Aujourd'hui : Mercredi, 15 août 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 13 juillet
Publié le : 13-07-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende: 13 juillet 1878 -- Traité de Berlin : il est signé le 13 juillet 1878, en clôture du Congrès de Berlin, qui réunissait depuis un mois les représentants et diplomates de plusieurs pays d'Europe sous la présidence d'Otto von Bismarck, chancelier de l'Empire allemand . Les délégués des six grandes puissances (Allemagne, Autriche-Hongrie, France, Grande-Bretagne, Italie et Russie) sont, en principe, chargés de résoudre nombre de problèmes liés à la question d'Orient. Concernant les Arméniens, l'article XVI du traité préliminaire de paix de San Stefano, prévoyant comme garantie, jusqu'à la mise en oeuvre effective des réformes promises, la présence de troupes russes en Arménie turque, fut remplacé par l'article LXI du traité de Berlin.

Photo: Le congrès de Berlin (peinture de Werner, Hôtel de Ville de Berlin).


Ça s’est passé un 13 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


13 juillet 1287 -- 19 juifs sont tués à Kobern, sur la Moselle (Allemagne), par la population chrétienne, à la suite d'une accusation de meurtre rituel portée contre les juifs d'Oberwesel, dont la victime devient connue sous le nom du « bon Werner ».
Israelvivra.com

13 juillet 1564 -- Une jeune chrétienne, domestique d'un fermier des impôts juif, riche et jalousé, est découverte morte à Brest-Litovsk (Pologne). Le juif Abramovitch, un autre domestique, est accusé de meurtre rituel. Il est torturé puis exécuté le 13 juillet à Bielsk (Lituanie).
Israelvivra.com

13 juillet 1822 -- Les Grecs battent les Ottomans au Défilé des Thermopyles.
Yahoo !

13 juillet 1878 -- Traité de Berlin : il est signé le 13 juillet 1878, en clôture du Congrès de Berlin, qui réunissait depuis un mois les représentants et diplomates de plusieurs pays d'Europe sous la présidence d'Otto von Bismarck, chancelier de l'Empire allemand . Les délégués des six grandes puissances (Allemagne, Autriche-Hongrie, France, Grande-Bretagne, Italie et Russie) sont, en principe, chargés de résoudre nombre de problèmes liés à la question d'Orient. Mais ils apparaissent plutôt préoccupés de faire aboutir les «visées égoïstes des Etats qu'ils représentent». Compromis équivoque s'il en fut, le traité de Berlin n'assure en définitive qu'une paix fragile, aucune des questions orientales n'ayant pu y être réglée d'une manière définitive, à défaut d'être rationnelle. Concernant les Arméniens, l'article XVI du traité préliminaire de paix de San Stefano, prévoyant comme garantie, jusqu'à la mise en oeuvre effective des réformes promises, la présence de troupes russes en Arménie turque, fut remplacé par l'article LXI du traité de Berlin, rédigé comme suit:
«La Sublime Porte s'engage à réaliser sans plus de retard les améliorations et les réformes qu'exigent les besoins locaux dans les provinces habitées par les Arméniens et à garantir leur sécurité contre les Circassiens et les Kurdes. Elle donnera connaissance périodiquement des mesures prises à cet effet aux Puissances qui en surveilleront l'application». L'article 61 ne reçut même pas un commencement d'exécution. Le Sultan Abdul-Hamid, qui avait conçu le plan de relever et de fortifier l'Empire turc, non pas par les réformes, mais par l'affaiblissement, voire même par l'extermination des races allogènes, décida de rendre sans objet les interventions d'humanité futures en faveur de l'Arménie, dont le menaçait le traité de Berlin.
****Otto von Bismarck modifie le traité de San Stefano que le Royaume-Uni et l'Empire austro-hongrois contestaient. Le traité de Berlin ne prévoit aucune cession majeure de territoires arméniens à la Russie. L'article 16 est transformé en article 61 qui stipule un simple engagement de la Turquie à procéder à des réformes. Celui-ci constitue néanmoins la première consécration officielle de la question arménienne.
**** les puissances européennes de l'époque redessinent les frontières dans les Balkans, la Serbie et le Monténégro deviennent complètement indépendants de l'Empire ottoman.
Imprescriptible.fr : Chronologie sommaire du génocide arménien
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)
Wikipedia
Imprescriptible.fr : L'intervention d'Humanité dans la question arménienne

