Aujourd'hui : Jeudi, 18 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 12 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:




Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende: 12 juillet 1938 -- Ouverture du camp de concentration de Sachsenhausen. Oranienburg-Sachsenhausen dit « Sachso » fut un camp de concentration nazi à 30 km au nord de Berlin, aujourd'hui aménagé en un musée-mémorial. Il fut libéré le 22 avril 1945, par une unité de la 47ème Armée Soviétique. Pendant l'été 1936 on abattit des arbres et on érigea une baraque en bois au milieu de la forêt d'Oranienbourg, sur le territoire de Sachsenhausen. Le 12 juillet 1938, les 50 premiers prisonniers en provenance d'Esterwegen arrivèrent et furent immédiatement mis au travail pour la construction de ce qui allait devenir le camp de concentration de Sachsenhausen (K.Z. Sachsenhausen). Dès août et septembre 1938, 900 autres prisonniers furent transférés d'Esterwegen à Sachsenhausen pour travailler à la construction du camp.
Photo: L'endtrée du camp de Sachsenhausen (Allemagne)


Ça s'est passé un 12 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


12 juillet 400 -- Constantinople : soulèvement de Constantinople, provoqué par la terreur que fait régner depuis le début de l'été Gaïnas, chef des fédérés Goths, qui, ayant investi la ville, dévalise les banques, brûle le palais impérial, et - il est Arien - tente de s'emparer d'une église catholique, ce qui provoque la colère de la population, qui massacre la moitié de ses troupes. L'autre moitié s'enfuit sur la rive gauche du Danube.
Wikipedia

12 juillet 1290 -- Les Juifs sont chassés d'Angleterre : Édouard Ier expulse les Juifs d'Angleterre. Cromwell leur permettra de réintégrer les terres britanniques en 1656, suite à la demande du séfarade Manasseh ben Israël. Malheureusement, il mourra l'année suivante. Les Juifs ne pourront jouir de la citoyenneté britannique qu'à partir de 1829.
Israelvivra.com

12 juillet 1462 -- Une affaire de meurtre rituel éclate dans la ville de Rinn (Autriche), où les juifs sont accusés d'avoir tué un enfant chrétien afin de boire son sang pour la Pâque. La pierre sur laquelle ils auraient tué l'enfant est connue sous le nom de Judenstein, « pierre aux Juifs ». Par la suite, les accusés seront exécutés.
Israelvivra.com

12 juillet 1555 -- Le pape Paul IV promulgue la bulle infâme Cum nimis absurdum, dans laquelle il reprend sans pitié toutes les restrictions ecclésiastiques contre les juifs, jusque-là observées seulement par intermittence. Cela comprend la ségrégation des juifs dans un quartier particulier, désormais nommé « ghetto », le port d'un signe distinctif, l'interdiction de posséder des terres, d'être appelé avec déférence (par exemple « Signor ») et, pour les chrétiens, de faire appel à des médecins juifs ; vendre du blé et d'autres denrées indispensables leur étant également interdit, les juifs sont obligés de se cantonner dans le commerce des vieux habits et des marchandises d'occasion.
Israelvivra.com

12 juillet 1907 -- La Convention de la Haye de 1899 a été ratifiée par la Turquie le 12 juillet 1907. (The Hague Court Reports, op. cit., p. cii).
Nouvelles d'Arménie Magazine

12 juillet 1909 -- Empire ottoman : lettre de Zabel Essayan à Tigrane Essayan, Adana, le [lundi] 12 juillet 1909. « Cher Tigrane, [...] J'ai envoyé un télégramme à Ahmed Riza bey à l'occasion de l'anniversaire de la constitution. Va le voir, salue le de ma part et, au besoin, adresse-toi également à Behaeddine [...] Nous avons dernièrement appris de façon officieuse que, dans les milieux proches du Patriarcat, on songe sérieusement à installer l'orphelinat à Chypre. Pourvu que ce soit vrai ! Dans ce cas, n'importe quelle sorte d'organisation deviendrait possible. » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Zabel Essayan et les orphelinats arméniens fondés au lendemain des massacres de Cilicie d'avril 1909

