Aujourd'hui : Vendredi, 19 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 août
Publié le : 16-08-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


16 août 1943 -- Pologne : Lublin. Un mouvement de résistance prend corps dès que l’Action projetée est connue de la population juive. Il parvient à faire sortir de nombreux juifs de la ville et les combattants cachés dans les bois attaquent les Allemands à plusieurs reprises. 
Les résistants juifs s’installent dans des points fortifiés et se battent contre les nazis jusqu’au dernier. Les nazis déportent alors 40 000 hommes et femmes aux camps d’extermination de Treblinka et de Maïdanek. 
Les combattants juifs cachés dans la forêt poursuivent la lutte contre les nazis. Presque tous y perdent la vie. Seulement 950 juifs de Bialystok survivront à l’occupation nazie, soit comme partisans ou réfugiés dans les bois, soit cachés par des amis polonais sous une fausse identité, soit comme rescapés d’un camp de concentration.

Ça s’est passé un 16 août (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

16 août 1915 -- Empire ottoman : Nisibin (sancak de Mardin). Les notables chrétiens, y compris l’évêque jacobite de Nisibin sont arrêtés et exécutés hors du bourg. Femmes et enfants sont exterminés au cours des jours suivants et jetés dans 65 puits.
*** (Ternon, 2002 :182-184; Simon, s.d. :12).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

16 août 1915 -- Empire ottoman : lettre datée du 3/16 août 1915 , sortie de la frontière ottomane par une réfugiée arménienne, qui l'avait cachée dans la semelle de son soulier.
A la hâte et en secret, profitant d'une occasion, je m'empresse de vous faire parvenir la voix agonisante des survivants de la terrible crise que nous traversons en ce moment ; on nous fauche la vie, on nous extermine. Ce sera peut-être la dernière voix de l'Arménie que vous entendrez ; nous n avons plus peur de la mort, nous la voyons de près cette mort de la Nation ; nous sommes des épaves qui clamons la vie de nos frères ; ces lignes ne peuvent pas décrire notre malheur, cela exige de longues enquêtes !
Imprescriptible : Le livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman

16 août 1915 -- Empire ottoman : les massacres commencent à Nisibe le 16 août 1915. Les notables sont tués les premiers, dont l’évêque jacobite. Ils sont emmenés à quelques heures de la ville et exécutés. Puis vient le tour des hommes et celui des femmes. La famille Chouha est particulièrement visée. Ses membres sont transférés à Diarbékir via Mardin pour être jugés. Un garde se charge d’Abdelkarim Chouha, de sa mère, Myriam, de sa femme, Chemmé, âgée de vingt-quatre ans, et de leurs enfants. Le gendarme impose à Madame Chouha d’assister au meurtre de son mari et de ses enfants. Puis il l’emmène chez lui et tente de la violer. Comme elle se débat, il la poignarde. Une enfant de douze ans, une fille de Myriam, la soeur d’Abdelkarim, qui a survécu, assiste au meurtre. Elle reste captive pendant plusieurs mois avant de retourner près de sa mère, Myriam, qui, elle aussi, survit. Un autre récit confirme que tous les chrétiens de Nisibe sont tués, à l’exception de quelques personnes qui parviennent à gagner le Sindjar.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Caza de Djezireh et de Nisibe

16 août 1915 -- Empire ottoman : deux convois suivent, le deuxième quinze jours après – il comprend des Arméniennes et des jacobites –, le troisième huit jours après le deuxième – il regroupe 600 femmes chaldéennes. Le 16 août, quelques survivantes parviennent à Mardin où elles font au père Armalé le récit de ces événements. Parmi elles, une sœur dominicaine, la sœur Wareina, accompagnée de trois autres femmes. Elles appartiennent au troisième et dernier convoi. Les déportées ont marché dans des conditions aussi insupportables que les femmes des deux autres convois. A chaque étape, les tchété passaient au cours de la nuit avec des torches. Ils choisissaient leurs victimes, les violaient et les tuaient. La sœur, qui marchait en compagnie de sa mère, de ses sœurs et de leurs enfants, s’était barbouillé le visage pour s’enlaidir. La mère est assassinée, une de ses sœurs tuées pour avoir refusé de suivre un Kurde.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Des informations sur les massacres de Séert parviennent à Mardin

