Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 18 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



LĂ©gende : 5 au 18 juillet 1915 -- Empire ottoman/Sıvas : 5 850 familles armĂ©niennes de Sıvas sont dĂ©portĂ©es en quatorze convois, entre le lundi 5 juillet et le dimanche 18, au rythme dÂ’un dĂ©part par jour, avec en moyenne quatre cents foyers par caravane. Les dĂ©portations se font suivant la ligne Sıvas, Tecirhan, Magara, Kangal, Alacahan, Kötihan, Hasançelebi, Hekimhan, Hasanbadrig, Aruzi Yazi, le pont de Kırk Göz, Fırıncilar, Zeydag, Gergerdag (les monts de Kanlı Dere, oĂą officiaient les chefs kurdes de la tribu des Resvan, Zeynel bey et Haci Bedri aga), avant de sÂ’orienter vers Adiyaman, Samsat, puis de traverser lÂ’Euphrate au niveau de Gözen, pour prendre la route de Suruc, Urfa, Veran Sehir, Ras ul-Ayn, voire celle de Mosul, ou encore celle de Bab, Mumbuc, pour arriver Ă  Alep.

Photo: Déportation des Arménien, Convoi de chariots



Ça s’est passé un 18 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


18 juillet 1290 -- Le roi Edouard 1er ordonne l'expulsion de tous les juifs du territoire anglais avant le 1er novembre de cette année. Par la suite, tout juif trouvé sur ses territoires sera passible de mort.
Israelvivra.com

18 juillet 1822 -- Les Ottomans envahissent la Grèce: après avoir occupé la péninsule au nord du golfe de Corinthe, ils sont contraints de se replier.
Yahoo !

18 juillet 1840 -- La Quadruple alliance (Russie, Grande-Bretagne, Prusse et Autriche) soutient l'empire ottoman tout en garantissant par traité l'Egypte et le sud de la Syrie à Mehmet Ali.
Yahoo !

18 juillet 1901 -- Empire ottoman : dépêche n° 13 du 18 juillet 1901 ( S. de Courtois, mém. cit., p. 111). Les deux tribus les plus incontrôlables sont celles des Kautcher commandés par Mustapha Pacha de Djezireh, et celle des Milli dont le chef est Ibrahim Pacha. Celui-ci est « aujourd’hui le plus puissant de tous les chefs kurdes de cette province. Très riche, intelligent, rusé et surtout protégé par la Porte, il étend chaque jour son autorité sur les voisins pour les forcer à lui payer tribut ». Il règne sur le canton de Véranchéhir, mais, lorsqu’il veut s’étendre au canton de Sévérèk, il doit affronter la tribu hamidié des Karaketzi, commandée par Hajil bey. Celle-ci, « non contente d’avoir razzié la plus grande partie des villages des Milli et des Tourkan, reconnaissant l’autorité d’Ibrahim Pacha, a brûlé, il y a une quinzaine de jours, toutes les récoltes sur pied abandonnées par eux ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La vie quotidienne dans le sandjak de Mardin (1896-1914)

