Aujourd'hui : Dimanche, 22 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 19 septembre
Publié le : 19-09-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 19 septembre 2010 -- Turquie : Une messe arménienne a eu lieu dans l’église arménienne Sainte Croix sur l’île d’Aghtamar située dans l’est de la Turquie pour la première fois depuis le génocide des Arméniens d'Anatolie, en 1915, célébrée par l'archevêque Aram Atéchian. Plusieurs milliers de touristes venus d'Arménie et de toute la diaspora ont fait revivre, dimanche 19 septembre, la petite église de l'île d'Akhtamar. L'Etat turc a autorisé la tenue d'une cérémonie religieuse dans cette église du Xe siècle, l'une des plus sacrées pour tous les Arméniens, dont la rénovation avait été achevée en 2007. Malgré leurs promesses, les autorités turques ont échoué à placer une croix sur le dôme de l’église.

Ça s’est passé un 19 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


19 septembre 1895 -- Empire ottoman: Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie .« Nous avons eu une alerte. Vers une heure du matin, la nuit étant très noire, nous avons été réveillés par les grognements des chiens. Comme ces grognements augmentaient, Maurice s'est levé, a armé son revolver, et, relevant sans bruit le pan de la tente, s'est glissé au dehors. Il a trouvé bientôt Panayoti, son fusil à la main, qui cherchait à sonder les ténèbres. Le cawas a dit que, depuis un moment, il voyait rôder des ombres. Même il avait poursuivi une de ces ombres, puis s'était arrêté, craignant d'être entraîné dans une embuscade. Lui et Maurice sont alors partis ensemble; je les ai entendus s'éloigner, et le coeur me battait bien fort... Leur ronde est restée infructueuse, et pourtant les chiens n'arrêtaient pas de gronder. Ce matin, par un berger arménien, nous avons appris que c'était Panayoti qu'on voulait tuer. Impossible d'obtenir plus de détails. Il n'ose pas parler, le berger ! Sont-ce des Kurdes, des Circassiens, des Turcs ?- Sais-tu ce que cela veut dire? me dit Maurice. Tout simplement que bientôt on va massacrer, et que je gêne, car ils savent bien que je me mettrai en travers ; or, si je perds Panayoti, je ne le remplacerai pas. Vois-tu, assez de. villégiature. Rentrons à Sivas!» Carlier, Emilie. Au milieu des massacres, Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. Paris, Félix Juven, 1903
Imprescriptible.fr : Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie

19 septembre 1908 -- Empire ottoman : bien que moins organisé et implanté que son homologue arménien, le nationalisme kurde existait aussi dans la province. Le 19 septembre 1908, les nationalistes kurdes fondèrent à Dyarbekir une section de l’Association Kurde de Secours et de Progrès. Selon ses statuts, celle-ci avait pour but de respecter la Constitution, poursuivre la notion d’ottomanisme, mettre fin aux guerres tribales et maintenir « harmonie et bonnes relations entre leurs compatriotes les Arméniens, les Nestoriens et les autres sujets ottomans. »
Armenian Trends - Mes Arménies

19 septembre 1909 -- Empire ottoman : Au congrès de la FRA à Varna (14 août-19 septembre 1909), les partisans d’un État-nation souverain échouent devant les révolutionnaires qui visent l’autodéfense des Arméniens et leur alliance avec les autres minorités. Finalement, les indécisions des Jeunes-Turcs entre ottomanisme et turcisme conduisent la FRA à coopérer avec le CUP tout en poussant la société arménienne à s’organiser. Bientôt, au sein du gouvernement, le ministre de la Défense, Mahmout Chevket, ouvert aux puissances européennes du pays et soucieux de restructurer l’armée, entre en conflit avec les ministres unionistes Djavid bey aux Finances et Talaat à l’Intérieur.
Denis Donikian, Le Monde - blogs

