Aujourd'hui : Mardi, 17 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 22 septembre
Publié le : 22-09-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



22 septembre 2010 -- Cérémonie d’Antoura (Liban) : discours prononcé le 22 septembre 2010 par Maurice Missak Kelechian, lors de l’émouvante cérémonie qu’il a initiée au Collège St. Joseph d’Antoura . « … Les fleurs que je placerai aujourd’hui sur la tombe des orphelins seront déposées en mémoire à tous les orphelins d’Antoura Arméniens, Turcs et Kurdes… » Maurice Missak Kelechian, Arménien du Liban, il a entrepris, depuis 2005, un véritable travail de ‘fouilles historiques’ en révélant l’histoire méconnue de l’orphelinat d’Antoura, situé dans les murs du Collège Français St. Joseph d’Antoura au Liban.




Ça s’est passé un 22 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

22 septembre 1287 -- 6 juifs du village de Lahstein (Allemagne) sont massacrés à la suite de l'accusation de meurtre rituel portée contre les juifs d'Oberwesel.
Israelvivra.com

22 septembre 1499 -- Les Turcs ravagent Vicence, en Italie.
Wikipedia

22 septembre 1795 -- La mort de Sayat-Nova (en arménien Սայաթ-Նովա, en persan سایاتنووا, en géorgien საიათ-ნოვა) (14 juin 1712 à Tiflis – 22 septembre 1795 à Haghpat), ou le « roi des chansons », est le nom donné au poète arménien Harutyun Sayatyan, ou le nouveau Saâdi. Il fut le Rossignol énamouré qui chanta sa Rose avec une soif inextinguible. Chanteur et maître du kamânche, il joue, compose avec son instrument préféré, il écrit de la poésie, soit 68 odes en arménien, 65 odes en géorgien et 128 odes en dialecte turc de la Transcaucasie. Ce qui le caractérise, c'est sa « singularité universelle ». Selon Élisabeth Mouradian et Serge Venturini, traducteurs du poète en France, « trois siècles après son œuvre, celui qui écrivit en plusieurs langues demeure toujours un pont entre les peuples du Caucase, où il est toujours chanté et aimé de tous. » Il fut troubadour1, un troubadour célébré autant que honni à la cour d'Irakli II (ou Héraclius II de Géorgie). Irakli II aurait aidé à créer une alliance entre la Géorgie, l'Arménie et le Shirvan contre l'Empire perse. Banni de la cour par le roi en 1759, Sayat-Nova devint par sentence royale moine au monastère de Haghpat, parce qu'il serait, semble-t-il, tombé amoureux de sa sœur, la princesse Anna Batonachvili. Il est assassiné par l'armée d'Agha Mohammed Khan qui dévasta la ville de Tiflis et ses alentours, en 1795.
Wikipedia

22 septembre 1908 -- Empire ottoman : le docteur Nazim était un idéologue et un organisateur. Chakir se place en relais de Nazim, à la fois organisateur et exécutant. Behaeddine Chakir, né en 1877, fut dès ses débuts un homme de terrain. Exilé à Erzindjan pour ses activités révolutionnaires, il s'enfuit en Egypte et rejoignit à Paris Ahmed Riza. Deux historiens turcs publient des lettres rédigées de 1906 à 1908 par Chakir. Ces lettres montrent l'évolution des relations entretenues par les Jeunes-Turcs avec les groupes politiques arméniens. La première est datée du 22 septembre 1906, c'est-à-dire plus d'un an avant le congrès des partis d'opposition de l'Empire ottoman qui se réunit à Paris et consacra l'alliance arméno-turque. Nazim et Chakir – dont la complicité ne s'est jamais démentie – s'adressent « à nos frères Azerbaïdjanais au Caucase ». Ils leur conseillent de s'unir aux Arméniens pour combattre leur principal ennemi, la Russie; et ils ajoutent, en contrepoint: « Les Arméniens pourront ultérieurement être remis dans le droit chemin lorsque les musulmans seront majoritaires ». Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Les architectes du génocide