5 au 18 juillet 1915 -- Empire ottoman/Sıvas : 5 850 familles armĂ©niennes de Sıvas sont dĂ©portĂ©es en quatorze convois, entre le lundi 5 juillet et le dimanche 18, au rythme dÂ’un dĂ©part par jour, avec en moyenne quatre cents foyers par caravane. Les dĂ©portations se font suivant la ligne Sıvas, Tecirhan, Magara, Kangal, Alacahan, Kötihan, Hasançelebi, Hekimhan, Hasanbadrig, Aruzi Yazi, le pont de Kırk Göz, Fırıncilar, Zeydag, Gergerdag (les monts de Kanlı Dere, oĂą officiaient les chefs kurdes de la tribu des Resvan, Zeynel bey et Haci Bedri aga), avant de sÂ’orienter vers Adiyaman, Samsat, puis de traverser lÂ’Euphrate au niveau de Gözen, pour prendre la route de Suruc, Urfa, Veran Sehir, Ras ul-Ayn, voire celle de Mosul, ou encore celle de Bab, Mumbuc, pour arriver Ă  Alep.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :544).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : dimanche, 18 [juillet 1915], à midi — Hier soir, à 6h, nous avons observé d’Eiwa l’arrivée en provenance de la route de Sivas de deux mille personnes — d’après mes estimations —, avec des bêtes de somme et des chars à buffles, en colonne, accompagnées par des saptieh et des bachi bosuk, c’est-à-dire des soldats irréguliers. Elles ont pris le chemin rural pour arriver au champ adjacent à la route de Mezré, devant le cimetière turc qui jouxte notre terrain du nord. Khorèn prétend qu’il peut les identifier comme étant des paysans arméniens de la région de Sivas. Il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants. Nous avons pensé qu’ils allaient être rassemblés ici, et y passer la nuit, comme récemment les gens de Mezré dans la caserne et l’école, puis repartir pour Ourfa. Mais à notre très grande surprise, cette foule est repartie peu de temps après en sens inverse, c’est-à-dire en direction de Mezré,en laissant derrière eux beaucoup de literie sous la surveillance de gardes [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les déportés de Sivas et de Mezré/Kharpert; les préparatifs de déportation à Malatia

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : de retour à Mardin, Memdouh fait savoir que les dames arméniennes sont arrivées à Ras ul-Aïn, d’où elles se rendront à Alep rejoindre leurs maris. Le 18 juillet, on l’a pourtant vu revenir portant sur son cheval deux gros sacs. Memdouh a une servante arménienne. Il craint qu’elle ne soit informée des profits qu’il tire de ses extorsions et de ses meurtres. Un jour, il la charge d’aller faire une course pour lui à Diarbékir. Elle est tuée en chemin par les gendarmes qui l’escortent. Memdouh fait télégraphier de Diarbékir qu’elle est bien arrivée et salue ses amis. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Liquidation des Arméniens de Mardin

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : 18 juillet, l’amiral Bristol, représentant des États-Unis à Constantinople, envoya par télégramme une protestation directe au gouvernement d’Angora, et enfin les Hauts-Commissaires alliés, sur ordre de leurs gouvernements, adressèrent le 5 septembre un télégramme collectif à Youssef Kémal, ministre nationaliste des affaires étrangères, pour protester énergiquement contre les atrocités turques, particulièrement dans la région du Pont. Youssef Kémal, dans sa réponse, nia les affirmations figurant dans la protestation. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L’attitude kémaliste envers les Chrétiens après l’accord d’Angora

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : en réponse à leur plainte, les troupes turques attaquèrent, le 18 juillet, les Arméniens, qui se retirèrent sur de meilleures positions pour se défendre. Mais comme ils n'avaient qu'un petit nombre de gens armés et peu de munitions, ils durent finalement se retirer sur le mont Gueben. Le 20 Juillet, leurs munitions étaient épuisées, tandis que les troupes turques mettaient en position de l'artillerie contre eux. L'après-midi du 21 juillet, on donna l'ordre à tous les Arméniens de se retirer avec leurs femmes et leurs enfants dans la plaine d'Andoka, où se trouvait déjà la majeure partie de la population et des réfugiés. Ils étaient réunis là, au nombre d'environ 50.000.
Imprescriptible.fr : Vilayet de Bitlis

