Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 29 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende : 29 juillet 1915 -- Empire ottoman/Ayntab (vilayet d’Alep) : l’ordre de déportation venu d’Istanbul est examiné par le comité jeune-turc local qui entreprend de dresser la liste des premiers Arméniens à expédier. Le premier convoi, comprenant surtout des notables, est mis en route dès le 30 juillet.

Photo: Ayntab au début de notre siècle. Photo Hepworth, coll. M. Paboudjian


Ça s’est passé un 29 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


29 juillet 1499 -- Lépante (Grèce) se rend aux Turcs.
Wikipedia


29 juillet 1696 -- Le tsar Pierre le Grand prend Azov aux Turcs.
Wikipedia

29 juillet 1881 -- Promulgation en France de la Loi sur la liberté de la presse. La IIIème République vote la loi sur la liberté de la presse, dont l'article Ier affirme : "l'imprimerie et la librairie sont libres". L'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 stipulait que "tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement".
Wikipedia
LÂ’Internaute

29 juillet 1909 -- Empire ottoman : le 29 juillet, au remplacement simultané du vali Zihni par Ahmed Djémal et du président de la Cour martiale Youssouf Kénan par Ismaïl Fazli pacha, qui occupait jusqu’alors les fonctions de commandant militaire de Smyrne. Le même jour, toutes les personnes citées ci-dessus sont arrêtées. Au cours du mois d’août, la Cour martiale réformée juge donc enfin les responsables des massacres. Il n’est évidemment plus question de responsabilité des Arméniens, mais les vieux réflexes semblent encore prédominer. Le Patriarcat arménien de Constantinople fait amèrement remarquer au grand-vizir que, malgré cela, nombre d’Arméniens croupissent dans les prisons ciliciennes dans des conditions effroyables, soumis au bon vouloir et à la brutalité de leurs gardiens. Il se plaint aussi de la légèreté des peines infligées. Qu’on en juge : Djévad est condamné à six ans d’interdiction de toute fonction administrative — on lui attribue cependant une solde minimale — ; Moustapha Remzi à trois mois de prison — la peine ne sera pas appliquée — ; Assaf bey à quatre ans d’interdiction de fonction publique ; Ihsan Fikri à une interdiction de séjour à Adana ; son collègue de l’Ittidal Ismaïl Séfa à un mois d’emprisonnement ; Osman bey, le commandant de la garnison d’Adana, à trois mois de prison ; Abdul-Kader Baghdadi Zadé à l’exil au Hedjaz pour deux ans — il est amnistié à l’occasion de l’anniversaire de la Constitution. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La gestion politique des massacres de Cilicie par le pouvoir ottoman

29 juillet 1914 -- Empire ottoman : depuis le mercredi 29 juillet 1914 les représentants des deux clergés catholiques, arménien et syrien, étaient réunis à l’église des capucins où un père jésuite de passage, le père André Giustiniani, prêchait la retraite annuelle. Les deux évêques ont attendu la fin de la retraite pour rencontrer le mutessarif. Ils lui demandent de ne pas englober dans la levée les hommes de plus de quarante ans. Le gouverneur répond qu’il ne fait qu’obéir aux ordres qu’il a reçus de la capitale. Les évêques obtiennent qu’il transmette leur requête à la Sublime Porte, ce qu’il fait. La réponse arrive le mercredi 12 août : l’enrôlement est reporté pour les hommes de plus de trente ans. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Mardin dans la Guerre mondiale

29 juillet 1915 -- Empire ottoman : Bauernfeind notait sur un ton résigné: « S’il est impossible de voyager par Mezré et Ourfa ou de placer nos pensionnaires à Mezré, il nous faudra partir le plus vite possible pour Constantinople pour faire le nécessaire auprès de l’ambassade. Il nous apparaît que c’est à présent notre tâche la plus essentielle, car là-bas ils ignorent tout de ce qui se passe à l’intérieur. Mais que vont devenir nos aveugles et nos malades? Les renvoyer tous, comme Mme le Dr. Schrœter nous l’a écrit aujourd’hui, est facile à dire. Il serait plus charitable de les tuer tous. Si nous ne parvenons pas à les loger à Mezré ou ailleurs de manière sûre, nous ne pourrons pas partir. Mais, malgré tout, il nous faut partir, car nous ne recevons plus d’argent et nous ne pouvons presque plus supporter de rester ici, de se taire au milieu de toutes ces horreurs et d’être obligés de tout voir les bras croisés, alors qu’à l’extérieur on ne sait rien de tout cela » ( Journal, p. 96).