22 septembre 1908 -- L'Empire ottoman reconnaît la Bulgarie.
Wikipedia

22 septembre 1915 -- Empire ottoman : télégramme adressé par Talaat à la préfecture d'Alep le 22 septembre 1915. « Le droit des Arméniens de vivre et de travailler sur le territoire de la Turquie est totalement aboli ; le gouvernement, assumant toutes les responsabilités à ce sujet, a ordonné de n'en même pas laisser les enfants au berceau. On a vu dans quelques provinces l'exécution de cette ordonnance. Cela étant ainsi, pour des raisons que nous ignorons, on fait des exceptions pour certains individus, lesquels au lieu d'être envoyés dans le lieu de leur exil, sont laissés à Alep, et de ce fait on met le gouvernement devant une nouvelle difficulté. Sans admettre leurs raisons, femmes ou enfants, quels qu'ils soient, même ceux qui sont incapables de se mouvoir, faites- les sortir de là et ne donnez pas prise à la population pour les défendre. La population met par ignorance ses intérêts matériels au-dessus des sentiments patriotiques, et n'est pas à même d'apprécier la grande politique que le gouvernement suit à ce propos. Etant donné que les actes de suppression commis ailleurs indirectement -rigueur, accélération de marche, les tracas de route, les misères -peuvent être assurés là directement, employez-vous y d'arrache-pied, sans perte de temps. Le ministère de la Guerre a informé tous les commandements d'armées que les chefs des stations militaires ne doivent pas s'immiscer dans le déplacement des déportés. Informez les fonctionnaires qui se chargeront de cette affaire que, sans craindre les responsabilités, ils doivent travailler à atteindre le véritable but. Veuillez me communiquer toutes les semaines les résultats de votre activité en rapports chiffrés. » Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Les documents Naïm-Andonian

22 septembre 1915 -- Empire ottoman: 200 soldats-ouvriers originaires d’Erzerum sont liquidés, à 3h de Cezire, sous les yeux de Halil [Kut], par des çete de l’O.S.
*** (Simon, s.d. :91).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

20 et 22 septembre 1915 -- Empire ottoman/Tekirdag (vilayet d’Edirne) : Les autorités procèdent à l’arrestation des notables, notamment des entrepreneurs arméniens de la ville, qui sont déportés vers la Syrie avec leurs familles.
*** (Kévorkian, 2006 :684).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

22 septembre 1915 -- Empire ottoman : il y a peu de jours — nous sommes aujourd'hui au 3 octobre, — j'appris d'un témoin oculaire qu'il y eut un massacre le 19 septembre à Ourfa, et que les Arméniens furent ce jour-là fusillés, poignardés, attaqués à la baïonnette et écorchés vifs par la population en général. Mais qu'ensuite lorsque cette personne quitta la ville, au 22 septembre, le massacre était encore continué par les soldats, au moyen de baïonnettes et de sabres. Il paraît que les Arméniens étaient réunis en un certain endroit et qu'ils les en sortaient un à un pour les sabrer et les massacrer avec de longs sabres poignards.
Imprescriptible.fr : Damas. - Rapport d'un résident étranger {Greg Young, agent consulaire} à Damas, daté du 20 septembre, mais contenant des informations allant jusqu'au 3 octobre 1916 : communiqué par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens.

22 septembre 1915 -- Empire ottoman : récit d'une dame arménienne {Maritza Kedjedjian} décrivant son voyage de {Husseinig} à Ras-ul-Ain . « Le dimanche matin, j'allai voir le Consul américain à Alep et je lui demandai de me sauver, étant Américaine. Il me demanda mes papiers, je lui répondis qu'ils m'avaient été pris en route et je lui racontai toutes les conditions de mon voyage. Il me promit de m'aider. Je retournai chez lui le lendemain et je lui dis que mes parents étaient des citoyens américains, ainsi que mon mari, qui avait vécu dix-huit ans en Amérique ; j'ajoutai qu'il pouvait s'en assurer auprès du Consul américain à {Kharpout}, ou même en s'adressant au Gouvernement de Washington. Il m'envoya chercher au bout de cinq jours et me fit raconter mon histoire en langue turque. Il inscrivit mon nom sur son registre et me plaça dans la maison de son Kavass. Il me délivra ensuite un passeport et m'envoya à Alexandrette, en compagnie de quelques sujets russes. Nous restâmes quinze jours à Alexandrette, nous nous embarquâmes sur le croiseur américain « Chester », qui nous transporta à Alexandrie, où nous arrivâmes le 22 septembre 1915. »
Imprescriptible.fr : Mamouret-ul-Aziz. - Récit d'une dame arménienne {Maritza Kedjedjian} de C. {Husseinig} (une ville située a une demi-heure de {Kharpout}), décrivant son voyage de {Husseinig} à Ras-ul-Ain, écrit après son évasion de Turquie et daté d'Alexandrie 2 novembre 1915 ; publié par le journal arménien « Gotchnag » de New-York, du 8 janvier 1916.