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : Le père de Louise Kiffer Sarian, Hrant Sarian, né en1901 à Adabazar, en Turquie, a commencé à tenir son journal en arménien, en juillet 1915, donc à l'âge de 14 ans. Voici un extrait du lundi 12 juillet ; « maman est allée trouver Nazareth Effendi et lui a demandé d'envoyer une carte, par la poste, à Eski-Shéhir. Le lundi suivant, maman a décidé d'envoyer aussi une carte à la soeur de ma grand'mère, Aznive Hanem, qui habitait à Constantinople; car nous avions besoin d'argent. Nous ne connaissions pas son adresse, nous savions seulement qu'elle habitait à Scutari, nous l'avons donc envoyée à l'église arménienne de Scutari ». Journal de Hrant Sarian (1915-1923)
Imprescriptible.fr : Journal d'un jeune déporté arménien

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : dans la matinée - Voici peu, nous avons vu arriver en bloc un convoi que j'estime à environ deux mille [personnes]. Il y avait en tête quelques jailes (voitures), suivies par beaucoup d'ânes et d'autres bêtes de somme, par des gens en majorité à cheval ou marchant à côté, hommes, femmes et enfants numériquement en proportion normale. Ils ont avec eux de la literie et d'autre effets, de même que des chars à bœufs ou à buffles chargés de biens, des saptieh et des soldats les accompagnant en nombre suffisant, mais tout de même pas au point de menacer ces gens. Bref, tout ce que nous avons vu était parfaitement en ordre: pas trop de bruit, pas de cris et de lamentations. Ah, si les choses pouvait également se passer de la même manière chez nous. Mais ceux qui vont partir d'ici ne sont que des femmes et des enfants [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les déportés de Sivas et de Mezré/Kharpert; les préparatifs de déportation à Malatia

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : le Comité du Fonds de Secours arméno-américain a reçu deux lettres de Constantinople décrivant les horreurs auxquels sont soumis les Chrétiens arméniens de Turquie. Lettre datée du 12 juillet dit: La situation des Arméniens s'est extrêmement aggravée depuis ma dernière lettre. Ce n'est pas seulement la population arménienne de Cilicie qui a été totalement déportée et exilée dans les déserts. Les communautés arméniennes de toutes les provinces d'Arménie, d'Erzeroum, Trébizonde, Sivas, Harput, Van et Diarbekir, ainsi que de Samsun, Césarée et Urfa - une population de 1 500 000 personnes est en train de marcher aujourd'hui, le bâton de pèlerinage forcé à la main, vers les déserts Mésopotamiens, pour vivre parmi les tribus sauvages arabes et kurdes. Très peu d'entre eux vont pouvoir atteindre les lieux désignés pour leur exil, et ceux qui y arriveront vont périr de faim si un secours immédiat ne leur parvient pas."
Imprescriptible.fr : THE NEW YORK TIMES – nyt19150905 1 500 000 Arméniens meurent de faim

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : le sort des sœurs dominicaines de Séert préoccupe au premier chef le frère Simon, d'autant que plusieurs sont originaires de Mardin. Il s'agit des six sœurs tertiaires « indigènes », donc restées après le départ des pères français de la mission de Séert – la seule survivante est la sœur Wareina, réfugiée à Saint-Ephrem. La supérieure, sœur Suzanne Kahka, soixante-trois ans, fondatrice de la maison de Séert, part avec le convoi du 12 juillet. Elle tombe, épuisée, après trois jours de marche. Peu après, elle est dépouillée de ses vêtements par les miliciens convoyeurs et tuée d'une balle en plein cœur. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Des informations sur les massacres de Séert parviennent à Mardin

