’être quelqu’un de bien instruit et de sérieux » ( Journal, 22 juin 1915). Après leur deuxième rencontre, Bauernfeind notait, enthousiasmé: « Cette fois encore il nous a bien plu. Sincère, gentil, viril, d’une politesse profonde, instruit et ami chaleureux des Allemands, il est issu d’une noble famille kurde de la région de Mouch » ( Journal, 23 juin 1915). © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

23 juin 1915 -- Empire ottoman/Mossoul :lorsque la guerre éclate, le docteur Rechid est vali de Mossoul. Après sa nomination à Diarbékir, le mutessarif d’Ourfa, Ali Haïdar bey, le remplace, comme gérant du vilayet. Il se maintient à ce poste durant toute la guerre, jusqu’en 1919 où il est nommé vali de Van. Haïdar bey contribue, ainsi que l’affirment tous les témoins, à sauver la vie des milliers de réfugiés qui s’entassent à Mossoul en contrevenant aux ordres qu’il a reçus. Il n’en est pas moins un serviteur dévoué du gouvernement. à partir du 23 juin 1915, il prend la tête d’une troupe ottomane qui, opérant en tenaille avec les Kurdes Artachi au nord, attaque le réduit nestorien du Hakkari, jugé jusqu’alors inexpugnable. Au cours de cette expédition punitive, il détruit le village nestorien d’Achita et fait mettre à mort le frère du patriarche, Hormezd Shemonaya qu’il détient en otage. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Naufragés et rescapés. Alep, Ras ul-Aïn, Mossoul, le Sindjar

23 juin 1915 -- Empire ottoman/Mamouret-ul-Aziz : {B'sag Vartabed} et 200 Arméniens furent déportés dix jours avant nous, c'est-à-dire le mercredi 23 juin ; nous ne connaissons pas leur destination. Leur convoi partit à minuit. Quelques-uns d'entr'eux jetèrent en route des morceaux de papier sur lesquels ils avaient écrit des demandes d'argent, et on leur en envoya à {Itchma}. Mais lorsque le lundi suivant, le 28 juin, les femmes arméniennes de {Itchma} allèrent à la rivière, elles virent des femmes turques lavant du linge taché de sang. Les femmes arméniennes prirent le linge aux femmes turques et l'apportèrent au Gouverneur de {Mezré}. Celui-ci, en apprenant ce fait, se rendit à {Itchma} et trouva, en y arrivant, que l'évêque et 200 Arméniens avaient été tués.
Imprescriptible.fr : Mamouret-ul-Aziz. Récit d'une dame arménienne {Maritza Kedjedjian} de C. {Husseinig}

23 juin1915 -- Empire ottoman/Mardin : Hyacinthe Simon . « L’abbé M. Krémo rentrait à Mardin, le 23 juin ; il avait été prisonnier du second convoi. Il rentrait donc à Mardin, fatigué, affamé, pieds nus (les Kurdes lui avaient volé ses chaussures) ; mais avant sa libération définitive, il resta en prison deux journées entières, deux journées de passion. Le pardon impérial qui lui rendait la liberté sans condition, n’ordonnait pas aux bourreaux de la lui laisser sans déshonneur. Ils le firent comparaître, en prison même, le vendredi 25 juin à 10 heures du matin, devant un chef de police qui lui dit : — Fils de chien, es-tu Français ? — Serait ce un crime ? Au reste, je suis osmanli. — Pourquoi es-tu du moins le protégé de la France ? — Serait ce un nouveau crime ? Et je m’étonne qu’on soulève ici la question d’un pays aussi chevaleresque que généreux. — Chien de chrétien, ce n’est pas cela qu’on te demande : pourquoi es-tu sous la protection de la France ? — Mais je ne suis pas le seul : la Turquie toute entière est sous un manteau français, puisqu’elle a été naguère sauvée par un emprunt de 800 millions sur le marché de Paris. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : RÉCITS DE MARDIN(référencés M)

