Aujourd'hui : Lundi, 22 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 5 juillet
Publié le : 05-07-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: 5 juillet 1919 -- Empire ottoman: le premier verdict contre les Jeunes-Turcs fut prononcé. Les condamnés à mort par contumace étaient : le ministre de l’Intérieur Talaat Pacha, le Grand Vizir et le chef du CUP ; le ministre de la Guerre Enver Pacha, le ministre de la Marine et le Commandant de la 4e armée turque en Syrie lors de la Première guerre mondiale ; le membre du Comité central de Teshqilat Mahsuse, Djemal Pacha; et le ministre de l’Éducation nationale, le docteur Nazim. Les 27 personnes restantes furent condamnées à diverses peines de prison, tandis qu’un petit groupe de responsables accusés furent acquittés en raison d’absence de preuves.

Ça s’est passé un 5 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


5 juillet 1880 -- Empire ottoman /1880 : la question arménienne - Note collective adressée à la Sublime Porte, Constantinople, le 7 septembre 1880. « M. le Ministre, Les Soussignés ont reçu la note en date du 5 juillet dernier, par laquelle la Sublime Porte a répondu au paragraphe de leur communication du 11 juin, relatif aux améliorations et aux réformes administratives que le Gouvernement Ottoman s'est engagé, par l'Article LXI du Traité de Berlin, à introduire dans les provinces habitées par les Arméniens. Une étude attentive de ce document leur a prouvé que les propositions formulées par le Gouvernement Ottoman ne répondent ni à l'esprit ni à la lettre de cet Article. Les Puissances représentées par les Soussignés n'ignorent pas que le Gouvernement Ottoman a envoyé deux Commissions dans les provinces habitées par les Arméniens ; mais elles ont des raisons de penser que ces missions n'ont abouti à aucun résultat, et la Porte, contrairement aux obligations résultant pour elle de l'Article LXI, s'est abstenue de les porter à leur connaissance. © Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaire Calmann-Lévy (2006), Flammarion (1975) Marabout (édition de poche, 1978)
Imprescriptible.fr : 1880.La question arménienne - note collective adressé à la Sublime Porte

5 juillet 1913 -- France : publication du N°3671 du périodique «L’Illustration». Au sommaire : " Les pendaisons de Constantinople "
Archives Imprescriptible

5 juillet 1915 -- Empire ottoman: le 5 juillet, un convoi de plus de 3 000 Arméniennes (« peu d’hommes, beaucoup de jeunes gens ») est entassé dans la cour de l’église arménienne catholique. Des chrétiens de Mardin parviennent à tromper la vigilance des soldats et à parler avec les déportées : « Et l’on put ainsi apprendre que toute l’Arménie est condamnée. Diarbékir a répété Van, Bitlis, Erzeroum, Sivas et Kharpout. Mardine a rejoué naguère la scène de l’écrasement de l’élément mâle ; les femmes arméniennes de Mardine renouvelleront aussi bientôt le rôle des malheureuses arrivées sous nos murs. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les convois de déportés des provinces orientales

5 juillet 1915 -- Empire ottoman: outre que ce document précise assez bien la localisation des camps de concentration qui vont être mis en place dans les semaines suivantes en Syrie, il nous apprend aussi que dès le 5 juillet, soit deux à trois mois après les provinces arméniennes de l’Est, les Arméniens établis dans la périphérie asiatique de Constantinople sont à leur tour visés par l’ordre de déportation. Ils touchent notamment quarante-deux localités du sandjak d’Ismit et cinquante-huit communautés du vilayet de Brousse, soit 180 667 personnes, ainsi que les 34 199 Arméniens des vilayets de Castamouni et de Konia. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Axes de déportation et camps de concentration en Syrie-Mésopotamie(1915-1916)

5 juillet 1915 -- Empire ottoman /vilayet de Mamuret ul-Aziz : 800 hommes originaires de Harpout et de Mezreh sont exécutés dans une gorge proche de Hanköy, par l’escadron de çete qui les accompagnait.
** (Atkinson, 2000 :40; Riggs, 1997 :103; Jacobsen, 2001 :73).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

