Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 28 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende: 28 juillet 1915 -- Empire ottoman : à Erzeroum même, la première déportation eut lieu le 16 juin et la dernière, le 28 juillet. L'évêque arménien de la ville fut déporté avec le dernier convoi et on n'en eut plus de nouvelles. A Baïbourt, les villages avoisinants furent également évacués avant la ville, et les habitants de la ville furent envoyés en trois convois, dont le dernier partit le 14 juin. De la ville d'Erzindjan, quatre convois partirent successivement du 7 au 10 juin. En fait, aucun des exilés d'Erzindjan, de Baïbourt et d'Erzeroum ne semble avoir survécu aux premières étapes du voyage.

Photo:Rassemblement avant le déportation :


Ça s’est passé un 28 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


28 juillet 1298 -- 55 juifs sont massacrés à Mosbach, près de Heidelberg (Allemagne), lors des persécutions de Rindfleisch.
Israelvivra.com

28 juillet 1402 -- Victoire de Tamerlan sur Bajazet : le conquérant turc Tamerlan remporte une victoire totale sur le sultan ottoman Bajazet Ier à Angora (l'actuelle Ankara en Turquie). Tamerlan qui se dit l'héritier du conquérant mongol Gengis Khan, instaurera un immense et éphémère empire en Asie centrale. Bajazet qui est fait prisonnier, mourra peut de temps après en captivité. Son successeur, Mehmed Ier, rétablira l'Empire anatolien.
LÂ’Internaute

28 juillet 1648 -- 3 000 juifs, dont le grand talmudiste Rabbi Asher, président du tribunal rabbinique de Polonnoye, sont égorgés à Konstantinov (Ukraine) par les hordes cosaques de Bogdan Khmielnicki.
Israelvivra.com

28 juillet 1670 -- Conformément à un décret de l'empereur Léopold 1er, l'expulsion des juifs de Basse-Autriche débute le 28 juillet. Les juifs sont installés dans cette partie de l'Autriche depuis l'année 1391.
Après l'expulsion des 4 000 juifs de Vienne (Autriche), l'une de leurs synagogues devient l'église Saint-Léopold, qui existe encore aujourd'hui. Il ne reste plus aucun juif dans la ville, où le pape est invité pour célébrer l'événement.
Israelvivra.com

28 juillet 1896 -- Empire ottoman : rapport collectif des délégués consulaires adjoints à la Commission d'enquête sur l'affaire de Sassoun, daté de Mouch, le 28 juillet 1895 (Livre jaune, Affaires arméniennes, 1893-1897, p. 97-98). La situation des Arméniens du plateau et de ceux du reste de l'Empire a été pendant longtemps très inégale. Dans l'Arménie propre, les rapports entre les deux races, les kurdes musulmans et les Arméniens chrétiens, étaient ceux de seigneurs féodaux (Beys) à serfs. Ces relations se compliquèrent depuis l'affaiblissement du féodalisme kurde et l'affermissement du pouvoir du gouvernement de Constantinople, au commencement du XIXe siècle, par l'intervention des fonctionnaires turcs. Ces agents, dans les démêlés entre Arméniens et Kurdes, prenaient ordinairement le parti de ces derniers ; et s'il leur arrivait d'intervenir en faveur des Arméniens, ceux-ci s'exposaient à une terrible et inévitable vengeance de la part des Beys. La situation économique des paysans arméniens était très précaire. Ils payaient non seulement les impôts réguliers au gouvernement, mais encore des redevances supplémentaires aux Beys kurdes de leurs villages, pour trouver aide et protection contre les Beys voisins, redevances consistant dans la prestation annuelle (le hafir) d'une partie de leur récolte et de leur bétail et même d'argent en nature, et dans les impôts occasionnels comme le hala (somme versée pour la permission de marier sa fille). Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant
le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.