19 septembre 1911 -- Empire ottoman : l’administration et la comptabilité seront assurées d’après les principes généraux fixés par l’Instruction du 19 septembre 1911 (B.O.E.M. vol. 1 ter). Il ne sera toutefois constitué qu’un seul bureau de comptabilité, quel que soit l’effectif de la Légion, et les écritures à tenir pour l’ensemble de la Légion d’Orient seront limitées à celles prévues pour un bataillon par l’article 5 de l’Instruction précitée ; toutefois, le registre de l’état civil et les livrets individuels ne seront pas tenus pour le personnel auxiliaire. Les dépenses seront ordonnancées et payées par la division navale de Syrie, pour le compte du Département de la Guerre, sur états fournis et certifiés par le commandant de la Légion d’Orient. Les pièces justificatives de dépenses seront adressées par les services ordonnateurs au ministre de la Guerre - direction du contrôle (bureau des fonds et ordonnances). [Signé] : Général Roques © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La légion d'Orient et le mandat français en Cilicie

19 septembre 1914 -- Empire ottoman: le 19 septembre, un convoi de conscrits chrétiens est emmené vers Diarbékir. Il est accompagné jusqu’à la sortie de Mardin par des femmes et des enfants en pleurs. La plupart de ces recrues sont des hommes pauvres. Ils partent pieds nus, avec quelques vêtements et un peu de nourriture. Dans les villages, les femmes vont devoir travailler à la place de leurs maris. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Mardin dans la Guerre mondiale

19 septembre 1915 -- Empire ottoman : le Patriarche arménien de Constantinople, Monseigneur Zaven, s'entretint avec Talaat. Celui-ci lui expliqua que les Arméniens étaient responsables de la situation. Il protesta de ses sentiments pro-arméniens : « Moi, j'aimais les Arméniens, car je les savais utiles en tant qu'éléments du pays, mais c'est le contraire qui fut. Il est normal que j'aime encore plus ma patrie que les Arméniens. » Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Le grand ordonnateur : Talaat Pacha

19 septembre 1915 -- Empire ottoman : « il y a peu de jours — nous sommes aujourd'hui au 3 octobre, — j'appris d'un témoin oculaire qu'il y eut un massacre le 19 septembre à Ourfa, et que les Arméniens furent ce jour-là fusillés, poignardés, attaqués à la baïonnette et écorchés vifs par la population en général. Mais qu'ensuite lorsque cette personne quitta la ville, au 22 septembre, le massacre était encore continué par les soldats, au moyen de baïonnettes et de sabres. Il paraît que les Arméniens étaient réunis en un certain endroit et qu'ils les en sortaient un à un pour les sabrer et les massacrer avec de longs sabres poignards. »
Imprescriptible.fr : Damas. - Rapport d'un résident étranger {Greg Young, agent consulaire} à Damas, daté du 20 septembre, mais contenant des informations allant jusqu'au 3 octobre 1916 : communiqué par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens.

19 septembre 1918 -- Empire ottoman : au cours de l’été 1918, le général Allenby, à la tête d’un corps expéditionnaire, décida de reprendre l’offensive en Palestine. Bien que d’une manière modeste, le gouvernement français décida d’y participer en dépêchant le D.F.P.S., sous le commandement du colonel de Piépape. Le 31 août 1918, le D.F.P.S. entra en action dans le secteur de Rafat, en Palestine. L’offensive générale débuta le 19 septembre 1918 sur le front de l’Arara, position fortifiée et observatoire important. En face des troupes françaises, sur les positions de l’Arara, étaient en ligne les 701e, 702e, et 703e bataillons allemands, qui formaient le noyau le plus solide de l’armée ennemie, commandés par le colonel von Oppen. Un bataillon arménien de la Légion d’Orient commandé par le lieutenant-colonel Romieu, tenait le côté droit du dispositif français, tandis qu’un régiment de tirailleurs algériens, sous la direction du lieutenant-colonel Régnier, occupait le flanc gauche. Le centre était tenu par un détachement à pied du 4e spahis, la compagnie syrienne et quatre sections de mitrailleuses. Le deuxième bataillon arménien se tenait en réserve. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie(1916-1921)
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1918

19 septembre 1919 -- Empire ottoman : le 19 septembre 1919, l'Union interprovincial (sic) arménienne de Alep a établi un "Rapport des Arméniens à rapatrier". Ils sont 11293 (dont 3 500 orphelins), mais 873 seulement viennent de Bitlis, de Mouch et du Sassoun. Ce qui s'est passé à Mouch et dans le Sassoun a été un nettoyage ethnique brutal, rapide et réussi, au sein du vaste dispositif de déportation des populations civiles qui a conduit au génocide arménien de 1915. CDCA, Actualité du génocide des Arméniens, préface de Jack Lang, Paris, Edipol, 1999.
Imprescriptible.fr : colloque CDCA (1998) / L'actualité du génocide des Arméniens