5 juillet 1915 -- Empire ottoman/Leslie A. Davis à Kharpout à Henry Morgenthau, ambassade des Etats-Unis, Constantinople, le 6 septembre 1915: " je me suis alors rappelé que le 5 juillet, un employé du bureau de poste de Mamouret-ul-Aziz avait apporté au consulat l'enveloppe contenant ma dépêche du 30 juin qui, ainsi que je l'ai dit ci-dessus, avait été déposée au bureau de poste le 4 juillet contre remise du récépissé de recommandé n° 912, précisant qu'elle n'avait pas été examinée par le vali et qu'elle devait lui être soumise avant de pouvoir être expédiée. Je lui fis remarquer que, bien qu'il ait examiné toutes les autres lettres que j'avais envoyées cachetées, il était permis d'envoyer des lettres cachetées à l'ambassade sans avoir à les montrer au vali. Je me suis ensuite rendu personnellement au bureau de poste pour voir le directeur. Je lui ai demandé pourquoi cette lettre avait dû être montrée au vali, alors qu'il était permis d'envoyer des lettres directement à l'ambassade sous pli cacheté ainsi que je l'avais fait tous les quelques jours depuis un an. Il m'a répondu que les employés avaient commis une erreur et que la lettre était en bon ordre. Quelques jours après réception du télégramme de l'ambassade du 27 juillet, un fonctionnaire a dit qu'il avait effectivement vu une de mes lettres à l'ambassade et que cette lettre avait été ouverte."
Imprescriptible.fr : Dépêches consulaires de 1915

5 juillet 1915 -- Empire ottoman /Arapkir (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : 7 000 Arméniens d’Arapkir, dont 250 hommes, sont déportés en un convoi vers Urfa. Les hommes sont séparés du groupe une semaine plus tard, au pont de Kırk Göz (« les 40 arches »), situé sur la Tohma çay, un affluent de la rive droite de l’Euphrate, et fusillés.
*** (Kévorkian, 2006 :496-497).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

5 juillet 1915 -- Empire ottoman /Trébizonde : catholiques et protestants arméniens, vieillards impotents, enfants et femmes enceintes sont déportés dans un quatrième et dernier convoi partant de Trébizonde.
*** (Kévorkian, 2006 :599).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

5 juillet 1915 -- Empire ottoman : le lundi 5 juillet, beaucoup d'hommes furent arrêtés aussi bien à Kharpout qu'à Mézéreh et jetés en prison. Le mardi, au point du jour, ils en furent retirés et durent se mettre en marche dans la direction d'une montagne presque inhabitée. Ils étaient environ huit cents, divisés en groupes de gens liés ensemble, par groupes de quatorze. Dans l'après-midi, ils arrivèrent dans un petit village kurde, où ils passèrent la nuit dans les mosquées et d'autres bâtiments. Pendant tout ce temps, ils n'avaient rien bu ni rien mangé. Tout leur argent et la plus grande partie de leurs vêtements leur avaient été enlevés.
Imprescriptible.fr : 1915.la solution finale

5 au 18 juillet 1915 -- Empire ottoman /Sıvas : 5 850 familles arméniennes de Sıvas sont déportées en quatorze convois, entre le lundi 5 juillet et le dimanche 18, au rythme d’un départ par jour, avec en moyenne quatre cents foyers par caravane. Les déportations se font suivant la ligne Sıvas, Tecirhan, Magara, Kangal, Alacahan, Kötihan, Hasançelebi, Hekimhan, Hasanbadrig, Aruzi Yazi, le pont de Kırk Göz, Fırıncilar, Zeydag, Gergerdag (les monts de Kanlı Dere, où officiaient les chefs kurdes de la tribu des Resvan, Zeynel bey et Haci Bedri aga), avant de s’orienter vers Adiyaman, Samsat, puis de traverser l’Euphrate au niveau de Gözen, pour prendre la route de Suruc, Urfa, Veran Sehir, Ras ul-Ayn, voire celle de Mosul, ou encore celle de Bab, Mumbuc, pour arriver à Alep.
*** (Kévorkian, 2006 :544).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

