Aujourd'hui : Jeudi, 18 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 8 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende: 8 juillet 1944 -- A cette date se termine la déportation des juifs des environs de Budapest au camp d'extermination d'Auschwitz, avec un convoi de plusieurs centaines de juifs quittant Budapest à destination de ce camp.

Photo: Arrestation de Juifs à Budapest


Ça s'est passé un 8 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


8 juillet 1833 -- Empire ottoman/Russie : signature du traité d'assistance mutuelle d'Unkiar-Skelessi entre la Russie et l'Empire ottoman, après l'intervention militaire russe contre l'invasion égyptienne.
La Citoyenneté

8 juillet 1878 -- Empire ottoman/Allemagne : les Arméniens, eux, croient à l'article 61 du traité de Berlin... Après tant de siècles d'esclavage, ils voient dans cette conclusion de la crise bulgare un succès pour leur propre cause ; oubliant les péripéties qui ont provoqué l'altération de l'article 16 du traité de San Stefano, ils vont nourrir à partir de l'article 61 de folles et merveilleuses espérances où se marque la renaissance de leur nation. Les dernières séances du Congrès, dont le protocole, il est vrai, n'était pas rendu public, montrent pourtant à quel point les assurances mêmes des articles du traité sont formelles et combien peu destinées à être suivies d'effet ; le 8 juillet, la Russie demande par l'intermédiaire de ses plénipotentiaires « quels sont les principes et le mode par lesquels [le Congrès] entend assurer l'exécution de ses hautes décisions ». C'est toute la question fondamentale des garanties. Or, personne n'en veut. On le voit bien quand, le lendemain, la discussion s'engage sur ce point. Le représentant turc déclare d'emblée qu'il « ne s'explique pas la portée de ce document ».
Imprescriptible.fr : Du rêve à la réalité

8 juillet 1915 -- Empire ottoman : Zaven, patriarche arménien de Constantinople, appelle au ministre de la Justice, Ibrahim Bey, qui répond qu'il ne peut pas intervenir dans les affaires du ministère de la Guerre.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

8 juillet 1915 -- Empire ottoman/Sabinkarahisar (vilayet de Sıvas) : soldats et çete ont encerclé le bazar et interpellé 300 hommes, qui sont exécutés dans les caves du konak au petit matin du 15. Un escadron de çete, commandé par Kel Hasan, a pénétré dans les quartiers bas et procédé durant toute la nuit à d'autres arrestations. Le 17, 5 à 6 000 Arméniens, pour les trois quarts des femmes et des enfants, se retranchent dans la citadelle. Environ 500 combattants assurent l'autodéfense. Le premier assaut est lancé le 25 juin par des unités de l'armée arrivées de Susehir. Le 4 juillet une seconde offensive a été déclenchée avec six mille hommes dépêchés d'Erzincan, plusieurs escadrons de çete et trois régiments de Sıvas, commandés par Nesed pacha. 8 juillet, les derniers combattants ont tenté une sortie et le 11 au matin, vingt-septième jour du siège, un drapeau blanc a été hissé sur la citadelle. Les quelques mâles âgés de plus de quinze ans ont été fusillés sur le champ, le reste de la population déporté vers la Syrie, via Agn et Fırıncilar.
*** (Kévorkian, 2006 :565-567).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

8 juillet 1915 -- Empire ottoman/Journal, 8 juillet 1915 :Hachim beg était un riche propriétaire foncier turc, voisin de Bethesda, et homme de grande influence à Malatia. Selon Moustapha agha, il fut l'un des « auteurs principaux », des instigateurs, de l'arrestation et du massacre des Arméniens de la ville, car il en tira un grand profit personnel: lui et ses fils s'enrichirent sur le compte des Arméniens assassinés . © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d'après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

