Aujourd'hui : Mercredi, 25 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 4 novembre
Publié le : 04-11-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 4 novembre 1915 -- Empire ottoman : le consul allemand de Mossoul rapports que les soldats de Halil Pacha avait massacré les Arméniens au nord de Mossoul et se préparaient à les massacrer dans la ville de Mossoul. « Un colonel du personnel de Halil (probablement son chef du personnel Basri) vient de me dire que les Arméniens de Mossoul aussi doivent être tués…

Photo: Des cadavres arméniens, 1915 - Photo Armin Wegner



Ça s’est passé un 4 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


4 novembre 1895 -- Empire ottoman : Turquie, t. 525, télégramme de Paul Cambon à Berthelot, de Constantinople le 4 novembre 1895, n° 159 . «Je suppose qu'à Bitlis la situation est la même qu'à Diarbékir où, contrairement aux affirmations du gouvernement ottoman, des bandes de Kurdes unies aux musulmans de la ville, massacrent sans provocations les chrétiens et où notre consul et nos missionnaires sont bloqués». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La communauté arménienne de Trébizonde et le mouvement national (1878-1896)

4 novembre 1909 -- Empire ottoman : lettre de Zabel Essayan au Président du Conseil politique. Constantinople (Péra), le [jeudi] 4 novembre 1909. « Monsieur le très honorable président du Conseil politique, Des conférences vont être faites par la délégation patriarcale de Cilicie, par les membres de la Croix-Rouge et par des personnalités d’Adana, pour présenter à la société la situation actuelle de la Cilicie, ses exigences et les remèdes [nécessaires]. Ne perdant pas son but de vue, le comité organisateur des conférences croit que son initiative mérite la sympathie et un encouragement moral aussi bien de la part de l’Administration Centrale Nationale que de celle de la commission des orphelins. La première conférence aura lieu dimanche prochain, le 8 novembre, à Péra. Les détails seront publiés dans la presse en temps utile. Vous adressant ce courrier pour information, nous vous prions d’agréer l’expression de notre profond respect. » Zabel Essayan, Ancienne directrice des orphelinats de Cilicie, Saténik Ohandjanian, membre de la Croix-Rouge, Docteur Kh. Bonapartian, médecin, membre de la Croix-Rouge, Z[akaria] H. Bizdikian, Ohannès Tchalian, ancien député d’Adana © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Zabel Essayan et les orphelinats arméniens fondés au lendemain des massacres de Cilicie d’avril 1909

4 novembre 1915 -- Empire ottoman : lettre de Leslie A. Davis consul américain à Kharpout adressée à A S. E. Monsieur Henry Morgenthau Ambassadeur des Etats-Unis Constantinople. « Au milieu de l'après-midi du jeudi 4 novembre, jour de foire où la foule affluait dans les rues et sur la place du marché, la police se mit à arrêter tous les Arméniens et tous les Syriens qu'elle pouvait trouver. Beaucoup furent pris dans les rues ; on perquisitionna les maisons connues pour abriter des Arméniens, et les occupants tramés dehors, parmi lesquels la famille de l'un de mes cavas ; l'hôpital américain fut encerclé, la police y pénétra et arrêta un grand nombre de gens qui s'y trouvaient ; un policier fut mis en faction devant le consulat pour empêcher quiconque d'entrer pour y chercher refuge ; parmi ceux qui furent arrêtés et mis en prison se trouvaient certains des citoyens américains que j'avais protégés et un grand nombre d'autres personnes pour lesquelles j'avais obtenu l'autorisation de rester. En deux ou trois heures, la police réunit à la prison environ 500 personnes trouvées dans la ville... Tous les Syriens et un grand nombre d'Arméniens de cette ville arrêtés le 4 novembre ont finalement été relâchés d'une façon ou d'une autre. Le lendemain, il y eut une arrestation massive d'Arméniens à Kharpout mais la plupart furent relâchés. Cela se passa moins bien dans les villages. Toute la population arménienne de la plupart avait déjà été déportée et massacrée, ainsi que je l'ai déjà signalé (voir ma dépêche du 7 septembre, page 17, dossier n° 840.1, et ma dépêche du 9 octobre, page 2, dossier n° 310). »
*** Rapport daté du 4 novembre 1915. « Les déportés arméniens venant d'Anatolie et de Syrie continuent à affluer. En énumérant les différents éléments de détresse qui accompagnent ce mouvement, j'ai peut-être oublié de mentionner les conditions de terrible insalubrité des enviions des camps ou des stations près de Tarsous et Osmanié. Cela résulte en partie de l'encombrement dans lequel ils se trouvent, mais surtout de l'enfouissement incomplet des cadavres des victimes de la famine et des maladies. Le pourcentage de la mortalité parmi les déportés augmente tous les jours, et lorsque les pluies tomberont la moisson sera effroyable. Le problème de l'alimentation complètement négligé deviendra pire dans l'avenir, car môme la population régulière commence à souffrir du manque de blé. La récolte cette année n'est que la moitié do la normale et l'on a fait d'énormes envois à Constantinople pour l'armée… »
Imprescriptible.fr : Dépêches consulaires de 1915
Imprescriptible.fr : Le chemin de fer d'Anatolie

