Aujourd'hui : Dimanche, 17 juin 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 5 octobre
Publié le : 05-10-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 5 octobre 1938 -- Désormais, les passeports des juifs ressortissants du Reich allemand, qui comprend l'Autriche et les Sudètes, sont marqués d'un J. L'idée vient du chef de la police suisse, le Dr. Rothmund, et signifie qu'il leur sera encore plus difficile d'émigrer.

Ça s’est passé un 5 octobre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


5 octobre 1097 -- Pendant la Première croisade, l'armée principale des croisés arrive à Coxon (Göksun), où les habitants arméniens se montrent pas aussi amicaux que ceux de Comana. Les croisés y restent trois jours.
Wikipedia

5 octobre 1737 -- Un autodafé se tient à Lisbonne, avec, comme accusés, Antonio José da Silva, l'un des auteurs comiques les plus connus de son temps, sa femme et sa mère. On les soupçonne d'être des « judaïsants », c'est-à-dire des descendants de juifs baptisés de force des siècles auparavant et de pratiquer toujours la religion juive en secret. Bien que le roi du Portugal, José 1er, intervienne en personne en faveur de da Silva, celui-ci est condamné à mort par l'Inquisition. Il est garrotté et son cadavre brûlé sur un bûcher. Sa mère et sa femme abjurent publiquement la religion juive.
Israelvivra.com

5 octobre 1821 -- Après un long siège, les Grecs prennent Tripolitsa, dans le Péloponnèse, et massacrent la population turque, faisant au moins 8.000 morts.
Wikipedia

5 octobre 1859 -- Empire ottoman : les représentants des Puissances garantes adressaient au Grand Vizir un Mémorandum où ils exprimaient «le regret de voir que la Turquie ne s'aidait pas par elle-même, qu'elle ne procédait pas à une application graduelle et soutenue des réformes, qu'une suffisante impulsion ne se manifestait pas pour atteindre le but marqué par le Firman de 1856». En 1860, la Russie demanda une enquête internationale sur la situation des rayas de Bulgarie, de Bosnie et d'Herzégovine ; cette demande n'eut d'ailleurs comme suite qu'une enquête grand-vizirielle insuffisante et sans résultats. De son côté, l'ambassadeur d'Angleterre, sir Bulwer, consulta les consuls anglais sur l'état intérieur du pays. Ceux-ci lui signalèrent entre autres choses que la mauvaise situation des Chrétiens était surtout imputable à l'administration. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant
le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.

Imprescriptible.fr : L'intervention collectives des grandes puissances depuis le traité de Paris jusqu'au traité de Berlin

5 octobre 1895 -- Empire ottoman : La clémence, sinon la complicité, des autorités locales à l'égard des émeutiers pousse l'ensemble du corps diplomatique en poste à Trébizonde à entreprendre une action collective. Le lendemain de ces événements, le 5 octobre, les représentants anglais, austro-hongrois, belge, espagnol, français, grec, italien, persan et russe se rendent en délégation auprès du vali et réclament que des mesures énergiques soient prises pour assurer la sécurité de la population. Ce à quoi Kadri bey répond en se portant uniquement garant de la sécurité des agents diplomatiques, ainsi que de leurs nationaux. Cette démarche collective n'en a pas moins un effet salutaire et contribue à rassurer les Arméniens et à rendre les Turcs plus circonspects. Durant deux jours, le calme semble revenu dans la ville. Malgré les apparences, les témoins les plus attentifs observent les signes avant-coureurs d'une nouvelle tempête. Les autorités locales mènent, en effet, une double activité: tout en distribuant des armes aux musulmans, elles s'efforcent par tous les moyens de convaincre les Arméniens du rétablissement de l'ordre public. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

5 octobre 1915 -- Empire ottoman : le 5 octobre 1915, M. revint de Nuss Tell et fit le récit suivant: « Entre Tell Abiad et Kultepe j'ai vu près de la route, à six places différentes, des femmes mortes nues, plus loin une femme morte nue dont les pieds étaient mutilés, une femme morte encore vêtue, plus loin deux enfants morts, plus loin une jeune fille plus grande morte, et près d'elle un enfant mort, enfin une femme morte baillonnnée, en tout 18 cadavres. Les femmes étaient, sauf une, complètement nues, et plusieurs d'entre elles portaient, autant qu'on en pouvait juger par les traits du visage, les traces des violences dont elles avaient été victimes. Tous les enfants morts étaient habillés. »
Imprescriptible.fr : Notes de voyage d'un allemand mort en Turquie