1er au 5 juillet 1915 -- Empire ottoman : Egin/Agn (vilayet de Mamuret ul-Aziz. Les femmes, les enfants et les vieillards d’Agn et des 25 localités du canton, soit environ 13 000 personnes, sont déportés en trois convois en direction de Malatia et parviennent jusqu’au site abattoir de Fırıncilar , où une bonne partie est exterminée dans les gorges de Kahta.
*** (Kévorkian, 2006 :500-501).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

5 juillet 1915 -- Empire ottoman : à Diyarbekir 2000 soldats arméniens travaillant dans l’armée ont été tués.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

5 juillet 1915 -- Empire ottoman : la déportation des habitants arméniens de Sébaste commença le 5 juillet 1915. Quartier par quartier, rassemblés par groupes de 250 à 550 maisons (2 000 à 3 500 personnes). À raison d'un convoi par jour, la ville fut totalement vidée de ses habitants arméniens en l'espace de deux semaines. Chaque matin, le quartier concerné était encerclé par la police et les militaires. Les gens avaient très peu de temps pour se préparer et prendre avec eux le strict nécessaire. Ce déplacement total de la population se faisait pour des soi-disant raisons de “sécurité” et la destination annoncée était la ville de Malatya. En vérité, ils allaient tous vers le désert de la mort, en Syrie. Très peu en échappèrent.
Imprescriptible.fr : Le Golgotha de l'Arménie mineure

5 juillet 1915 -- Empire ottoman :le premier convoi de déportés quitte la ville de Sivas. Chaque jour pendant 16 jours plus de 400 familles quittent leurs maisons, l'écrasante majorité étaient tuées sur la route vers le désert syrien. Le dernier convoi quittant la ville était celui du 20 juillet.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

5 juillet 1916 -- Empire ottoman : il a été commencé le massacre des 7000 arméniens emprisonnés à Sivas. Le massacre a duré pendant vingt et un jours tous les trois jours il y avait 1.000 tués.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (July-December)

5 juillet 1918 -- Empire ottoman : Avedis Aharonian, président de la délégation arménienne, rencontre avec l'ambassadeur allemand à Constantinople, le comte Bernstorff, au nom de la République arménienne.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1918

5 Juillet 1919 -- Empire ottoman : Procès des membres du Comité central du parti Union et Progrès, des ministres et d'autres responsables centraux - Jugement rendu le 5 Juillet 1919 . l'accent étant placé sur les massacres des Arméniens et la confiscation de leurs biens, la responsabilité des membres du gouvernement et du parti en ce qui concerne les entorses a la Constitution et l'entrée en guerre de la Turquie à coté de l'Allemagne sans prendre l'avis du Parlement. Les minutées du procès sont essentielles dans la connaissance des mécanismes de l'Organisation Spéciale comme colonne vertébrale du processus génocidaire. Furent condamnés à la mort Talät pacha, Enver pacha, Cemal pacha et Dr. Nazim, sur la base du 1er paragraphe de l'article 45 du code pénal turc. et sur la base du par 2 du même article et l'article 55, furent condamnés à l'exil pour 15 années, Cavid, Mustafa Cheref et Moussa Kiazim.
Pour insuffisance de preuves sont acquittés Rifaat bey et Hachim. Les exilés à l'île de Malte furent ignorés.

*****Le premier verdict contre les Jeunes-Turcs fut prononcé le 5 juillet 1919. Les condamnés à mort par contumace étaient : le ministre de l’Intérieur Talaat Pacha, le Grand Vizir et le chef du CUP ; le ministre de la Guerre Enver Pacha, le ministre de la Marine et le Commandant de la 4e armée turque en Syrie lors de la Première guerre mondiale ; le membre du Comité central de Teshqilat Mahsuse, Djemal Pacha; et le ministre de l’Éducation nationale, le docteur Nazim. Les 27 personnes restantes furent condamnées à diverses peines de prison, tandis qu’un petit groupe de responsables accusés furent acquittés en raison d’absence de preuves. Le verdict ne contenait pas une seule référence aux criminels qui, sortis des prisons turques, avaient été envoyés à Malte sous la protection du Commandement anglais. Plus tard, nombre d’entre eux revinrent d’exil et occupèrent différents postes importants dans la République de Turquie.
Imprescriptible.fr : Procès des Unionistes 1918-1920
Collectifvan.org

