Aujourd'hui : Mardi, 16 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 21 octobre
Publié le : 21-10-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique "Ephéméride" du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:




Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: "21 octobre 1923 -- Le quotidien marseillais Le Petit Provençal publiait la lettre que le maire de la ville, le « bon docteur Flaissières », venait d’adresser au préfet des Bouches-du-Rhône : « Depuis quelques temps se produit vers la France, par Marseille, un redoutable courant d’immigration des peuples d’Orient, notamment des Arméniens. Ces malheureux assurent qu’ils ont tout à redouter des Turcs. Au bénéfice de cette affirmation, hommes, femmes, enfants, au nombre de plus de 3000, se sont déjà abattus sur les quais de notre grand port.
Après l’Albano et le Caucase, d’autres navires vont suivre et l’on annonce que 40 000 de ces hôtes sont en route pour la France, ce qui revient à dire que la variole, le typhus et la peste se dirigent vers nous, s’ils n’y sont pas déjà en germes pullulants depuis l’arrivée des premiers de ces immigrants, dénués de tout, réfractaires aux mœurs occidentales, rebelles à toute mesure d’hygiène, immobilisés dans leur indolence résignée, passive, ancestrale»".




Ça s’est passé un 21 octobre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


21 octobre 1905 -- Des pogromes dirigés contre la population juive éclatent dans plusieurs districts russes, organisés par les autorités avec l'appui des fonctionnaires locaux et des voyous. Ils durent entre un et trois jours, au cours desquels les biens juifs sont pillés et détruits, les synagogues profanées.
A Orcha, 30 juifs sont égorgés, 20 blessés ou mutilés. A Vinnitza, 4 membres de l'autodéfense juive sont tués, 13 juifs blessés. A Ekaterinoslav, 100 juifs sont massacrés, 25 blessés. A Polatzk, 12 juifs sont massacrés, 50 grièvement blessés. A Chmerinka (Ukraine), 2 juifs sont massacrés. A Klintzy, 2 juifs sont égorgés, 5 blessés. A Surach, 4 membres de l'autodéfense juive sont massacrés, de nombreux autres juifs blessés. A Balta, 2 membres de l'autodéfense juive sont tués, 58 juifs blessés. A Rasdelnaya, 12 juifs sont égorgés, 32 mutilés. A Mohilev (Ukraine), 1 juif est tué par balles, plusieurs autres sont grièvement blessés. A Voronej, plusieurs juifs sont blessés.
On signale également des émeutes antijuives à Verkievka et Dymar.
Israelvivra.com

21 octobre 1914 -- Empire ottoman : le Conseil politique arménien tient une réunion dans son cénacle de Galata, élargie à un certain nombre de personnalités de tous les courants politiques arméniens de la capitale ottomane, pour se concerter sur l’évolution de la situation et pour prendre des dispositions. Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)
** (Zaven Der Yéghiayan, 1947 :72).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

21 octobre 1915 -- Empire ottoman : compte-rendu des Débat de la Chambre des Communes du 21 octobre 1915 5ème série vol LXXIV cols 1970. Lord Robert Cecil (Sous Secrétaire d’Etat) ; "Je pense qu’on peut dire sans la moindre crainte d’exagération, qu’aucun crime plus horrible n’a été commis dans l’histoire du monde...C’est un crime prémédité décidé il y a longtemps. Il fait partie d’une politique délibérée...c’était la politique envisagée depuis longtemps, délibérée, de détruire et d’anéantir l’existence des Arméniens en Turquie. Il a été systématiquement mis en oeuvre. L’ordre en venait d’en haut, et quand, comme cela est arrivé en une ou deux occasions, le gouverneur local s’efforçait de sauver quelques uns des enfants, ou diminuer quelque peu les horreurs de l’opération, ont leur donnait l’ordre, sèchement, de continuer le travail... Cela n’était pas seulement prémédité. Il n’y avait aucune provocation quelle qu’elle soit...il n’y avait aucune insurrection, aucune émeute...Le crime était un crime délibéré, non pour punir une insurrection, mais pour détruire la race arménienne.
Imprescriptible.fr : Réflexions sur la Cérémonie d’Ouverture de la Session 2009-2010 du Parlement britannique