5 octobre 1915 -- Empire ottoman : le père Joseph Tfinkdji, prêtre chaldéen de Mardin, parvient au Sindjar le 5 octobre 1915, alors qu’une épidémie de typhus éclate. Des cheikhs yézidis, craignant la contagion, contraignent les réfugiés à quitter leurs maisons. Ainsi, le cheikh Achour de Mamissa regroupe tous les chrétiens en un seul lieu pour qu’ils y meurent. Apprenant cela, le cheikh Hammo convoque Achour et lui propose de diviser le village en deux parties : on regrouperait les habitants dans une moitié jusqu’à ce qu’ils guérissent. Il est cependant difficile de soigner les malades, le Sindjar étant coupé de Mossoul et de Mardin où l’on pourrait se procurer des médicaments. Vingt personnes meurent, en dépit des soins que leur prodigue le père Tfinkdji qui prend des risques, transportant lui-même les cadavres pour les enterrer. Achour et les habitants de Mamissa décident de chasser les chrétiens. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Naufragés et rescapés. Alep, Ras ul-Aïn, Mossoul, le Sindjar

5 octobre 1915 -- Empire ottoman : « nous étions absolument sans nouvelles de nos différentes Missions en Turquie depuis la mi-avril et pour ce qui est de l'Amérique, nous n'en avions que les informations que nous avait apportées le Dr. Raynolds. A notre arrivée à New-York, le 5 octobre, nous apprîmes les massacres des Arméniens à Bitlis, perpétrés par Djevdet Bey dès qu'il y arriva, après avoir été chassé de Van. Nous apprîmes que Miss Ely y avait trouvé la mort en juillet, ainsi que mon frère, à Diarbékir, en août (i). Nous apprîmes aussi que Miss Mc Laren était malade du typhus à Bitlis, et plus tard qu'elle allait bien. Nous fûmes informés du massacre des Arméniens dans tout l'Empire turc, ainsi que de leurs déportations. »
Imprescriptible.fr : La mission américaine à Van : récit de Miss Grace Higley Knapp, imprimée à titre privé aux états-unis (1915).

5 octobre 1915 -- Empire ottoman : lorsque le théologien protestant Dr. Johannes Lepsius présenta le 5 octobre 1915 à la Diète impériale allemande les résultats des recherches qu’il avait effectuées en juillet/août 1915 à Istanbul, toute discussion relative aux Arméniens fut censurée par le gouvernement allemand. La documentation de Johannes Lepsius « Rapport sur la situation du peuple arménien en Turquie » fut également interdite et saisie. Les exemplaires de cette documentation que Lepsius avait envoyés directement aux députés de la Diète impériale allemande, furent interceptés par les autorités allemandes, et ne furent remis aux députés qu’après la guerre, en 1919.
Aga-online.org

5 octobre 1916 -- Empire ottoman : Le gouvernement turc confisque par une loi provisoire tout l'immobilier des Arméniens.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (July-December)

5 octobre 1938 -- Turquie : au début des années 1930, l'abstention augmente en Turquie. En effet, le peuple ne pouvant s'exprimer librement préfère s'abstenir. Mustafa Kemal sentant que lui, le parti et le parlement se coupent peu à peu du peuple décide de créer un parti d'opposition de toutes pièces. Ce parti doit à la fois être indépendant et docile, il doit être critique sans porter atteinte au prestige du président.Le Parti républicain libéral est ainsi mis en place le 12 août 1930 pour les élections municipales du 5 octobre de la même année. C'est son ami Fethi Okyar qui devient président du parti. Il est rejoint par une douzaine d'anciens députés avec parmi eux Adnan Menderes et Makbule Atadan, sœur de Mustafa Kemal. Ce dernier prend soin d'expliquer à Fethi ce qu'il attend de lui, en particulier sur les attaques contre son gouvernement et lui confie « Je ne veux pas mourir avant d'avoir vu, en Turquie, la disparition d'un pouvoir personnel. Je veux que la République devienne entièrement démocratique ».
Wikipedia

5 octobre 1938 -- La veille du soir de Kippour, les juifs du IVe arrondissement de Vienne (Autriche) doivent remettre les clefs de leur appartement. On les conduit à l'Ostbahnhof (gare de l'Est), d'où on les expédie sans passeport vers la Tchécoslovaquie ou vers le Danube où on les embarque sur des bateaux.
Israelvivra.com

5 octobre 1938 -- Les passeports des juifs marqués d'un large « J » rouge. Des mesures d’identification spécifiques touchent d’abord les papiers officiels : dès le 23 juillet 1938, le ministère de l'Intérieur et de la Justice ordonne aux Juifs de nationalité allemande de se faire établir des cartes d'identité en se déclarant juifs, et ce avant le 31 décembre 1938. Quant au passeports, l'initiative vient des Suisses : le 24 juin 1938, Heinrich Rothmund, chef de la police fédérale, se plaint que son pays soit inondé (« Überflutet ») de Juifs viennois. Il suggère que les Juifs soient identifiés comme tels sur leurs passeports. Les Allemands retiennent sa suggestion et le 5 octobre 1938 l'étendent à tous les détenteurs de passeports juifs : ils seront désormais tamponnés d'un grand « J » majuscule rouge. Cette mesure s'applique aussi aux Juifs du Reich se trouvant à l'étranger : ils doivent se présenter aux consulats pour faire appliquer le tampon « J ». Puis le 11 mars 1940, les cartes d'alimentation des Juifs sont marquées d'un « J », et le 18 septembre 1942 ces mêmes cartes sont marquées du mot « Jude » entier d'un coin de la feuille à l'autre. Enfin, le 5 janvier 1938 un décret permet de révoquer les changements d'état civil des Juifs effectués avant le 30 janvier 1933….
Israelvivra.com
Seconde-guerre.com
Encyclopedie.BS