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : les mesures politiques et disciplinaires adoptées contre les Arméniens ne doivent absolument pas être étendues aux autres chrétiens, étant donné que de pareils actes peuvent créer une très mauvaise impression sur l'opinion publique. Nous vous ordonnons de mettre une fin immédiate à ces actes qui peuvent menacer à tort et à travers la vie d'autres chrétiens. Tenez nous au courant de l'état actuel des choses. Ministre de l'Intérieur, le 12 juillet 1915 ». Ce document est daté du 12 juillet, donc un mois après l'amnistie accordée aux survivants du deuxième convoi. Mais il prouve deux choses : que le ministère de l'Intérieur n'a pas ordonné la suppression de tous les chrétiens, mais des seuls Arméniens - même s'il emploie pour en parler un euphémisme, « les mesures politiques et disciplinaires adoptées contre les Arméniens » ; que le massacre de 2 000 chrétiens de Mardin est tenu comme un fait acquis à cette date par le gouvernement. Il faut ajouter que, publié en 2001 dans un ouvrage turc officiel, il vaut aveu de ces crimes. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Juin 1915. Le massacre des hommes de Mardin

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : Rapport du 12 juillet 1915 au Chancelier Prince Hohenlohe - Langenburg (1863-1950) Il remplace en tant qu'ambassadeur, au mois d'août, Wangenheim alors malade. « Le massacre systématique de la population arménienne déportée de chez elle a pris une telle ampleur ces dernières semaines, qu'une nouvelle action diplomatique énergique de notre part s'impose contre ces agissements déréglés, qui ne sont pas seulement tolérés par le gouvernement, mais ouvertement ordonnés... »
Imprescriptible.fr : Citations de Diplomates en poste lors du génocide

12 juillet 1915 -- Empire ottoman : Agence Télégr. Wolff (non officiel), Constantinople, le 12 juillet 1915. Il répond à un article de la Gazette de Lausanne du 19 juin dans lequel on affirmait que « le Gouvernement ottoman couvrait de sa protection les excès commis contre les Arméniens vivant en Turquie, et que ces excès consistaient souvent en massacres ». Le même article affirme que 50.000 Arméniens prennent part à la guerre et, parmi eux, 10.000 volontaires qui sont du coté russe et offrent leur sang pour la cause des Alliés. L'Agence télégraphique turque Milli fait là-dessus la déclaration suivante : « Nous croyons inutile de démentir de telles absurdités ; nous demandons seulement comment les journaux ennemis qualifieraient la manière d'agir de leurs compatriotes qui se lèveraient contre leur patrie, passeraient à l'ennemi et combattraient leurs frères, restés dans les armées de leur patrie. C'est le cas de ces Arméniens, qui sont célébrés comme des héros et des martyrs, tandis que ce sont eux-mêmes qui sont la cause et les instruments des crimes cruels qui sont commis par eux contre leurs frères en religion, contre la population musulmane de nos provinces orientales. Le Gouvernement ottoman procède avec la plus grande prudence pour punir tous les coupables suivant la loi et étend sa protection bienveillante sur tous les honnêtes et paisibles citoyens vivant en Turquie et dont un grand nombre combat dans les rangs de l'armée turque. Nous affirmons avec un profond mépris que toutes les armes sont bonnes à nos cyniques ennemis. Ils ont la bassesse de nous attribuer, en renversant les faits, les crimes que commettent tous les jours les Russes dans le Caucase et la Perse. »
Imprescriptible.fr : L'explication turque.

12 juillet 1915 -- Empire ottoman/Syrie : « A Deir-ez-Zor, grande ville, dans le désert, à la distance de six jours de voyage d'Alep, nous trouvâmes le grand khan tout rempli. (Ainsi écrit une missionnaire allemande, Mlle L. Mohring, en date du 12 juillet 1915), Toutes les places disponibles, les toits et les vérandahs étaient occupés par des Arméniens. Des femmes et des enfants surtout, mais aussi un certain nombre d'hommes se blottissaient sur leurs couvertures, partout où ils pouvaient trouver un peu d'ombre. Aussitôt que j'appris que c'étaient des Arméniens, j'avançai pour leur parler. C'étaient les gens de Fournouz, de la région de Zeïtoun et de Marach qui, parqués là, sur une place si restreinte, offraient un spectacle extrêmement triste. Je demandai des nouvelles des enfants de nos orphelinats et on m'amena une élève de soeur Béatrice Rohner, Martha Karakascian.
Imprescriptible.fr : Le sort des déportés.