21 octobre 1915 -- Empire ottoman : Il était par suite naturel que les chrétiens ne missent aucun empressement à arriver dans les rangs de l'armée, préférant recourir à une expatriation clandestine. Ils répondaient ainsi d'ailleurs au désir secret des Allemands et des Turcs à qui les insoumis offraient le plausible prétexte de multiplier les poursuites et les mesures très rigoureuses qu'ils étendaient à leurs familles et à leurs parents. La décision officielle concernant ces mesures date du 21 octobre 1915. Elle émane du bureau de recrutement de Constantinople. Avant elle, il est vrai, des mesures pareilles étaient déjà prises en fait dans les provinces, mais cette décision est venue confirmer la pratique antérieure et édicter des peines très sévères contre les insoumis et les déserteurs s'ils ne se livraient pas à l'autorité dans un délai déterminé. Leurs familles étaient en outre envoyées à l'intérieur de l'Anatolie. Aucune distinction n'était faite, à cet égard, entre les véritables insoumis et ceux qui avaient été expulsés par l'autorité publique ou qui se trouvaient depuis de longues années à l'étranger. Les persécution antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne. D'après les rapports officiels des agents diplomatiques et consulaires. PARIS, LIBRAIRIE BERNARD GRASSET, 1918
Imprescriptible.fr : Enrôlement des Chrétiens

21 octobre 1918 (à partir du) -- Empire ottoman : le CUP organise son dernier congrès annuel et procède à une réorganisation complète de ses structures, dans la capitale comme dans les provinces. Il renaît sous l’appellation de Teceddüt Fırkası [= « Parti de la Rénovation »]. Ses avoirs sont transférés au nouveau parti présidé par Fethi bey [Okyar]. Les chefs unionistes décident de la création du Karakol (Le Gardien), une organisation ayant vocation à : 1) protéger les ittihadistes contre d’éventuelles poursuites judiciaires pour leur implication dans des crimes de guerre, en les évacuant de la capitale vers la province ; 2) organiser un mouvement de résistance en Anatolie et au Caucase, en transférant vers la province des cadres, de l’argent, des armes et du matériel.
*** (Zürcher, 1998 :141).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

21 octobre 1922 -- Empire ottoman : un télégramme collectif fut envoyé à Youssef Kémal Bey. Le 18 juillet, l’amiral Bristol, représentant des États-Unis à Constantinople, envoya par télégramme une protestation directe au gouvernement d’Angora, et enfin les Hauts-Commissaires alliés, sur ordre de leurs gouvernements, adressèrent le 5 septembre un télégramme collectif à Youssef Kémal, ministre nationaliste des affaires étrangères, pour protester énergiquement contre les atrocités turques, particulièrement dans la région du Pont. Youssef Kémal, dans sa réponse, nia les affirmations figurant dans la protestation. Le 19 septembre, une nouvelle protestation fut adressée au ministre des affaires étrangères de Constantinople à propos des déportations d’Arméniens dans la région de Marach et Birejik. Pendant le mois d’octobre, plusieurs protestations verbales furent adressées à Hamid Bey, représentant nationaliste officieux à Constantinople ; le 21 octobre, un second télégramme collectif fut envoyé à Youssef Kémal Bey au sujet des atrocités du Pont. La réponse à ce télégramme, en date du 17 novembre, ne fournit aucune satisfaction. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L’attitude kémaliste envers les Chrétiens après l’accord d’Angora

21 octobre 1923 -- Le quotidien marseillais Le Petit Provençal publiait la lettre que le maire de la ville, le « bon docteur Flaissières », venait d’adresser au préfet des Bouches-du-Rhône :
« Depuis quelques temps se produit vers la France, par Marseille, un redoutable courant d’immigration des peuples d’Orient, notamment des Arméniens. Ces malheureux assurent qu’ils ont tout à redouter des Turcs. Au bénéfice de cette affirmation, hommes, femmes, enfants, au nombre de plus de 3000, se sont déjà abattus sur les quais de notre grand port.
Après l’Albano et le Caucase, d’autres navires vont suivre et l’on annonce que 40 000 de ces hôtes sont en route pour la France, ce qui revient à dire que la variole, le typhus et la peste se dirigent vers nous, s’ils n’y sont pas déjà en germes pullulants depuis l’arrivée des premiers de ces immigrants, dénués de tout, réfractaires aux mœurs occidentales, rebelles à toute mesure d’hygiène, immobilisés dans leur indolence résignée, passive, ancestrale.
La situation est extrêmement grave du point de vue de la santé publique pour Marseille et le reste de la France. L’extraordinaire activité et la vigilance éclairée des services sanitaires des ports et du bureau municipal des services d’hygiène est insuffisante dès maintenant pour faire face au danger.
Des mesures exceptionnelles s’imposent et elles ne dépendent pas des pouvoirs locaux. La population de Marseille réclame du gouvernement qu’il interdise vigoureusement l’entrée des ports français à ces immigrés et qu’il rapatrie sans délai ces lamentables troupeaux humains, gros danger public pour le pays tout entier. »
Arménie 1947, Les Naufragés de la Terre Promise. Robert Arnoux. Edisud - 2004