4 novembre 1915 -- Empire ottoman : le consul allemand de Mossoul rapports que les soldats de Halil Pacha avait massacré les Arméniens au nord de Mossoul et se préparaient à les massacrer dans la ville de Mossoul. « Un colonel du personnel de Halil (probablement son chef du personnel Basri) vient de me dire que les Arméniens de Mossoul aussi doivent être tués… Les troupes de Halil ont déjà perpétré des massacres dans le nord ». Halil Paşa ou Halil Kut (1864 - 1923) était un militaire ottoman. Durant la Première Guerre mondiale, il commanda les forces ottomanes en Mésopotamie. Gouverneur de la province de Bagdad, il était à la tête de la VIe Armée turque de 1915 jusqu'à la fin de la guerre.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (October-December)
Imprescriptible.fr : Aveux des ex-Officiels civils et militaires

4 novembre 1918 -- Empire ottoman : la troisième session de la Convention de l'Ittihad a instruit ses branches provinciales à la clandestinité et a annoncé leur suppression.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1918

4 novembre 1918 -- Empire ottoman : il semblerait que le gouvernement français ait voulu contourner cette difficulté en enrôlant les Arméniens et les Syriens en qualité d’auxiliaires. Les volontaires s’engageaient donc à servir au sein de cette troupe, pour toute la durée de la guerre. Après la guerre, le 4 novembre 1918, le général Hamelin, commandant du D.F.P.S. (Détachement français de Palestine-Syrie), proposa à Clemenceau de transformer les engagements conclus pour la durée de la guerre, en engagements à terme fixe (un an, deux ans, etc.). Le président du Conseil approuva ce rectificatif aux statuts de la Légion d’Orient, sous réserve du consentement des intéressés. Le statut juridique de ces volontaires considérés comme auxiliaires était imprécis. La situation de ces Arméniens et de ces Syriens ne correspondait pas aux termes de la loi du 27 juillet 1872 qui dispensaient de service des jeunes gens dans l’armée active pour une cause quelconque pour les intégrer dans les services auxiliaires (fabrication et entretien du matériel, travaux des fortifications, des voies ferrées, des télégraphes, des hôpitaux et ambulances, etc.). Les soldats de la Légion d’Orient étaient clairement recrutés pour combattre.
Les réclamations et surtout les revendications territoriales arméniennes contrecarrèrent l’amorce de collaboration franco-arménienne entamée à la fin de la guerre. Ainsi dès le 4 novembre 1918, Georges-Picot demanda au Quai d’Orsay d’obtenir que des ordres fussent donnés immédiatement par Boghos Nubar aux troupes arméniennes de l’est de descendre vers la Cilicie, afin d’être à même de les ravitailler et d’assurer une coopération avec elles dans les buts de pourvoir à l’occupation du pays et de marquer l’action de la France dans ces régions. Puis il ajouta : « 2) Affaires désignées par Boghos comme il était convenu un délégué connaissant le pays me fournissant les indications utiles » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921)

