Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 27 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 27 juillet 1915 -- Empire ottoman : Dr Walter Rössler (1871-1929) consul à Alep de 1908 à 1918 fit son possible pour informer par de nombreux rapports et pour empêcher le massacre du peuple arménien. Télégramme du consul Rössler envoyé d'Alep à l'Ambassade d'Allemagne, Constantinople. « Les nouvelles qui nous arrivent ici, de source autorisée, sur l'extermination des Arméniens dans l'Est sont terrifiantes. L'Euphrate recommence à charrier des cadavres de plus en plus nombreux ; cette fois, ce sont principalement des femmes et des enfant. N'y a-t-il rien à faire pour mettre un terme à cette horreur ? Je vous prie très respectueusement d'informer le ministère des Affaires étrangères afin que les démentis turcs ne soient pas publiés dans la presse allemande, ce qui pourrait faire croire à l'approbation de l'Allemagne. »

Ça s’est passé un 27 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


27 juillet 1298 -- 35 juifs de Berching (Bavière), dont les vénérables Eliezer bar Yehiel et Samuel bar Isaak, sont massacrés lors des persécutions de Rindfleisch, du nom de leur responsable, un chevalier allemand.
Le même jour, après avoir été torturés, plus de 130 hommes, femmes et enfants juifs sont égorgés ou brûlés à Bamberg (Allemagne) par le chevalier Rindfleisch et ses hordes. Parmi les victimes se trouvent aussi des juifs venus de France.
Israelvivra.com

27 juillet 1848 -- À la demande de la Turquie, la Russie intervient dans les principautés du Danube, pour réprimer des soulèvements.
Wikipedia

27 juillet 1890 -- Empire ottoman/ Trébizonde : nombre d'Arméniens de la ville n'en sont pas moins arrêtés et jetés en prison sans aucune base légale. Ce dérapage des autorités turques incite le comité central du Hentchak de Trébizonde à riposter en organisant une manifestation à Constantinople, le 27 juillet 1890, le premier jour du kourban baïram : 1) En signe de protestation contre l'incapacité à réagir et l'apathie du patriarche Achekian face aux souffrances endurées par ses coreligionnaires de Turquie d'Asie; 2) afin de rappeler aux grandes puissances qu'elles ont promis à Berlin, en 1878, de surveiller l'application des réformes dans les provinces arméniennes. Cette manifestation est étouffée dans le sang. Plusieurs Arméniens y trouvent la mort et nombre d'autres sont arrêtés, sans que — comportement significatif à méditer pour l'avenir — une seule des puissances concernées n'ait réagi en faveur des Arméniens. La stratégie du Hentchak s'avère donc un échec. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

27 juillet 1909 -- Empire ottoman : compte rendu dans la presse stambouliote du 27 juillet, notamment dans Azadamard, n° 29, datĂ© du 27 juillet 1909, p. 2. DÂ’après ChĂ©rif pacha, IsmaĂŻl Hakkı faisait alors parti du ComitĂ© central jeune-turc : MĂ©cheroutiette, n° 38, janvier 1913, p. 16. « On note pourtant un durcissement de certains milieux turcs qui sÂ’Ă©taient jusquÂ’alors montrĂ©s assez discrets. Du haut de la tribune, IsmaĂŻl Hakkı, le dĂ©putĂ© jeune turc de GĂĽmĂĽldjina, reproche au gouvernement de sÂ’ĂŞtre mĂŞlĂ© des affaires de la Cour martiale dÂ’Adana, dont le prĂ©sident et un membre Ă©minent ont dĂ©missionnĂ© après lÂ’ordre dÂ’arrestation des responsables des massacres adressĂ© par le gouvernement. Il est suivi en cela par la moitiĂ© des dĂ©putĂ©s du Parlement qui votent une motion contre le cabinet Hilmi, lequel nÂ’a fait, pour lÂ’occasion, que mettre en Âśuvre les recommandations du rapport FaĂŻk-Mosditchian. Hagop Babikian se lève alors et remarque : « 21 000 personnes ont Ă©tĂ© tuĂ©es Ă  Adana et vous vous levez Ă  prĂ©sent pour dĂ©fendre deux personnes ». SÂ’en suit une assez violente passe dÂ’arme au cours de laquelle on observe que nombre de dĂ©putĂ©s turcs contestent mĂŞme le nombre des victimes et plus gĂ©nĂ©ralement le fait que les responsables de cette boucherie ne sont pas « les » ArmĂ©niens. Pour mettre fin Ă  ce fort moment de tension, rĂ©vĂ©lateur des clivages, lÂ’assemblĂ©e accepte la proposition que le dĂ©bat sur lÂ’affaire dÂ’Adana nÂ’ait lieu quÂ’après prĂ©sentation des rapports de la commission dÂ’enquĂŞte parlementaire. Ainsi sÂ’achève, ce 26 juillet 1909, lÂ’amorce de dĂ©bat sur les Ă©vĂ©nements de Cilicie. » © Revue d'Histoire ArmĂ©nienne Contemporaine pour toutes les Ă©ditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La gestion politique des massacres de Cilicie par le pouvoir ottoman

