Aujourd'hui : Dimanche, 22 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 septembre
Publié le : 16-09-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


16 septembre 1919 -- Allemagne : Hitler s’exprime, dans un texte, pour la première fois sur les juifs. Il écrit notamment : « L’antisémitisme fondé sur des motifs purement sentimentaux, trouvera son expression ultime sous forme de pogroms. L’antisémitisme selon la raison doit, lui, conduire au combat législatif contre les privilèges des Juifs et à l’élimination de ces privilèges... Son but ultime [celui de l’antisémitisme] doit, immuablement, être l’élimination des Juifs en général. »

Ça s’est passé un 16 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

16 septembre 1909 -- Empire ottoman : lettre de Zabel Essayan à Tigrane Essayan
Mersine, le [jeudi] 16 septembre 1909
Mon cher Tigrane,
Après un long voyage, chargée d’impressions pénibles, je suis arrivée saine et sauve à Mersine. Nous avons quitté Adana et, après être passés par Mersi (l’ancienne Mamesdia), nous sommes arrivés à Sis. Nous y sommes restés trois jours. Je t’ai envoyé une lettre qui contient les détails. Puis, nous avons repris la route et nous sommes arrivés à Kars-Bazar où les Arméniens ont réussi à se regrouper quelque part et à se défendre par la force des armes, mais la populace est parvenue à brûler les habitations, toutes abandonnées. Il reste tout juste une dizaine de maisons abritant des Arméniens. Il reste aussi l’église et l’école. Comme il s’agit d’une population d’agriculteurs, les gens sont dans une grande misère parce qu’on a emporté leurs animaux et leurs outils. On a abîmé les récoltes et on a brûlé les machines agricoles qu’on n’a pas pu emmener. Nous y sommes restés une nuit et, le lendemain, nous sommes arrivés à Osmaniyé. Là, pour s’être conduit prudemment et avoir écouté ses bourgeois et ses prêtres, la population a été anéantie de fond en comble. Osmaniyé est une grande localité. Les ruines n’y ont pas de fin, seules trois maisons y ont été sauvées. Huit cents personnes ont été massacrées à coup de fusil, à coup de sabre, ainsi qu’à la hache, et deux cents ont été brûlées dans l’église. Ces chiffres ne sont pas significatifs et ne constituent qu’un minimum. Nous avons passé une nuit effroyable dans une maison où vingt-cinq familles infortunées avaient trouvé refuge. La nuit, on n’a pas pu dormir tranquillement à cause des soupirs des mères dont le cœur est meurtri. Le lendemain matin, à l’aube, on a repris la route et on est arrivé à Erzin où, sous prétexte de distribuer des secours, nous avons pu voir nos prisonniers. Nous avons également vu les cinq Arméniens qui ont été condamnés à la potence et parmi lesquels il y a un adolescent de quatorze ans. On leur a insufflé du cœur et du courage.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Zabel Essayan et les orphelinats arméniens fondés au lendemain des massacres de Cilicie d’avril 1909

16 septembre 1915 -- Empire ottoman : télégramme adressé par Talaat à la préfecture d'Alep le 16 septembre 1915 et portant le numéro 502
Nous vous recommandons de soumettre aussi bien les femmes que les enfants aux ordonnances qui vous ont été antérieurement prescrites, d'appliquer aux mâles des personnes connues et de désigner pour ces fonctions des employés de confiance.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : Les documents Naïm-Andonian

16 septembre 1916 -- Empire ottoman : les autorités turques entrent dans les bureaux consulaires américains pour rechercher les enregistrements britannique.
Chronology of the Armenian Genocide

16 septembre 1919 -- Allemagne : Hitler s’exprime, dans un texte, pour la première fois sur les juifs. Il écrit notamment :
« L’antisémitisme fondé sur des motifs purement sentimentaux, trouvera son expression ultime sous forme de pogroms. L’antisémitisme selon la raison doit, lui, conduire au combat législatif contre les privilèges des Juifs et à l’élimination de ces privilèges... Son but ultime [celui de l’antisémitisme] doit, immuablement, être l’élimination des Juifs en général. »
PHDN : L’antisémitisme mortifère d’Hitler