12 juillet 1915 -- Empire ottoman/Syrie : le gouvernement demande à tous les gouverneurs généraux de saturé le district Der-el-Zor (Deir el-Zor) et d'acheminer le reste des déportés à Kirkouk dans le nord de l'Irak, au sud d'Alep, et à l'est de la Syrie .
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

12 juillet 1915 -- Empire ottoman :Les instructions sont émises pour installer les orphelins arméniens dans les familles turques.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

12 juillet 1919 -- 127 juifs sont massacrés, de nombreux autres blessés et beaucoup de femmes et de jeunes filles juives violées lors d'un pogrome à Petchora (district de Podolie), auquel se livrent des rebelles commandés par les atamans Sokolovski et Liachovitch, alliés de l'Armée nationale ukrainienne.
Israelvivra.com

12 juillet 1938 -- Ouverture du camp de concentration de Sachsenhausen. Oranienburg-Sachsenhausen dit « Sachso » fut un camp de concentration nazi à 30 km au nord de Berlin, aujourd'hui aménagé en un musée-mémorial. Il fut libéré le 22 avril 1945, par une unité de la 47ème Armée Soviétique. Pendant l'été 1936 on abattit des arbres et on érigea une baraque en bois au milieu de la forêt d'Oranienbourg, sur le territoire de Sachsenhausen. Le 12 juillet 1938, les 50 premiers prisonniers en provenance d'Esterwegen arrivèrent et furent immédiatement mis au travail pour la construction de ce qui allait devenir le camp de concentration de Sachsenhausen (K.Z. Sachsenhausen). Dès août et septembre 1938, 900 autres prisonniers furent transférés d'Esterwegen à Sachsenhausen pour travailler à la construction du camp. Très peu d'entre eux survécurent au rythme de travail infernal imposé par les SS. Fin septembre, les premiers prisonniers politiques arrivèrent au camp. Outre les baraques destinées aux prisonniers, le camp comprenait des bâtiments en pierre destinés aux SS ainsi qu'une véritable complexe industriel destinée à employer la main-d'oeuvre gratuite fournie par le camp. Avant la guerre, la plupart des prisonniers étaient des allemands communistes ou juifs. C'est ainsi qu'après la "Nuit de Cristal", plus de 1800 juifs furent enfermés à Sachsenhausen et massacrés peu après. En septembre 1939, des milliers de communistes, sociaux-démocrates et dirigeants ouvriers furent arrêtés. Près de 500 d'entre eux furent envoyés à Sachsenhausen, de même que 900 juifs. Fin septembre 1939, il y avait 8.384 prisonniers dans le camp. Dès novembre, ce nombre passa à 11.311 prisonniers. C'est à cette époque qu'une première épidémie de typhus se déclara. Suite au refus des SS de donner le moindre soins aux malades, les prisonniers commencèrent à mourir en masse. Jusqu'en avril 1940, date à laquelle le premier crématoire du camp fut construit, les morts étaient transférés au crématoire de Berlin situé à 35 km du camp.
Jusqu'au milieu de 1943, on exécutait les gens en les abattant ou en les pendant. Pour l'exécution en masse des prisonniers de guerre russes, on avait aménagé une pièce spéciale en cabinet médical. Dans cette chambre se trouvait un appareil pour mesurer la taille d'un homme et une table pour examiner l'acuité visuelle. Il y avait également des SS habillés en médecins avec des blouses blanches. En mesurant soit-disant la taille du prisonnier, celui-ci était abattu d'une balle dans la nuque, tirée à travers une ouverture pratiquée dans l'appareil de mesure. Dans la chambre se trouvant derrière cet appareil, on jouait des disques afin de couvrir le bruit des coups de feu. (Extrait du procès d'Anton Kaindl,
ancien commandant de camp de Sachsenhausen)
Jewishgen.org