27 juillet 1914 -- Empire ottoman : durant les années 1912 à 1914, favorisant un climat de haine anti-arménienne, les Ittihadistes vont s’installer à Malatia, y occupant les postes clés. L’appel sous les drapeaux du 27 juillet 1914 constituera le signe avant-coureur des massacres à venir. Des Turcs, informés des intentions secrètes du gouvernement, conseilleront à leurs amis arméniens de sauver leur peau. La mobilisation du 27 juillet donna lieu à une véritable fête autour de la caserne et dans les jardins du konak. Deux mille Arméniens, précédés d’Arslanian Kévork Agha (dit Kévouch), répondant le jour dit au son des cloches, se réunirent dans la cour de la cathédrale Notre-Dame avant de se diriger en rang et en musique, vers la caserne où ils furent félicités par le commandant.
Petite encyclopédie du génocide arménien

27 juillet 1915 -- Empire ottoman : Dr Walter Rössler (1871-1929) consul à Alep de 1908 à 1918 fit son possible pour informer par de nombreux rapports et pour empêcher le massacre du peuple arménien. Au procès Tehlirian, il est chargé de l'expertise des documents Andonian.

Télégramme du consul Rössler envoyé d'Alep à l'Ambassade d'Allemagne, Constantinople. « Les nouvelles qui nous arrivent ici, de source autorisée, sur l'extermination des Arméniens dans l'Est sont terrifiantes. L'Euphrate recommence à charrier des cadavres de plus en plus nombreux ; cette fois, ce sont principalement des femmes et des enfant. N'y a-t-il rien à faire pour mettre un terme à cette horreur ? Je vous prie très respectueusement d'informer le ministère des Affaires étrangères afin que les démentis turcs ne soient pas publiés dans la presse allemande, ce qui pourrait faire croire à l'approbation de l'Allemagne. » Source : J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.

****** Empire ottoman : lettre de Rössler, consul d'Alep, à Son Excellence le Chancelier Dr. von Bethmann Hollweg. [extrait] La Norddeutsche Allgemeine Zeitung a publié le 13 juillet dans son numéro 192, première édition, une déclaration de l'agence télégraphique (officieuse) ottomane «Agence Milli», protestant contre les affirmations de La Gazette de Lausanne selon lesquelles le gouvernement ottoman couvrirait de sa protection les excès commis contre les Arméniens qui vivent en Turquie, et que, bien souvent, ces « excès » ne seraient ni plus ni moins que des massacres. Il y a, hélas, beaucoup à dire à l'appui de ces affirmations de La Gazette de Lausanne. Au moment où le démenti a été publié, j'avais déjà rédigé mon rapport télégraphique sur les massacres de Tell Ermen, pour lesquels il existe des témoignages exceptionnellement solides. Il est prouvé que cette tuerie, si elle est le fait d'éléments kurdes, n'en a pas moins eu lieu en présence des forces armées du gouvernement turc et, probablement, avec leur participation active. Le gouvernement turc est responsable des crimes contre les Arméniens, ses démentis sont un abîme de mensonges.

Ce gouvernement poursuit consciemment la destruction d'aussi grandes parties que possible du peuple arménien, par des moyens empruntés à l'Antiquité… Il a, sans nul doute, voulu se servir de la circonstance qu'il se trouve en guerre avec la quadruple Entente, pour se débarrasser de la question arménienne dans l'avenir, en ne laissant subsister que le moindre nombre possible de communautés arméniennes organisées. Il a sacrifié des hécatombes d'innocents avec les quelques coupables.
Source : J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.

