Aujourd'hui : Lundi, 1 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Erdogan exhorte Sarksyan à présenter ses excuses
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire la traduction d'un article en anglais du journal turc Today's Zaman publiée sur le site Aschkel.info.











Aschkel.info

Erdogan exhorte Sarksyan (Arménie) à présenter ses excuses pour ses remarques sur l’occupation turque

Jeudi 28 juillet 2011

Le texte qui suit ne vise qu'à expliquer la disposition en cascade des conflits en Asie Mineure et Proche-Orient.

Il illustre que l'arrogance d'Erdogan est sans limite et qu'il passe les 3/4 de sa diplomatie à exiger des excuses des parties qu'il se choisit comme adversaire, au moindre mot ou moindre geste. Ceci se rattache à l'idéologie néo-ottomane qui l'anime à l'encontre de son environnement.

Ceci relativise les problèmes récurrents qui l'opposent, nécessairement, à Israël, mais aussi bien, à la Grèce, l'Arménie ou toute autre entité en recherche d'indépendance culturelle et politique.

Il existe d'autres territoires disputés : "l'Arménie occidentale", Chypre, avec lesquels se débat l'idéologie grand-turque.

AschkeléGad

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

Mercredi 27 Juillet 2011 / TODAYSZAMAN.COM,

S’exprimant lors d’une conférence de presse avec le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, Erdogan a affirmé que les remarques de Sarksyan ne conviennent pas, de la part d’un homme d’Etat et les a qualifiées « d’erreur historique » que devrait être corrigée.

Lorsqu’un étudiant l”a interpellé, au cours d’une cérémonie, à l’issue d’un concours littéraire, pour savoir si les Arméniens seront capables de récupérer leurs “territoires à l’Ouest”, avec le Mont Ararat, Sarsyan a déclaré : « Ce sera la mission de votre génération ».

Les Arméniens attachent une grande importance historique et culturelle au Mont Ararat, sur la frontière Est de l’actuelle Turquie, autour duquel on pense que les Arméniens ont, à l’origine, adopté le Christianisme comme religion officielle, en 301 de l’ère ordinaire.

Sarksyan a affirmé que sa génération avait rempli sa tâche en « obtenant le retour » du Karabakh, une partie de ce qu’il a appelé « notre mère-patrie ». Le Nagorno-Karabakh est un territoire azerbaïdjanais qui est actuellement sous occupation arménienne.

Les dirigeants des deux pays se sont rencontrés des dizaines de fois pour trouver une résolution à un conflit ancien de plusieurs décennies, mais ont échoué à assurer un accord de paix. L’Arménie occupe actuellement 20% des territoires de l’Azerbaïdjan, dont sept provinces adjacentes, peuplées par des gens d’ethnie azérie.

Le Ministère turc des affaires étrangères a, également, condamné avec force, mardi, les propos de Sarksyan, stigmatisant sa déclaration comme relevant « d’un comportement hautement irresponsable ».

La Turquie et l’Arménie ont pris part, il y a deux ans, à une tentative avortée visant à enterrer les hostilités par la signature de protocoles bilatéraux de normalisation des relations, pour établir des relations diplomatiques, qui comprenaient également une ouverture de la frontière turco-arménienne au bout de deux mois, si les protocoles étaient ratifiés par les parlements des deux pays.

Erdogan a déclaré que l’attitude de Sarksyan relevait d’une provocation et d’une tentative d’inciter la jeunesse à la haine, qui, a-t-il affirmé, conduira la jeunesse arménienne vers « l’obscurité ». « Il ne peut y avoir de diplomatie de cette façon. Sarksyan a commis une très grave erreur… et doit présenter ses excuses », a ajouté Erdogan.

Tout en fustigeant, aussi, l’Arménie pour ne pas affirmer un rôle constructif dans le cadre des pourparlers de paix au sujet de Nagorno-Karabakh, rdogan a soutenu que l’Azerbaïdjan travaille pour la paix et fait montre d’une attitude positive face aux discussions de paix. Aliyev et Sarksyan se rencontrent régulièrement, la plupart du temps sous les auspices de la Russie, afin de trouver un compromis durable au conflit du Nagorno-Karabakh, mais les dirigeants ont échoué, jusqu’à présent, à faire des progrès raisonnables.

Le groupe de Minsk de l’’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), mandaté pour superviser les discussions de paix a déclaré qu’il n’y avait eu que des progrès modiques au cours de la dernière rencontre des dirigeants à Kazan, le mois dernier.