5 octobre 1939 -- En 1939, il y avait 1.300.000 habitants à Varsovie dont 380.000 Juifs. La ville fut prise par l'armée allemande dès le début de la Guerre le 30 septembre 1939. Hitler lui-même vint parader dans Varsovie le 5 octobre 1939.
Le ghetto de Varsovie

5 octobre 1941 -- 500 juifs de Przemyslany (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont conduits dans les bois pour y être assassinés.
A Swierzan Novy (district de Novogrudok), les SS assassinent 500 juifs.
1 300 juifs originaires d'Otynia (R.S.S. d'Ukraine) sont fusillés par les SS dans le village de Povolotch (district d'Ivano-Frankovsk).
Les juifs des ghettos de Berditchev (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine) sont assassinés.
La communauté juive de la ville remonte au XVIe siècle. Lors de l'invasion nazie, elle compte 30 000 âmes.
Israelvivra.com

5 octobre 1942 -- 2 012 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Fin de l'Aktion qui débuta le 23 septembre dans le ghetto de Czestochowa (Pologne) : 2 000 juifs ont été fusillés sur place et 25 000 autres déportés par les SS au camp d'extermination de Treblinka. Un nombre réduit de juifs survit dans le « petit ghetto ».
500 juifs du ghetto de Chortkov (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.
Le même jour, 1 000 juifs sont déportés de Tluste (Galicie orientale, R.S.S. d'Ukraine) à Belzec. 150 juifs ont été tués à Tluste même lors de l'Aktion.
Les nazis déclenchent une Aktion à Radzivil¬lov, près de Volyn (R.S.S. d'Ukraine). Plusieurs centaines de juifs sont tués par les SS, d'autres se suicident. Environ 500 juifs se réfugient dans les bois, où ils sont pris par des paysans ukrainiens qui les livrent aux nazis.
Un convoi quitte Vienne (Autriche) avec 544 juifs à destination de Minsk (R.S.S. de Biélorussie).
Ce jour et le suivant, les SS fusillent les 5 000 juifs du district de Dubno (R.S.S. d'Ukraine).
Israelvivra.com

5 octobre 1942 -- DEPORTATIONS DEPUIS THERESIENSTADT : Le premier de cinq trains partit du ghetto de Theresienstadt, dans le protectorat de Bohême et de Moravie, pour Treblinka II. Les SS créèrent le ghetto de Theresienstadt en 1941 comme lieu de « réinstallation » pour les Juifs vieux et riches du Grand Reich allemand et d'Europe de l'ouest. Le ghetto servit, entre autres, de camp de transit pour les déportations vers l'est. Au cours du mois, les SS déportèrent près de 8 000 Juifs de Theresienstadt vers Treblinka II. Les responsables du centre d'extermination fusillèrent ou gazèrent la majorité des déportés à leur arrivée.
United States Holocaust Memorial Museum

5 octobre 1943 -- Un transport quitte le camp de concentration de Theresienstadt avec 53 juifs déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

5 octobre 1943 -- Pologne : 1 260 enfants transportés de Bialystok, et 53 docteurs de Theresienstadt à Birkenau. Les nazis leur avaient dit que leur destination était la Palestine.
ajpn

5 octobre 1999 -- Turquie : Il fut inauguré à Igdir, près de la frontière avec la république d'Arménie, un monument « à la mémoire des 90 000 Turcs massacrés par des bandes arméniennes ».
Imprescriptible.fr : Des monuments provocateurs

5 octobre 2007 -- Lettre de IAGS à propos de la Résolution sur le Génocide Arménien. ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HISTORIENS DES GÉNOCIDES. Nous vous écrivons en qualité de principale organisation internationale d’historiens étudiant les crimes de génocide. Nous vous exhortons instamment à adopter la résolution H. Res. 106. L’adoption de cette résolution par le Congrès américain ne reviendrait pas à juger l’histoire, mais à affirmer la vérité sur un génocide, vérité établie de façon écrasante depuis des décennies sur la base des documents accumulés et des recherches menées par des universitaires.
Lettre de IAGS à propos de la Résolution sur le Génocide

5 octobre 2007 -- M. Kouchner se rend en Turquie pour étudier avec les autorités turques « toutes les possibilités » y compris donc l’adhésion, alors que la Turquie n’a accompli aucun progrès depuis décembre 2004 comme en témoigne l’assassinat du journaliste Hrand Dink, l’exil forcé du Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk, le maintien de l’article 301 de la Constitution qui pénalise tout écrit parlant du génocide arménien ou de Chypre, l’absence de reconnaissance formelle de Chypre voire même l’absence d’ouverture des ports et des aéroports aux sociétés chypriotes, la poursuite des provocations à l’égard des communautés kurdes, arméniennes, juives et alevis.
CDCA



Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org