23 juin 1915 -- Empire ottoman : en 1984, le Tribunal Permanent des Peuples consacrait une session au génocide des Arméniens. M. Papken Injarabian, auteur de La solitude des massacres et aujourd'hui centenaire, est l'un des quatre survivants du génocide à avoir témoigné devant les membres du jury. « Mon frère aîné faisait son service dans l'armée turque. Lorsque la guerre fut déclarée, on mobilisa tous les arméniens de 18 à 50 ans environ. C'est ainsi que mon deuxième frère de 19 ans partit sans retour. Quelques semaines après, les Turcs ont raflé tous les Arméniens qu'ils voyaient dans la rue, ils les ont emmenés en prison sous prétexte qu'ils avaient caché des armes. Tous ces hommes ont disparu un peu plus tard ; le reste des Arméniens reçut l'ordre de quitter la ville... C'était le 23 Juin 1915, et le début de notre exode... »
Imprescriptible.fr : TĂ©moignage devant le Tribunal des Peuples

23 juin 1915 -- Empire ottoman : lettre de Leslie A. Davis à Kharpout adressée à Henry Morgenthau à l’ambassadeur des Etats-Unis : Il est resté cependant bien peu d'hommes pour accompagner ceux qu'on déportait, car on employait une méthode sûre et rapide pour se débarrasser d'eux. Plusieurs milliers d'hommes ont été arrêtés au cours des dernières semaines. Ils ont été mis en prison et, chaque fois que plusieurs centaines se trouvaient réunis, on les a fait partir pendant la nuit. Le premier convoi est parti pendant la nuit du 23 juin. Parmi eux se trouvaient certains des professeurs du collège américain, et d'autres Arméniens en vue, dont l'évêque de l'église arménienne grégorienne de Kharpout. Le bruit a couru qu'ils avaient tous été tués et il y a fort peu de chances pour que ce ne soit pas le cas. On a fait partir de la même manière les soldats arméniens. Ils ont d'abord été arrêtés et enfermés dans un bâtiment situé à l'extrémité de la ville. Leslie A. Davis à Kharpout à Henry Morgenthau, ambassade américaine, Constantinople, 11 juillet 1915, inclus dans l'envoi de Morgenthau au Secrétaire d'Etat, 10 août 1915, N.A., D.S., R.G. 59, Dec. File No. 867.4016/122.
Imprescriptible.fr : DĂ©pĂŞches consulaires de 1915

21-23 juin 1919 -- Election au suffrage universel du Parlement arménien
Bibliothèque de Sciences Po

23 juin 1919 -- 45 juifs sont égorgés, de nombreux autres grièvement blessés et 35 femmes juives violées quand des révoltés commandés par les atamans Tiutiunnik et Mazurenko, alliés de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, se livrent à un pogrome à Skvira (province de Kiev).
5 juifs sont massacrés par le neuvième régiment Strelkovky commandé par le colonel Shandruck lors d'un pogrome à Verkhova-Bibikovo (Podolie).
Israelvivra.com

23 juin 1939 -- Turquie : restée sur la leçon de la Première Guerre mondiale, la Turquie choisi la neutralité lors du deuxième grand conflit du XXe siècle. Avec l'accord de la France, puissance mandataire de la Syrie, la Turquie a récupéré le 23 juin 1939, le sandjak d'Alexandrette, peuplé majoritairement de Turcs. Ce territoire de près de 4 700 km² est peuplé d'environ 200 000 habitants. Alexandrette prend alors le nom d'Iskenderun. La France voyait dans cette cession territoriale, un moyen d'écarter la Turquie de son traditionnel allié allemand. La Turquie signe un traité de non agression avec l'Allemagne en 1941, mais lui déclarera la guerre en février 1945, condition posée pour participer à la conférence de San Francisco marquant la naissance de l'ONU.
Wikipedia