Imprescriptible.fr : L'intervention d'Humanité dans la question arménienne

28 juillet 1896 -- Empire ottoman : le temps est superbe, j'ai pu enfin faire connaissance avec un Stamboul doré par le soleil sous un ciel bleu, au lieu de l'affreuse pluie de l'an dernier qui gâtait tout.Maurice va mieux. M. Jean de Sivas, comme dit son papa, vient d'avoir sa onzième dent. Ma décoration du Chefakat, qu'ont ici quantité de femmes, nous a coûté 160 francs de bakchichs divers; mais ces dames de l'ambassade m'ont assuré que ça fait très bien (rouge, vert, blanc) sur une robe de bal. Oui, mais à quand le bal? Pas à Janina, je suppose. Janina ! on dit pourtant que c'est une ville agréable. Cette fois j'emporte un kodak, car je ne rapporte de Sivas que quelques mauvaises photographies faites par les missionnaires,Emilie CARLIER. Carlier, Emilie. Au milieu des massacres, Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. Paris, Félix Juven, 1903
Imprescriptible.fr : Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : [...] des femmes et des enfants sont encore arrivés et également, tout à l’heure, une lettre de la première halte [du convoi] des gens de Sivas, à deux ou trois heures d’ici. Curieusement, il semble qu’ils soient encore là-bas. Nombre d’entre eux voudraient se réfugier chez nous. Il court des bruits de pillages et de massacres [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : le commencement de la déportation des Arméniens de la ville de Adiaman.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : rapport du consul Von Sheubner-Richter, d'Erzeroum à l'Ambassadeur M. le Baron von Wangenheim, Constantinople. Le 28 juillet 1915 (n° 123) ; Les partisans de dernière orientation extrême du comité Jeunes Turcs conviennent que le but final de leur action contre les Arméniens est leur extermination complète en Turquie, a dit textuellement une personnalité autorisée.
**** « Comme j'ai déjà eu l'honneur d'en faire part à Votre Excellence dans mon rapport du 9 courant, nous avons malheureusement ressenti, ces derniers temps, l'influence d'un gouvernement parallèle. Indépendamment de cela, le commandant en chef de la IIIe armée, Mahmoud Kamil Pacha, qui a transféré ici son quartier général, s'est immiscé très brutalement dans le gouvernement du vilayet. Jusqu'à présent, les Arméniens d'Erzeroum, contrairement à ceux des autres villes, ont été traités avec une certaine bienveillance. Par exemple, le gouvernement a mis à la disposition d'un grand nombre de familles sans ressources des charrettes à boeufs pour aller jusqu'à Erzindjan et Sivas. De plus, le vali a autorisé les malades, les familles sans soutien masculin et les femmes seules à rester à Erzeroum… » Source : J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.

Imprescriptible.fr : Le génocide arménien dans les Archives allemandes
Imprescriptible.fr : Procès du Génocide

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : à Erzeroum même, la première déportation eut lieu le 16 juin et la dernière, le 28 juillet (ou le 3 août, selon d'autres rapports). L'évêque arménien de la ville fut déporté avec le dernier convoi et on n'en eut plus de nouvelles. A Baïbourt, les villages avoisinants furent également évacués avant la ville, et les habitants de la ville furent envoyés en trois convois, dont le dernier partit le 14 juin. De la ville d'Erzindjan, quatre convois partirent successivement du 7 au 10 juin. En fait, aucun des exilés d'Erzindjan, de Baïbourt et d'Erzeroum ne semble avoir survécu aux premières étapes du voyage.
Imprescriptible.fr : Les déportations de 1915: procédure

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : beaucoup de gens sont partis lundi, quarante familles à peu près, et beaucoup d'autres partiront jeudi prochain. Notre boulanger a dû partir après un avertissement de deux heures. Il laissa le pain dans le four et ramassa le blé qui était en train de sécher. Il a une femme boiteuse et trois enfants et, sa mère à moitié aveugle, qui partit aussi. Il semble qu'il n'y a rien à faire. (N. B. le pauvre boulanger mourut peu de temps après en chemin.) Quelques familles ont quitté BV. et plusieurs hommes sont partis de AE., laissant leurs familles qui devaient les suivre. La misère et la détresse de ces malheureux brisent le cœur. La pauvre famille de BM. que vous avez secourue et qui a sept filles, doit partir lundi. Cette chaleur intense a abattu la fille aînée qui garde le lit. Je crains que ce soit la tuberculose. C'est l'avis du docteur. La famille demandera un délai. Il n'y a pas beaucoup de chance qu'elle l'obtienne.
Imprescriptible.fr : Le chemin de fer d'Anatolie

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : Rapport consulaire du Consul des Etats-Unis à Trébizonde, M. Oscar S. Heizer datant du 28 juillet 1915; « Un grand nombre de notables, environ six cents hommes, furent chargés sur des bateaux transports pour les emmener à Samsoun . Au bout de quelques heures, les bateaux rentrèrent vides. Au large, d'autres bateaux avec des gendarmes les attendaient : tout avait été tué et jeté à la mer. « A Totz , près de Trébizonde, un arménien notable, Bogos Marimian fut attaché avec ses fils, et, ainsi, les trois furent simultanément fusillés par les gendarmes. Les femmes et les filles d' Artes furent violées par des officiers turcs, qui les passèrent ensuite aux gendarmes. On tuait les enfants en leur brisant le crâne contre les rochers ; les hommes ont été exécutés en masse. Parmi eux était le drogman arménien du consulat français. »

