Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 24 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende:24 juin 2011 -- Russie (Kazan): les présidents russe, azerbaïdjanais et arménien Dmitri Medvedev, Ilham Aliev et Serge Sargsian se sont réunis le 24 juin 2011 à Kazan pour s'entendre sur les principes du règlement à Haut-Karabakh.


Ça s’est passé un 24 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


24 juin 1096 -- L'évêque Hermann III avait envoyé les juifs de Cologne chercher refuge dans d'autres villes de son diocèse. Le 24 juin, les croisés entrent dans la ville de Neuss. Ils égorgent 200 juifs qui s'y trouvent cachés, dont un certain Mar * Gedalia et sa famille.
[* Mar : Titre honorifique décerné à un personnage éminent (N.D.T.).]
Israelvivra.com

24 juin 1298 -- 25 juifs appartenant à une dizaine de familles sont égorgés à Iphofen (Allemagne) lors des persécutions de Rindfleisch, du nom du chevalier allemand qui en porte la responsabilité.
Israelvivra.com

24 juin 1635 -- France : ordonnance du Cardinal de Richelieu, prise à la demande du roi Louis XIII, accordant aux Arméniens de France la liberté du commerce, leur permettant de « faire venir et apporter en toute liberté, et sûreté de leurs dicts pays en ports et havres de Provence et autres de ce royaume telle quantité de soyes et autres marchandises que bon leur semblera pour les y vendre et débiter en payant les droits pour ce dû à Sa Majesté ».
Wikipedia

24 juin 1648 -- 2 000 juifs, hommes, femmes et enfants, sont égorgés quand les hordes cosaques de Bogdan Chmielnicki occupent Homel (Ukraine). Ensuite, les hordes cosaques tuent 2 000 juifs et 600 Polonais catholiques dans la forteresse de Nesterov, près de la ville de Tulczyn.
Israelvivra.com

24 juin 1839 -- Empire ottoman : l’armée ottomane est anéantie par celle d’Ibrahim Pacha – le fils de Méhémet Ali – à Nézib, sur la rive droite de l’Euphrate. Ils demandent aux syriens catholiques de les aider à sauver le patriarche. Alors que la somme requise est versée, le nouveau gouverneur, Abdel Kader, demande à Elias Chadi de payer à nouveau. L’avocat tente de mettre les musulmans de la ville à contribution, mais ils refusent. En 1831, un nouveau gouverneur, Osman, arrête Elias Chadi et le fait assassiner. Son corps est traîné dans les rues de la ville et ses biens sont vendus. En fait, jusqu’en 1836, le pouvoir réel est exercé dans la ville par des beys kurdes de la tribu des Milli qui refusent de se soumettre à l’autorité de la Porte. En 1839, Mardin cesse de dépendre de Bagdad et est rattachée à Mossoul, puis, en 1845, à Diarbékir. C’est l’époque de la répression des soulèvements kurdes. En juillet 1839, le missionnaire américain Asahel Grant – envoyé auprès des nestoriens du Hakkari – est pris dans le déchaînement xénophobe qui suit, dans l’Empire ottoman, la victoire d’Ibrahim pacha sur les Turcs.© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Le vilayet de Diarbékir au XIXe siècle

24 juin 1909 -- Empire ottoman : l’éditorialiste du quotidien Azadamard évoquant les activités de la commission d’enquête parlementaire, expriment plutôt un pessimisme cynique : « Il serait naïf, écrit-il, d’attendre que justice soit rendue. Tout le processus actuel n’est pas destiné à ce que la justice l’emporte, mais à dissimuler derrière un rideau une catastrophe qui a été aussi destructrice pour la population arménienne de Cilicie ». Azadamard, n° 2, daté du 24 juin 1909, p. 1. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La gestion de la crise cilicienne par les cercles arméniens

22 au 24 juin 1915 -- Empire ottoman /Trébizonde : le Dr Bahaeddin Sakir, président de l’Organisation spéciale, entame une visite à Trébizonde le 22 juin. Le 24 juin, 42 notables arméniens, hommes politiques, principaux entrepreneurs, professeurs, sont arrêtés et mis en route par bateau le lendemain matin : ils sont noyés au large de Platana par des çete commandés par Tekkeli Nesad.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :586).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

