Aujourd'hui : Jeudi, 26 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 7 octobre
Publié le : 07-10-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:




Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: 7 octobre 1944 -- Révolte du commando spécial (Sonderkommando) brutalement réprimée par les SS. On appelle "Sonderkommado" (commando spécial) le groupe de déportés chargé de vider les chambres à gaz de leurs cadavres et de les brûler. Au cours d'un soulèvement, le détachement spécial juif du camp d'extermination d'Auschwitz incendie les fours crématoires, tue des SS, coupe les barbelés entourant le camp et prend la fuite. Mais beaucoup de ses membres ont été tués dans le combat contre les SS. On compte très peu de survivants.

Photo: Auschwitz II Birkenau cadavres de juifs gazés, brûlés à l'air libre par le Sonderkommando (prisonniers juifs). (Photo: évidemment prises par «Alex»,
un Juif grec qui a travaillé dans le «Sonderkommando»)



Ça s’est passé un 7 octobre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


7 octobre 1826 -- Signature de la convention d'Akkerman : La convention d'Akkerman a été signée le 7 octobre 1826 par la Russie et l'Empire ottoman. Défavorable aux Ottomans, cette convention établissait le retrait des forces ottomanes des provinces du Danube, provoquait l'autonomie de la Serbie et donnait à la Valachie le contrôle des ports de Giurgiu, Br?ila et Turnu. En 1828, le sultan ottoman Mahmud II décida de répudier cette convention, provoquant la guerre russo-turque de 1828-1829.
L’Internaute

7 octobre 1895 -- Empire ottoman : dès le 7 octobre, on assiste déjà au prélude des événements à venir, bien plus graves que ceux de l'avant veille. Les agents de police et les moukhtar, accompagnés de soldats, apposent des marques sur les maisons arméniennes de la ville. Le même jour, Kadri bey, qui n'avait jusqu'alors entrepris aucune démarche auprès des Arméniens pour retrouver les terroristes, convoque le prélat et les notables arméniens de Trébizonde et, en leur décrivant la situation comme critique, déclare que si les auteurs de l'attentat du 2 octobre ne lui sont pas livrés, il ne répond plus de rien. Dans leur réponse, les notables arméniens lui font valoir qu'ils ignorent l'identité des auteurs de l'attentat et qu'ils ne sont pas en mesure de lui donner satisfaction. On peut toutefois s'interroger sur le sens de cette démarche du vali, qui demande aux notables arméniens de se substituer à la police. En fait, il semble bien que Kadri bey ne se préoccupait nullement de faire aboutir l'enquête, mais songeait, par ses propos, à justifier par avance la passivité dont il allait faire preuve dès le lendemain, 8 octobre, lorsque des massacres systématiques seraient perpétrés dans la ville. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

7 octobre 1915 -- Empire ottoman: à cette date, le nombre de déportés arméniens vivant encore est estimé à 360 000 au minimum, et le nombre d'Arméniens morts est estimé à 800 000 au minimum.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (October-December)

7 octobre 1915 -- Empire ottoman: aux Etats-Unis on a recueilli 75000 $ pour le soulagement des déportés arméniens.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (October-December)

7 octobre 1915 -- Empire ottoman/Grande Bretagne: à la Chambre des Lords une discussion générale sur la situation arménienne a eu lieu. Lord Bryce, lord Crewe, et Lord Cromer ont condamné les barbaries turques.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (October-December)

7 octobre 1916 -- Empire ottoman: Istanbul press. Tasviri Elfkâr,7 octobre 1916. Editorial de l’Itthadiste Yunus Nadi (Ahalıoğlu). Après avoir déclaré que le chemin de « l’intégration et de l’assimilation » s’était révélé un plan avorté, puisque « les Arméniens sur qui on comptait comme l’élément le plus proche de nous ne se sont pas joints à nous, leurs comités fréquentaient nos ennemis les plus dangereux », Nahdi interprète le résultat (tehcir) comme suit : « La politique connue de solidarité parmi les populations a fait faillite, l’ère d’un “nettoyage” de notre patrie a commencé ».
Imprescriptible.fr : Aveux des ex-Officiels civils et militaires

7 octobre 1918 -- Empire ottoman : le cabinet Talât démissionne.
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

7 octobre 1931 -- Naissance de Desmond Tutu : Desmond Mpilo Tutu (né le 7 octobre 1931 à Klerksdorp, en Afrique du Sud) ; archevêque anglican sud-africain noir ; il reçu le prix Nobel de la paix en 1984. Il fut le président de la Commission de la vérité et de la réconciliation, chargée de faire la lumière sur les crimes commis durant le régime de l'Apartheid. « « Il y a une raison évidente pour laquelle nous devons étudier la Shoah et les génocides perpétrés contre d’autres peuples : notre horreur sera telle que nous serons animés du désir, mieux de la passion, d’agir pour que de tels actes ne se reproduisent plus jamais. Malheureusement, comme l’a dit un esprit cynique, l’histoire se charge de nous enseigner que nous n’avons pas su apprendre l’histoire. Pourtant, si l’humanité avait eu conscience du premier génocide du siècle, elle aurait peut-être mieux perçu les signes annonciateurs qui ont précédé le déferlement de la folie hitlérienne sur un monde pris de court. »
En ce qui concerne la pénalisation de la négation des génocides, puisque seuls les génocides ayant été exécutés après l’entrée en vigueur de la loi du 9 décembre 1948, ceux précédant cette date (donc par exemple le génocide des Arméniens et la Shoah aussi qui a eu lieu de 1939 à 1945) ne devaient pas être concernés. Seul le génocide de Tutsis serait concerné. »
Imprescriptible.fr : Citations d'intellectuels et d'artistes