****** Vers la fin du mois de juillet, des convois de déportés en provenance des régions du nord arrivent à destination. Le Dr Rössler signale, le 27 juillet: « Récemment, des Arméniens de Kharpout, Erzeroum et Bitlis sont passés par Ras ul-Aïn (l’actuel terminus de la ligne du Bagdad). à propos des Arméniens de Kharpout, on rapporte que, dans un village situé à quelques heures au sud de la ville, les hommes ont été séparés des femmes. Ils ont été massacrés et on les a couchés de part et d’autre du chemin par lequel les femmes sont ensuite arrivées ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

****** le 27 juillet, dans un rapport adressé directement au chancelier allemand Bethmann-Hollweg, Rössler lui apprit que « les célèbres députés arméniens Zohrab et Vartkès, chassés de Constantinople, ont récemment séjourné quelque temps à Alep. Ils savaient qu'ils étaient promis à une mort certaine si on les envoyait à Diarbékir comme l'avait ordonné le gouvernement. Ce fut d'ailleurs pour moi l'occasion d'informer l'ambassade impériale de leur cas. D'après ce qu'ont raconté à leur retour les gendarmes qui les accompagnaient (ils auraient rencontré des bandits qui, comme par hasard, auraient précisément tué les deux députés), il est hors de doute que le gouvernement les a fait assassiner pendant le trajet entre Ourfa et Diarbékir. » Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Le génocide arménien dans les Archives allemandes
Imprescriptible.fr : l’arrivée des premiers déportés
Imprescriptible.fr : Le génocide arménien dans les Archives allemandes
Imprescriptible.fr : Citations de Diplomates en poste lors du génocide
Imprescriptible.fr : La mort de Zohrab

27 juillet 1915 -- Empire ottoman : lettre de Leslie A. Davis, consul des Etats-Unis Mamouret-ul-Aziz (Kharpout), à A S. E. Monsieur Henry Morgenthau Ambassadeur des Etats-Unis de Constantinople . « La dépêche contenait un rapport de quinze pages sur l'expulsion des Arméniens de cette région et, comme ont fréquemment couru des rumeurs selon lesquelles mes lettres à l'ambassade étaient interceptées, je n'ai jamais eu la certitude que mes lettres parviendraient à destination. Il y a eu dans cette affaire un concours de circonstances très particulier. En premier lieu, la demande de l'ambassade dans son télégramme n° 24 du 27 juillet au sujet de la date de ma dernière dépêche m'a tout naturellement porté à croire que quelque chose avait disparu.

****** Quelques jours après réception du télégramme de l'ambassade du 27 juillet, un fonctionnaire a dit qu'il avait effectivement vu une de mes lettres à l'ambassade et que cette lettre avait été ouverte. Le 9 août, j'ai envoyé mon télégramme n° 26 demandant à nouveau si ma dépêche du 30 juin était parvenue à destination. Au reçu du télégramme de l'ambassade n° 27 du 11 août m'informant que ma dépêche n'avait pas été reçue, j'envoyai mon télégramme n° 28 du 14 août dans lequel je disais avoir été informé que les autorités locales avaient ouvert et lu mes dépêches récentes adressées à l'ambassade…. »
Imprescriptible.fr : DĂ©pĂŞches consulaires de 1915

27 juillet 1915 -- Empire ottoman : liste des Arméniens et Chrétiens de Madrin assassinés le 27juillet. Chadian [Chahadian] (père) Ignace (Boghos) (né à Mardin en 1889, élève du séminaire Saint-Louis de Constantinople). Ordonné prêtre à Mardin quelques semaines avant l’arrestation de Monseigneur Maloyan afin de le faire exempter de la conscription, il est déporté et assassiné à Dara), Haddadian (père) Vartan, Holozian (père) Stéphane, Kalioundji [Khalioundjian] (père) Meguerditch (Jean-Baptiste) (né en 1878, ordonné prêtre à Mardin, le 19 janvier 1898). Torturé : on lui arrache les ongles. Déporté et tué à Dara), Kandir (famille), Mamarbachi 1er fils de Rizkallah, Mamarbachi 2e fils de Rizkallah , Mamarbachi 3e fils de Rizkallah Mamarbachi 4e fils de Rizkallah, Mamarbachi 5e fils de Rizkallah, Mamarbachi 6e fils de Rizkallah, Mamarbachi 7e fils de Rizkallah, Naamian (père) Minas (né en 1874, ordonné prêtre à Mardin en 1903). Enlevé de Tell Armen séparément de l’abbé Ahmaranian, il est déporté et tué à Dara) © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Liste des Arméniens et chrétiens d’autres confessions originaires de Mardin et assassinés en juin-juillet 1915
Imprescriptible.fr : Fiches biographiques