22 septembre 1915 -- Empire ottoman : rapport du Consul américain Edward i. Nathan à AE. Mersine daté du 22 septembre 1915 ; Ce rapport commence par mentionner la crainte qui règne parmi les Autorités Ottomanes à {Mersine}, d'un débarquement que les alliés étaient sur le point d’y faire. Puis le rapport continue comme suit : Un des premiers résultats de cette crainte fut naturellement une hâte fébrile pour achever la déportation des Arméniens d'Adana. Le nombre des Arméniens expulsés de cette ville s'élève à présent à environ 25.000, et ceci en plus des milliers venus du nord qui traversent cette ville. La misère, les souffrances et les privations endurées par les déportés est indescriptible. Les morts sont innombrables. Des centaines d'enfants sont continuellement abandonnés par leurs parents qui ne peuvent supporter de les voir souffrir et n'ont pas la force de veiller sur eux. Beaucoup sont abandonnés sur le bord des routes et l'on cite des cas où ils ont été jetés par les fenêtres des wagons. Les mesquines cruautés de la police et des fonctionnaires augmentent encore la détresse de ces déportés.
Imprescriptible.fr : AE. {Mersine} ville située sur la ligne du chemin de fer : série de rapports d'un résident étranger {Consul américain Edward i. Nathan} à AE. {Mersine} communiquée par un Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens.

22 septembre 1921 -- Empire ottoman/Assemblée de la Société des Nations : dans le rapport à la deuxième Assemblée par la 5e Commission le 22 septembre 1921 (A. 113), on lit, entre autres, sur le travail de la Commission d’enquête : « De cette Commission, et désignés par le Conseil, font partie le Dr Kennedy, Miss Emma Cushman pour Constantinople, et Miss Jeppe pour Alep. Le dévouement inlassable de la Commission d’enquête se heurta, au cours de son travail, à des difficultés inouïes que lui aidèrent à surmonter, dans la mesure du possible, les Hauts-Commissaires interalliés et particulièrement le Haut-Commissaire britannique, qui sur son rapport inscrit le nombre considérable de 2.300 enfants dans les institutions et les maisons musulmanes où on les tenait cachés. D’après l’exposé du délégué grec, M. Dendramis, 300.000 femmes et enfants grecs ont été déportés et sont détenus. Le Patriarche arménien dispose de documents qui prouvent que 50% des enfants qui se trouvent actuellement dans les orphelinats turcs sont arméniens. D’après les preuves que fournissent les autorités arméniennes, 6.000 de ces enfants sont dans le même cas ; des femmes sans nombre, jeunes pour la plupart, pliées aux besognes les plus viles, enlevées brusquement à leur foyer, sont tenues recluses dans les harems où il est quasi impossible de pénétrer. Des enfants arrachés à la foi chrétienne se voient, à force de menaces et souvent de mauvais traitements, amenés à renier le peu qu’ils peuvent encore se rappeler du passé. Leurs actes de naissance sont truqués afin de remplacer leurs véritables noms par des noms turcs. Il en est est de même des femmes. Arriver jusqu’à eux est quasi impossible, le crime ayant là pour complice un peuple entier ». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : La Question arménienne à la deuxième assemblée de la Société des Nations

22 septembre 1922 -- Empire ottoman/Assemblée de la Société des Nations : la troisième Assemblée de la Société des Nations a, par contre, voté (22 septembre 1922) le vœu que, « dans les négociations de paix avec la Turquie, on ne perde pas de vue la nécessité de constituer le Foyer national pour les Arméniens ». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant
le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.

