Aujourd'hui : Jeudi, 18 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 26 septembre
Publié le : 26-09-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : Le 26 septembre 1942 -- Le ghetto Biala Podlaska: une seconde déportation envoie tous les habitants du ghetto à Miedzyrzecz, puis de là, en novembre 1942 dans le camp de la mort de Treblinka. 300 Juifs sont laissés à Biala Podlaska dans un camp de travail nouvellement établi. Celui-ci est liquidé en mai 1944 et tous ses détenus transférés au Kl Majdanek, d’où seulement quelques reviendront. Plusieurs centaines de Juifs réussissent à fuir dans les forêts alentour pendant les déportations, mais seulement 30 d'entre euxréussissent à survivre en se cachant jusqu'à la libération de la région, le 6 juillet 1944.

Photo: Biala Podlaska, Juifs rassemblés devant une cantine collective organisée par le Judenrat


Ça s’est passé un 26 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

26 septembre 1879 -- Allemagne : Dans le Vossischen Zeitung du 26 septembre, figure un insert annonçant une réunion dont l’objet est la création d’une « ligue antisémite », Antisemiten-Liga, qu’on devrait traduire strictement par « ligue des antisémites » (Moshe Zimmermann, op. cit., p. 168, note 95 et Reinhard Rürup, op. cit., p. 177, note 46). Wilhelm Marr participe effectivement à la réunion du 26 septembre 1879, au cours de laquelle est décidée la fondation d’une « ligue antisémite ». Le deux meilleurs spécialistes de Marr, Reinhard Rürup et Moshe Zimmermann s’accordent pour attribuer à Marr la paternité du terme à cette occasion.
PHDN : L’« antisémitisme » : une hostilité contre les Juifs

26 septembre 1915 -- Empire ottoman : adoption de la « loi provisoire relative aux biens, dettes et créances des personnes qui ont été déportées », préparée par la Direction de l’Installation des Tribus et des Emigrés, attachée au ministère de l’Intérieur, instaurant les commissions des Emvali Metruke (« biens abandonnés »).
*** (Takvim-ı Vakayi, n° 2303, 14/27 septembre 1915 :1-7).
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

26 septembre 1915 -- France : publication du N°1776 du journal « Excelsior». Au sommaire : « 450.000 Arméniens ont été massacrés par les Turcs ».
Archives Imprescriptible

26 septembre 1915 -- Empire ottoman : à Tchénguiler, un petit village dans le district d'Ismidt, 300 hommes ont été massacrés parce qu'ils n'avaient pas obéi à l'ordre de quitter leurs maisons. Les déportés de Rodosto, Malgara et Tchorlou, qui ont été dépossédés de tous leurs biens, conformément à la nouvelle « Loi temporaire » du 13/26 Septembre, ont été séparés de leurs familles et envoyés à pied d'Ismidt à Roniah, sur l'ordre arbitraire du notoire Ibrahim, dictateur du district d'Ismidt. On obligea des milliers de pauvres Arméniens, expulsés de Constantinople, à marcher à pied d'Ismidt à Koniah et plus loin, après avoir consigné tout ce qu'ils possédaient aux gendarmes, y compris leurs chaussures. Ceux qui ont les moyens de voyager par chemin de fer sont aussi dépouillés par les gendarmes, qui réclament non seulement le prix du billet de Constantinople à leur destination, mais leur soutirent tout leur argent, en leur vendant des vivres à des prix exorbitants. Ils exigent un paiement, môme pour ouvrir la porte des W. C.
Imprescriptible : Mémorandum daté du 15/28 octobre 1915, de source bien informée, à Bucarest, relatif à l'extermination des Arméniens en Turquie

26 septembre 1915 -- Empire ottoman : le dimanche 26 septembre, le vali de Kharpout a fait annoncer que les Arméniens ne seraient plus déportés. Pendant plusieurs semaines après cette annonce, tout parut tranquille, et de nombreux Arméniens, qui étaient jusqu'alors restés cachés, s'aventurèrent à sortir. Certains se firent musulmans en pensant que cela les mettrait à l'abri. Soudain, au milieu de l'après-midi du jeudi 4 novembre, jour de foire où la foule affluait dans les rues et sur la place du marché, la police se mit à arrêter tous les Arméniens et tous les Syriens qu'elle pouvait trouver. Beaucoup furent pris dans les rues ; on perquisitionna les maisons connues pour abriter des Arméniens, et les occupants tramés dehors.
Extraits de: Leslie Davis. La province de la mort : archives américaines concernant le génocide des Arméniens, 1915. Complexe, 1996.
Imprescriptible : Dépêches consulaires de 1915

26 septembre 1924 -- Addition au mémoire présenté au Premier ministre britannique Ramsey MacDonald le 26 septembre 1924
1. Le projet d’installation des réfugiés en Arménie russe est de nouveau en discussion à l’Assemblée de la Société des Nations (Commission V). Nous apprenons qu’un grand nombre de réfugiés arméniens désirent sérieusement s’y rendre, tandis que quelques-uns préfèrent s’établir en Grèce ou ailleurs. En tous cas, il faut les aider si on veut que ce peuple déshérité puisse survivre et progresser à nouveau. À notre avis, des fonds de « rétablissement » doivent être trouvés pour n’importe quelle région approuvée par la Ligue.
2. La somme de livres sterling de 5.000.000 d’or turc doit être distribuée prochainement (probablement en octobre 1924) parmi les nationaux appartenant aux Puissances alliées qui réclament de l’argent aux Turcs, selon la convention entre les Alliés, datée du 23 novembre 1923. Les Arméniens, en tant que communauté, ne sont pas autorisés à réclamer des compensations de cette somme pour les pertes qu’ils ont subies. Mais nous ne pouvons pas oublier notre responsabilité ; et un don de la part du gouvernement au Comité du Lord Mayor’s Fund, autorisé officiellement, nous semble être le meilleur moyen de remplir nos promesses.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : Annexes

26 septembre 1941 -- 3 000 juifs d'Orcha (Biélorussie) sont fusillés dans le cimetière juif de la localité. 


