Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 6 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: 6 juillet 1942 -- 1 175 personnes, en majorité des militants ou sympathisants communistes et des syndicalistes sont déportées à Auschwitz-Birkenau, près de 1 000 périront là-bas. Cinquante otages juifs font partie du transport. C’est l’un des trois seuls convois de la déportation de répression (Résistants) qui, venus de France, partant du camp de Compiègne, ont été dirigés vers Auschwitz-Birkenau. Ils seront les premiers déportés résistants à avoir été tatoués. Comme ils portaient un numéro supérieur à 45 000, ce transport sera surnommé le Convoi des 45 000.


Ça s’est passé un 6 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

6 juillet 1348 -- Lors de l'épidémie de peste noire, dont on rend les juifs responsables, ils sont partout cruellement persécutés. Quand l'épidémie atteint l'Espagne, la communauté de Tarragone (Catalogne), qui compte 300 membres, est massacrée. Les cadavres sont jetés dans une fosse et brûlés.
Israelvivra.com

6 juillet 1770 -- Bataille de Chesmé, victoire navale de la Russie contre l'Empire ottoman lors de l'épisode dit de la Révolution d'Orloff dans le chenal entre l'île de Chios et la ville d'Asie Mineure de Chesmé.
Wikipedia

6 juillet 1827 -- Empire ottoman : les Puissances, dit le préambule du traité de Londres du 6 juillet 1827, « ont résolu de combiner leurs efforts et d'en régler l'action par un traité formel, dans le but de rétablir la paix entre les Parties contendantes, au moyen d'un arrangement réclamé autant par un sentiment d'humanité que par l'intérêt du repos de l'Europe». Et l'article 5 du traité déclare : «Les Puissances contractantes ne chercheront dans ces arrangements aucune augmentation de territoire, aucune influence exclusive, aucun avantage de commerce pour leurs sujets, que ceux de toute autre nation ne puissent également obtenir». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : Période de la prépondérance de l'influence russe

6 juillet 1908 -- Soulèvement des Jeunes Turcs en Macédoine.
Nouvel Obs

6 juillet 1915 -- Empire ottoman : le mardi 6 juillet, toutes les maisons arméniennes de Trébizonde, environ mille, étaient vidées, et leurs habitants déportés. Il ne fut pas établi qu'il y ait eu jamais personne qui ait commis la faute de participer à un mouvement dirigé contre le gouvernement. Si quelqu'un était Arménien, cela suffisait pour qu'il fût traité en criminel et déporté. Au début, on a dit que les malades seraient exceptés de la mesure générale : ils furent portés à l'hôpital de la ville pour y rester jusqu'à ce qu'ils fussent assez bien. Plus tard, les hommes âgés et les vieilles femmes, les femmes enceintes et les enfants, les employés de l'administration gouvernementale, ainsi que les Arméniens catholiques, furent exceptés. Mais finalement, il fut décidé que même les vieillards, hommes et femmes, ainsi que les catholiques, devraient s'en aller, et ils durent rejoindre le dernier convoi. © Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaire Calmann-Lévy (2006), Flammarion (1975) Marabout (édition de poche, 1978)
Imprescriptible.fr : 1915/ la solution finale

6 juillet 1915 -- Empire ottoman : à Trébizonde, les déportations furent mises à exécution du 1er au 6 juillet et semblent avoir été exécutées simultanément dans les diverses villes côtières du vilayet. Ici encore, la déportation ne servait qu'à couvrir les massacres immédiats. Les exilés étaient noyés dans la mer ou massacrés au premier arrêt en route.
Imprescriptible.fr : Les déportations de 1915: procédure

6 juillet 1915 -- Empire ottoman : on put s’assurer enfin de la vérité d’un fait monstrueux, à savoir que, dans le courant de juin, 12 000 femmes arméniennes déportées ont été massacrées entre Diarbékir et Mardin (il s’agit du convoi de 6 000 personnes dont parle ci-dessus le père Rhétoré) ». Le 6 juillet, ces femmes partent pour Ras ul-Aïn. Des musulmans de Mardin s’approchent alors du convoi et enlèvent des enfants de trois à dix ans sous les sourires des policiers. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les convois de déportés des provinces orientales