5 juillet 1919 -- Empire ottoman : Istanbul press, Alemdar, 5 juillet 1919. « Hasan Amca, officier anti-Ittihadiste « Ce pays n’a pas le cran d’affronter la vérité [concernant le génocide arménien] ». » Reproduit avec la permission de : Genocide: A Critical Bibliographic Review, Vol. 2 (Israel W. Charny, ed.)London: Mansell Publishing; New York: Facts On File, 1991 © 1991 by Institute on the Holocaust and Genocide, PO Box 10311, 91102 Jerusalem, Israel.
Imprescriptible.fr : Documentation du génocide arménien
dans les sources turques


5 juillet 1919 -- 24 juifs sont massacrés et 150 blessés lors d'un pogrome auquel se livrent à Dunkov (district de Podolie, Russie) des unités commandées par Sokolov, liées à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
Israelvivra.com

5 juillet 1941 -- 3 000 juifs sont fusillés lors d'une Aktion de cinq jours exécutée systématiquement par la police lituanienne à Kaunas (Kovno, R.S.S. de Lituanie).
1 000 juifs sont assassinés par des « Escouades de la mort » fascistes lors d'une Aktion de deux jours à Edinita (Bessarabie, U.R.S.S.).
11 juifs sont tués par la population locale après l'évacuation par l'Armée rouge de Stryj (R.S.S. d'Ukraine).
15 juifs sont assassinés par des Ukrainiens à Rudki (Pologne), dont les synagogues sont incendiées.
70 juifs sont arrêtés et assassinés par la police auxiliaire ukrainienne à Tarnopol (R.S.S. d'Ukraine). 20 autres juifs sont lynchés par des soldats et par des civils ukrainiens dans les rues.
Les nazis occupent le village de Liga (district de Grodno, R.S.S. de Biélorussie) avec ses 15 000 juifs. Ils arrêtent les intellectuels et les rabbins, environ 200 personnes, et les conduisent à Stonievicze où ils sont assassinés.
3 juifs sont fusillés lors d'un simulacre d'Aktion de la police serbe à Belgrade (Yougoslavie).
20 juifs sont tués quand les troupes allemandes occupent Skalat (province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) où vivent 4 800 juifs. 200 juifs parviennent à fuir avec l'armée soviétique qui bat en retraite.
Des juifs vivaient dans cette ville depuis le XVIIIe siècle.
Les Ukrainiens se livrent à un pogrome contre les juifs quand les troupes allemandes occupent Buczacz (R.S.S. d'Ukraine), où vivent 10 000 juifs.
Des juifs ont habité cette ville depuis le XVIe siècle. Elle comptait de nombreux intellectuels et donna naissance à beaucoup d'hommes célèbres, dont le prix Nobel israélien de littérature (1966) S. J. Agnon.
Les troupes allemandes et roumaines occupent Czernovitz (Bukovine, R.S.S. d'Ukraine). Le 10e groupe d'opérations commence à tuer les intellectuels juifs.
Les troupes allemandes occupent David¬Gorodik (province de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie) où vivent 5 000 juifs. A la demande de la population locale, les nazis ordonnent à tous les juifs de plus de quatorze ans de se rassembler près de l'église. Ils sont conduits hors de la ville, où ils doivent creuser des fosses avant d'y être assassinés par les SS. Un ghetto est créé pour les femmes.
Des juifs vivaient dans cette ville depuis le XVIe siècle.
150 juifs sont exécutés par les nazis et la police ukrainienne nouvellement formée dans la cour de la prison de Vladimir-Volynskiy (Wlodzimierz, R.S.S. d'Ukraine) après des arrestations massives.
Dès l'entrée des troupes allemandes à Sarny (province de Volhynie), les SS commencent à tuer les juifs.
Des juifs vivaient dans cette ville depuis le début du XXe siècle.
Au début de la guerre, les autorités soviétiques installées à Sarny avaient démantelé toutes les institutions juives. En 1940, elles déportèrent en Sibérie 2 000 juifs réfugiés des provinces polonaises occupées par les Allemands.
Israelvivra.com