Imprescriptible.fr : Constatations

22 septembre 1922 -- Empire ottoman/Assemblée de la Société des Nations : en présentant cette rédaction à la 14e séance plénière le 22 septembre 1922, le rapporteur M. Motta expliqua que la sixième Commission avait « voulu souligner que la Société des Nations ne pouvait pas avoir l’air de se conduire en quelque sorte comme belligérante, lorsqu’elle traitait de la question de l’Arménie ». « La Société des Nations, dit M. Motta, ne se place pas à un point de vue, si je puis dire, strictement politique ; elle se place a va ni tout sur le terrain humanitaire. Elle estime que les massacres, les déportations, les atrocités, les spoliations doivent avoir une fin et que le meilleur moyen pour atteindre ce résultat est bien la constitution d’un Foyer arménien indépendant ». La Société des Nations se place également au point de vue de l’article 22 du Pacte. Elle pense, en outre, « qu’il est de l’intérêt de la Turquie elle-même que cette douloureuse question de l’Arménie reçoive enfin une solution ». Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : La Question arménienne à la troisième assemblée de la Société des Nations

22 septembre 1928 -- A Messena (État de New York, États-Unis), un enfant de quatre ans disparaît l'avant-veille de Kippour. Le Ku Klux Klan affirme que les juifs ont kidnappé l'enfant pour utiliser son sang lors des cérémonies de Kippour. Plusieurs habitants juifs, dont le rabbin de la ville, sont interrogés au commissariat de police. Le quartier juif est encerclé par des curieux qui regardent à l'intérieur des maisons juives à la recherche de l'enfant. Le soir de Kippour, les portes de la synagogue sont bloquées. Une émeute éclate, mais l'enfant est retrouvé sain et sauf le lendemain.
Israelvivra.com

22 septembre 1932 -- Empire ottoman : Agop Martayan Dilaçar (linguiste arménien de Turquie qui s'est spécialisé dans les langues turques et le premier secrétaire général et spécialiste en chef de l'Association de la langue turque.) a été invité le 22 septembre, 1932, en tant que linguiste au Premier Congrès de langue turque qui avait lieu au Palais de Dolmabahçe et qui était supervisé par Mustafa Kemal Atatürk, fondateur et premier Président de la République de Turquie, ainsi que deux autres linguistes d'origine arménienne, İstepan Gurdikyan et Kevork Simkeşyan. Il a poursuivi son travail et ses recherches sur le turc en tant que spécialiste en chef et Secrétaire général de la nouvellement crée Association de la langue turque à Ankara. Suite à la Loi sur les noms de famille en 1934, Atatürk lui a suggéré de prendre le nom de Dilaçar (signifiant littéralement ouvreur de langue), qu'il a été content d'accepter. Il a enseigné l'histoire de la langue à l'Université d'Ankara entre 1936 et 1951. Il était aussi le conseiller en chef de Türk Ansiklopedisi (Encyclopédie turque), entre 1942 et 1960. Il a occupé son poste et continué ses recherches en linguistique à l'Association de la langue turque jusqu'à son décès en 1979.
Wikipedia

22 septembre 1933 -- La loi sur la restauration de la fonction publique est suivie de nombreux autres textes visant à exclure les Juifs de la société : à partir de la fin du mois d'avril, les avocats non-aryens peuvent être radiés du barreau ; les médecins juifs sont exclus du système d'assurance maladie par un décret du 22 avril 1933, puis les dentistes et aides dentaires, le 2 juin7 ; à l'initiative de Joseph Goebbels et via la création de la Chambre de la culture du Reich, le 22 septembre, les artistes juifs sont exclus du monde culturel et ne peuvent plus se produire que dans des manifestations destinées à des publics juifs ; le 4 octobre, ordre est donné à la presse de congédier les rédacteurs en chef non-aryens.
Wikipedia

22 septembre 1939 -- En application de l'accord germano-soviétique, les Allemands remettent Brest-Litovsk (Pologne) aux autorités soviétiques. 30 000 juifs y vivent à l'époque, la communauté remontant au XIVe siècle. Les autorités soviétiques arrêtent et déportent immédiatement en Sibérie les notables de la communauté et liquident les institutions juives.
Les 3 000 juifs de Lancut (province de Rzeszow, Pologne) sont conduits hors de la ville vers la rivière San, la frontière soviétique, et obligés de traverser la rivière à la nage. De nombreux juifs périssent noyés, beaucoup d'autres sont tués par les nazis.
La communauté juive de Lancut remonte au milieu du XVIe siècle.
Israelvivra.com

22 septembre 1939 -- L’Office Central SS de Sécurité du Reich (SS-RSHA créé le 22 septembre 1939 par Heinrich Himmler), dirigé par Reinhard Heydrich, s’occupait de la répression, de la police et de l’assassinat des Juifs acheminés dans les centres d’extermination précisément par des transports du SS-RSHA. Mais le SS-RSHA se préoccupait aussi de la construction des bâtiments où se passait l’extermination des Juifs et intervenait par exemple pour accélérer l’obtention par les entreprises industrielles travaillant à la construction des Crématoires de matériaux contingentés du fait de la guerre. Himmler s’intéressait encore à l’établissement dans la Zone d’intérêt d’Auschwitz (Interessengebiet des KL Auschwitz) d’entreprises agricoles où travaillaient les Kommandos extérieurs comme à Raïsko, Budy ou Harmeze.
Primo Levi : Si c'est un homme