****** [...] Le fait que même les élèves du Collège américain ne sont pas fiables est attesté par le récit de Miss Graffen: sur le chemin [des déportations], on a trouvé auprès d’un des garçons un couteau avec lequel il a cherché à poignarder un saptieh [...]© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Malatia 1915: carrefour des convois de déportés d’après le Journal du missionnaire allemand Hans Bauernfeind

29 juillet 1915 -- Empire ottoman/Ayntab (vilayet d’Alep) : l’ordre de déportation venu d’Istanbul est examiné par le comité jeune-turc local qui entreprend de dresser la liste des premiers Arméniens à expédier. Le premier convoi, comprenant surtout des notables, est mis en route dès le 30 juillet. Les 36 000 Arméniens d’Ayntab sont déportés à raison de 300 familles chaque jour, orientés pour la plupart vers la gare d’Akçakoyun, où ils sont parqués dans un camp de transit, entouré de barbelés, embarqués dans des wagons à bestiaux pour Alep, puis expédiés à pied dans le désert syrien, à Der Zor.
*** (Kévorkian, 2006 :752).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

29 juillet 1915 -- Empire ottoman : le 29 juillet, le consul Rössler signale l'arrivée à Deir-ez-Zor d'un autre mutessarif: c'est Zéki bey. « Le gouvernement central avait déjà ordonné une première fois de ne garder à Deir-ez-Zor qu'un nombre d'Arméniens égal à 10 % de la population de la ville; maintenant, ceux qui restaient vont être exterminés à leur tour. Il se pourrait bien que cette mesure soit directement liée à l'arrivée d'un nouveau mutessarij; impitoyable, nommé à la place de Souad bey qui était beaucoup plus humain et qui a été déplacé à Bagdad. » Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Les fonctionnaires

29 juillet 1915 -- Empire ottoman : dans ses Diaries, conservés dans «The Papers of Henry Morgenthau, Sr.» (reel number 5-6), à la Library of Congress, Manuscripts Division, Washington D.C., l'ambassadeur américain consacre une place importante à l'affaire du College américain. On y apprend notamment qu'il ordonne à Peter d'aller à Marsovan dès le 29 juillet et qu'il négocie personnellement le sort des jeunes filles avec le ministre de la Guerre, Enver pacha. Certaines d'entre-elles seront ainsi sauvées.
Imprescriptible.fr : Documents consulaires américains sur la déportation des Arméniens de Samsoun durant la Première Guerre mondiale

29 juillet 1916 -- France : publication du N°3830 du périodique «L'Illustration"». Au sommaire : "La chasse aux Arménien dans les rues de Trébizonde"
Archives Imprescriptible

29 juillet 1918 -- Empire ottoman : Hinderburg envoie un message à Enver exhortant la modération dans le traitement des Arméniens dans le Caucase.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1918

29 juillet 1919 -- Empire ottoman : à Spa, en juillet 1920, le Comte Sforza s’employa très activement à obtenir de meilleures conditions de paix pour la Turquie, et le 22 juillet, à peine de retour à Rome, le ministre italien dénonça l’accord Tittoni-Vénizelos du 29 juillet 1919, qui avait scellé l’appui mutuel de l’Italie et de la Grèce pour leurs revendications en Asie Mineure. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant
le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.

Imprescriptible.fr : Situation politique vis-à-vis de la Turquie des trois principales Puissances alliées depuis l'armistice et jusqu'au traité de Sèvres

29 juillet 1919 -- 200 juifs sont massacrés et de nombreux autres mutilés lors d'un pogrome auquel se livrent, à Uman (district de Kiev), des troupes commandées par Sokol, Nikolsk et Stesiura, liés à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
Israelvivra.com

29 juillet 1922 -- Les Alliés lancent un ultimatum qui enjoint aux Grecs de ne pas occuper Constantinople (Istanbul).
Wikipedia

29 juillet 1940 -- Les juifs n’ont plus le droit d’avoir chez eux le téléphone.
Compagnienomades.free.fr