*****« Le samedi 26 juin, l'ordre concernant la déportation des Arméniens fut proclamé par les rues. Le jeudi, 1er juillet, toutes les rues furent occupées par des gendarmes, baïonnette au canon, et l'oeuvre de l'expulsion des Arméniens de leurs maisons commença. Des groupes d'hommes, de femmes et d'enfants avec des ballots et de petits paquets sur leur dos, furent rassemblés dans un petit chemin de traverse près du consulat ; sitôt qu'ils formaient un groupe d'environ une centaine d'individus, ils étaient poussés devant le consulat par les gendarmes, baïonnette au canon, sous la chaleur et dans la poussière, sur la route d'Erzeroum. Hors de la ville on les fit arrêter ; on en forma un groupe de 2000 personnes environ pour les envoyer plus loin, Trois groupes pareils, faisant ensemble 6000 personnes, furent déportés durant les trois premiers jours ; d'autres groupes, plus petits, de Trébizonde et des environs, qui ont été déportés plus tard, atteignaient le chiffre de 4000 environ. Les pleurs et les plaintes des femmes et des enfants déchiraient le coeur. Quelques-uns de ces malheureux appartenaient à des milieux riches et considérés. Ils étaient habitués à la richesse et au bien-être. Il y avait là des ecclésiastiques, des commerçants, des banquiers, des juristes, des mécaniciens, des artisans, des hommes de tous les milieux….. »

***** « …Si quelqu'un était Arménien, cela suffisait pour qu'il fût traité en criminel et déporté... Lorsque, par épuisement, ils devaient rester en arrière, ils étaient percés de baïonnettes et jetés dans le fleuve. Leurs cadavres ont été portés par les eaux dans la mer en face de Trébizonde, ou bien ils sont restés dans les endroits peu profonds, durant 10 à 12 jours, sur les rochers où ils pourrissaient, remplissant d'horreur les voyageurs qui étaient obligés de prendre ce chemin.... Un certain nombre de ces barques (kayik) chargées d'hommes quittèrent Trébizonde ; elles revenaient le plus souvent vides quelques heures après…. »
Imprescriptible.fr : Les massacres
Imprescriptible.fr : Vilayet de Trébizonde
Imprescriptible.fr : Citations de Diplomates en poste lors du génocide

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : Harpout (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : Le troisième et dernier convoi de Harpout, emmène les vieillards, des jeunes femmes, quelques enfants et des aveugles qui avaient été jusqu’alors ménagés.
** (Jacobsen, 2001 :82-83; Davis, 1994 :53).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

28 juillet 1915 -- Empire ottoman/kaza de Hüsni Mansur : après lÂ’arrestation et l’élimination des hommes, au cours des mois de juin et juillet, les femmes, les enfants et les vieillards sont déportés en un convoi en direction dÂ’Urfa. 200 garçons et vieillards sont exécutés dans les gorges de Karakayık.
** (Kévorkian, 2006 :509).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

28 juillet 1915 -- Empire ottoman : du 28 juillet au 20 août 1915, je fis un voyage à Marasch. A Beschgös, entre Kilis et Aintab, les gens du village s'entretenaient de l'expulsion des Arméniens, qui devait commencer le lendemain à Aintab. Un personnage bien habillé vint se joindre à la conversation, il avait l'air d'un Tcherkesse, avec son costume à moitié civil, à moitié militaire. Il demanda: De quel quartier de la ville partent-ils? quelle route suivront-ils? quelle sorte de gens sont-ils? possèdent-ils quelque avoir? Comme l'un des assistants lui demandait s'il était un civil ou un militaire, il répondit en riant : « Y a-t-il une meilleure occasion que celle-ci pour devenir soldat? » Ce grossier personnage aurait mérité une leçon qu'il n'eût point oubliée. Mais je m'abstins de lui répondre; c'eût été souiller le nom allemand, que de le traiter comme il aurait fallu le faire. A mon retour de voyage, j'appris que les premiers déportés d'Aintab, appartenant presque tous à des familles aisées, avaient été entièrement dépouillés, comme on me l'assura de tous côtés, ce qui me fut confirmé par les autorités, avec lesquelles le douteux personnage mentionné plus haut devait être, selon toute apparence, en relation.
Imprescriptible.fr : Notes de voyage d'un allemand mort en Turquie