23 juin 1941 -- 8 juifs sont fusillés lors de l'entrée des Allemands à Sokal (R.S.S. d'Ukraine), où vivent 6 000 juifs.
Les troupes allemandes occupent la ville de Bereza, près de Brest-Litovsk (R.S.S. de Biélorussie), qui compte 3 000 habitants juifs. Plusieurs sont tués et de nombreuses maisons juives pillées.
Israelvivra.com

23 juin 1942 -- Le capitaine Hosenfeld, un officier allemand cantonné à Varsovie, évoque, dans son journal intime, le sort des juifs et les premières rumeurs d'extermination : « Varsovie, le 23 juin 1942. En lisant les journaux et en écoutant les nouvelles à la radio, on pourrait avoir l'impression que tout va très bien, que la paix est proche, que la guerre a déjà été remportée et que l'avenir du peuple allemand est des plus prometteurs. Quant à moi je n'arrive simplement pas à y croire. Ne serait-ce que parce que l'injustice ne peut triompher à long terme, et parce que la manière dont les Allemands gouvernent les pays qu'ils ont conquis provoquera tôt ou tard une résistance. Il me suffit de voir ce qu'il en est ici, en Pologne. On ne nous dit certes presque rien, mais nous pouvons tout de même nous former une image assez claire de la situation grâce à toutes les conversations et à tous les commentaires que nous arrivons à entendre. Et si les méthodes d'encadrement, l'oppression des autochtones et les menées de la Gestapo sont ici particulièrement brutales j'imagine qu'il en va sans doute de même dans les autres territoires conquis.… L'Histoire nous enseigne que les tyrannies ne durent pas. Et maintenant nous avons un crime de sang sur notre conscience, l'assassinat affreusement injuste des habitants juifs de ce pays. Il y a une entreprise d’extermination des Juifs qui est en cours. Tel a été l’objectif de l’administration civile allemande depuis l’occupation des régions orientales, et ce avec l’aide active de la police et de la Gestapo, mais il semble qu’il doive s’appliquer maintenant, de façon radicale, à une plus vaste échelle encore. De sources différentes et toutes dignes de foi, nous apprenons que le ghetto de Lublin a été vidé, que les Juifs ont été tués en masse ou chassés dans les forêts, et que certains d’entre eux ont été emprisonnés dans un camp proche. Des témoins venus de Lietsmannstadt et de Kutno racontent que les Juifs, hommes, femmes et enfants, sont asphyxiés dans des unités de gazage mobiles, que les cadavres sont dépouillés de leurs habits avant d’être jetés à la fosse commune et que ces vêtements sont ensuite recyclés dans des usines textiles. »
Le capitaine Hosenfeld a sauvé la vie du musicien juif Szpilman qu'il avait découvert dans les ruines de Varsovie, quelques semaines avant la fin de la guerre et qu'il a aidé à se cacher. Je recommande la lecture du livre de Wladyslaw Szpilman, Le pianiste, L'extraordinaire destin d'un musicien juif dans le ghetto de Varsovie 1939-1945, Robert Laffont, 2001
phdn
MĂ©moire juive et Ă©ducation

23 juin 1942 -- Les SS assassinent 850 juifs Ă  Wielopole (district de Cracovie, Pologne).
Au camp d'extermination d'Auschwitz, la première sélection pour les chambres à gaz a lieu sur le quai de la gare lors de l'arrivée d'un train en provenance de Paris.
10 membres de la police juive du ghetto de Varsovie sont fusillés, accusés d'avoir servi d'intermédiaires entre des gendarmes allemands et des passeurs d'armes et de vivres. Ils faisaient partie d'un groupe de 110 prisonniers. Les Allemands emmènent les autres vers une destination inconnue.
Israelvivra.com

23 juin 1943 -- Un train quitte Paris pour le camp d'extermination d'Auschwitz avec 1 000 déportés juifs, dont 100 enfants de moins de seize ans et 13 bébés. Tous sont tués dès leur arrivée.
Tous les pensionnaires de la maison de retraite juive de Moravska-Ostrava (Mährisch Ostrau, Tchécoslovaquie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Les SS déportent 1 800 juifs de Strzemieszyce (district de Kielce, Pologne) au camp d'extermination d'Auschwitz.
1 018 juifs sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz. 518 sont gazés dès leur arrivée. 72 hommes et 37 femmes survivront.
Israelvivra.com