16 septembre 1922 -- Le correspondant du Times télégraphiait de Constantinople, le 16 septembre, qu'avant l'incendie de Smyrne, un détachement naval anglais, qui gardait l'usine à gaz, assista au viol, en pleine rue, de plusieurs femmes grecques par des soldats turcs. Les marins anglais ne purent pas intervenir, ayant reçu l'ordre formel de s'abstenir de toute action en dehors de la surveillance des gazomètres.
Extrait du 4ème chapitre du livre de E. Dourmoussis, La vérité sur un drame historique, la catastrophe de Smyrne, Septembre 1922, Paris, Caffin, 1928
Imprescriptible : La Catastrophe de Smyrne

16 septembre 1939 -- Les nazis assassinent 6 juifs à Jarczev (district de Lukov, Pologne).
Le jour de l'entrée des Allemands, 16 juifs sont arrêtés à Wloclawek, au sud-est de Bydgoszcz (Pologne). Conduits à la prison de la ville, ils sont assassinés et enterrés dans une fosse commune dans le cimetière juif.
Deux jours après l'entrée des Allemands à Przemysl (province de Rzeszow, Pologne), 500 juifs y sont fusillés. Deux jours plus tard, les Allemands remettent la ville aux autorités soviétiques.
Au début de la guerre, 20 000 juifs vivaient à Przemysl, dont la communauté remonte au milieu du XVIe siècle.
Israelvivra.com

16 septembre 1942 -- 6 000 juifs du ghetto de Jedrzejow (province de Kielce, Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka. 200 juifs seulement restent encore dans le ghetto.
Création d'un camp de travail forcé pour les juifs à Pustkov (province de Kielce, Pologne).
Les SS et des auxiliaires ukrainiens déportent 1 400 juifs du ghetto de Radziechov (R.S.S. d'Ukraine) au camp d'extermination de Belzec (Pologne).
Un train avec 1 003 juifs, hommes et femmes, quitte le camp de regroupement de Drancy (France) pour le camp d'extermination d'Auschwitz, où 856 déportés sont aussitôt envoyés dans les chambres à gaz. 33 hommes et 1 femme seulement survivront jusqu'en 1945.
Un onzième convoi avec 1 742 juifs, dont 523 enfants, quitte le camp de regroupement de Malines (Belgique) à destination du camp d'extermination d'Auschwitz. 30 déportés seulement survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.
Israelvivra.com

16 septembre 1943 -- En deux jours, 24 juifs sont déportés de Merano (Italie) au camp d'extermination d'Auschwitz.
La Transylvanie méridionale, appartenant à la Roumanie, est occupée passagèrement par des unités hongroises sous le commandement d'officiers d'extrême droite. Dans la ville de Sarmas, un groupe d'antisémites locaux, dirigés par un certain Varga et sa femme, préparent la liquidation de la communauté : les 126 habitants juifs sont conduits sur une colline voisine où tous sont massacrés par un commando de gendarmerie, dirigé par un capitaine hongrois.
Israelvivra.com

16 septembre 1943 -- Déportation des Juifs de Minsk à Sobibor. Déportation des Juifs de Merano en Italie.
Ajpn : Repères chronologiques 1905 à 1945

16 septembre 1943 -- Lituanie : le commandant Karl, officier allemand, membre du parti nazi, transporte ses travailleurs juifs et leur famille, soit plus de 1000 personnes, du ghetto de Vilnius au camp HKP nouvellement érigé rue Subocz où ils seront relativement en sécurité quand le ghetto de Vilnius sera liquidé dix jours plus tard par les SS. Les conditions dans le camp sont relativement correctes, avec un travail décent, de la nourriture adéquate et grâce aux ordres de Plagge de traiter les civils avec respect, presque sans brutalités de la part des soldats allemands. Malgré la bienveillance de Plagge et de ses hommes, le sort des Juifs du camp reste au final entre les mains des SS, qui pénètrent à deux occasions dans le camp afin de commettre leurs atrocités.
Wikipédia : Karl Plagge


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org