24 juin 1915 -- Empire ottoman /Trébizonde : dans mon district, depuis le 24 juin et pendant la période qui suivit, tous les Arméniens furent « internés », c'est-à-dire expulsés par la force, de leurs habitations et expédiés sous la garde de la gendarmerie à des destinations éloignées et inconnues qui, pour quelques-uns, seront l'intérieur de la Mésopotamie, mais pour les quatre cinquièmes d'entr'eux cela a déjà été la mort, accompagnée de cruautés inconnues. Du 24 juin, date de la publication du décret infâme, jusqu'au 23 juillet, date de mon départ de Trébizonde, je n'ai pas pu dormir, ni manger. Je fus en proie à des troubles nerveux et à des nausées, tant était terrible le tourment de devoir assister à l'exécution en masse de ces créatures innocentes et sans défense.
Imprescriptible.fr : Trébizonde. - Extraits d'une interview du commandeur G. Gorrini, ancien consul général d'Italie à Trébizonde, publiés dans le journal « Il Messaggero » de Rome du 25 août 1915.

24 juin 1915 -- Empire ottoman/Malatia : ( Journal, 24 juin 1915) l’enthousiasme de Bauernfeind pour le nouveau mutessarif ne fut pas amoindri par le fait que c’est sous son administration qu’eut lieu l’assassinat de la population arménienne mâle de Malatia, y compris celui de ses collaborateurs Krikor et Garabèd. Le mutessarif, en bon psychologue, avait facilement réussi à influencer et à embobiner le naïf pasteur ébloui par l’autorité. Celui-ci était sincèrement persuadé que le mutessarif regrettait beaucoup « [...] que le peuple arménien dans son ensemble devait souffrir pour les fautes d’une poignée de coupables, mais jusqu’au jour où tout serait éclairci, la rigueur était la vraie bonté. Il nous prierait instamment de l’aider, de lui dire tout ce que nous pensons et savons. [...] Au nom de la vérité et de la justice, il accomplirait [alors] son devoir ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

*******« Je me suis rendu à cheval près du canal [d’irrigation] de Chorata, adjacent à la pointe sud-ouest de notre terrain numéro 11 [...], que Garabèd, Khorèn et Krikor étaient en train de restaurer. En revenant, je suis passé par les fosses communes et j’ai observé, près de celle située à l’ouest, qu’on avait entassé de la terre nouvelle, comparé à hier. Cela veut dire que notre jardinier (turc) a raison quand il nous rapporte que les chiens déterrent les corps des prisonniers arméniens. Dans la deuxième fosse, j’ai vu, tout épouvanté, qu’émergeaient le crâne et le dos encore couvert de chair décomposée d’un cadavre, apparemment déterré au cours de la nuit par des chiens, peut-être aussi par les nôtres. Une heure plus tard, je me suis rendu chez le mutessarif auquel j’avais préalablement demandé à avoir un entretien secret. Je lui ai fait un rapport détaillé de tout ce que j’avais observé, à la suite de quoi nous avons eu un entretien de deux heures sur toute l’affaire arménienne. Il a tout d’abord envoyé un saptieh sur place, mais celui-ci chercha apparemment à dissimuler les choses ([selon lui], on y aurait enterré un cheval et peut-être quelqu’un de l’hôpital), parce qu’il y était sûrement mêlé. Il ne me paraît pas nécessaire de rapporter tout ce que je lui ai dit (après tout ce que j’ai écrit avant), mais je veux retracer l’essentiel de ce que le mutessarif a dit: qu’il n’était pas en son pouvoir de changer des choses qui s’étaient produites avant sa prise de fonction; qu’il ne prétendait pas qu’aucun acte illégal n’avait été commis. Il me fit même comprendre qu’à l’instigation de quelques gens riches, l’intérimaire du mutessarif aurait « un peu aidé à mourir ». [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND
Imprescriptible.fr : Malatia 1915.carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

23 et 24 juin 1915 -- Empire ottoman/kaza d’Arapkir : deux groupes de 250 hommes d’Arapkir sont noyés dans l’Euphrate par des çete de l’O.S.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :495).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

24 juin 1915 -- Empire ottoman/plaine de Harpout : 1 000 ArmĂ©niens des localitĂ©s de la plaine, de Mezreh et de Harpout sont arrĂŞtĂ©s chez eux et internĂ©s au Konak-Rouge de Mezreh. Le 23 juin, 900 dÂ’entre eux sont mis en route et fusillĂ©s le 24 juin, au pied du mont Herogli par des çete de lÂ’O.S. commandĂ© par Çerkez Kâzım.
*** (Piranian, 1937 :156-157, 167-177; Atkinson, 2000 :38; Davis, 1994 :123).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

