Aujourd'hui : Mercredi, 26 juillet 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Kazan : la faute à qui ?
Publié le : 27-06-2011

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - L’Arménie et l’Azerbaïdjan se rejettent la responsabilité de l’échec d’accord sur un document de travail qui implémenterait la fin d’un conflit de plus de 20 ans sur le Nagorno-Karabakh. Le sommet de Kazan n’a débouché sur aucune avancée, car l’Azerbaïdjan n’est pas prêt à accepter la dernière version des principes de bases", a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères Edward Nalbandian. Le Collectif VAN vous livre la traduction d’un article en anglais du journal Today's Zaman.





L’Arménie, l’Azerbaïdjan se rejettent la responsabilité de l’échec sur le Karabagh


Today's Zaman

De Hasmik Mkrtchyan et Lada Yevgrashina – 25 juin 2011

EREVAN/BAKOU (Reuters) – L’Arménie et l’Azerbaïdjan se rejettent la responsabilité de l’échec d’accord sur un document de travail qui implémenterait la fin d’un conflit de plus de 20 ans concernant le Nagorno-Karabagh.

Le président azéri Ilham Aliyev et le président de l’Arménie Serzh Sarksyan se sont rencontrés vendredi dans la ville russe de Kazan, située à 720 km à l’est de Moscou, pour discuter du Nagorno-Karabagh, que les forces armées soutenues par l’Arménie ont arraché au contrôle azéri dans une guerre des plus meurtrières depuis la chute de l’Union soviétique il y a 20 ans.

"Le sommet de Kazan n’a débouché sur aucune avancée, car l’Azerbaïdjan n’est pas prêt à accepter la dernière version des principes de bases", a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères, Edward Nalbandian.

Les deux parties ont subi la pression des grandes puissances pour se mettre d’accord sur les principes de base, un cadre de travail en 14 points qui préparerait le terrain à un accord de paix.

Le document donnerait les directives sur la manière de définir le statut final de l’enclave du Nagorno-Karabakh qui s’autogouverne avec le soutien de l’Arménie depuis la guerre. Il couvrirait aussi le retour à l’Azerbaïdjan, de divers territoires entourant l’enclave, qui forment un corridor vers l’Arménie.

D’autres points comprennent le droit des réfugiés des deux pays à revenir au Karabagh, un statut intérimaire garantissant la sécurité et l’auto-gouvernance pour le Nagorno-Karabakh ; et des garanties internationales de sécurité afin d’empêcher cet accord fragile de s’effondrer.

Bakou a rapidement répondu aux allégations d’Erevan qui indiquaient que la partie azérie était responsable de l’échec des pourparlers.

"La déclaration du ministre arménien des Affaires étrangères montre de nouveau que le gouvernement arménien n’a pas l’intention d’abandonner ses méthodes de sale propagande", a déclaré aux journalistes Novruz Mamedov, responsable du département des relations étrangères de l’administration présidentielle.

"La position non constructive de la partie arménienne est responsable de l’absence de progrès notables", a-t-il dit.

Dans le même temps, les deux parties ont promis de continuer à discuter.

Samedi, l’OSCE a appelé les deux parties à persister dans leurs efforts de paix et a promis d’apporter son soutien dans ce processus.

Les dirigeants azéri et arménien et le président russe Dimitry Medvedev ont déclaré vendredi que les deux parties "ont atteint un accord mutuel sur un certain nombre de problèmes dont la résolution contribuera à créer les conditions nécessaires à l’approbation des principes de bases."

Un cessez-le-feu en 1994 a mis fin au conflit qui a fait environ 30 000 morts et a chassé de chez eux un million de personnes. Mais des tirs et des mines tuent régulièrement des soldats des deux côtés.

Après des années de lutte pour mener les adversaires vers une résolution du conflit, les États-Unis, la Russie et la France - qui gèrent la médiation – poussent pour que des mesures sérieuses soient prises.

Le conflit a également fait échouer un rapprochement entre l'Arménie et la Turquie l'année dernière. L'Azerbaïdjan a dit qu'il pourrait reprendre le Haut-Karabagh par la force si le statu quo persiste.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 27 juin 2011 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org