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : câble spĂ©cial au New York Times. LONDRES, mercredi 18 aoĂ»t. Le Daily News a reçu de Constantinople, dÂ’Aneurin Williams, M.P. une copie dÂ’une lettre envoyĂ©e Ă  Constantinople datĂ©e du 18 juillet, dĂ©crivant la dĂ©tresse terrible des ArmĂ©niens de Turquie. La lettre dit : "Nous savons avec certitude, de source sĂ»re, que les ArmĂ©niens ont Ă©tĂ© dĂ©portĂ©s en masse, de toutes les villes et tous les villages de Cilicie, dans les rĂ©gions dĂ©sertiques au sud dÂ’Alep. Les rĂ©fugiĂ©s devront traverser Ă  pied une distance exigeant des marches dÂ’un ou deux mois et mĂŞme plus. "Nous avons appris, en outre, que les routes et lÂ’Euphrate sont jonchĂ©s de cadavres des exilĂ©s, et ceux qui survivent sont destinĂ©s Ă  une mort certaine, puisquÂ’ils ne trouveront ni maison, ni travail, ni nourriture dans le dĂ©sert. CÂ’est un plan pour exterminer tout le peuple armĂ©nien. "Les cours martiales fonctionnent partout sans arrĂŞt. Douze ArmĂ©niens ont Ă©tĂ© pendus Ă  CĂ©sarĂ©e, accusĂ©s dÂ’avoir obĂ©i aux instructions reçues lors dÂ’une rĂ©union secrète Ă  Bucarest, par les associations Trochak et Huntchak. Beaucoup sont tombĂ©s sous les coups de gourdins. Treize ArmĂ©niens ont Ă©tĂ© tuĂ©s sur la route de Diarbekir et six Ă  CĂ©sarĂ©e. Treize autres ont Ă©tĂ© tuĂ©s en allant de Chabine-Karahissar Ă  Sivas. Les prĂŞtres du village de Kurk, avec leurs cinq compagnons ont subi le mĂŞme sort sur la route vers Sou-Chehrksivas, bien quÂ’ils eussent les mains ligotĂ©es. "Des centaines de femmes, de jeunes filles et mĂŞme dÂ’enfants gĂ©missent dans les prisons. Les Ă©glises et les monastères ont Ă©tĂ© pillĂ©s, profanĂ©s et dĂ©truits. Les villages autour de Van et Bitlis ont Ă©tĂ© pillĂ©s et les habitants passĂ©s par lÂ’Ă©pĂ©e. "Au dĂ©but de ce mois-ci, tous les habitants de Karahissar ont Ă©tĂ© massacrĂ©s sans pitiĂ©, exceptĂ© quelques enfants ".ARMENIANS ARE SENT TO PERISH IN DESERT
Imprescriptible.fr : Bibliothèque d'IMPRESCRIPTIBLE d'articles parus dans la presse américaine

18 juillet 1915 -- Empire ottoman : dans la région de Dersim, 3000 Arméniens ont été tués par les Turcs. Presque tous les Kurdes de Dersim avaient refusé de participer à des massacres et même ils avaient donné l’abri à de nombreux Arméniens.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

18 juillet 1919 -- Empire ottoman : [ un éditorial dans Alemdar du 18 juillet 1919, disait que : « … Notre Ministre de la Justice a ouvert les portes des prisons… Ne croyez pas que nous essayons de blâmer les Arméniens ; nous ne devons pas nous flatter en pensant que le monde est peuplé d’idiots. Nous avons pillé les propriétés des gens que nous avons déportés et massacrés ; nous avons approuvé le vol dans notre Chambre et notre Sénat… Prouvons que nous avons suffisamment d’énergie nationale pour mettre la loi en vigueur contre les chefs de ces bandes qui ont foulé au pied la justice et traîné dans la boue notre honneur et notre vie nationale ».]
Imprescriptible.fr : Aveux des ex-Officiels civils et militaires

18 juillet 1919 -- Empire ottoman : C’est la même position qu’adopte Monseigneur Tappouni dans une lettre adressée à la Commission nationale américaine sur les mandats en Turquie, le 18 juillet 1919. Il rejette la domination arabe : « Ce sont les Arabes qui, en 1915, ont contribué aux massacres d’Ourfa, de Mardin [?], de Deir-es-Zor etc. Ce sont les Arabes qui, en février 1919, ont massacré à Alep, en plein gouvernement arabe. Ce sont les Arabes qui, payés par la Turquie, ont achevé dans le désert l’extermination des chrétiens ». Il explique que tous les fonctionnaires mis en place en Syrie depuis la fin de la guerre sont les représentants locaux du Comité Union et Progrès et, comme le patriarche, il réclame le mandat exclusif de la France sur la « Syrie intégrale ». En cas de refus des Alliés, l’autre terme de l’alternative serait, explique-t-il, l’émigration. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Mardin dans le génocide arménien.