6 juillet 1915 -- Empire ottoman /BM. {Marach} : lettre d'un témoin oculaire étranger, datée du 6 juillet 1915, à bord d'un paquebot, communiqué par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens. « La Turquie centrale a atteint une crise dans son histoire. Il y a à faire face à de graves problèmes. En plusieurs parties le travail accumulé d'un grand nombre d'années a été balayé en quelques semaines par le grand et terrible flot de la déportation, et nous nous trouvons de nouveau à ras du sol. Nous voyons qu'entre la mi-mai et la mi-juin, il y eut 26.000 âmes de déportées et que le nombre atteindra 32.000. Lorsque je partis de BM. le 14 juin, le Zéïtoun avait en réalité été vidé de ses habitants arméniens… »
Imprescriptible.fr : Cilicie (vilayet d'Adana et sandjak de Marach)

6 juillet 1915 -- Empire ottoman : l'un des gros dossiers à gérer par les agents consulaires américains concerne les conséquences économiques de la guerre et notamment les créances laissées par les Arméniens. La vie économique de Samsoun, encore vivace malgré la guerre, semble s'être soudain arrêtée à la fin du mois de juin 1915 et l'on peut lire à ce sujet des lettres qui ne manquent pas de sel. Le siège social de la Banque de Salonique, situé à Constantinople, tirant les conséquences de la déportation des Arméniens, informe, dès le 6 juillet, ses correspondants «que monsieur J. Zékian, ci-devant caissier de notre succursale de Samsoun, s'étant volontairement retiré de notre établissement, sa signature pour notre banque a cessé d'être valable». Certes, tous les Arméniens n'ont pas l'élégance de quitter leur charge «volontairement». La plupart sont partis sans laisser d'adresse. Ce qui provoque des échanges épistolaires quelque peu surréalistes, concernant notamment une société américaine du Richmond qui harcèle l'agent consulaire Peter car une cinquantaine de familles de la bonne société arménienne de Samsoun, ayant loué des pianos à celle-ci, ne payent plus leurs mensualités depuis juillet 1915. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Documents consulaires américains sur la déportation des Arméniens de Samsoun durant la Première Guerre mondiale

6 juillet 1916 -- Empire ottoman: l'armée russe occupe Bayburt et Erzinjan.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (July-December)

6 juillet 1916 -- Empire ottoman : du 5 avril au 6 juillet, la sauvagerie des Turcs ne connut plus de bornes. On compte par centaines les victimes qui furent assassinées et torturées. Un témoin oculaire rapporte qu'il fut un des premiers à se rendre à Gioumoushané après l'avance de l'armée russe. Le spectacle qui s'offrit à ses yeux fut terrifiant. Les persécution antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne. D'après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires.
PARIS, LIBRAIRIE BERNARD GRASSET, 1918

Imprescriptible.fr : Trébizonde

6 juillet 1917 -- Première Guerre mondiale, les troupes arabes, menées par Lawrence d'Arabie et Auda ibu Tayi prennent Aqaba aux Turcs durant la révolte arabe.
Wikipedia

6 et 7 juillet 1920 -- France : en juin 1920, le Comité Central, à Genève, de la Fédération des Comités Suisses Amis des Arméniens, estimant absolument nécessaire un mouvement général de l'opinion publique en faveur de l'Arménie et d'accord avec les philarméniens français et Scandinaves, convoqua, à Paris, Hôtel Lutetia, pour les 6 et 7 juillet 1920, une Conférence Internationale des Amis des Arméniens. Celle-ci réunit des délégués de plusieurs nations d'Europe et d'Amérique, qui, entre autres décisions, prirent, à l'unanimité, celle de constituer une Ligue Internationale Philaiménienne dont le siège serait en Suisse, à Genève. L'Heure de l'Arménie par A. KRAFFT-BONNARD
Imprescriptible.fr : Ligue Internationale Philarménienne