27 juillet 1915 -- Empire ottoman/ Mardin : les déportés quittent Mardin le 27 juillet et sont conduits à Dara, un village situé à un journée de marche de Mardin, au milieu des ruines de l’ancienne cité : « Dara, l’ancienne cité fondée par le roi de Perse Darius, n’est plus aujourd’hui qu’un mauvais village perdu au milieu des ruines de l’ancienne cité. Sous ces ruines et dans les alentours sont d’immenses citernes qui servaient de réservoir ou peut-être de prison dans la ville primitive. Les massacreurs turcs trouvèrent ces citernes fort bien adaptées pour y faire disparaître leurs victimes et Dieu seul sait les milliers qu’ils y précipitèrent. Un mot : « je suis musulman » aurait pu sauver ces trois cents hommes de la mort. Aucun d’eux ne dit ce mot et ils moururent en chrétiens avec leurs prêtres qui avaient soutenu leur courage par leurs exhortations et les secours religieux qu’ils leur avaient donnés. Après avoir été égorgés, assommés, percés de khandjar [poignards], ils furent précipités dans les citernes de Dara ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

***** Le quatrième convoi d’hommes, comprenant environ 300 personnes, quitte Mardin. Ses membres sont exécutés et précipités dans les citernes souterraines de Dara. Les conscrits arméniens sont massacrés plus tard, par petits groupes, sur la route de Nisibin, derrière la citadelle de Mardin pour 50 d’entre eux, le 12 août, au pied du couvent de Mar Mikaël pour 12 autres, le 24 août. 17 maçons travaillant à la construction du minaret de la mosquée el-Sahiya, ne sont exécutés qu’en octobre 1915.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :458).
Imprescriptible.fr : Liquidation des Arméniens de Mardin
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

27 juillet 1915 -- Empire ottoman/Mardin : récits de survivants du quatrième convoi d’hommes (27 juillet 1915) [ Jacques Rhétoré, Manuscrit, pp. 116-120]. « Généralement les massacreurs après avoir tué leurs victimes jetaient leurs corps dans des citernes ou des silos qui se trouvent dans les champs. Or, il arriva plusieurs fois que des malheureux qui n’avaient pas été frappés mortellement revenaient à la vie dans ces tombeaux d’où ils ne pouvaient plus sortir à cause de la hauteur et de la configuration de l’ouverture. Un pauvre Arménien qui se trouva dans ce cas se résigna à rester dans la citerne, son tombeau, en attendant le secours de la Providence. Pour se nourrir, il mangeait la chair de ses compagnons morts et, comme il n’avait pas d’instrument, il devait l’arracher avec ses dents. Au bout de quelques jours, des musulmans passent et lui offrent de le retirer. “Non, leur dit-il, ce serait pour me tuer, je préfère mourir ici”. Peu de temps après passa un autre musulman qui lui témoigna de la pitié et insista pour qu’il se laisse sauver. “ Si tu me veux vraiment du bien, dit l’Arménien, apporte-moi tous les jours un peu de pain et d’eau”. Ce musulman était un homme humain : pendant quelques jours, il rendit à ce malheureux le service demandé. Puis un chrétien passa qui l’aida à sortir et le cacha dans sa maison ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : RÉCITS DE MADRIN(référencés M)

27 juillet 1916 -- France : publication du N°11839 du périodique «Le Matin». Au sommaire : " Erzindjian est pris ".
Archives Imprescriptible

27 juillet 1920 -- Empire ottoman /Procès des déportations et massacres d'Erzincan - Jugement rendu le 27 juillet 1920 établit que le gouverneur (kaymakam) du district d'Erzincan, Memduh bey, avait ordonné aux gendarmes et aux policiers de massacrer les Arméniens présents dans les convois de déportés:
Abdullah Avni, dit Hayran Baba, chef de la gendarmerie d'Erzincan est condamné à mort et exécuté
La Cour Martiale turque limita à trois les exécutions capitales. La plupart des autres peines capitales furent prononcées par contumace. Parmi les trois personnes exécutées, un était chef de gendarmerie locale: Abdullah Avni, et deux étaient gouverneurs de province: Mehmet Kemal Bey et Behramzade Nusret bey. En dépit des crimes commis, ces deux derniers furent réhabilités par le pouvoir kémaliste et déclarés "martyrs nationaux".
Imprescriptible.fr : Procès des Unionistes,1918-1920

27 juillet 1933 -- Massacre de chrétiens assyriens en Irak.
Nouvel Obs

27 juillet 1938 -- Les rues qui portaient des noms juifs sont débaptisées.
Compagnienomades.free.fr