7 octobre 1939 -- 48 juifs de Swiecie (Pologne septentrionale) sont fusillés par les nazis au cours d'une Aktion qui dure deux jours.
Israelvivra.com

7 octobre 1940 -- France : les Allemands ordonnent à tous les Juifs de la zone occupée de se faire immédiatement enregistrer auprès des autorités.
Seconde-guerre.com

7 octobre 1940 -- Abrogation du décret Crémieux de 1871. La nationalité française est donc retirée aux Juifs d'Algérie. Après plus de 70 ans, les Juifs d’Algérie cessent d’être français. Il ne sera rétabli que le 21 octobre 1943.
ajpn

7 octobre 1940 -- Zone occupée : aryanisation des entreprises. La Préfecture de Police communique : L’ordonnance du chef de l’Administration militaire en France, en date du 27 septembre, prescrit que tout commerce dont le propriétaire ou le détenteur est juif devra être désigné par une affiche. Cette désignation doit être faite au moyen d’une pancarte affichée à l’intérieur des entreprises ou des vitrines extérieures par une affiche spéciale. Elle doit avoir 20 centimètres sur 40 centimètres et porter, en caractères noirs sur fond jaune, l’inscription suivante : JUDISCHES GESHAFT ENTREPRISE JUIVE… À la suite de cette mesure, on assiste à des manifestations d’affichage de réclames antisémites ; comme par exemple Lissac n’est pas Isaac, Ici café auvergnat 100 % etc. Le 14 avril 1941, la France Libre fait savoir, de Londres, que l'aryanisation des biens juifs sera annulée.
ajpn

7 octobre 1941 -- 7 000 juifs du ghetto de Borissov (R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés dans un ravin près de l'aéroport au cours d'une Aktion qui dure deux jours.
Israelvivra.com

7 octobre 1942 -- Les SS assassinent 700 juifs à Lisoviki (district de Lublin).
1 600 juifs du ghetto de Koniecpol (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.
Le même jour, 2 000 juifs de Lagov (Pologne) et des environs sont déportés, eux aussi, à Treblinka, où ils sont tués dès leur arrivée.
Israelvivra.com

7 octobre 1943 -- Des partisans juifs détruisent 50 piliers télégraphiques en Lituanie.
ajpn

7 octobre 1943 -- Un convoi quitte le camp de regroupement de Drancy (France) avec 1 000 juifs, hommes et femmes, déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 33 juifs seulement survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945. Le même jour, un convoi de 21 juifs quitte Vienne (Autriche) en direction du camp d'extermination d'Auschwitz.
1 260 enfants juifs du camp de concentration de Theresienstadt arrivent au camp d'extermination d'Auschwitz. Ils sont gazés le même jour. Ces enfants venaient de Bialystok (Pologne) d'où ils avaient été déportés à Theresienstadt le 23 août.
Le général Jürgen Stroop, responsable de la destruction du ghetto de Varsovie, arrive à Athènes, où tous les juifs doivent se faire recenser et se présenter à la synagogue ; ce recensement représente une première étape vers les déportations de mars 1944. De nombreux juifs se cachent, avec l'aide de l'Église orthodoxe grecque, conformément aux instructions de l'archevêque Damaskinos.
La communauté juive d'Athènes remonte au XVe siècle avant l'ère chrétienne. Lors de l'occupation allemande, la ville compte 3 000 juifs, mais 3 000 réfugiés de Thessalonique s'ajoutent à ce chiffre.
Israelvivra.com

7 octobre 1944 -- Environ 2 000 juifs hongrois ayant survécu au travail forcé dans les mines de Bor (Yougoslavie), qu'ils avaient quittées le 19 septembre, doivent s'arrêter à Cservenka (Hongrie), où les SS préparent des exécutions massives afin de libérer les routes pour les forces de l'Axe qui battent en retraite. 1 000 juifs environ sont fusillés le 7 et le 8 octobre, tandis que les autres reprennent leur marche et sont déportés dans les camps de concentration de Buchenwald et de Flossenbürg (Allemagne), où une poignée seulement survivra.
Israelvivra.com