24 et 25 juin 1915 -- Empire ottoman/ Harpout et Mezreh (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : la police procède à l’arrestation de tous les hommes qui sont assassinés dans la périphérie de Harpout, notamment au lieudit Gügen Bogazi, une gorge située près de Maden.
*** (Riggs, 1997 :77-78; Piranian, 1937 :179-182; KĂ©vorkian, 2006 :477).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

24 juin 1915 -- Empire ottoman : lettre de Leslie A. Davis à Kharpout adressée à Henry Morgenthau à l’ambassadeur des Etats-Unis . « Dans mes dépêches du 12 juin (dossier n° 300), je parlais du danger réel qui menace les missionnaires américains dans cette partie de la Turquie, et dans ma dépêche chiffrée du 24 juin (dossier n° 300/840.1/703), j'ai donné des détails complémentaires concernant ce qui s'est passé ici. Ainsi que je l'ai indiqué dans les dépêches sus-mentionnées, un mouvement révolutionnaire de la part de certains Arméniens a été découvert, et de sévères mesures ont été adoptées afin de l'enrayer. Ces mesures ont été prises à une échelle globale, en faisant fort peu de distinction entre ceux qui étaient entièrement innocents et ceux que l'on soupçonnait d'avoir participé au mouvement. Ici, presque tous les Arméniens de sexe masculin de quelque importance ont été arrêtés et jetés en prison. Beaucoup d'entre eux ont été soumis aux tortures les plus cruelles, auxquelles certains ont succombé. Plusieurs centaines des Arméniens les plus en vue ont été emmenés la nuit et il semble clairement établi que la plupart, sinon tous, ont été tués. » Leslie A. Davis à Kharpout à Henry Morgenthau, ambassade américaine, Constantinople, le 30 juin 1915, inclus dans l'envoi de Hoffman Philip [Chargé d'Affaires] à Constantinople au Secrétaire d'Etat, 17 février 1916, N.A., D.S., R.G. 59, Dec. File No. 867.4016/269.
Imprescriptible.fr : DĂ©pĂŞches consulaires de 1915

24 juin 1915 -- Empire ottoman/ Déportation des Arméniens de Samsoun : transcription d'un télégramme adressé à H. Morgenthau par W. Peter, Samsoun le 24 juin 1915. Qu'étaient donc ces «opérations [menées] dans un but déterminé»? La réponse arrive le 26 juin 1915, lorsque W. Peter télégraphie à l'ambassadeur Henry Morgenthau — comme sans doute tous les consuls ou agents consulaires américains à cette même époque — que les «Autorités exigent internement Arméniens, femmes, enfants. Mesure étant trop grave, prière intervenir auprès gouvernement pour laisser libre personnes innocentes». Deux jours avant, Peter avait déjà câblé que: «Autorités exigent internement Arméniens [sous] protection américaine, stop. En outre autorit[é]s demandant remise clefs couvent, église latine, instruisez. Peter». Exigences qui ne pouvaient pas manquer de heurter les diplomates américains en principe chargés de protéger leurs nationaux, même si ces derniers avaient une ascendance arménienne. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Documents consulaires américains sur la déportation des Arméniens de Samsoun durant la Première Guerre mondiale

24 juin 1915 -- Empire ottoman/Syrie : mĂ©moires d'un dĂ©portĂ© [Ă  Deir-Zor]. « Nous sommes arrivĂ©s Ă  Deir-Zor le 24 juin 1915, après avoir parcouru Ă  pied des dĂ©serts inconnus durant quarante-sept jours. Ă  l'extĂ©rieur de la ville, Ă  dix minutes, sur la rive orientale de l'Euphrate, près de cent cinquante tentes de dĂ©portĂ©s armĂ©niens Ă©taient dressĂ©es. Elles Ă©taient faites de vieilles nappes et surtout de draps de literie blancs ou colorĂ©s tendus entre quatre morceaux de bois s'Ă©levant vers le ciel. C'est sous ces petits carrĂ©s que vivaient, durant la canicule dĂ©sertique de juin, plus de 3 000 ArmĂ©niens de Zeytoun, qui ne pouvaient garder Ă  l'ombre que leur tĂŞte. Nous sommes entrĂ©s en ville tard dans la nuit. Nous avions perdu cette nuit-lĂ  trois gamins et deux jeunes filles. Quant aux [gens] des tentes, le policier de garde, Abid çavuş, leur avait enlevĂ© Chouchane, la fille âgĂ©e de treize ans d'Assadour de Gabon. Les informations que nous avons recueillies firent frĂ©mir nos os brisĂ©s d'Ă©puisement. » © Revue d'Histoire ArmĂ©nienne Contemporaine pour toutes les Ă©ditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : MIHRAN AGHAZARIAN, Mémoires d'un déporté [à Deir-Zor]