18 juillet 1919 -- 20 juifs sont massacrés quand des troupes commandées par l'ataman Chepel, lié à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, se livrent à un pogrome à Litin (province de Podolie).
Israelvivra.com

18 juillet 1941 -- 40 juifs de Vitebsk (R.S.S. de Biélorussie) sont noyés par les SS dans la rivière Dvina.
2 000 jeunes gens du ghetto d'Opatov (province de Kielce, Pologne) sont déportés vers divers camps de travail forcé. Un petit nombre parvient à se réfugier dans les forêts.
Israelvivra.com http://israelvivra.com/calendjuillet.htm#18
Israelvivra.com

18 juillet 1941 -- Le Caporal-chef G. B (13e compagnie, 42e régiment, 46e division), écrit : « Ici, la question juive a trouvé une autre solution que chez nous. Les Roumains rassemblent tous les Juifs et les fusillent sans se préoccuper de savoir si ce sont des hommes, des femmes ou des enfants. ». Cité par Walter Manoschek, « "Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs : l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944). », Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 33.
phdn

18 juillet 1942 -- Un maître payeur au Commandement de l’Armée en Pologne écrit : « À Bereza-Kartuska, où j’ai fait halte à midi, la veille on venait juste de fusiller 1 300 Juifs. Ils avaient été conduits dans une cuvette hors de la localité. Hommes, femmes et enfants avaient dû se déshabiller entièrement et avaient été abattus d’un coup dans la nuque. Les vêtements ont été désinfectés et réutilisés. » Cité par Walter Manoschek, « "Il n’y a qu’une seule solution pour les Juifs : l’extermination". L’image du Juifs dans les lettres des soldats allemands (1939-1944). », Revue d’Histoire de la Shoah, no 187, juillet-décembre 2007, p. 45.
phdn

18 juillet 1942 -- 600 juifs sont assassinés par les nazis lors d'une révolte organisée par la résistance juive dans le ghetto de Szarkoszcyzna (R.S.S. de Biélorussie). 1 000 juifs environ fuient dans les bois.
Israelvivra.com

18 juillet 1943 -- 1 000 hommes et femmes sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz. Les convois sont partis de la gare de Bobigny. 440 juifs déportés sont envoyés dans les chambres à gaz dès leur arrivée. Seuls 43 hommes et 16 femmes survivront jusqu'à la libération du camp par l'armée soviétique, en 1945.
Les derniers 200 juifs de Miedzyrzec Podlaski, près de Lublin, soumis au travail obligatoire par les nazis, sont fusillés.
Israelvivra.com

18 juillet 1944 -- Les Juifs des îles grecques de Rhodes et de Cos sont envoyés en Hongrie pour y être déportés.
ajpn

18 juillet 2004 -- Les rebelles quittent l'Ethiopie et réclament un autre pays d'accueil des négociations.
RFI

18 juillet 2006 -- Turquie : une nouvelle enquête a été ouverte par un procureur de la République d’Istanbul contre Hrant Dink, directeur de publication de l’hebdomadaire en langue arménienne Agos. Les autorités turques lui reprochent d’avoir qualifié de « génocide » le massacre des Arméniens pendant la Première guerre mondiale. Le journaliste avait donné, le 14 juillet, une interview à l’agence britannique Reuters sur sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour « insulte à l’identité turque ». Lors de cette interview, il a utilisé le terme de « génocide » concernant les massacres d’Arméniens perpétués par les Turcs en 1915.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org