19 septembre 1921 -- Empire ottoman : exposé sur la déportation des femmes et des enfants en Turquie et dans les territoires avoisinants, présenté par Melle Vacaresco, déléguée de la Roumanie à la cinquième commission, Genève, le 19 septembre 1921 ; « la commission doit en effet détecter les faux extraits de naissance, les fausses déclarations de fonctionnaires turcs affirmant que tel enfant est musulman, alors qu’il est chrétien et que l’on sait que la moitié des enfants soi-disant turcs qui se trouvent dans les orphelinats turcs sont arméniens. On trouve également sur les listes nominatives de ces enfants prétendus turcs un nombre important d’enfants que l’on dit kurdes et qui sont en fait arméniens : « C’est à travers ce fouillis, ces ruses si bien agencées, à travers une aussi évidente et désolante insuffisance de moyens que la commission d’enquête a dû se frayer un chemin » » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Mardin dans le génocide arménien

19 septembre 1921 -- Empire ottoman : l’Assemblée nationale accorde à Mustafa Kemal le titre de maréchal et de Gazi (héros vétéran).
Wikipedia

19 septembre 1922 -- France : publication du N° 4299 du périodique «Excelsior ». Au sommaire : " Smyrne "
Archives Imprescriptible

19 septembre 1922 -- Empire ottoman : le 18 juillet, l’amiral Bristol, représentant des États-Unis à Constantinople, envoya par télégramme une protestation directe au gouvernement d’Angora, et enfin les Hauts-Commissaires alliés, sur ordre de leurs gouvernements, adressèrent le 5 septembre un télégramme collectif à Youssef Kémal, ministre nationaliste des affaires étrangères, pour protester énergiquement contre les atrocités turques, particulièrement dans la région du Pont. Youssef Kémal, dans sa réponse, nia les affirmations figurant dans la protestation. Le 19 septembre, une nouvelle protestation fut adressée au ministre des affaires étrangères de Constantinople à propos des déportations d’Arméniens dans la région de Marach et Birejik. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L’attitude kémaliste envers les Chrétiens après l’accord d’Angora

19 septembre 1935 -- Sont votées les lois de Nuremberg dans lesquelles il est disposé que tout mariage entre juifs et allemands est strictement interdit. Un climat général de terreur s'est installé en Allemagne. Alors que la police apparaît lors des films de propagande comme proche du peuple, les dénonciations se multiplient.
Wikipedia

19 septembre 1939 -- La Wehrmacht assassine 100 juifs du village de Lukov, à l'est de Varsovie.
Israelvivra.com

19 septembre 1939 -- Hitler fait son entrée dans la ville de Dantzig. Cette ville servit de prétexte à Hitler pour des revendications territoriales à la Pologne.
ajpn

19 septembre 1941 -- 500 juifs de Lipniszek (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) sont déportés à Ivje, où ils sont soumis au travail forcé.
Tous les juifs de la ville de Jitomir (R.S.S. d'Ukraine) qui n'ont pu fuir à temps sont assassinés par les nazis. Leur nombre exact n'est pas connu mais atteint sans doute 15 000 victimes.
Israelvivra.com

19 septembre 1941 -- Les nazis interdisent aux Juifs l'utilisation des transports publics. Tous les Juifs de plus de six ans sont soumis au port de l'étoile jaune. Des décrets de zone de résidence stricts cantonnent dans certains quartiers des villes allemandes.
Wikipedia

19 septembre 1941 -- La Wehrmacht entra dans Kiev, qui comptait 900 000 habitants dont 120 à 130 000 Juifs.
Wikipedia