24 juin 1915 -- Empire ottoman : le vali d'Alep résista de toutes ses forces à la déportation de son district, mais nous fûmes informés par lui au jour de notre départ d'Alep qu'il avait été transféré à Koniah, de sorte qu'en ce moment la déportation suit son libre cours dans les champs d'Aïntab. Lorsque nous étions à Alep, j'y vis le premier lot de cent familles de déportés de Hadjine et on attendait l'arrivée des autres, le jour de notre départ, ou les jours suivants. L'homme qui avait procédé aux déportations de Diarbékir et qui, pis encore avait tué les victimes en les battant et les brûlant jusqu'à ce que mort s'en suivre, — de qui quelqu'un s'était écrié: « ils les tuent vivants, » — fut transférée Ourfa vers la mi-juin, dans le but évident de lui permettre d'y continuer son œuvre. Je puis ajouter, en passant, qu'un télégramme chiffré reçu de Mardin vers le 24 juin, nous apprit que les massacres y avaient commencé.
Imprescriptible.fr : BM. {Marach} - Lettre d'un témoin oculaire étranger, datée du 6 juillet 1915, à bord d'un paquebot, communiqué par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens

24 juin 1915 -- Empire ottoman/Kalat Mara (à quatre km de Mardin, près du couvent de Deir-al-Zaafaran) : le jeudi 24 juin, Nouri-el-Bitlissi se rend à Deir-al-Zaafaran avec ses miliciens. Il fait sortir 450 habitants de Kalat Mara et les envoie à Mardin rejoindre les bataillons de soldats ouvriers. Parmi eux, 15 Arméniens qui sont mis à part et égorgés au carrefour du Khadjo. Leurs corps sont jetés dans une caverne. Nouri revient à Deir-al-Zaafaran. Il maintient le siège du couvent et négocie la survie des personnes qui y sont réfugiées. Elles doivent payer deux médidjié chaque mois jusqu’à la levée du siège. La plupart des habitants survivants mourront quelques mois plus tard, victimes d’épidémie. A la fin de la guerre, il ne restera plus que trente familles, la moitié dans le village, l’autre moitié dans le Khabour. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L’élimination des Chrétiens du sandjak de Mardin

24 juin 1918 -- Empire ottoman : 2000 Arméniens restant à Kara-Kilise en Turquie ont été massacrés.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1918

24 juin 1919 -- 15 juifs sont égorgés et de nombreux autres blessés quand des unités commandées par Zeleny, lié à l'Armée nationale ukrainienne, se livrent à un pogrome à Lukachevka, près de Kiev.
A Kopai-Gorod (district de Podolie), 11 juifs sont tués et de nombreux autres blessés par les 7e et 9e régiments de la « division bleue » de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
Israelvivra.com

24 juin 1920 -- La Grèce lance une offensive contre les nationalistes turcs en Asie mineure.
Yahoo!

24 juin 1922 -- Walter Rathenau, ministre allemand des Affaires étrangères d'origine juive, est assassiné à Berlin par des précurseurs du nazisme. Ceux des meurtriers qu'on parvient à arrêter sont condamnés à cinq ans de prison.
Israelvivra.com

24 juin 1925 -- Empire ottoman : rapport de A. Ronfland, Consul de France à Adana, au ministre des Affaires étrangères, daté du 24 juin 1925. « Quel intérêt pouvaient avoir les autorités turques en menant une politique d’intimidation et de persuasion, pour forcer à l’exode ces minorités très faibles sur le plan numérique ? Les différents agissements des autorités turques vis-à-vis de ces minorités de Cilicie, dans les années 1920, nous amènent à dire, que le problème pour Angora résidait surtout dans la suppression de toute base de vie communautaire, dans le but d’empêcher un éventuel retour des membres de ces minorités dans ces régions, tout en contraignant ceux qui demeuraient encore sur place à s’exiler.
En ce sens, la principale cible des autorités turques était les biens immobiliers appartenant à ces minorités : église, presbytère, école, etc. à Tarse, les communautés maronites et grecque-catholiques possédaient chacune un presbytère et une église. Les autorités turques ont prescrit l’évacuation immédiate de ces immeubles, en application d’une circulaire du ministère de l’Intérieur précisant que « les biens abandonnés appartenant à des personnes morales » revenaient à l’état. L’administration turque a profité de l’absence de tout chef communautaire dans cette ville, pour mener sans entrave ses visées à l’égard de ces minorités. En effet, depuis le départ des troupes françaises, il n’y avait aucun prêtre grec-catholique à Tarse, et en ce qui concerne les Maronites, leur prêtre de cette ville, Mgr Antonin Tayyah, était mort en juin 1924. » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