27 juillet 1939 -- A Prague, Adolf Eichmann ouvre le Bureau pour l'émigration des Juifs. Les Juifs sont contraints de s'inscrire à l'émigration et d'abandonner leur biens. Jusqu'à l'interdiction de l'émigration, plus de 26 000 Juifs parviendront à s'enfuir de Tchécoslovaquie.
ajpn

27 juillet 1941 -- Le 1er régiment de cavalerie SS rapporte l'exécution de 6 504 juifs cachés dans les marais du Pripet (R.S.S. d'Ukraine). Les rafles et les exécutions ont duré quatre jours.
Un pogrome est déclenché par les nazis et les Ukrainiens contre les 2 300 juifs de Glinyany (province de Lvov, R.S.S. d'Ukraine). Des juifs y vivaient depuis le XIIe siècle. Ils ont connu des massacres en 1624, 1638, 1657 et ceux des cosaques de Bogdan Chmielnicki en 1648-1649.
Après le pogrome, les juifs doivent payer une amende d'un million de zlotys pour connaître quelque répit. Des centaines d'entre eux, qui n'ont pas les moyens de payer, sont déportés au camp de Kurwice.
Israelvivra.com

27 juillet 1942 -- Les SS assassinent 1 800 juifs à Dereczyn (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie).
900 juifs d'Ignatovka (Volhynie, U.R.S.S.) sont assassinés par les SS et la police ukrainienne lors d'une Aktion de deux jours.
2 000 juifs du ghetto de Rava Ruska (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec, où ils sont tués.
5 680 juifs du ghetto d'Olyka (R.S.S. d'Ukraine) sont assassinés par les SS lors d'une Aktion de deux jours.
Un convoi quitte le camp de regroupement de Drancy avec 724 femmes juives et 248 hommes à destination du camp d'extermination d'Auschwitz. 12 d'entre eux survivront jusqu'à la libération du camp par l'armée soviétique, en 1945.
10 juifs sont déportés de Boppard (Allemagne) au camp de concentration de Theresienstadt.
1 010 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

27 juillet 1943 -- Ultime Aktion dans le ghetto de Czestochowa (district de Kielce, Pologne).
Israelvivra.com

27 juillet 1944 -- 450 juifs du camp de Strazdu Mujzha, près de Jugla (R.S.S. de Lettonie), venus du ghetto de Riga, sont assassinés.
Israelvivra.com

27 juillet 1944 -- Les nazis évacuent Pustkow. Les prisonniers juifs sont envoyés à Auschwitz tandis que les prisonniers polonais attendent dans des wagons écrasés de chaleur que les nazis décident de ce qu’ils vont faire avec eux. Ils finissent par envoyer les femmes à Ravensbrük et les hommes à Sachsenhausen. Au début du mois d'août 1944, le camp est entièrement détruit et incendié. Tous les survivants sont exécutés. Bien que le nombre total de victimes de Pustkow soit inconnu, on estime à plus de 15000 le nombre de morts.
Encyclopédie BS

27 juillet 2005 -- Turquie : le journal Yeni Þafak publiait une interview : "Le mystérieux Américain qui rend fous les Arméniens" sur une personne "intéressante et unique" qui écrit sous le pseudonyme de Holdwater. "Ce mystérieux Américain finance depuis des années un site Internet très efficace, basé aux USA", rapporte le Yeni Þafak. "L’objectif principal de Tall Armenian Tale: The Other Side of the Falsified Genocid (Le grand conte arménien: l’autre face du génocide falsifié) est de fournir des réponses substantielles aux revendications de génocide provenant de la diaspora." Selon le journal, Holdwater est né à New York dans les années 1950, de parents turcs qui avaient émigré en Amérique dans les années 1940, et qui ont élevé leur fils sans lui apprendre un seul mot de turc. Il s’est fait le champion des thèses turques [négation du génocide arménien] sur son site www.tallarmeniantale.com . Le courageux historien et démocrate turc Taner Akçam, professeur d’histoire à l’Université du Minnesota, a mené son enquête pour démasquer la véritable identité du négationniste Holdwater, qui sévit sur le site raciste anti-arménien www.tallarmeniantale.com. En raison des ouvrages historiques qu’il a écrits sur le génocide arménien, Taner Akçam est constamment harcelé, attaqué et diffamé sur ce site par le négationniste anonyme Holdwater. Jusqu’à présent l’universitaire turc ne pouvait mettre de nom sur son assaillant. C’est désormais chose faite. Le masque de Mr. Murad Gümen vient de tomber.
Collectifvan.org



Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org