23 juin 1944 -- Fin du ghetto de ŁĂłdź : Ă  l'Ă©tĂ© 1944, la liquidation progressive du ghetto est dĂ©cidĂ©e après que les nazis ont rĂ©ussi Ă  briser une grève sur le tas qui semble annoncer le dĂ©but d'une rĂ©sistance. Du 23 juin au 14 juillet, 7 000 juifs sont dĂ©portĂ©s Ă  Chelmno oĂą ils sont assassinĂ©s. Comme la ligne de front se rapproche, le reste des Juifs, y compris Rumkowski, est transportĂ© Ă  Auschwitz. Ă€ la fin du mois d'aoĂ»t, le ghetto est Ă©liminĂ©. Quelques 900 personnes rĂ©ussissent Ă  se cacher dans les ruines, oĂą ils survivent jusqu'Ă  l'arrivĂ©e de l'ArmĂ©e rouge. Au total, des 204 000 personnes qui passèrent par le ghetto de ŁĂłdź, seules 10 000 personnes survivront Ă  la guerre. 95 % d'entre eux ont pĂ©ri de privations, de maladie, ou gazĂ©s dans les camps d'Auschwitz-Birkenau ou Ă  Chelmno.
Wikipedia

23 juin 1994 -- Au Rwanda, début de l'opération "Turquoise". Le conseil de sécurité de l'ONU autorise l'opération française au Rwanda (Afrique centrale). Les casques bleus français ont pour mission de protéger les civils et la distribution de l'aide humanitaire. Depuis la mort du président Juvénal Habyarimana en avril, la garde présidentielle et les miliciens hutus ont perpétré de terribles massacres. Excepté l'intervention tardive de la France, les grandes démocraties n'ont pas réagi. Le génocide rwandais a fait entre 500 000 et 1 million de victimes, pour une population de 7 millions d'habitants.
La Citoyenneté
LÂ’Internaute

23 juin 2008 -- Russie : lors d’une déclaration à Moscou, le président Serge Sarkissian acceptait publiquement le principe de l’organisation d’une commission d’historiens chargée de discuter de la réalité du génocide, moyennant l’ouverture des frontières entre l’Arménie et la Turquie.
Imprescriptible.fr : Achkhar 451

23 juin 2009 -- Turquie : un rapport intitulé "Comprendre le problème de l’inceste en Turquie" a été présenté à un panel à Ankara. L’étude a été conduite par la Demography Association et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). L’étude est basée sur des interviews avec des professionnels qui traitent les cas d’inceste en Turquie. L’étude vise à présenter les dimensions du problème, à le rendre plus visible, et à attirer l’attention sur les limitations de la méthode actuellement utilisée pour gérer ce problème. Selon le rapport, la plupart des cas d’inceste en Turquie, comme ailleurs dans le monde, restent secrets.
Collectifvan.org

23 juin 2010 - Iran: lors d’une conférence tenue dans la salle de conférence du diocèse arménien de Téhéran, Taner Akçam, l’historien et intellectuel turc, professeur à l'Université Clark (USA) a présenté ses approches sur le génocide arménien, sur l'histoire sombre de la Turquie. Selon l'auteur du livre "Un acte honteux", la Turquie doit reconnaître ce chapitre sombre de son histoire, après quoi les relations arméno-turques pourraient s’améliorer. Il a ajouté "Le génocide arménien doit être qualifié de génocide, et non pas de « massacre, tuerie ou autre chose, je dirais que si l’on évite le mot génocide pour désigner les événements de 1915, dans ce cas-là, il faut dire qu’aucun génocide n’a existé au monde. Je pense que les choses devraient être appelées par leur nom, pour que nous puissions les traiter correctement."
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org