7 octobre 1944 -- Révolte du commando spécial (Sonderkommando) brutalement réprimée par les SS. On appelle "Sonderkommado" (commando spécial) le groupe de déportés chargé de vider les chambres à gaz de leurs cadavres et de les brûler. Au cours d'un soulèvement, le détachement spécial juif du camp d'extermination d'Auschwitz incendie les fours crématoires, tue des SS, coupe les barbelés entourant le camp et prend la fuite. Mais beaucoup de ses membres ont été tués dans le combat contre les SS. On compte très peu de survivants.
Témoignages de Dow Paisikovic, (survivant du Sonderkommando d'Auschwitz ). « Plan de révolte Depuis un certain temps déjà nous projetions une révolte. Le noyau de cette organisation se trouvait dans notre crématoire II… Lorsqu'en automne 1944 les actions d'extermination furent complètement arrêtées, sur ordre de Berlin, et qu'on nous donna pour tâche d'effacer les traces de l'action d'extermination, nous comprimes que le moment de notre propre liquidation approchait. Notre révolte devait la prévenir. Voici quel était le plan : un jour où il n'y aurait pas de convoi et par conséquent pas de renfort de SS près des crématoires, notre groupe qui emportait régulièrement la nourriture de ce secteur du camp pour la porter aux divers crématoires, viendrait avec des bidons d'essence là où chaque crématoire se ravitaillait. Seul, au crématoire I, on n'apporterait pas d'essence, parce que ce n'était pas utile. Au bunker V, il n'y avait à cette époque plus de Sonderkommando, l'extermination y ayant déjà été complètement arrêtée. L'essence avait été préparée par l'organisation de résistance à la section D du camp. Echec de la révolte. Un dimanche du début d'octobre je crois que ce devait être le 6 ou le 7 octobre - la révolte devait être déclenchée. Les détenus désignés pour apporter la nourriture furent choisis ce jour-là de telle sorte que seuls y allaient les initiés au plan. Tous venaient du crématoire II. J'étais du nombre. Nous amenâmes les bidons d'essence camouflés en soupe aux crématoires IV et III, mais lorsque nous arrivâmes à notre crématoire II, nous entendîmes déjà des coups de feu partis des crématoires III et IV, et vîmes un début d'incendie. Le plan avait été de commencer la révolte par un feu allumé à notre crématoire II. Son déclenchement prématuré le fit échouer. Les SS donnèrent aussitôt l'alarme et tous les détenus du crématoire Il durent se rendre à l'appel. Le SS-Oberscharführer Steinberg, chef du crématoire 11, nous compta; lorsqu'il se rendit compte que personne ne manquait, on nous enferma tous dans la salle de dissection. »
Israelvivra.com
Mémoire juive et éducation
Mémoire juive et éducation

7 octobre 2009 -- UNESCO : dans son discours du 7 octobre lors de la 35e session de la Conférence générale de l’UNESCO qui s’est tenue à Paris, le ministre des Affaires étrangères de la République d’Arménie, Edouard Nalbandian, a pris la parole pour aborder le thème de la préservation du patrimoine culturel. Après avoir exprimé sa satisfaction des bonnes relations de l’Arménie avec l’Iran qui prend soin des monuments arméniens situés sur son territoire, le ministre s’est plaint de l’absence de coopération avec certains des voisins, l’Azerbaïdjan, en particulier qui a détruit le prestigieux cimetière de Djoulfa et ses milliers de khatchkars datant du 9e au XVIe siècles. Aujourd’hui, le cimetière est devenu un terrain d’entraînement militaire. Au moment des faits, il y a bien eu quelques très timides protestations sans aucune conséquence pour Bakou. Cette fois encore, l’indignation de la communauté internationale se traduit par indifférence internationale.
Imprescriptible.fr : ACHKHAR N°478 • 24 OCTOBRE 2009

7 octobre 2010 -- USA/The California Courier du 7 octobre 2010 : en 2008, le Southern Poverty Law Center (SPLC), une association de défense des droits de l’homme [Alabama - USA], a publié un article intitulé : "L’État négationniste : la Turquie dépense des millions pour cacher le génocide arménien." C’était un article exposant les manœuvres du gouvernement turc pour faire pression sur les hommes politiques américains et persuader les universitaires de nier la réalité du génocide arménien. Le SPLC s’est spécifiquement référé à Guenter Lewy, auteur du livre controversé "Les Massacres des Arméniens en Turquie ottomane : un génocide contesté." Un procès pour diffamation a été intenté au nom du professeur Lewy, par les avocats du Turkish American Legal Defense Fund (TALDF). Cependant, avant même qu’un jury n’ait eu le temps d’évaluer la validité des chefs d’accusation, le SPLC a accepté de régler l’affaire en publiant "une rétraction et des excuses". Certains se sont demandés pourquoi l’organisation avait choisi d’accepter un règlement alors qu’elle avait peu de chance de perdre le procès. Penny Weaver, porte-parole du SPLC pour les questions internationales, a déclaré : "Notre règlement de cette affaire ne signifie pas que nous approuvons les vues de M. Lewy ou que nous prenons son parti. »
USA : diffamation et négation du génocide arménien



Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org