16 Août 1915 -- Empire ottoman : le chemin de fer de Bagdad. Journal d'un résident étranger de la ville de B. {Tarsus} sur une section de la ligne, édité par William Walter Rockwell Esq. Ph. D. et publié par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens. (1916)
Une foule de déportés de Zeïtoun, chassés de Sultanieh est partie dans la direction de BM. Je crains qu'ils n'aillent à la mort. De 600 à 700 sont morts déjà de fatigue et de maladies.
J'ai fait des visites de Baïram à des Turcs et j'ai été bien reçu. Mais on ne peut être sûr du cœur de personne, en ces jours.
Imprescriptible : Le livre bleu du gouvernement britannique concernant le traitement des Arméniens dans l'Empire ottoman

16 août 1919 -- 105 juifs sont cruellement égorgés, 20 grièvement blessés et 10 femmes juives violées au cours d’un pogrom sur une grande échelle auquel se livre à Lipovetz (Podolie) la 8ème division ukrainienne. 


- 166 juifs sont massacrés et 10 femmes juives violées lors d’un pogrom auquel se livrent durant trois jours à Pechtchanka (Podolie) les soldats du 1er régiment de la « division bleue », une unité de l’Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
- Loi antijuives dans le département de l’Aisne. Les juifs devront remettre leurs poste de T.S.F (radio) à la police française de Soissons.
Skynet : 16 août, ce jour-là, n'oubliez pas

16 août 1942 -- Liquidation du ghetto de Lvov en Ukraine : 40 000 Juifs sont déportés dans les camps d’extermination.
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

16 août 1942 -- Dans la nuit du 15 au 16 août 1942, a lieu la première grande rafle nocturne de la solution finale en Belgique : la police anversoise arrête plus de 1.000 Juifs dont 28% d’enfants qui sont déportés deux jours plus tard.
BS Encyclopédie : Déportation en Belgique

16 août 1942 -- 2 000 juifs sont assassinés à Pohost (Ukraine) par les nazis, assistés de volontaires ukrainiens.
Skynet : 16 août, ce jour-là, n'oubliez pas

16 août 1943 -- Tous les juifs du ghetto de Sosnoviec, près de Katowice (Pologne), sont déportés, à l’exception d’un millier de personnes, au camp d’extermination d’Auschwitz.


- Révolte des internés juifs au camp de travail forcé de Krychov (Pologne), cruellement réprimée par les SS. 


- Pologne : Lublin. 
Un mouvement de résistance prend corps dès que l’Action projetée est connue de la population juive. Il parvient à faire sortir de nombreux juifs de la ville et les combattants cachés dans les bois attaquent les Allemands à plusieurs reprises. 
Les résistants juifs s’installent dans des points fortifiés et se battent contre les nazis jusqu’au dernier. Les nazis déportent alors 40 000 hommes et femmes aux camps d’extermination de Treblinka et de Maïdanek. 
Les combattants juifs cachés dans la forêt poursuivent la lutte contre les nazis. Presque tous y perdent la vie. Seulement 950 juifs de Bialystok survivront à l’occupation nazie, soit comme partisans ou réfugiés dans les bois, soit cachés par des amis polonais sous une fausse identité, soit comme rescapés d’un camp de concentration.
De ce jour au 18 août, reprise des déportations au ghetto de Bialystok. Les familles sont séparées sur l’ordre d’Himmler. De nombreux Juifs sont exécutés au cours du processus de sélection. Le lendemain, 1 200 enfants sont sélectionnés pour être déportés à Theresienstadt. Un mois plus tard, ceux qui étaient encore vivants ont été envoyés à Birkenau. 53 adultes se sont portés volontaires pour se joindre à eux. Plus de 48 000 Juifs ont été déportés du ghetto de Bialystok.
- Dans le Ghetto de Bialystok, les juifs se révoltent en vain contre la déportation.
Skynet : 16 août, ce jour-là, n'oubliez pas

16 août 1944 -- Un convoi de seize juifs quitte Vienne (Autriche) pour le camp de concentration de Theresienstadt.
- Au cœur de la forêt de Compiègne, des déportés de Royallieu sont chargés dans les wagons à bestiaux. Le 17 août 1944 au matin, le convoi s’ébranle pour Buchenwald. Ce sera le dernier train de déportés en partance de Compiègne à franchir la frontière allemande. 
Huit mois plus tard, à la Libération du camp de Buchenwald, Sur les 1250 déportés que comptaient ce convoi, moins de 300 sont encore en vie.
Skynet : 16 août, ce jour-là, n'oubliez pas

16 août 1974 -- L'armée turque instaure un cessez-le-feu à Chypre, après avoir divisé l'île en deux zones, grecque et turque.
Yahoo : L'éphéméride du mardi 16 août 2011


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org