22 septembre 1941 -- Les SS assassinent 1 200 juifs à Wiloczan (district de Vilna, R.S.S. de Lituanie).
Le jour de Rosh ha Shana, le Nouvel An juif, le ghetto de Pruzana (district de Brest-Litovsk, R.S.S. de Biélorussie) doit être agrandi par suite de l'arrivée de 2 000 juifs des environs et de 2 000 juifs de Bialystok.
Le jour de Rosh ha Shana, Mgr Josef Tiso, président de la République slovaque, créée par les Allemands en 1938 après l'occupation de la Tchécoslovaquie et tout à leur dévotion, ordonne aux juifs de porter l'étoile jaune.
Le jour du Nouvel An juif, 28 000 juifs de Vinnitza (R.S.S. d'Ukraine) et de ses environs, enfermés dans le ghetto de la ville, sont assassinés par les nazis. Parmi eux se trouvent 2 500 juifs de Litin (district de Podolie).
Les communautés de Vinnitza et de Litin existaient depuis le XVIe siècle.
Israelvivra.com

22 septembre 1942 -- Un autre convoi de 1 000 juifs, en majorité des vieillards de Tchécoslovaquie, quitte le ghetto de Theresienstadt en direction de l'est. On pense que ces juifs ont été déportés à Minsk pour y être assassinés, mais on ne connaît aucun survivant.
Les SS et la police ukrainienne assassinent 2 000 juifs à Aleksandia (Volhynie).
225 juifs sont brûlés dans leurs maisons par les SS à Syrokomia (district de Lublin).
1 800 juifs sur les 7 000 internés dans le ghetto d'Opatov (province de Kielce, Pologne) sont sélectionnés et déportés dans les camps de la région de Lublin.
Des juifs vivaient à Opatov depuis le milieu du XVIIe siècle.
2 500 juifs de Jadovo (district de Varsovie), 2 800 juifs de Sokolov Podlaski (district de Varsovie) et 7 500 juifs de Wegrov (district de Varsovie), où restent 100 juifs, sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.
A Sokolov Podlaski, 500 juifs réussissent à se cacher mais sont découverts par les nazis et fusillés. 700 juifs parviennent à se réfugier dans les bois, mais, pour la plupart, ils sont tués eux aussi par les nazis. Seul un petit nombre de juifs de cette ville parvient à se joindre aux partisans.
Israelvivra.com

22 septembre 1942 -- Le ghetto de Czestochowa : Les déportations ont lieu entre le 22 septembre et le 8 octobre 1942. Préalablement, dans la rue Garibaldi, quelques maisons sont transformées en entrepôts devant servir au stockage des biens récupérés lors et après la déportation. Toutes les entrées des caves sont peintes en blanc afin que les Allemands puissent trouver rapidement les Juifs cachés. La première « Aktion » est organisée pour le « Yom Kippour », les 21 et 22 septembre 1942. La nuit les SS, les auxiliaires ukrainiens de Trawniki cernent le ghetto et installent des projecteurs dans les rues. Puis les Juifs sont sortis de leurs appartements et menés sans ménagement sur la place de l'usine Metallurgia, où à lieu une sélection : environ 7.000 juifs sont conduits sur le quai de chargement de la gare Zawodzie, entassés dans des wagons à bestiaux et dirigés sur Treblinka et ses chambres à gaz. 200 Juifs sont exécutés sur place, et 350 choisis pour le travail. Rue Kawia est creusée une fosse commune où sont enterrés les Juifs massacrés.
Encyclopedie BS

22 septembre 2006 -- France : les groupes socialistes et libéraux demande à supprimer le paragraphe sur la reconnaissance du génocide arménien comme préalable à l’adhésion de la Turquie. Suites aux pressions de la Turquie, les groupes socialistes et libéraux – pourtant deux des principaux promoteurs du paragraphe en question lors du vote du 4 septembre en Commission des Affaires Etrangères – ont fait volte-face en déposant un amendement visant à le supprimer. Ces amendements de suppression sont très loin de faire l’unanimité au sein même de leurs propres groupes.
La FEA dénonce les pressions turques sur le Parlement européen