6 juillet 1938 -- Certains métiers sont interdits aux juifs.
Compagnienomades.free.fr

6 juillet 1938 -- Conférence d'Evian à propos du problème des réfugiés juifs. La Conférence d'Évian de 1938 fut organisée à l'initiative du président des États-Unis d'Amérique, Franklin D. Roosevelt. Elle se déroula du 6 juillet au 16 juillet 1938 à Évian (France). Son but était de venir en aide aux réfugiés juifs allemands et autrichiens fuyant le nazisme, peu après l'Anschluss. Elle ne déboucha sur aucune mesure concrète, hormis la création du Comité intergouvernemental pour les réfugiés (CIR).
Jewishgen.org
Wikipedia

6 juillet 1939 -- Les dernières entreprises juives restantes en Allemagne sont fermées.
Wikipedia

6 juillet 1941 -- Les troupes allemandes et roumaines occupent la petite ville de Secureni (Bessarabie), où habitent 5 000 juifs. 90 juifs surpris dans les rues sont massacrés. De nombreux autres se suicident.
400 juifs sont arrêtés à Ivanki (district de Polésie, R.S.S. de Biélorussie). Les hommes sont fusillés par les SS et les femmes déportées à Pinsk.
Les SS assassinent 250 juifs à Klaszkovce (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine).
Les nazis fusillent 2 000 juifs dans la prison de Dünaburg (Dvinsk, R.S.S. de Lettonie).
La police ukrainienne nouvellement créée commence à liquider les juifs de Rohatyn (district de Stanislavov, R.S.S. d'Ukraine).
Deux jours après l'entrée des nazis à Riga (capitale de la R.S.S. de Lettonie), 400 juifs sont liquidés et toutes les synagogues détruites. Une unité de police auxiliaire composée de Lettons est formée dans le but de se livrer à des pogromes.
Les troupes allemandes occupent la petite ville de Druya (R.S.S. de Biélorussie) où vivent 1 500 juifs. Les SS commencent à massacrer les juifs en les accusant d'avoir collaboré avec les autorités soviétiques.
Les juifs habitaient Druya depuis le XVIe siècle.
Les nationalistes ukrainiens assassinent 500 juifs à Skalat (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) quand ils disposent d'une journée entière pour se venger des juifs.
Après l'entrée des troupes roumaines à Czernovitz (Bukovine, R.S.S. d'Ukraine), les Allemands et les Roumains exécutent 3 000 juifs de Bila et de Klokuczka. On massacre même les patients de l'hôpital psychiatrique juif de Czernovitz.
Israelvivra.com

6 juillet 1942 -- Anne Frank (13 ans) et sa famille se cachent dans l'entreprise Opekta d'Otto Frank située sur Prinsengracht.
Wikipedia

6 juillet 1942 -- Laval propose la déportation des familles juives de la zone non-occupée, y compris les enfants de moins de 16 ans.
ajpn