- 3 000 juifs du ghetto de Kaunas (Lituanie) sont désignés pour être assassinés dans le " fort n° 9 ".
- 

Les juifs de Svieciany (Lituanie) sont conduits par les SS d'un commando d'extermination dans la forêt voisine de Polygon, où environ 8 000 personnes sont tuées. Mais les juifs se défendent les armes à la main et plusieurs centaines d'entre eux parviennent à fuir dans les bois.
Skynet : 26 septembre, ce jour-là, n’oubliez pas

26 septembre 1942 -- Deux convois, avec un total de 4 004 juifs, quittent le camp de concentration de Theresienstadt à destination de Minsk et de Maly-Trostinets (Biélorussie), où les déportés sont fusillés.
- 

La Gestapo fusille une douzaine de juifs du camp de travail forcé d'Otoczna (Pologne). 


- Début de la deuxième déportation des juifs de la ville de Biala Podlaska (du côté de Lublin) : 4 000 juifs sont transférés dans le ghetto de Miedzyrzec puis au camp d'extermination de Treblinka.
- 2 000 juifs du ghetto de Siedlce (Pologne) sont déportés à Treblinka le même jour.


- 1 500 juifs du village de Skala Podlaska (Galicie orientale) et 2 100 juifs de Jezierzany (Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.
- Les SS assassinent 250 juifs " bons pour le travail " dans le camp d'extermination de Belzec.
Skynet : 26 septembre, ce jour-là, n’oubliez pas

26 septembre 1942 -- Pologne : Seconde déportation de la ville Biala Podlaska. C'est une ville de la la province de Lublin. Les premiers Juifs sont menionnés en 1621. En 1841 il y a 2.200 juifs sur 3.588 habitants. En 1921, ils sont 6.874 sur 13.000 habitants. Quatre journaux de Yiddish sont édités à Biala entre les deux guerres mondiales. Le 26 septembre 1939, l'armée soviétique entre dans la ville, mais se retire un mois plus tard, conformément au pacte germano-soviétique. Environ 600 juifs partent avec l'armée soviétique. La population juive restante est immédiatement soumise à la persécution et à la terreur nazies. À la fin de 1939 environ 3.000 juifs de Suwalki et de Serock sont amenés dans la ville, suivis quelques mois plus tard par environ 1.000 prisonniers de guerre juifs de l'armée polonaise. Durant le transfert de ces derniers, plusieurs dizaines sont abattus. Les autres sont emprisonnés dans un camp de travail obligatoire, puis transférés après un an dans le camp de prisonniers de guerre de Lublin. Entre 1940 et 1941 plusieurs centaines de juifs de Cracovie et de Mlawa sont «reclassés» à Biala, dont la population juive atteint 8.400 personnes en mars 1942. Fin juin 1941 un certain nombre de Juifs sont envoyés dans le camp de concentration d’Auschwitz, afin de faire de la place et de pouvoir «accueillir» des prisonniers de guerre soviétiques. Ces Juifs sont parmi les premières victimes à périr à Auschwitz. Le 6 juin 1942 a lieu la première «Aktion» de Biala Podlaska: Environ 3.000 personnes sont envoyées à Sobibor et exterminées. Le 26 septembre 1942, une seconde déportation envoie tous les habitants du ghetto à Miedzyrzecz, puis de là, en novembre 1942 dans le camp de la mort de Treblinka. 300 Juifs sont laissés à Biala Podlaska dans un camp de travail nouvellement établi. Celui-ci est liquidé en mai 1944 et tous ses détenus transférés au Kl Majdanek, d’où seulement quelques reviendront. Plusieurs centaines de Juifs réussissent à fuir dans les forêts alentour pendant les déportations, mais seulement 30 d'entre euxréussissent à survivre en se cachant jusqu'à la libération de la région, le 6 juillet 1944.
BS Encyclopédie : Les petits ghettos polonais

26 septembre 1943 -- Pologne : Nowogrodek est une ville de Biélorussie ayant appartenu à la Pologne entre 1918 et 1939. Les Juifs y vivent depuis le XVIè siècle, et au XIXè siècle la ville est le siège d’une yeshiva (académie rabbinique) très connue. La veille de la guerre mondiale la population juive de la ville est d’approximativement 7.000 personnes.
Novogrudok est occupée par les Allemands le 3 juillet 1941. Un plan d’évasion est échafaudé et réalisé par les Juifs dirigés par Jakov Kagan: ils creusent un tunnel de 250 mètres de long et le 26 septembre 1943 s’échappent par le tunnel. Mais ils s’égarent dans l’obscurité et marchent droit sur les barbelés du camp. La garde allemande ouvre le feu et tue 120 d'entre eux, y compris le groupe qui avait pris l'initiative en creusant le tunnel. Environ 100 Juifs réussissent à rejoindre les partisans
BS Encyclopédie : Les petits ghettos polonais


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org