8 juillet 1915 -- Empire ottoman : [...] j'ajoute aux indications fournies un fait qui fut rapporté aujourd'hui même à Makrouhi: un certain nombre d'ouvriers qui travaillent à Tchiftlik ont déja été transférés du han à la prison. Il est particulièrement affreux, surtout à présent, de s'imaginer [l'état de] ces gens-là, si loin de toute conspiration politique, que nous avons fréquentés et que nous avons toujours rassurés en leur disant qu'ils n'auraient rien à craindre; des gens comme Badrian, Mikäel effendi et son fils, Gabriel effendi, qui a inlassablement travaillé pendant toute sa vie au service du gouvernement, le pasteur dont le plus grand désir était de rapprocher les gens de Dieu en ces temps de détresse et de leur apprendre à prêcher et qui, juste avant son emprisonnement, nous avait proposé de prêcher la parole de Dieu aux prisonniers, mais aussi Khosrov effendi, Nichan et beaucoup d'autres qui n'ont en aucun cas commis de crimes politiques, [devenus] dignes du dernier supplice. Tous ces gens furent mis en prison, étranglés de nuit et enfouis n'importe où. On ne peut pas se faire à cette idée. Nous ne comprenons pas comment nous n'avons pas pressenti tout cela [...] Mais nous sommes reconnaissants de n'avoir pas pressenti [ces choses] et nous croyons que Dieu a fermé nos yeux. Car si nous l'avions su, nous aurions été dans l'obligation de risquer notre vie pour les Arméniens et cela, selon toute probabilité, en vain. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND

8 juillet 1919 -- Empire ottoman : Kemal cesse alors toute relation avec le pouvoir impérial et constitue un nouveau pouvoir politique en Anatolie. Il s'assure le soutien des officiers initialement rétifs à sa politique. Un congrès est convoqué à Sivas pour le mois d'octobre et tout l'Empire est invité à y envoyer des délégués. Kemal y obtient le soutien des principaux chefs militaires du pays.
Fort de ce nouveau statut et secondé par les inspecteurs et commandants régionaux, il organise les mouvements populaires. Dans chaque ville et dans chaque village, les comités de résistance populaire se créent. Les officiers démobilisés sont les premiers à répondre à cet appel, entraînant avec eux un nombre croissant de volontaires. Le sultan Mehmed VI demande des explications à Kemal sur ses activités. Kemal lui demande de se mettre à la tête du nouveau mouvement de résistance. Furieux, Le sultan le relève de ses fonctions le 8 juillet 1919 et casse son grade de général. Il signifie aux autorités militaires et civiles de ne plus obéir aux ordres de Kémal. Kemal annonce à ses officiers cette crise ouverte entre le sultan et lui : « Nous sommes arrivés à la croisée des chemins. Si nous poursuivons notre lutte, nous ne devrons compter dorénavant que sur nous-mêmes. Le gouvernement impérial sera contre nous. »
Wikipedia

8 juillet 1919 -- Empire ottoman : le quotidien francophone de Constantinople La Renaissance publia une traduction intégrale des articles de Hassan Amdja sous le titre Faits et documents, dans le n° 186, p. 3, du 8 juillet 1919. « D'après le témoignage d'Hassan Amdja,, qui se rendit à Damas avec Djémal à la fin du mois d'août 1916, Djémal souhaitait que ces gens soient progressivement transférés des déserts du Hauran, où ils mouraient de faim, vers Beyrouth, Jaffa, etc., d'après Hassan Amdja,, Damas n'était pas prévue dans les régions d'installation où ils pourraient développer une activité artisanale et gagner leur vie. C'est pour mettre en œuvre les directives de Djémal que Hassan Amdja, se rendit à Deraa, le chef-lieu du Hauran, quelques jours plus tard, en qualité de délégué de la Commission spéciale chargée des déportés du Hauran. Sur place, il eut cependant à surmonter l'hostilité du patron de la Commission spéciale de Damas organisme semi-officiel institué par l'Ittihad dans toutes les régions pour «s'occuper» des déportés, Nechad bey, par ailleurs délégué régional de l'Ittihad, qui gérait les affaires sur place en attendant la venue du délégué nouvellement désigné. Lors de son arrivée, Hassan Amdja, apprit de son adjoint que « la conversion des déportés était un fait accompli et qu'un prêtre arménien avait été mis à mort par privation de nourriture pour avoir systématiquement refusé de se convertir à l'islamisme ». Il découvrit par ailleurs ces milliers de personnes à l'état squelettique « les joues caves, les bras et les jambes comme des baguettes, ne ressemblant à rien [de] moins qu'à des momies, [qui] étaient en pleine agonie » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Ahmed Djémal pacha et le sort des déportés arméniens de Syrie-Palestine