13 juillet 1908 -- Empire ottoman : La Constitution de 1876, quelque peu vieillie, donne un nouveau visage à la société ottomane, désormais régie par la souveraineté populaire. Trop longtemps écarté des affaires de l'Etat, le peuple devient la source du pouvoir pour le CUP et la FRA qui ont la difficile tâche d'inculquer des notions de sens civique à une mosaïque de populations sans culture démocratique. La séparation des pouvoirs, garantie par la Constitution, permet au processus démocratique de s'enclencher. La modernité ottomane trouve ses racines dans cette profusion de concepts nouveaux, mais pas nécessairement populaires, comme le parlementarisme et la laïcité. Profitant de la dynamique «révolutionnaire», le CUP s'appuie sur sa déclaration du 13 juillet 1908, adressée aux gouvernements étrangers, dans laquelle il appelle à «renoncer à répandre le sang» et à «l'égalité entre les peuples et les religions de l'empire». L'égalité entre les peuples et la laïcisation des mœurs provoquent cependant une première fissure au sein de la classe politique ottomane. L'opinion publique reste en effet plus attachée à ses idéaux religieux qu'aux discours progressistes; les chefs religieux et leurs fidèles se méfient des Ittihadistes, soupçonnés d'être de mauvais musulmans.
Imprescriptible.fr : Les relations entre le Comité Union et Progrès et la Fédération Révolutionnaire Arménienne à la veille de la Premiere Guerre mondiale d'après les sources arméniennes

13 juillet 1909 -- Empire ottoman : le Shah Mohammed Ali fut déposé et remplacé par son fils, Ahmed, âgé de 12 ans qui devait être le dernier souverain de la dynastie Qadjar (1909-1925). En 1910, à la mort de Monseigneur Lesné, le Saint-Siège nomma Mgr Sontag délégué apostolique pour les Orientaux et archevêque latin d'Ispahan, à 41 ans. Il fut sacré à Paris le 28 août 1910. A son retour, il préféra résider à Ourmiah parmi les Assyro-Chaldéens. En 1911, la famine causa des troubles et les Russes avaient commencé à occuper l'Azerbaïdjan persan (Tabriz) incluant les districts assyro-chaldéens de Salamas et d'Ourmiah. Il vint en France en 1914 pour l'assemblée générale. A son retour, ce fut le début du calvaire pour les chrétiens assyro-chaldéens qui seront massacrés par les Turcs et les Kurdes.
Imprescriptible.fr : Un Français Alsacien martyr pour les Assyro-Chaldéens : Monseigneur Sontag

13 juillet 1909 -- Empire ottoman : Repris dans Azadamard, n° 18, daté du 13 juillet 1909, p. 3. « La réponse de Babikian à la question suivante, concernant le nombre de victimes et la proportion « des musulmans et des non musulmans », est d’autant plus intéressante qu’elle fait pour la première fois allusion aux statistiques établies par le nouveau vali Zihni, rendues publiques bien plus tard, évaluant à un peu plus de 20 000, dont 620 musulmans, le total des morts. La dernière question concerne une autre affaire qui a prêté à controverse : la blessure reçue au bras par le consul anglais d’Adana que les autorités locales ont présentée comme un exemple de l’attitude criminelle des Arméniens. Voici ce qu’en dit Babikian : — J’ai personnellement interrogé le consul sur ce point et il m’a raconté ceci : « Les troubles venaient de commencer ; la terreur régnait partout ; je suis sorti dans la rue ; j’ai vu quelqu’un qui, par son regard, son comportement et ses faits et gestes donnait l’apparence d’être devenu complètement fou, et courait dans ma direction. Il fuyait. J’ai voulu aller vers lui pour lui demander ce qui se passait. Le fuyard a interprété mon mouvement comme révélateur d’une mauvaise intention de ma part et il a vidé son revolver sur moi et s’est enfui. Il faut aussi noter que Tasviri Efkiar fit peu après une interview de Faïk bey, dans laquelle il affirme que ces événements ne sont pas le fait des milieux réactionnaires, mais dûs à « l’ignorance des populations musulmanes et chrétiennes locales ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La gestion politique des massacres de Cilicie par le pouvoir ottoman

13 juillet 1915 -- Empire ottoman/Mardin : à partir du 13 juillet, Memdouh convoque les femmes de ces notables et leur propose de sauver leur vie et celle de leur famille en versant au « gouvernement » – en fait, à lui et ses complices – une rançon qu’il a fixé, avec l’accord de Bedreddine, à 1 000 livres turques. Après négociations, le prix est abaissé à 750 livres turques – soit à 17 500 francs français. Pour les autres familles, le chiffre est négocié entre 300 et 700 livres turques. Pendant trois jours, les dames paient et continuent à payer, car Memdouh revient à la charge le lendemain en expliquant que des complications sont survenues, mais qu’il parviendra à arranger les choses si elles continuent à verser telle somme. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Liquidation des Arméniens de Mardin

13 juillet 1915 -- Empire ottoman/ DJÉBEL-MOUSSA: les villages situés sur les pentes Méridionales et Orientales de Djébel-Moussa appartiennent administrativement au Vilayet d'Alep et, comme pour les autres localités arméniennes de cette province, ils ne reçurent l'ordre de déportation qu'à une date relativement tardive, le 13 juillet.
Imprescriptible.fr : DJÉBEL-MOUSSA