12 juillet 1940 -- Les sionistes de Leova (sud-ouest de la R.S.S. de Moldavie) sont arrêtés par les autorités soviétiques et envoyés en Sibérie.
Israelvivra.com

12 juillet 1941 -- A Minsk (R.S.S. de Biélorussie), les nazis créent un ghetto et les juifs doivent porter un signe distinctif.
Plusieurs dizaines de juifs sont fusillés par les Allemands qui atteignent Lida (R.S.S. de Lituanie).
300 juifs environ sont fusillés dans le village de Malyuny, près de Vileyky (R.S.S. de Biélorussie).
Plusieurs centaines de femmes et de jeunes filles juives sont enlevées de leur domicile, violées puis fusillées par les SS durant la nuit à Khotin (Hotin, Bessarabie).
12 intellectuels juifs de Rozana (district de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés par les SS, entrés dans la ville deux semaines auparavant.
Des juifs habitent la ville depuis le début du XVIIe siècle. Au cours de son histoire, Rozana appartint à la Lituanie, à la Pologne, puis à l'Union soviétique. Lors de l'invasion allemande, la communauté juive compte 3 500 membres.
Le jour du sabbat, 3 000 juifs de Bialystok sont arrêtés par les SS, qui les conduisent hors de la ville et les fusillent. Leurs veuves sont connues désormais comme les « veuves du sabbat ». Un ghetto est alors créé à Bialystok, où l'on enferme également tous les juifs des environs, soit un total de 50 000 personnes.
Israelvivra.com

12 juillet 1942 -- 5 000 juifs quittent le ghetto de Rovno (province de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine) pour Yanova Dolina, où ils sont tués par les SS. Certains parviennent à fuir dans la forêt, mais seul un petit nombre survivra.
Israelvivra.com

12 juillet 1942 -- Théo Dannecker, chef du Service des Affaires Juives de la Gestapo en France, demande l'arrestation de tous les Juifs de la zone occupée.
ajpn

12 juillet 1944 -- 8 000 Juifs sont pris du ghetto de Kovno à Strutthof.
ajpn

12 juillet 1973 -- Violents bombardements aériens américains contre les Khmers rouges : combats autour de Phnom Penh.
Wikipedia

12 juillet 2006 -- Turquie : Hrant Dink a été condamné en appel, le 12 juillet 2006, à six mois de prison avec sursis pour une chronique publiée dans son hebdomadaire Agos le 13 février 2004. Il été reconnu coupable d'« insulte à l'identité turque » en vertu de l'article 301 du code pénal. Le directeur de la publication de ce journal avait notamment appelé les Arméniens « à se tourner maintenant vers le sang neuf de l'Arménie indépendante ». Fethiye cetin, l'une des avocates du journaliste contactée par Reporters sans frontières, a affirmé qu'elle attendait de recevoir la décision de justice pour faire appel devant la Cour européenne des droits de l'homme.
RSF

12 juillet 2008 -- France : publication du N°451 du périodique « Achkhar N°451 - 12 JUILLET 2008». Au sommaire : « Ragip Zarakolu, victime de son engagement pour le génocide arménien ». Extrait : « Ragip Zarakolu, journaliste, éditeur et cofondateur de l'Association des droits de l'homme en Turquie, a été condamné ce 17 juin 2008 à cinq mois de prison pour « insulte aux institutions de la République turque » en vertu de l'article 301 du code pénal turc. Son crime, la publication en turc de l'ouvrage du Britannique George Jerjian, The Truth Will Set us Free traitant du génocide des Arméniens de 1915.
Imprescriptible.fr : Achkhar N°451 • 12 JUILLET 2008

12 juillet 2010 -- La Cour pénale internationale délivre un nouveau mandat d'arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir pour des chefs de génocide au Darfour.
Yahoo !


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org