8 juillet 1937 -- Turquie : en 1925, 1930 et 1937, des révoltes kurdes sont sévèrement réprimées. Le 8 juillet 1937, la Turquie, l'Irak, l'Iran et l'Afghanistan signent le traité de Sa'dabad qui prévoit entre autres une coordination de la lutte contre la « subversion » kurde.
Wikipedia

8 juillet 1941 -- Le déclenchement de pogroms réussit partiellement, notamment à Kaunas. Le commandant du Groupe Armée Nord, le maréchal Wilhelm Ritter von Leeb, mentionne dans son journal, le 8 juillet 1941 ses doutes sur le fait que : « De cette façon, la question juive ne pourra probablement pas être résolue. Le moyen le plus sûr serait la stérilisation de tous les hommes juifs ».
phdn

8 juillet 1941 -- 1 000 juifs de Marculesti (Bessarabie, R.S.S. d'Ukraine) sont assassinés par les troupes allemandes qui ont occupé le village.
500 juifs sont fusillés par des commandos de SS et des troupes roumaines au cours d'exécutions massives qui durent deux jours à Czernovitz (capitale de la Bukovine, R.S.S. d'Ukraine).
Les nazis fusillent environ 140 personnes, dont de nombreux juifs, dans le port de pêche de Libau (Liepaja, R.S.S. de Lettonie).
Les SS fusillent 1 000 juifs environ dans la forêt de Bikerneku près de Riga (R.S.S. de Lettonie).
Un groupe de soldats roumains assassine 50 juifs qui voulaient rentrer chez eux, dans la ville de Balti (Bessarabie, R.S.S. d'Ukraine).
De nombreux juifs sont tués quand les troupes roumaines et allemandes occupent Brichany (Bessarabie, R.S.S. de Moldavie), où vivent 10 000 juifs.
Les troupes allemandes et roumaines occupent Lipcani (Bessarabie, R.S.S. de Moldavie) où vivent 4 000 juifs. Environ 800 juifs sont tués par des commandos d'extermination fascistes. Le reste de la population juive est conduit dans une forêt voisine de Vertyujany, d'où elle est envoyée, en marches forcées, aux camps de Sekiryany et de Yedintzy. Ceux qui ne peuvent suivre sont fusillés.
500 juifs sont fusillés à Vilna (R.S.S. de Lituanie), d'autres sont arrêtés et conduits dans des camps de concentration par des unités de sécurité lituaniennes. Selon des sources allemandes, 500 juifs sont fusillés quotidiennement les jours suivants aussi. Les biens juifs sont confisqués.
Les SS tuent 3 femmes juives à Zloczov (province de Galicie, R.S.S. d'Ukraine).
Début du port obligatoire d'un signe distinctif pour les juifs des pays baltes.
Israelvivra.com

8 juillet 1942 -- Ordonnance allemande interdisant aux Juifs de fréquenter les établissements de spectacle et autres lieux publics ; les magasins ne leur sont accessibles qu'entre 15 h et 16 h.
ajpn

8 juillet 1942 -- Le 1 juillet 1942 a lieu la première vague de déportations de Juifs du ghetto vers Belzec. 6.000 personnes sont concernées. La seconde vague a lieu le 8 juillet, et la troisième les 7 et 8 octobre, concernant 7.600 personnes sont 600 sont exécutées sur place.
Encyclopédie.BS