28 juillet 1915 -- Empire ottoman/Témoignages de Hrant Sarian(le père de Louise Kiffer Sarian) : la date de notre départ était fixée au mardi 28 juillet. Le matin, mon père avait loué une carriole. Nous avons fermé toutes les portes à clé et nous sommes partis.
Nous étions onze du côté de mon père: mes grands-parents, mon oncle, ma tante et mes deux cousines, mes parents, mon petit frère Onnig et ma petite soeur Siralouys qui avait à peine quatre mois, elle était née le 4 avril. Ma tante et mon oncle maternels, mon grand-père et ma grand'mère maternels avaient aussi loué deux carrioles et se sont joints à nous. Journal de Hrant Sarian (1915-1923)
Imprescriptible.fr : Journal d'un jeune déporté arménien

28 juillet 1916 -- Empire ottoman : la deuxième phase de la destruction dans les camps de Syrie et de Mésopotamie (février à décembre 1916). LÂ’ultime étape du processus de destruction visait précisément les rescapés pour la plupart originaires dÂ’Anatolie et de Cilicie. Le cadre de ces nouvelles violences, les vingt-cinq camps de concentration de Syrie et de Haute-Mésopotamie mis en place à partir dÂ’octobre 1915, est longtemps resté terra incognita pour les chercheurs. Gérés par une sous-direction des déportés, elle-même attachée à une direction de lÂ’Installation des Tribus et des Emigrants (Iskân-ı Achâyirîn ve Muhâcirîn Müdîriyeti), un organisme dépendant du ministère de lÂ’Intérieur, ces camps ont vu passer environ huit cent mille déportés. Déplacés de camp en camp, ceux-ci ont souvent succombé suite aux privations ou aux épidémies qui y sévissaient. Un réseau clandestin, animé par des missionnaires basés à Alep, soutenus par les consuls américains et allemands, a toutefois permis de transmettre quelques secours et de retarder leur liquidation complète. CÂ’est sans doute ce qui explique lÂ’ultime décision de destruction des reliquats de déportés, vers la fin février ou le début du mois de mars 1916, par le Comité central jeune-turc. Celle-ci visait environ cinq cent mille déportés survivants, arrivés depuis six mois et plus en Syrie et Mésopotamie, parfois même adaptés à leur nouvel environnement. DÂ’avril à décembre 1916, deux sites, Ras ul-Ayn au Nord et Der Zor, au Sud, ont été le cadre de massacres systématiques qui ont fait plusieurs centaines de milliers de morts. La dissolution du Patriarcat arménien de Constantinople, le 28 juillet 1916, sur décision du Conseil des ministres, a été une manière de prendre acte de la disparition des Arméniens.
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

28 juillet 1916 -- Empire ottoman/Constantinople : le gouvernement ottoman a procédé à une « réforme » de la Constitution interne des Arméniens, prévoyant notamment la suppression du Patriarcat arménien de Constantinople et l’exil du patriarche à Bagdad.
*** (T. V. n° 2611, 28 juillet 1916, p. 1-5).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

28 juillet 1916 -- Empire ottoman : le jeudi 28 juillet 1916 dans l'après-midi, le directeur des Cultes, Béha bey, et le chef de la Police, Ahmèd bey, arrivèrent inopinément au patriarcat [et] montèrent auprès du patriarche. En un clin d’œil, nous vîmes que le patriarcat et les rues environnantes avaient été investies par les policiers et des inspecteurs, tandis qu'une automobile vide arrivait et s'immobilisait devant le palais patriarcal. La circulation avait cessé dans la rue, les piétons ne pouvant plus passer. Nous apprîmes peu après que la résidence du patriarche, qui se trouvait à Koum-Kapou, était également cernée. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : R. P. Yervant Perdahdjian :événements et faits observés à Constantinople par le vicariat [patriarcal] (1914-1916)

28 juillet 1920 -- Empire ottoman : enfin une déclaration, connue sous le nom de « Pacte National », fut votée par le Parlement de Constantinople, le 28 juillet 1920, qui alla encore plus loin. Après avoir reconnu aux populations arabes le droit de disposer librement de leur sort, cette déclaration proclama en effet, aussitôt après, dans une formule ambiguë, que les parties de l’Empire ottoman situées en deçà et au delà de la ligne d’armistice et habitées par une majorité musulmane ottomane, formaient un tout qui ne pouvait souffrir aucune dissociation. Le Pacte National ne reconnut, d’autre part, aux minorités en Turquie que les droits qui leur avaient été assurés par les Puissances de l’Entente dans leurs conventions avec certains États européens (Pologne, Roumanie, etc.). Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : Le réveil du nationalisme turc