19 septembre 1942 -- Début de la première déportation des 5 000 juifs de Parczew (district de Lublin) au camp d'extermination de Treblinka. Plusieurs centaines de juifs parviennent à fuir dans les bois, où ils forment une unité de partisans commandée par Alexander Sakotnicki, officier juif de l'armée polonaise. Environ 150 partisans juifs survivront à la guerre. Protégés par les rois de Pologne, des juifs ont vécu à Parczew depuis le XVIe siècle.
Un convoi de 1 000 juifs du camp de concentration de Theresienstadt est envoyé à Minsk Trostinets (R.S.S. de Biélorussie), où les déportés sont fusillés à leur arrivée.
Environ 3 000 juifs du ghetto de Brody (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont arrêtés et déportés au camp d'extermination voisin de Belzec, où tous sont tués. Des groupes de résistants juifs poursuivent leurs actions sans trêve.
Israelvivra.com

19 septembre 1944 -- Une Aktion de quatre jours a lieu au camp de travail forcé de Klooga (R.S.S. d'Estonie) : 3 000 juifs environ sont assassinés devant l'avance des troupes soviétiques. Parmi les victimes se trouvent 1 500 juifs de Vilna.
Un deuxième groupe de 2 500 travailleurs juifs de Hongrie quitte les mines de cuivre de Bor, à 200 kilomètres au sud-est de Belgrade. Au cours de la marche, plusieurs centaines d'hommes épuisés sont fusillés. Après une exécution massive le 7 octobre, les survivants de ce groupe sont déportés dans les camps de concentration allemands de Buchenwald et de Flossenbürg, où presque tous périssent.
Israelvivra.com

19 septembre 2005 -- Belgique : en réponse au refus d'Ankara de reconnaître Chypre, l’Union Européenne ouvre, malgré tout, la voie à l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie prévue le 3 octobre. Au terme d’une réunion de ses Ambassadeurs, le 19 septembre à Bruxelles, l'UE demande à Ankara de reconnaître Chypre "au plus tard" au moment de son éventuelle adhésion. La présidence britannique de l’UE, selon l'un de ses porte-parole, a par ailleurs déclaré être "confiante que les négociations commenceront à l'heure".
CDCA

19 septembre 2007 -- Turquie : analyse de Yavuz Baydar dans le journal turc Zaman : « La Turquie est un pays particulier où la liberté d’expression est toujours limitée mais où les discours de haine sont en général ignorés et impunis. Le dernier acte honteux est cette chanson/vidéo postée sur YouTube, qui glorifie ouvertement le meurtrier de notre collègue, Hrant Dink ».
Collectifvan.org

19 septembre 2010 -- Turquie : Une messe arménienne a eu lieu dans l’église arménienne Sainte Croix sur l’île d’Aghtamar située dans l’est de la Turquie pour la première fois depuis le génocide des Arméniens d'Anatolie, en 1915, célébrée par l'archevêque Aram Atéchian. Plusieurs milliers de touristes venus d'Arménie et de toute la diaspora ont fait revivre, dimanche 19 septembre, la petite église de l'île d'Akhtamar. L'Etat turc a autorisé la tenue d'une cérémonie religieuse dans cette église du Xe siècle, l'une des plus sacrées pour tous les Arméniens, dont la rénovation avait été achevée en 2007. L’événement du 19 septembre avait été présenté par le gouvernement turc comme le signe incontestable de ‘sa grande tolérance’. Mais en signe de protestation contre la liturgie qui s’est tenue le 19 septembre dernier en l’église arménienne Sourp Khatch d’Aghtamar des centaines de nationalistes (MHP) ont été autorisés par le gouvernement AKP de Recep Erdogan à faire leurs prières islamiques du vendredi 1er octobre 2010 en la Cathédrale arménienne de la Sainte Vierge à Ani.

Collectifvan.org - Turquie : Aghtamar doit retourner au Patriarcat arménien
Rue89
Le Monde
Collectifvan.org - Turquie : profanation d’une église arménienne

19 septembre 2010 -- Arménie : le 19 septembre, le mémorial dédié aux victimes du génocide arménien de Tsitsernakaberd a accueilli une manifestation contre " le show" turc visant à organiser une messe dans l’église Sainte Croix sur l’île d’Aghtamar. Le rassemblement a été organisé par le Musée du génocide arménien. Malgré leurs promesses, les autorités turques ont échoué à placer une croix sur le dôme de l’église. Les Saint-Siège de Cilicie et d’Echmiadzin, le Patriarcat de Jérusalem, aussi bien que de nombreuses organisations dans la diaspora ont refusé de participer à la cérémonie.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org