8 juillet 1944 -- A cette date se termine la déportation des juifs des environs de Budapest au camp d'extermination d'Auschwitz, avec un convoi de plusieurs centaines de juifs quittant Budapest à destination de ce camp.
*****L'industrie de la mort atteint son apogée à Auschwitz avec la liquidation en août 1944 des 67 000 dernières victimes du ghetto de Lodz, le dernier subsistant encore en Pologne, et surtout avec la déportation en 56 jours de plus de 435 000 Juifs hongrois par Adolf Eichmann, du 15 mai au 8 juillet 1944. Plus du tiers des victimes juives d'Auschwitz sont hongroises.
Le 19 mars 1944, en effet, les nazis envahissent leur allié hongrois, qui songe à virer de bord à l'approche de l'Armée rouge. Le nouveau premier ministre, Döme Sztójay, collabore pleinement avec les Allemands. Le processus de concentration et de déportation des Juifs s'y répète sur le même schéma qu'ailleurs depuis 1939 mais de manière particulièrement accélérée : étoile jaune obligatoire, constitution de conseils juifs, enfermement en ghettos, puis déportations. Celles-ci ne concernent que les Juifs des provinces et de la banlieue de Budapest, ceux de la capitale restant pour le moment épargnés.
Sur les 435 000 Juifs provinciaux activement déportés du 15 mai au 8 juillet 1944, avec l'aide des forces de l'ordre hongroises, seuls 10 % ont été mis au travail forcé, les autres étant exterminés à l'arrivée à Birkenau73. Pour accélérer la cadence de mise à mort, en dérivation de la ligne principale un tronçon de voie ferrée est construit qui, une fois franchi le porche d'entrée en forme de tour entre dans le camp pour aboutir à proximité immédiate des chambres à gaz. On aménage une rampe pour la descente des déportés et la sélection. Cette rampe deviendra l'un des symboles les plus connus d'Auschwitz et du génocide. Les crématoires ne suffisant plus à l'incinération de tous les cadavres à un rythme suffisant, des milliers d'entre eux sont brûlés en plein air sur d'énormes bûchers. À cette période, Auschwitz reçoit jusqu'à quatre trains quotidiens, et les opérations de mise à mort par le Zyklon B tuent jusqu'à 10 000 personnes par jour.
Wikipedia
Israelvivra.com

8 juillet 1944 -- Suite à des pressions exercées par le Pape, le roi de Suède et la Croix Rouge, la déportation des Juifs de Hongrie cesse. 437 000 Juifs ont été déportés. 170 000 sont encore vivants.
ajpn

8 juillet 1992 -- Génocide des Tutsi : près de 300 000 personnes sont déplacés en raison des combats dans le nord du pays.
Appui Rwanda

8 juillet 2010 -- USA/Arménie: le journaliste arméno-américain Harut Sassounian, dans son éditorial The California Courier du 8 juillet 2010 revient sur la visite de Hillary Clinton en Arménie. « Lors de sa visite en Arménie le 5 juillet, la Secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déposé une gerbe de fleurs au Monument du Génocide arménien de Dzidzernagapert à Erevan. Mais, malheureusement, l'ambassade américaine en Arménie a émis un communiqué de presse qualifiant la visite de "privée". Précaution qui a été contredite par les faits : sur le ruban de la gerbe qu'elle a déposée au Monument du Génocide, on pouvait lire l'inscription "De la Secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton." En utilisant le terme « visite privée », les responsables américains ont voulu essayer d'anticiper toute réaction violente du gouvernement turc. () Le bref arrêt de Clinton au Monument du Génocide le 5 juillet est une première mesure bienvenue, mais qui est bien au-dessous de son engagement solennel de soutenir la reconnaissance du génocide arménien.»
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org