21 octobre 1940 -- Les Juifs sont révoqués des postes d’enseignants.
ajpn

21 octobre 1941 -- 850 juifs d'Adamov (district de Lublin) sont déportés au camp de regroupement de Lukov.
Environ 2 000 personnes, soit toute la communauté de Kaidanovo (sud-ouest de Minsk, R.S.S. de Biélorussie), sont assassinées. Plusieurs dizaines de juifs organisent un groupe de résistance et fuient dans les bois, où ils combattent les nazis comme partisans.
Les SS assassinent 1 200 juifs à Kasdanov (district de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).
Un convoi avec plusieurs centaines d'hommes, de femmes et d'enfants juifs quitte Prague pour le camp de concentration de Lodz (Litzmannstadt, Pologne).
Israelvivra.com

21 octobre 1941 -- Hitler se lança devant des proches, une fois de plus, dans dans une diatribe contre les Juifs particulièrement violente. Il la conclut en assennant : « En exterminant cette peste, nous rendrons à l’humanité un service dont nos soldats ne peuvent avoir la moindre idée. »
phdn

21 octobre 1942 -- Après la liquidation du ghetto de Bodzentyn (province de Kielce, Pologne) par les SS, les 1 350 internés juifs sont conduits à la ville de Suchedniow.
300 juifs de Paradysz (district de Kielce, Pologne) sont amenés au centre de regroupement d'Opoczno.
3 000 juifs du ghetto de Skalat (province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec. 153 juifs sont fusillés sur place.
Le même jour, les derniers juifs de Szczebrzeszyn (province de Lublin) sont déportés à Belzec.
Israelvivra.com

21 octobre 1943 -- Liquidation du ghetto de Minsk (R.S.S de Biélorussie), où 2 000 juifs sont encore internés.
Israelvivra.com

21 octobre 1999 -- France : Maurice Papon, ancien fonctionnaire du régime de Vichy, est condamné pour complicité de crimes contre l'humanité. Maurice Papon (Gretz-Armainvilliers, 3 septembre 1910 – Pontault-Combault, 17 février 2007) était un homme politique et haut-fonctionnaire français, condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité pour des actes commis alors qu'il était secrétaire général de la préfecture de Gironde entre 1942 et 1944, sous l'occupation allemande. Cette affaire judiciaire a commencé en 1981, après que Maurice Papon eut été ministre du budget dans le gouvernement Barre. Préfet de police en mars 1958, il a également été impliqué dans la répression sanglante de la manifestation du 17 octobre 1961 organisée par le FLN, et dans celle du 8 février 1962, organisée pour protester contre l'O.A.S., connue sous le nom de l'affaire de la station de métro Charonne. Maurice Papon est condamné le 2 avril 1998 à une peine de dix ans de réclusion criminelle, d'interdiction des droits civiques, civils et de famille pour complicité de crimes contre l'humanité par la cour d'assises. Seules ont été retenues, pour quatre convois sur huit, des complicités d'arrestation et de séquestration. La cour d'assises a estimé que Maurice Papon n'avait pas connaissance de l'extermination des juifs. En conséquence, il est acquitté pour toutes les charges de « complicité d'assassinat » et des « tentatives de complicité d'assassinat » Mis en liberté au début de son procès, avec l'aide d'Hubert de Beaufort, Maurice Papon s'enfuit en Suisse en octobre 1999 à la veille de l'examen de son pourvoi en cassation ; ne s'étant pas mis en état (c'est-à-dire constitué prisonnier avant l'examen de son pourvoi), il est déchu de son pourvoi. Arrêté au bout de quarante-huit heures dans un hôtel helvétique, et aussitôt expulsé du territoire en vertu de l'article 70 de la Constitution, Maurice Papon est finalement emprisonné à la prison de Fresnes.
Wikipedia
Wikipedia : Maurice Papon