22 septembre 2008 -- Arménie : la Turquie risque l’effondrement de son système politique laïc, comme celui de l’Union Soviétique, si elle cède à la pression internationale et reconnaît le génocide arménien de 1915-22, a déclaré au Guardian le responsable du Mémorial du Génocide en Arménie. Hayk Demoyan a dit qu’Ankara ne pouvait pas reconnaître le massacre systématique de 1.5 million d’Arméniens par les troupes ottomanes pendant la Première Guerre mondiale, parce que cela mènerait à une réécriture totale de l’histoire et cela saperait la base de l’État turc. Par des remarques qui jettent le doute sur les tentatives visant à établir un rapprochement turco-arménien, il a dit que parmi ceux qui sont impliqués se trouve Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne et un personnage que les Tucs apprennent à vénérer. Des documents historiques prouvent qu’Atatürk a commis des "crimes de guerre" contre les Arméniens et d’autres groupes dans sa volonté de créer un Etat turc ethniquement homogène, a insisté Demoyan. "La peur de réécrire l’histoire est la peur principale de la Turquie moderne" a dit Demoyan, directeur de l’Institut Musée Arménien du Génocide à Erevan, la capitale arménienne.
Collectifvan.org

22 septembre 2010 -- Cérémonie d’Antoura (Liban) : discours prononcé le 22 septembre 2010 par Maurice Missak Kelechian, lors de l’émouvante cérémonie qu’il a initiée au Collège St. Joseph d’Antoura . « Mon voyage d'amour a commencé en 2005 en voyant une simple photo dans le livre de Stanley Kerr "Les Lions de Marach", qui montrait un groupe avec Djemal Pacha et une note indiquant : "Djemal Pacha, Commandant de la Quatrième Armée turque avec Halide Edib, sur les marches du Collège Français à Antoura, Liban." … La cérémonie commémorative d'aujourd'hui nous rappellera aussi, à nous les Arméniens, qu’il faut respecter ces Turcs qui ont risqué leurs vies pour sauver des familles arméniennes pendant le génocide, et qui, aujourd'hui, risquent leurs vies en faisant ouvertement des excuses de la part de leur ancien et de leur nouveau gouvernement. Les fleurs que je placerai aujourd’hui sur la tombe des orphelins seront déposées en mémoire à tous les orphelins d’Antoura Arméniens, Turcs et Kurdes. … » Plus de 95 ans après le génocide des Arméniens de l’Empire ottoman, des descendants de rescapés continuent leur quête inlassable du fil rompu de leur l’histoire. Ce faisant, ils deviennent à leur tour des passeurs, des transmetteurs de mémoire pour laisser aux générations suivantes la connaissance du passé. Maurice Missak Kelechian est de ces hommes-là. Arménien du Liban, il a entrepris, depuis 2005, un véritable travail de ‘fouilles historiques’ en révélant l’histoire méconnue de l’orphelinat d’Antoura, situé dans les murs du Collège Français St. Joseph d’Antoura au Liban. En 1915, l'orphelinat était dirigé par Djemal Pacha, l'un des responsables du génocide arménien, et par la première féministe de Turquie, Halide Edip Adivar, qui étaient tous deux chargés de turquifier les orphelins arméniens. Les enfants ont été systématiquement privés de leur identité arménienne, on leur donnait des noms turcs, on les islamisait de force et ils étaient sauvagement battus si on les entendait parler arménien : tous ces faits répondent à la définition de l'ONU sur le Génocide. Missak Kelechian rapporte également les souvenirs d’un rescapé qui avait témoigné de ses conditions de vie dans un livre : « La seule chose à laquelle pensaient les orphelins était la nourriture. Poussés au désespoir, ils ramassaient souvent les os de leurs amis morts, les réduisaient en poudre et les diluaient dans des soupes comme nourriture pour survivre. » Alors Antoura était-il un orphelinat ou un camp d’extermination pour enfants ? La cérémonie commémorative d'aujourd'hui rendra le monde conscient de l'impact de la douleur irréversible et de la souffrance infligée par des êtres humains à d'autres êtres humains. Il dira aussi au monde qu’il est impossible au peuple arménien de guérir et de continuer à vivre la tête haute, alors que les pertes colossales qu’il a subies sont niées catégoriquement par le gouvernement turc.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org