29 juillet 1941 -- Les SS fusillent 400 juifs à Jitomir (R.S.S. d'Ukraine).
122 juifs de Belgrade sont fusillés par les nazis. Ainsi débute, pour les juifs de Yougoslavie, la « solution finale ».
Israelvivra.com

29 juillet 1942 -- 2 600 juifs de Dobromil (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.
1 001 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d'extermination d'Auschwitz, où 216 d'entre eux sont gazés dès leur arrivée. 5 hommes vivront encore quand l'armée soviétique libérera le camp, en 1945.
3 000 juifs allemands quittent le ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) : les SS les fusillent dans des fossés creusés hors de la ville.
Israelvivra.com

29 juillet 1942 -- Départ du 12e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1001 déportés, 5 survivants à la Libération.
ajpn

29 juillet 1994 -- Génocide des Tutsis/Rwanda : conformément au mandat qui lui a été confié par la Commission des droits de l'homme dans sa résolution S-3/1 du 25 mai 1994, le Rapporteur spécial s'est rendu au Rwanda pour une deuxième visite du 29 au 31 juillet 1994. Le but de cette visite était d'évaluer la situation des droits de l'homme au Rwanda depuis la finalisation du rapport préliminaire que le Rapporteur spécial avait soumis aux Etats membres de la Commission des droits de l'homme le 28 juin 1994 (E/CN.4/1995/7) et d'établir le contact avec les nouvelles autorités rwandaises pour discuter avec elles des problèmes relatifs aux droits de l'homme, et, tout particulièrement, à la situation des réfugiés et personnes déplacées.
aidh

29 juillet 2000 -- Génocide des Tutsis : Washington a annoncé une récompense de l'ordre de cinq millions de dollars pour toute information qui conduirait à l'arrestation de personnes inculpées par le TPIR. La liste américaine qui comprend treize personnes a été établie à partir de celle du TPIR. Washington s'intéresse aux "gros poissons", notamment des ministres et de grands hommes d'affaires alors que le TPIR inclut plus de personnes qui auraient "trempé" dans le génocide.
Félicien Kabuga. Le plus connu des suspects en cavale est l'homme d'affaires Félicien Kabuga. Parent par alliance du président Juvénal Habyarimana, il était aussi président de la société RTLM (Radio-télévision libre des mille collines) s.a.
Augustin Bizimana. Il était ministre de la défense sous le gouvernement intérimaire en place durant le génocide. Selon le procureur, outre le fait qu'il exerçait une autorité sur les forces armées, Bizimana a autorisé l'armement de civils.
Callixte Nzabonimana. L'ex-ministre de la jeunesse est aussi en fuite. Ainsi que Augustin Ngirabatware, Yusuf Munyakazi, Charles Sikubwabo, Aloys Ndimbati et Ryandikayo, Ladislas Ntaganzwa, Protais Mpiranya et Ildephonse Nizeyimana
aidh

29 juillet 2001 -- France : Le texte élaboré par le groupe socialiste prévoit les mêmes peines pour la négation du génocide arménien que celles instituées en 1990 par la loi Gayssot pour la négation du génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale : cinq ans de prison et 45 000 euros d'amende. «La loi du 29 juillet 2001, adoptée à l'unanimité, a reconnu l'existence du génocide arménien, mais n'a pas réprimé le négationnisme, argumente Didier Migaud (PS, Isère), auteur de la proposition de loi. Nous voulons achever aujourd'hui le travail entrepris sous la précédente législature.» La nécessité de sanctionner pénalement non seulement l'apologie, ce qui est possible avec le droit existant, mais aussi et surtout la négation du génocide arménien, ce qui n'est pas possible en l'état du droit, est donc évidente. 8 ans après l'adoption de la loi, les événements vécus ces derniers mois dans des villes françaises le montrent bien, certains événements ayant même été orchestrés par le représentant d'une présence étrangère, la Turquie pour ne pas la citer. Le travail des parlementaires n'est donc pas achevé, et il convient donc d'étendre les dispositions de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse relatives à la négation des crimes contre l'humanité au génocide arménien reconnu par la loi n° 2001-70 du 29 juillet 2001.
Richard Mallié
Le Figaro


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org