21 octobre 2000 -- Turquie : publication de l’interview de Sevim avec Hélèné Piralian sur le génocide arménien dans un quotidien d'Istanbul, « Yeni Gundem ». C'est en 1992 que Sevim Erdem arrive en France pour faire des études à Paris, en anthropologie. « En même temps, pour chercher tranquillement dans les bibliothèques et par Internet des documents concernant l'histoire des Arméniens. » C'est à Paris qu'elle rencontre plus tard, à l'occasion d'un colloque consacré au génocide, la psychanalyste arménienne Hélène Piralian avec laquelle elle devient très amie. Hélèné Piralian est très connue pour ses travaux analytiques sur les conséquences psychologiques des génocides et de leur déni sur les descendants des survivants. Sevim l'a interviewée sur ce thème et a fait publier l'article en turc, le 21 octobre 2000 dans un quotidien d'Istanbul, « Yeni Gundem ». C'est un journal de gauche dont le rédacteur en chef n'est autre que Ragip Zarakolu, bien connu pour son engagement en faveur de la cause arménienne.
Imprescriptible.fr : Sevim, femme turque à la recherche de ses racines arméniennes

21 octobre 2006 -- France : à Paris le Comité Talaat Pacha organise un rassemblement négationniste place de la Bastille en déployant une immense banderole : « Il n’y a jamais eu de génocide arménien ». Les forces de l’ordre sur place laissent se dérouler cette manifestation pourtant non-autorisée. Plus d'une centaine de personnes d'origine turque à en juger par les drapeaux fièrement arborés, s'est rassemblée sur les marches de l'Opéra-Bastille à Paris pour hurler son négationnisme puisqu'elle en a encore le droit : "Génocide? Mensonge!", "Arménie assassins", "non au génocide", "liberté d'expression", en déployant une banderole : "Il n'y a jamais eu de génocide arménien". Tout ceci accompagné du salut des Loups-Gris, groupe ultra-nationaliste turc...
Collectifvan.org : Génocide arménien : Le Comité Talaat Pacha va manifester à la Bastille
Collectifvan.org : Comité Talaat Pacha : "Le génocide arménien est un mensonge impérialiste
Collectifvan.org : Turquie : "Nous condamnons le gouvernement et les dirigeants de la police Française"

21 octobre 2007 -- Manifestation des Loups Gris [militants d'extrême droite turque] dans les quartiers turcs de Saint-Josse et Schaerbeek à Bruxelles. Mehmet Koksal, le journaliste progressiste d’origine turque, est violemment agressé, coupable de « trahison à la patrie » pour sa reconnaissance du génocide arménien et traité de "Pic ermeni" ("batard arménien" en langue turque). Un bistrot appartenant à M. Pétrossian, un Arménien d'Irak, est entièrement saccagé.
Collectifvan.org : Comment je me suis fait lyncher par les Loups Gris devant l'ambassade américaine
Collectifvan.org : Acte raciste anti-arménien en Belgique
Collectifvan.org : Marc Garmirian, Hrant Dink et Mehmet Koksal
Collectifvan.org : Bruxelles : Qui sont les organisateurs de la manifestation nationaliste turque ?

21 octobre 2008 -- Sous le titre "Débat : Politiques et historiens : qui écrit l'histoire ?", l'émission "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddéi sur France 3, a mis en scène un "débat" de bien curieuse nature,puisque tous les invités sauf Mme Taubira étaient choisis de façon à défendre le même point de vue.
Collectifvan.org : France3 plaît aux négationnistes

21 octobre 2008 -- Arménie : accueilli par le président Serge Sarkissian, le président russe, Dmitri Medvedev, s’est rendu pour la première fois en visite officielle en Arménie les 20 et 21 octobre, accompagné de Sergueï Lavrov son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Chmatko ministre de l’Energie et une délégation d’hommes d’affaires. Au programme du séjour : l’inauguration d’une Place de Russie dans la capitale arménienne, dépôt de gerbe à Dzidzernakaberd en mémoire des victimes du génocide et visite à l’usine de cognac de Yerevan.
Imprescriptible.fr : ACHKHAAR N°457 • 8 NOVEMBRE 2008


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org