Aliyev a aussi déploré les propos de Sarksyan et déclaré que les Arméniens devraient se réveiller “de leur rêve pour accéder à la vraie vie ». Il a réaffirmé la propriété azerbaïdjanaise du Nagorno-Karabakh et que les paroles de Sarksyan affirmant qu’il récupérerait ce qu’il (Aliyev) a désigné comme des « terres turques historiques » ne faisaient que démontrer la mentalité d’occupation (des Arméniens), ajoutant que tout se passait comme si l’Arménie pensait avoir déjà réglé le problème du Nagorno-Karabakh à sa façon. « L’Azerbaïdjan récupérera ses territoires, que ce soit par des moyens pacifiques ou militaires », a prétendu Aliyev.

A Erevan, l’adjoint au Ministre des affaires étrangères d’Arménie, Shavarsh Kocharyan a rejeté les interprétations selon lesquelles les paroles de Sarksyan signifiaient qu’il encourageait les étudiants à récupérer l’Est de la Turquie, affirmant que ses propos avaient été sortis de leur contexte.

“”Je pense que les Turcs ont fait en sorte de ne pas prendre connaissance de la totalité du texte, interprétant les propos du Président hors de leur contexte. La déclaration de Serzh Sarksyan est sérieuse et raisonnable. La seule raison pour laquelle la Turquie refuse de percevoir le sens derrière ce qu’il dit, c’est tout simplement que son pays n’en a pas besoin », a rectifié Kocharyan, selon les dernières informations publiées sur le portail de l’agence de presse arménienne www.panarmenian.net , mercredi soir.

Le site internet a également rappelé la totalité du texte de la réplique du Président à l’étudiant qui l’interrogeait pour savoir si le retour de “l’Arménie de l’Ouest” avec le Mont Ararat s’avérerait possible à l’avenir : “cela dépend de vous et de votre génération. Je pense que ma génération a rempli la tache ui nous incombait ; lorsque cela s’est avéré nécessaire au début des années 1990, de défendre une partie de notre patrie –le Karabakh- face à l’ennemi, nous l’avons fait. Je ne dis pas cela pour embarrasser quiconque ; mon point de vue est que chaque génération est face à ses propres responsabilités et qu’elles doivent être accomplies avec honneur »’.

Lorsque les journalistes ont demandé au Président azerbaïdjanais s’il accorderait une exemption de visa de longue durée aux nationaux turcs, Alyev a affirmé que son pays n’y est pas encore prêt, tout en remerciant la partie turque d’avoir unilatéralement ajusté les demandes de visa émanant des citoyens azerbaïdjanais. Les nationaux azerbaïdjanais peuvent, désormais, séjourné librement en Turquie et resté dans le pays pour une durée de plus de 30 jours.

Lorsqu’on lui a demandé si l’Azerbaïdjan avait d’ores et déjà établi sa feuille de route, sur des sujets tels que la reconnaissance de la République Turque du Nord de Chypre (RTNC), en cas d’échec des pourparlers de paix visant à réunifier l’île, Aliyev a répondu que ce n’était pas chose facile. « Il existe également un problème au Nagorno-Karabakh. J’espère que ce conflit sera résolu un jour », a prudemment déclaré Aliyev, faisant ainsi référence à la vulnérabilité de son pays s’il devait reconnaître la Chypre Turque, à cause des pressions de l’Union Européenne.

Avant que le Plan Annan ne soit soumis à referendum, et alors qu’il était en visite en Turquie en 2004, le Président azerbaïdjanais Aliyev avait affirmé que son pays prendrait en considération la reconnaissance d’une Chypre turque, si les Chypriotes grecs disaient « non » au plan de l’ONU en vue de la réunification l’île divisée depuis longtemps [ l’occupation turque de 1974]. Cependant, le bloc de 27 pays (l’UE) avait mis l’Azerbaïdjan sous haute pression, pour qu’il ne reconnaisse pas la RTNC, le menaçant alors de reconnaître symétriquement la république auto-déclarée du Nagorno-Karabakh, un territoire azerbaïdjanais disputé par l’Arménie au début des années 1990.

Des spéculations ont aussi circulé et prétendu que les représentants grecs à Chypre et la Grèce eux-mêmes avaient envoyé une note à l’Azerbaïdjan, le menaçant de reconnaître les Nagorno-Karabakh si l’Azerbaïdjan reconnaissait la Chypre turque.

ET POUR CA !!! ERDOGAN NE S'EXCUSE PAS ?






Retour à la rubrique


Source/Lien : Aschkel.info



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org