Aujourd'hui : Lundi, 13 juillet 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : payer pour nier
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le mois dernier, lors d’une conférence à la Glendale Public Librairy, le professeur Taner Akcam a révélé qu'une source confidentielle à Istanbul l'avait informé du plan du gouvernement turc de soudoyer des chercheurs américains pour qu’ils nient le génocide arménien. Cette révélation a fait l’effet d’une bombe. Le Dr. Akcam a été informé à titre privé qu’un professeur américain avait fait la recommandation suivante aux officiels turcs : "Ce que vous devez faire, c’est dénigrer toutes les revendications de génocide ; vous devez créer le doute en écrivant des ouvrages universitaires qui éveilleront ce doute." Le Collectif VAN vous livre la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans le California Courier le 14 juillet 2011.




Le professeur Akcam révèle le plan turc de payer des chercheurs pour nier le génocide arménien

De Harut Sassounian
Publié par The California Courier
Editorial de Sassounian du 14 juillet 2011

Le mois dernier, lors d’une conférence à la Glendale Public Librairy, le professeur Taner Akcam a révélé qu'une source confidentielle à Istanbul l'avait informé du plan du gouvernement turc de soudoyer des chercheurs américains pour qu’ils nient le génocide arménien. Cette révélation a fait l’effet d’une bombe.

Le Dr. Akcam, détenteur de la chaire Kaloosdian/Mugar des Études sur le génocide arménien à l’université Clark de Worcester, Massachussetts, a déclaré que : "Le gouvernement turc poursuit une politique très agressive et systématique aux États-Unis" en essayant de mettre en doute la véracité du génocide arménien. Le grand plan d'Ankara est de faire en sorte que les déclarations négationnistes turques soient tout aussi acceptables que la conviction que les événements de 1915 constituent un génocide. De plus, en intentant une série de procès devant des cours américaines, la Turquie et ses mandataires tentent de faire passer toute critique des chercheurs négationnistes et l'exclusion des documents révisionnistes des programmes universitaires pour une suppression "de la liberté d'enseignement."

Le professeur Akcam, l’un des premiers chercheurs turcs à avoir reconnu le génocide arménien, a relaté à son public que lors de sa visite à Istanbul en décembre dernier, il avait eu une conversation privée avec une personne qui possédait des "informations privilégiées" quant aux activités du ministère turc des Affaires étrangères aux États-Unis sur le sujet du génocide arménien. La source confidentielle du Dr. Akcam lui a dit que dans les années 2004-2005, un professeur d’une université américaine avait rencontré "des autorités liées au ministère turc des Affaires étrangères." Lors de cette rencontre, le professeur a dit à ses hôtes turcs que : "La Turquie n'a pas de programme systématique au niveau universitaire pouvant contrer les revendications de génocide arménien" et que "la revendication de génocide est bien établie à présent, leur disant également qu’ils ne peuvent pas faire "grand chose" s’ils essaient d’attaquer ce sujet de front."

Le Dr. Akcam a été informé à titre privé que le professeur américain avait fait la recommandation suivante aux officiels turcs : "Ce que vous devez faire, c’est dénigrer toutes les revendications de génocide ; vous devez créer le doute en écrivant des ouvrages universitaires qui éveilleront ce doute." Le Dr. Akcam a interprété ces paroles comme signifiant "qu’en produisant et en encourageant de nouveaux travaux universitaires" les chercheurs américains pourraient "normaliser l'idée que 1915 n'était pas un génocide, exactement comme la conviction que c'était un génocide a été acceptée."

S’il l’on présume généralement que le gouvernement turc alloue des primes financières aux chercheurs du monde entier pour qu’ils publient des articles et des livres niant le génocide arménien, c'est la première fois qu'un Turc bien informé confirme ces suppositions. La source confidentielle a déclaré à Taner Akcam que le ministère turc des Affaires étrangères avait accepté la proposition du chercheur américain et "avait transféré de vastes sommes d'argent aux États-Unis." L'informateur a révélé à Taner Akcam les noms des universitaires américains qui ont reçu des fonds pour écrire des livres niant le génocide arménien et il a annoncé : "Il existe des documents signés de leur main et ces reçus sont désormais dans les fichiers des archives du ministère des Affaires étrangères."

Lors de sa conférence, le Dr. Akcam a déclaré qu'il ne voulait pas "que tout chercheur américain soit en butte aux soupçons." Cependant, quand il a relié les informations reçues de sa source d'Istanbul à certaines publications récentes, "une image inquiétante apparaît en ce qui concerne la recherche sur le génocide arménien."

Le Dr. Akcam s’est ensuite référé au récent ouvrage de Michael Gunter "L’histoire arménienne et la question du génocide" comme un possible "exemple de cette approche." Le site Internet de l’éditeur du livre, Palgrave Macmillan, a indiqué : "Bien que jusqu’à 600°000 d’entre eux [les Arméniens] aient péri lors de la Première guerre mondiale, ce n’était ni une politique préméditée perpétrée par le gouvernement turc ottoman ni un événement mis en œuvre unilatéralement sans raison. Bien sûr, cela n’excuse en rien les horrible excès qui ont été commis."

Le professeur Akcam a d’autre part fait remarquer que quatre universitaire -- Hakan Yavuz de l’université Utah, Guenter Lewy de l’université Massachusetts, Jeremy Salt de l’université Bilkent à Ankara, et Edward J. Ericson du Marine Corps Command & Staff College, Virginie – qui ont tous loué le livre de Gunter, "sont bien connus pour leurs positions et leurs travaux négationnistes concernant le génocide de 1915." Bien que le professeur Akcam n’aient pas souhaité émettre "une accusation contre l’auteur du livre" il a déclaré : "Les ressemblances étranges entre ce que l'on m'a dit de manière confidentielle à Istanbul et ce qui apparaît sur la jaquette de ce livre m'ont donné à réfléchir, c'est tout."

Personne ne doit accuser les chercheurs de recevoir des fonds du gouvernement turc ou de ses mandataires sans avoir de solides preuves, mais ce serait très instructif si l’un de ces auteurs révélait volontairement s’ils ont été financés par des sources turques !


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 14 juillet 2011 – 10:30 – www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org