5 juillet 1942 -- Les troupes roumaines, alliées des Allemands, entrent dans Wiznitz (Bukovine) et arrêtent les habitants juifs. Elles en tuent 21.
Israelvivra.com

5 juillet 1943 -- Itzhak Wittenberg, chef de l'organisation clandestine juive dans le ghetto de Vilna (R.S.S. de Lituanie), est arrêté. Des combattants clandestins parviennent à le libérer en attaquant les nazis. Ceux-ci demandent alors que Wittenberg leur soit livré, sous peine de voir le ghetto détruit. Wittenberg se rend afin de sauver le ghetto. II sera assassiné par la Gestapo.
Israelvivra.com

5 juillet 1944 -- 3 557 juifs internés dans le ghetto de Papa (Hongrie) sont déportés en deux transports au camp d'extermination d'Auschwitz. 300 seulement survivront.
Le même jour, 1 286 juifs de Sopron (Öden¬burg), 650 de Csorna, 50 de Szill et 500 du ghetto de Mohacs (Hongrie) sont déportés par les SS au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

5 juillet 1973 -- Génocide des Tutsi: le général Habyarimana prend la tête du pays à la faveur d'un coup d'Etat sans violence et fait cesser pour un temps les persécutions anti-tutsi.
aidh

5 juillet 1995 -- Arménie /Adoption de la Constitution : après le retour de l'Arménie à l'indépendance en 1991, une commission constitutionnelle mêlant juristes et politiciens est fondée en 1992 et élabore pendant trois ans un projet de Constitution de type présidentiel qui est adopté par référendum le 5 juillet 1995 à 68 %8. Cette Constitution est amendée par référendum le 27 novembre 2005 à 70 % ; en particulier, elle rééquilibre légèrement les pouvoirs au détriment du Président et élargit l'autonomie locale.
Wikipedia

5 juillet 2002 -- France : un colloque s’est tenu le 5 juillet 2002 à la cour d’appel de Paris sur « la lutte contre le négationnisme : bilan et perspectives de la loi du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe ». Dans la dernière table ronde consacrée à l’opportunité de l’extension du champ d’application de la loi à la contestation d’autres génocides, Pierre Truche distinguait trois manières de répondre aux victimes de drames historiques : la repentance, qui peut se traduire par une des crimes et délits contre les personnes, entrée en vigueur le 1er mars 1994. reconnaissance officielle, les actions en justice contre les auteurs ou complices ainsi que les actions en justice contre ceux qui nient la souffrance des victimes. À cette aune, la loi de 2001 a apporté au génocide arménien la reconnaissance officielle ; en revanche, la sanction de la négation reste en suspens alors que la loi de 2001 était pour ses promoteurs riche de promesses.
Assemblée Nationale

5 juillet 2010 -- France: le Sénat est invité à se prononcer sur la proposition de loi tendant à réprimer la contestation de l'existence du génocide arménien, déposée le 5 juillet 2010 sur le Bureau de l'Assemblée par Serge Lagauche et trente de ses collègues du groupe socialiste.
Sénat.fr

5 juillet 2010 -- USA/Arménie: « Lors de sa visite en Arménie le 5 juillet, la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a déposé une gerbe de fleurs au Monument du Génocide arménien de Dzidzernagapert à Erevan. Mais, malheureusement, l’ambassade américaine en Arménie a émis un communiqué de presse qualifiant la visite de "privée". Précaution qui a été contredite par les faits : sur le ruban de la gerbe qu’elle a déposée au Monument du Génocide, on pouvait lire l’inscription "De la Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton." En utilisant le terme « visite privée », les responsables américains ont voulu essayer d’anticiper toute réaction violente du gouvernement turc. (…) Le bref arrêt de Clinton au Monument du Génocide le 5 juillet est une première mesure bienvenue, mais qui est bien au-dessous de son engagement solennel de soutenir la reconnaissance du génocide arménien.»
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org







Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org