13 juillet 1915 -- Empire ottoman/ DJÉBEL-MOUSSA: après les premières menaces des Turcs, le 13 juillet, nous avions eu huit jours de pourparlers et de préparatifs ; nous nous étions défendus sur la montagne de Moussa-Dagh pendant cinquante-trois jours et nous arrivâmes à Port-Saïd après un voyage de deux jours. Nous n'oublions pas que notre Sauveur fut amené, dans son enfance, en Egypte, pour sa sûreté. Et les frères de Joseph n'ont pas pu être plus reconnaissants que nous ne le sommes pour le blé, qui nous est fourni.
***** L'ordre gouvernemental avait été émis le 13 juillet. Les huit jours de grâce étaient presque écoulés et nous nous doutions bien que les Turcs avaient découvert nos mouvements. Toute la plaine d'Antioche est peuplée de Turcs et d'Arabes et il y a toujours une forte garnison dans les casernes d'Antioche.
Imprescriptible.fr : Djébel-Moussa. — La défense de la montagne et sauvetage des défenseurs par l'escadre française. Récit d'un témoin oculaire, le Rév. Dikran Andréassian, pasteur de l'église protestante arménienne de Zeïtoun.

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: Consulat impérial d'Alep, le 27 juillet 1915 [extrait]. La Norddeutsche Allgemeine Zeitung a publié le 13 juillet dans son numéro 192, première édition, une déclaration de l'agence télégraphique (officieuse) ottomane «Agence Milli», protestant contre les affirmations de La Gazette de Lausanne selon lesquelles le gouvernement ottoman couvrirait de sa protection les excès commis contre les Arméniens qui vivent en Turquie, et que, bien souvent, ces « excès » ne seraient ni plus ni moins que des massacres. Il y a, hélas, beaucoup à dire à l'appui de ces affirmations de La Gazette de Lausanne.Au moment où le démenti a été publié, j'avais déjà rédigé mon rapport télégraphique sur les massacres de Tell Ermen, pour lesquels il existe des témoignages exceptionnellement solides. Il est prouvé que cette tuerie, si elle est le fait d'éléments kurdes, n'en a pas moins eu lieu en présence des forces armées du gouvernement turc et, probablement, avec leur participation active. Source : J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.
Imprescriptible.fr : Le génocide arménien dans les Archives allemandes

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: le mois sacré des musulmans le ramadan commence. Pendant tout ce mois les massacres et les assassinats se produisent de la plus grande ampleur dans toutes les provinces de la Turquie.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: le dernier convoi, contenant tous les Arméniens restant dans la ville, quitte Kharpout.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: les 7, 8 et 9 juillet, des convois arrivent de nuit à Mardin. Ce sont des femmes de notables, venues de Kharpout et de Diarbékir. Elles voyagent en voiture, ont des bagages et le nécessaire pour un long trajet. Elles espèrent parvenir à Mossoul où elles croient rejoindre leurs maris. Elles représentent une aubaine pour Memdouh, qui fait main basse sur leur argent et leurs objets précieux et les dirige de nuit vers Mossoul qu’elles n’atteignent jamais ! Le convoi de 510 femmes de notables de Diarbékir est tué le 13 juillet à Dara.
Imprescriptible.fr : Les convois de déportés des provinces orientales

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: Zaven, patriarche arménien de Constantinople, refuse d'une audience avec Talaat.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

13 juillet 1915 -- Empire ottoman: de son côté la Légation de Grèce à Constantinople rapporte en date du 13 juillet 1915 (rapport n° 4099 ; Archives n° 7981) que « la condition des soldats chrétiens est vraiment lamentable : recevant une maigre nourriture, ils risquent de mourir de faim. Sous prétexte de manque de confiance, il a été décidé de former des bataillons de travail pour construire des routes, etc. A Tcholou il y a 3.000 soldats chrétiens qui ne reçoivent chacun par jour qu'un demi biscuit. Les soldats chrétiens originaires de Magara, qui travaillent dans une carrière, n'ont reçu durant quatre jours qu'une ration de légumes. Ils sont souvent employés chez les Turcs dans des travaux privés ». Les persécution antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne. D'après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires.
Imprescriptible.fr : Les Persécutions antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne

13 juillet 1916 -- Empire ottoman /Note sur « le double jeu en Arménie de l'Allemagne, qui veut être à la fois protectrice des chrétiens d'Orient, et alliée des Turcs qui les massacrent. » Dépêche n° 3407-10/11. Paris, 11 juillet 1916. (Reçu : Cabinet, 12 juillet ; Direction politique, 13 juillet). « Les massacres d'Arméniens, qui ont précédé l'avance russe de l'autre côté du Caucase, ont soulevé un juste mouvement d'indignation contre les Turcs, auteurs de ces atrocités ; maintes voix ont associé l'Allemagne et la Turquie, dans leur réprobation : La Missionary Review de New York en particulier s'est élevée très vivement contre le gouvernement allemand, l'accusant sinon d'avoir organisé les massacres, du moins de les avoir favorisés par un silence qui valait une approbation. Les missionnaires, comme le gouvernement allemand, ont paru très touchés par ces inculpations. L'empereur, s'il est l'allié de la Turquie, aime à se donner comme le protecteur des chrétiens en Orient. Il fallait donc, pour soutenir ce rôle, montrer qu'on ne se désintéressait pas des Arméniens, mais il fallait ne pas pousser le zèle jusqu'à s'immiscer dans la politique intérieure de la Turquie. La diplomatie allemande s'est tirée assez habilement de la difficulté. Pour plaire aux Turcs, elle a essayé de jeter le discrédit sur les Arméniens, en distinguant parmi eux un élément révolutionnaire et en le rendant seul responsable du massacre ; elle a réédité à cet effet et tiré à un grand nombre d'exemplaires un rapport du général Mayevski, ancien consul général de Russie à Van, puis à Erzeroum, où le parti violent, encouragé par l'appui de l'Angleterre, est donné comme ayant motivé par ses excès les représailles turques.
Imprescriptible.fr : Archives française

13 juillet 1919 -- Empire ottoman/Cilicie : en mai 1918, les deux premiers bataillons furent transportés en égypte, au camp de Ferry Post, près d’Ismaïlia, tandis que le 3e bataillon et les compagnies de dépôt sous les ordres du commandant Chesnet restèrent à Chypre. Du 10 au 13 juillet, la Légion d’Orient rejoignit le détachement français à Medjel (Palestine), en arrière du front britannique. Le général Allenby procéda à une inspection de l’instruction, au cours de manœuvres combinées, et décida l’entrée en ligne du D.F.P.S., fort de 5 000 hommes. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie(1916-1921)

13 juillet 1919 -- Les juifs sont fouettés et les femmes juives sauvagement violées quand le régiment de Bratzlav se livre à un pogrome à Borivka (district de Podolie).
3 juifs sont tués lors d'un pogrome de deux jours à Rchichtchev (district de Kiev), exécuté par des unités commandées par Zeleny. 80 juifs sont massacrés et 100 blessés dans le pogrome de Bratzlav (Podolie), déclenché par les atamans Liachovitch, Sokolov et Gromov, tous liés à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
Israelvivra.com

13 juillet 1941 -- Les nationalistes ukrainiens et les nazis attaquent les juifs de Monasterzyska (district de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) et les assassinent.
Les juifs ont vécu dans cette ville à partir du milieu du XVIIIe siècle. Lors de l'invasion allemande, ils sont au nombre de 3 000.
Israelvivra.com

13 juillet 1942 -- Les SS fusillent 1 500 juifs dans le village de Josefov (Pologne).
3 000 juifs sont déportés de Kubin (district de Lodz, Pologne) au camp d'extermination de Maïdanek.
La Gestapo fusille une douzaine de juifs dans le camp de travail forcé d'Otoczna (district de Wrzesnia, Pologne).
Israelvivra.com

13 juillet 1943 -- 300 juifs sont assassinés par les SS à Bolekhov (R.S.S. d'Ukraine).
1 988 internés juifs quittent le camp de regroupement de Westerbork pour le camp d'extermination de Sobibor.
Israelvivra.com

13 juillet 1990 -- France : en 1990, la législation française a été complétée par la loi n° 90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, dite « loi Gayssot ».
Assemblée Nationale

13 juillet 2010 -- Turquie : le Haut Conseil de l’audiovisuel turc (RTÜK), sanctionne la chaîne de télévision privée Habertürk.
Au moment où le Comité des Affaires Extérieures de la Chambre des Représentants des Etats-Unis adoptait une résolution reconnaissant le terme de « génocide » pour qualifier les massacres d’Arméniens de 1915, la chaîne menait un débat autour de la question. L’émission « Tête à tête » du 9 mars dernier a opposé Yusuf Halaçoglu, l’ancien président de l’Institut turc d’Histoire (TTK), et Sevan Nisanyan, journaliste d’origine arménienne. Ce sont les propos tenus par ce dernier qui ont déplu au Haut Conseil de l’audiovisuel. Afin de sanctionner la chaîne de télévision, le RTÜK a décidé que celle-ci ne pourrait diffuser l’émission incriminée qu’après le 13 juillet. Cette décision, prise le 16 juin, n’a été rendue publique que le 24. En lieu et place de l’émission interdite, la chaîne devra, en attendant, diffuser une émission choisie par le RTÜK.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org