6 juillet 1942 -- Le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 » est le premier convoi de répression à partir de Compiègne, France. Il déporte vers Auschwitz 1 170 otages, dont 90 % de militants ou sympathisants communistes, en représailles des premières actions armées de la résistance communiste. Cinquante otages juifs font partie du transport. Son taux de mortalité est de 89 %. Le convoi du 6 juillet 1942 occupe une place singulière dans l’histoire des déportations de France. Il est le premier convoi de répression à quitter le camp de Compiègne pour les camps de concentration allemands, et le seul de l’année 1942. Il est aussi le seul convoi de résistants - avec celui des 230 femmes déportées le 24 janvier 1943 - à avoir eu Auschwitz pour destination définitive. Sa composition (quelque 1175 hommes) est par ailleurs atypique, puisqu’aux côtés d'un millier de communistes (responsables politiques du Parti et syndicalistes de la CGT), se trouvaient une quinzaine « d’otages asociaux » et une cinquantaine de Juifs arrêtés comme tels. Ces derniers étant, sauf cas exceptionnel, déportés dans des convois spécifiques.
Au bout de deux jours d’un transport extrêmement éprouvant en wagons de marchandises, 1 170 d’entre eux sont enregistrés au camp principal d’Auschwitz, entre les numéros 45157 et 46326. Pour les détenus du camp qui se désignent par la série de leurs matricules, ils sont des « 45000 » (ou des « 46000 »). Après leur retour, les rescapés continueront de se nommer sous le nom de « 45000 ». Seuls 119 de ces « 45000 » survivent à la fin des camps. Plus de « 1000 » d’entre eux sont morts à Auschwitz (les autres au cours des transferts entre 1944 et 1945, soit un taux de mortalité de 89 % des effectifs du convoi. Ce qui représente le taux de mortalité probablement le plus élevé des convois de répression, dont la moyenne est de 40 %.
Wikipedia : Convoi des 45 000
Wikipedia

6 juillet 1943 -- 2 417 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination de Sobibor.
Israelvivra.com

6 juillet 1944 -- 3 305 juifs de Sopron (Hongrie) et des environs, qui étaient enfermés dans le ghetto de la ville, sont déportés par les SS au camp d'extermination d'Auschwitz. 42 d'entre eux seulement survivront.
1 200 juifs de Bonyhád (Hongrie méridionale), transférés à Pecs le 1er juillet, sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 70 seulement survivront.
Le même jour, 120 juifs de Tolna (Hongrie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Fin de la déportation des juifs de l'ouest et du sud-ouest de la Hongrie au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

6 juillet 1995 -- L'armée des Serbes de Bosnie du général Ratko Mladić s'empare du poste d'observation n° 6 (OP FOXTROT) tenu par les casques bleus hollandais. La route d'accès par le sud de l'enclave musulmane de Srebrenica est ouverte à l'invasion qui conduira à la déportation les jours suivants de 40 000 femmes, enfants et vieillards ; ainsi qu'au massacre d'environ 8 000 hommes de plus de 16 ans par les serbes. Ce massacre, qualifié de génocide par le TPIY est le plus important commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Wikipedia

6 juillet 1998 -- Ouverture du premier procès pour génocide devant le Tribunal pénal international de La Haye, avec la comparution de Milan Kovacevic, un Serbe de Bosnie accusé d'atrocités en ex-Yougoslavie.
Nouvel Obs

6 juillet 2008 -- Saint-Thadée honoré : c’est le 6 juillet dernier que le monastère arménien Saint-Thadée en Iran a été officiellement classé sur la liste des monuments historiques de l’UNESCO. L’annonce a été faite le lendemain en présence de 200 spécialistes des pays membres de l’organisation lors de sa 32e assemblée générale qui se tenait à Québec, au Canada.
Imprescriptible.fr : Achkhar du 27 septembre 2008

6 juillet 2009 -- Turquie/Audience de la cour d’assises spéciale d’Istanbul du 6 juillet 2009: pour la seconde fois, Monsieur le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel a constitué une délégation composée de Monsieur Vincent Nioré, membre du Conseil de l’Ordre, qui le représentait à cette occasion et de Monsieur Alexandre Aslanian, Avocat au Barreau de Paris, Vice-président de l’AFAJA (Association française des avocats et juristes arméniens – association du barreau de Paris notamment présente lors de la journée des associations) pour assister en qualité d’observateurs judiciaires à la dixième audience de la cour d’assises spéciale d’Istanbul qui doit juger les auteurs présumés de l’assassinat du journaliste, de nationalité turque et d’origine arménienne, Hrant Dink. Monsieur le bâtonnier Yves Oschinsky, bâtonnier de l’Ordre français du barreau de Bruxelles, était également présent conformément aux accords passés lors de la séance commune des Conseils de l’Ordre de Bruxelles et de Paris du 12 mai dernier.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org