24 juin 1940 -- 250 jeunes juifs de Checiny (province de Kielce, Pologne) meurent après leur déportation au camp de travail forcé de Ciezanow. Après l'occupation de Checiny par les Allemands, 3 000 juifs avaient été enfermés dans un ghetto.
Israelvivra.com

24 juin 1941 -- 170 juifs sont conduits au village de Patryki et tués après que les troupes allemandes eurent occupé Kobryn (province de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie).
Après l'occupation de Kobryn par les troupes soviétiques le 20 septembre 1939, de nombreux juifs provenant des provinces polonaises occupées par les Allemands s'y sont réfugiés. Lors de l'invasion allemande, 8 000 juifs y habitent.
Les Allemands occupent Kaunas (R.S.S. de Lituanie), peuplé de 30 000 juifs. Des nationalistes lituaniens tuent 1000 d'entre eux, 10 000 autres sont arrêtés et internés au « fort n° 7 ».
Israelvivra.com

24 juin 1942 -- Adam Czerniakov, président du conseil juif de Varsovie, est arrêté pour avoir refusé de collaborer avec les Allemands à la déportation des juifs du ghetto.
Israelvivra.com

24 juin 1943 -- 151 juifs de Vienne (Autriche) sont déportés au camp de concentration de Theresienstadt.
Israelvivra.com

24 juin 1960 -- La Grèce, la Yougoslavie et la Turquie dissolvent l'Alliance balkanique, créée en 1954.
Yahoo !

24 juin 1994 -- Au Rwanda, le 7 avril 1994 déclenchement du génocide des tutsi.
Wikipedia

24 juin 2007 -- Irak : Les massacres des Kurdes par le dictateur Saddam Hussein entre 1988 et 1989 au cours de l'opération Anfal. 182 000 personnes périrent durant cette opération. En décembre 2005, une cour de La Haye a qualifié cette campagne de génocide. Le 24 juin 2007, le Tribunal spécial irakien a condamné Ali Hassan al-Majid, surnommé « Ali le chimique », et deux autres anciens hauts dignitaires du régime de Saddam Hussein, à la peine de mort par pendaison pour le génocide commis contre les Kurdes au cours de cette opération Anfal.
Wikipedia

24 juin 2011 -- Russie (Kazan): les présidents russe, azerbaïdjanais et arménien Dmitri Medvedev, Ilham Aliev et Serge Sargsian se sont réunis le 24 juin 2011 à Kazan pour s'entendre sur les principes du règlement à Haut-Karabakh.
Le conflit du Haut-Karabakh remonte à février 1988, lorsque cette région autonome principalement peuplée d'Arméniens a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. Cette démarche a provoqué des hostilités entre les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises à la suite desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région. Le cessez-le-feu décrété le 12 mai 1994 est régulièrement violé par les deux parties. Afin de trouver un règlement pacifique et négocié du conflit, un Groupe de Minsk coprésidé par la Russie, la France et les Etats-Unis a été créé en 1992 dans le cadre de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe.
Collectifvan.org

24 juin 2016 -- Vatican/Arménie : Dès son arrivée à Erevan, vendredi, pour une visite de trois jours (24-25 juin), le souverain pontife a ainsi utilisé le mot de génocide pour décrire le massacre d’environ 1,5 million d’Arméniens par l’Empire ottoman en 1915-1916 et prié pour qu’un tel drame ne se reproduise jamais.
« Cette tragédie, ce génocide, a marqué malheureusement le début de la triste série des catastrophes immenses du siècle dernier », avait affirmé vendredi le pape au premier jour de sa visite en Arménie devant le président Serge Sarkissian et la classe politique arménienne.
En Arménie, le pape ravive la mémoire du génocide


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org