28 juillet 1921 -- Behbud Khan Civanşir, ministre de l'Intérieur de la République d'Azerbaïdjan, responsable des pogroms anti-arméniens de Bakou de septembre 1918, abattu par Missak Torlakian à Constantinople dans la nuit du 28 juillet 1921 alors qu'il se rendait au "Pera Palace". Torlakian est jugé par les autorités britanniques et déclaré irresponsable en novembre 1921.
Imprescriptible.fr : Opération Némésis

28 juillet 1937 -- Le camp de concentration de Buchenwald (Allemagne) reçoit ses premiers détenus.
Israelvivra.com

28 juillet 1941 -- 150 juifs de Smolewicze (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés dans le village de Kurovichtcha, à 2 kilomètres à l'est de Smolewicze.
Tous les juifs de Brichany (Bessarabie, R.S.S. de Moldavie) sont transférés, au-delà du Dniestr, au camp de Mogilev, où les vieillards sont sélectionnés pour être tués, les jeunes gens devant creuser leur fosse commune.
900 juifs de Vilkaviskis (R.S.S. de Lituanie), où vivent 3 500 juifs, sont assassinés. Un ghetto reçoit la population juive restante.
Des juifs ont vécu dans cette ville dès le XVIe siècle.
Israelvivra.com

28 juillet 1941 -- le 28 juillet, les Juifs sont obligés d’apporter tous leurs livres et les rouleaux de la torah qui sont brûlés place de la synagogue.
Encyclopédie BS

28 juillet 1942 -- 10 000 juifs internés dans le ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) sont assassinés par les SS. 3 500 d'entre eux venaient d'Allemagne, d'Autriche et de Tchécoslovaquie.
1 000 juifs du ghetto de Theresienstadt sont envoyés vers l'est. Aucun n'a survécu. On pense que tous les déportés ont été assassinés par les SS dans la région de Minsk.
Lors d'une ultime Aktion, 2 000 juifs de Dynov (district de Lvov) sont liquidés par les SS.
Israelvivra.com

28 juillet 1942 -- Fondation de l’Organisation Juive de Combat à Varsovie.
ajpn

28 juillet 1943 -- 1 800 juifs sont déportés de Thessalonique (Grèce) au camp d'extermination d'Auschwitz (Pologne).
Israelvivra.com

28 juillet 1943 -- 3 000 juifs cachés dans la ville et les environs de Skalat (province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) sont arrêtés et fusillés par les SS, qui ont effectué des rafles dans les forêts pour les découvrir.

******Dans le camp de travail se constitue un groupe de résistants, et lorsque l’unité de partisans du général Kowpak commence à effectuer ses coups de mains, une trentaine de Juifs s’échappent du camp et rejoignent les résistants. Tous, hormis 7, tombent en luttant contre les Allemands. Le 28 juillet 1943, le reste des Juifs du camp de Skalat sont assassinés. Environ 300 Juifs avaient trouvé refuge dans les forêts voisines, mais ils sont attaqués par les bandes ukrainiennes de Bandera, et seuls 200 survivent à la guerre.
Encyclopédie BS
Israelvivra.com

28 juillet 1944 -- Lors de la libération de la ville le 28 juillet juillet 1944, une dizaine de Juifs sont retouvés à Brest. Il en vient encore environ 200 des villes et villages voisins.
Encyclopédie BS

28 juillet 2010 -- Turquie /Ouverture du procès de Besikci : Le procureur public en chef d'Istanbul a ouvert un procès contre le sociologue Ismail Besikci sous des accusations de "propagande pour le PKK", le Parti des travailleurs du Kurdistan, hors la loi. Les poursuites sont basées sur un article écrit par Besikci pour le magazine « Droit contemporain et société », publication de la branche d'Istanbul de l'Association des avocats contemporains (CHD). Besikci et le responsable éditorial de la revue, Zeycan Balci Şimşek, risquent chacun des peines de prison allant jusqu'à 7,5 ans en raison de l'article intitulé «Le droit des peuples à l'autodétermination et les Kurdes".
Collectifvan.org



Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org