4 novembre 1918 -- Empire ottoman : le général von Seeckt, chef d'Etat-major général des armées turques, dès son retour vers l'Allemagne, rédige à Odessa, le 4 novembre 1918, un essai sur « les causes de la défaite turque ». Traitant de la « malheureuse question arménienne » et du « féroce nationalisme turc », il dénonce le système de double commande : « Des ordres exprimés ouvertement et soutenant la politique officielle de la Turquie étaient suivis d'instructions secrètes et de contre-ordres en remettant l'exécution. » Ce système est dévoilé par l'ambassadeur allemand Wolff-Metternich, le consul allemand Büge, le consul américain Jackson et des fonctionnaires turcs. Il apparaît donc que, par un double jeu d'ordres conformes à la loi et archivés et de contre-ordres illégaux détruits, le gouvernement turc maintenait l'apparence de la légalité sans courir le risque d'être désavoué ultérieurement par la production d'une pièce nouvelle, à moins que des fonctionnaires n'eussent, comme Naïm bey à Alep ou Sabit à Kharpout, conservé par devers eux les contre-ordres qui auraient dû être détruits. Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Enquête sur la négation d'un génocide

4 novembre 1921 -- Empire ottoman : lettre de Vahan Portoukalian à Kourken Tahmazian. « à pareil jour, en 1914, les Turcs nous chassaient du collège, deux jours après, de la résidence, et nous donnaient quatre jours pour déménager L’exode a commencé ; nos élèves ont beaucoup diminué. Un professeur nous quitte ce soir. La ville est sens dessus dessous ; c’est un immense déménagement. L’armée évacue son matériel. Le général a convoqué au conaq les représentants de toutes les communautés et les chefs du bureau d’Administration. Il leur a lu un résumé de l’accord ; mais il n’a rien pu dire d’assez rassurant pour tranquilliser la population. Il semble clair que pas un canon, pas un soldat ne restera pour appuyer la bonne volonté des Turcs. » © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L’évacuation française de la Cilicie en 1921 vue par l’officier Vahan Portoukalian

4 novembre 1940 -- A La Haye, les nazis décrètent que tous les fonctionnaires juifs sont suspendus.
Israelvivra.com

4 novembre 1941 -- Dans la ville de Lyubavitch (Lubavich, province de Smolensk, U.R.S.S.), 483 juifs sont fusillés lors de la création d'un ghetto par les nazis.
Israelvivra.com

4 novembre 1942 -- 1 000 juifs, hommes et femmes, sont déportés du camp de regroupement de Drancy (France) vers le camp d'extermination d'Auschwitz. 639 d'entre eux sont gazés dès leur arrivée. 4 hommes seulement survivront jusqu'à la libération du camp.
Les derniers juifs de Kossov (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au ghetto de Kolomyya, où ils sont tués en même temps que les internés. Kossov est déclaré « purifié de ses juifs ».
1 000 juifs du ghetto de Brzezany (R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec.
Israelvivra.com

4 novembre 1942 -- Le Général Giusepe Pieche représentait les carabiniers italiens en Croatie du Nord et en Slovénie. Une note du ministère des affaires étrangères italien daté du 4 novembre 1942 rapporte le contenu d’un télégramme envoyé le jour même par le Général Pieche. Celui-ci précise à propos des Juifs déportés vers l’Est depuis la zone d’occupation allemande : « Ils sont éliminés au moyen de gaz toxiques »
phdn

4 novembre 1943 -- 815 juifs originaires du ghetto de Liepaja (Libau) sont fusillés dans le ghetto de Riga.
Les SS déportent 2 800 juifs du camp de travail de Szebnie (Galicie orientale) au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

4 novembre 1998 -- L'armée burundaise tue plus de cent civils hutus en représailles d'une attaque hutue contre un camp de la minorité tutsie.
Wikipedia

4 novembre 2011 -- Turquie : aujourd’hui débutera en Turquie le tournage d’un film sur la vie du bourreau Turc Osman Pasha (1884-1923). Surnommé Topal (boiteux en turc) du fait d’une blessure au pied lors de la guerre des Balkans, Topal Osman qui finit décapité en mars devant le Parlement turc pour le meurtre d’Ali Chükrü député de Trébizonde, est l’un des personnages les plus cruels de l’histoire turque qui n’en manque pas de ce type de personnages... Topal Osman fut pendant le génocide arménien, membre de l’Organisation Spéciale (Teþkilat-ý Mahsusa) et joua un rôle important dans l’extermination de la population arménienne de Kars et de Trébizonde. Il fut également coupable de crimes contre la population grecque de Trébizonde. Un pur criminel qui fut intégré à la tête des gardes de corps de Mustafa Kemal, dit « Atatürk », le fondateur de la « Turquie moderne »...
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org